Le retour d’une licence culte !

Les fans de football ont Fifa (aujourd’hui appelé FC), les hockeyeurs ont NHL, les basketteurs ont NBA 2K… Dans les jeux vidéo, chaque discipline a sa licence de référence. Les passionnés de tennis seront unanimes : pour eux, la licence reine s’appelle Top Spin. Développé par le français Power and Magic Development (PAM) et édité par 2K Games, le tout premier opus sort en 2003 sur XBox. PAM remet ça en 2006, avec Top Spin 2 sur X360, Windows, DS et GBA. En 2009, c’est cette fois sur X360, PS3, Wii et Ds que sort Top Spin 3.

En mars 2011, on constate un changement : Top Spin 4 est toujours édité par 2K Games, mais est cette fois développé par 2K Czech. Il sort lui aussi sur X360, PS3 et Wii. Avec ses séquences dignes de la TV, ses signatures et son gameplay amélioré… Il est considéré par ses fans comme le meilleur épisode de la série. Il sera cependant le dernier. Laissant un vide parmi les fans de tennis, et suscitant une gigantesque attente, qui va durer longtemps. Très longtemps !

► Lire aussi notre test : NHL 24 : le changement, c’est maintenant !

Il faudra donc attendre deux générations de machines… Et plus précisément 13 ans et un peu plus d’un mois pour voir sa suite débarquer ! Top Spin 2K25 est cette fois développé par Hangar13 (Mafia III, Borderlands: The Handsome Collection) et est toujours publié par 2K Games. Un jeu annoncé discrètement il y a quelques mois, mais qui n’aura pas manqué de faire monter la hype parmi les fans.

Le jeu est disponible depuis le 26 avril sur PS4/PS5, XBox Series X/S et XOne, et PC. L’attente a assez duré ! Il est maintenant temps de vous dire si le jeu est une masterclass, à la hauteur de l’attente qu’il a suscité… Ou si au contraire il constitue un joli pétard mouillé, surfant sur un (presque) vide qui dure depuis 13 ans.

Cours particuliers avec McEnroe

Si vous êtes un fan de la licence, on peut vous entendre d’ici : « je fonce direct, pas besoin de tuto, je maîtrise déjà Top Spin 4 à fond ! » Alors, ouiiii… Mais non ! Car qu’on se le dise, les développeurs ont fait l’effort de réajuster, rééquilibrer le gameplay. Nous sommes certes ici sur une jouabilité qui parlera aux connaisseurs, mais avec quand même pas mal de réajustements et de nouveautés. Suffisamment en tout cas pour que, quel que soit votre niveau dans Top Spin, on vous conseille de passer par la case Académie Top Spin. D’une part parce que ce tuto est plutôt bien foutu, d’autre part parce que ce n’est pas tout les jours que vous aurez la chance de prendre des cours particuliers avec John McEnroe.

Ceci étant fait, il est temps de regarder ce que le jeu a dans le ventre. Avec tout d’abord un roster qui vous propose d’incarner 25 légendes du tennis, hommes et femmes confondus : Serena Williams, Steffi Graf, Roger Federer, Carlos Alcaraz, Iga Swiatek, John McEnroe (jeune), Andy Murray, Pete Sampras, Andre Agassi… On regrette que le nombre de 25 soit finalement assez limité. Et que de grands noms manquent à l’appel. On pense notamment à Novac Djokovic (tête d’affiche de Tie Break, donc peu probable qu’il arrive ici), Rafael Nadal, ou pourquoi pas chez les plus anciens Yannick Noah, Jimmy Connors, Bjorn Börg, Jo-Wilfried Tsonga, Boris Becker, Guy Forget… Bonne nouvelle : les développeurs ont annoncé la couleur et confirmé que de nouvelles légendes rejoindront le casting via de futurs DLC gratuits !

► Lire aussi notre test : NBA 2K24 : un jeu brillant, mais un modèle économique discutable

Top Spin 2K25 étant édité par 2K Games, on va y retrouver les menus principaux de 99% des jeux de sport. Un mode MyCAREER qui va vous emmener sur les plus prestigieuses compétitions afin de gravir les échelons et devenir la nouvelle star de la terre battue… Un mode MyPlayer qui vous permet de créer votre avatar de A à Z, de l’apparence jusqu’au cri sur le terrain, d’embaucher des entraîneurs, de faire progresser et customiser votre champion. Seul bémol : son nom audio ne correspondra pas à celui que vous lui aurez donné, à moins que vous ne l’appeliez Michel, Josiane, La Légende ou autre nom générique prédéfini. Il faudra aussi compter sur l’incontournable mode Exhibition qui vous permet de jouer contre l’IA ou contre un ami. Sans oublier la Top Spin Academy citée plus haut, ainsi que les classiques modes online pour jouer des matchs ou des championnats contre vos amis ou d’autres joueurs. Et… Pour le moment, c’est tout ! Voilà l’un des points noirs du jeu : son contenu particulièrement famélique.

Du côté des arènes, on a du choix avec la possibilité de fouler les terrains les plus connus, sur les épreuves incontournables : Roland-Garros, Wimbledon, le Rolex Monte-Carlo Masters, l’US Open, le Mutua Madrid Open, l’Open d’Australie, le BNP Paribas Open, le Cincinnati Open, l’ASB Classic… Autant d’épreuves qui vont vous permettre de faire grimper le niveau de votre avatar virtuel dans MyCAREER : car si les joueurs célèbres sont tous au niveau 30 de base, vous débutez évidemment au niveau 0.

C’est un jeu de tennis !

Oui, vous avez bien lu ! Et peut-être même le saviez-vous déjà 😉 Blague à part, il faut reconnaître que, si nous avons pu jouer à quelques représentants de cette discipline ces dernières années, la rigueur de Top Spin nous a manqués. Mario Tennis, c’est le plus fun, celui auquel on accrochera sans doute davantage lors des soirées potes/pizzas ! Mais, le jeu est trop « Arcade » et peu adapté aux puristes de la discipline. Nous avons aussi eu plusieurs épisodes de AO International Tennis (comme Australian Open, développé par Big Ants), un bon jeu, mais pas assez marquant pour devenir incontournable. Même constat pour les Tennis World Tour (Nacon) ou un Matchpoint : Tennis Championships (Torus Games) vite oublié.

Pour un vrai fan de tennis, tous ces jeux ont le mérite de combler un vide, une absence. Mais aucun n’égalera LA légende : l’incontournable Top Spin 4 ! Considéré encore aujourd’hui comme l’arme absolue par ceux qui aiment la discipline. Alors imaginez un peu la hype, lorsque 2K Games a annoncé, il y a quelques mois, et presque de manière furtive, un nouveau Top Spin ! Car ce retour n’est pas que celui d’une franchise. C’est surtout celui d’un style de jeu, d’un type de gameplay bien particulier. Une jouabilité qui, sans être inaccessible aux néophytes, brille par une technicité qui vous permet quasiment de faire tout ce que vous voulez sur le terrain.

► Lire aussi notre test : MotoGP 23 : aussi sur Switch, mais dans une version « light »

Dans Top Spin 2K25, la victoire passe par plusieurs choses. Tout d’abord, par votre faculté à toujours bien choisir le meilleur positionnement sur le court. On l’a dit : c’est du tennis ! Donc le but sera de renvoyer la balle de manière à épuiser l’adversaire, sans sortir des limites du terrain. Le second point est plus délicat à maîtriser : il s’agit d’une jauge qui vous indique le bon moment pour réceptionner la balle. Avec quatre possibilités : trop tôt, bon, parfait ou trop tard. Le but sera donc de frapper au meilleur moment, pour plus d’efficacité. Quand on vous dit qu’il est fortement conseillé de passer par les tutos de Jojo McEnroe…

Enfin, du côté de la technique et de la réalisation, j’avoue que le résultat est assez mitigé. On a à la fois du bon et du moins bon ! Les expressions faciales sont très étranges, nous donnant parfois davantage l’impression de jouer aux Sims qu’à une simulation de sport sur PS5. Mais en même temps, les animations des joueurs sur le court sont complètement folles ! Même avis mitigé concernant le sound-design : la playlist des menus est dingue, et les sons pendant les matchs (balles, frappes et cris des joueurs) sont très réalistes. Mais, on aurait aimé plus de folie pendant les rencontres : on regrette un public à la limite de la léthargie, constat qui vaut aussi pour la cabine des commentateurs. Dommage, on était à deux doigts de l’ambiance parfaite !

Un jeu qui cache de mauvaises surprises ?

S’il est un point que l’on apprécie grandement avec Top Spin 2K25, c’est bien l’absence d’un mode gatcha qui vous propose d’acheter des cartes de joueurs, de manière aléatoire. Mode qui, généralement, vous contraint à faire un emprunt sur dix ans pour compléter votre collection et posséder les joueurs les plus forts. Et une absence, dans Top Spin 2K25, qu’on ne regrette absolument pas ! Le jeu est-il donc un modèle de vertu, dans un monde de jeux de sport où le profit fait systématiquement partie de l’équation ? Et bien, pour tout vous dire… Non !!

Première déception : pour pouvoir profiter du jeu, la connexion internet est obligatoire (comme dans la plupart des jeux d’aujourd’hui, me direz vous). Et il vous faudra obligatoirement un compte 2K pour pouvoir jouer en solo et débloquer autre chose que les matchs d’exhibition. Sans connexion et sans compte, et bien que vous possédiez le jeu en version physique par exemple, pas d’accès à la totalité des menus. Un problème qui a été mis en lumière le premier week-end après le lancement du jeu, avec des serveurs en rade… Et donc un jeu en grande partie inutilisable.

► Lire aussi notre test : EA Sports F1 23 : la Formule 1 en mode « grand spectacle »

La deuxième douille, vous ne la verrez pas puisque vous ne lisez sans doute jamais les conditions d’utilisation que vous acceptez. Pourtant, ces conditions vous indiquent très clairement que les serveurs du jeu sont prévus pour durer jusqu’au 31 décembre 2026 (les devs se réservant la possibilité de les fermer avant). Fixant ainsi une fin de vie proche pour le jeu. On se doutait que les jeux à périodicité annuelle (notamment les jeux de sport) risquaient de raccourcir leur durée de vie dans un futur proche… Mais ici, vous achetez un jeu qui ne durera potentiellement que deux ans ! Pas dix, mais seulement deux années. Avec sans doute l’obligation d’acheter le prochain opus quand l’échéance sera arrivée.

Enfin, lorsque nous écrivions plus haut que le jeu se déleste des habituels modes de collection de cartes, ne pensez pas qu’il se prive totalement de microtransactions. Car en réalité, vous pouvez évidemment lâcher quelques poignées d’euros en plus pour débloquer des crédits. Qui permettent d’acheter de l’équipement (fringues, accessoires…) afin de monter le niveau de vos tennis(wo)men au delà du niveau 30… Bien qu’on puisse débloquer des crédits en gagnant des matchs, la solution « carte bleue » permet de gagner un temps fou. Et certains craqueront pour cette solution Pay to Win ! Les microtransactions sont quand même bien là, et on se doute que 2K ne va pas s’arrêter en si bon chemin. Deux années d’exploitation du jeu, ça laisse du temps pour éditer des DLC gratuits, mais aussi du contenu payant, évidemment.

Au final

Au final, et après pas mal d’heures passées sur le jeu, tant pour faire des matchs que pour faire progresser notre avatar virtuel, il faut avouer que le constat est mitigé ! Car d’une part, oui, on peut clairement considérer que ce Top Spin 2K25 est le digne successeur d’une série qui a fait des heureux par le passé. On retrouve le gameplay de Top Spin 4, mais dans une version encore meilleure ! Et une fois lancé sur les courts, quel plaisir de voir s’affronter les plus grandes légendes du tennis. Si vous aimez cette discipline, c’est juste le meilleur représentant que nous ayons vu depuis longtemps !

Pourtant, on ne peut s’empêcher d’être dubitatif ! Notamment quand on lance le jeu la première fois. Pour accéder à l’écran de connexion. D’une part parce que, sans internet et sans compte 2K, le jeu ne sera rien d’autre qu’une démo où seul le mode exhibition est disponible… D’autre part parce que les conditions générales de vente, que vous avez évidemment apprises par cœur avant de commencer à jouer… Vous ont clairement stipulé que les serveurs seront fermés pour de bon le 31 décembre 2026 ! C’est juste le futur des jeux de sport, ma bonne dame !

Ajoutez à cela un jeu qui, finalement, n’offre pas un contenu complètement dingue, et vous comprendrez que l’on vous conseille fortement d’y réfléchir à deux fois avant de vous engager ! Car si le jeu est bon, très bon même en matière de sensations et de gameplay, son contenu (et sa date limite de consommation) ne justifient aucunement un prix qui, pour le coup, nous semble un peu trop élevé.


Top Spin 2K25

  • Par : Hangar 13, pour 2K Games
  • Sur : XBox, PlayStation, PC
  • Genre : tennis
  • Classification : PEGI 3
  • Prix : 74,99€ pour la version cross-gen
  • Conditions de test : testé sur une version digitale PS5 fournie par l’éditeur
  • Les animations des joueurs très réalistes
  • Pas de mode qui vous ruine dans l’achat de paquets de cartes virtuels
  • On sait déjà que des joueurs emblématiques vont arriver avec des DLC gratuits !
  • Un gameplay tout simplement excellent : Top Spin 4 en mieux
  • Le sound-design
  • La mise en scène très télévisuelle
  • La bande-son (playlist des menus)
  • Le côté « easy to learn, hard to master »
  • Le nombre de terrains
  • On a du crossplay
  • 25 joueurs seulement, avec de grands absents
  • Les modélisations faciales un peu en retrait
  • On fait vite le tour du mode Carrière
  • L’ambiance un peu tristoune pendant les matchs
  • Finalement peu de contenu
  • Les noms audio qui ne correspondent pas à celui de votre avatar
  • La connexion obligatoire pour jouer en solo
  • Deux ans avant le blackout
  • Les microtransactions