Chaque année à la rentrée, et donc à la période qui correspond au lancement des nouvelles saisons sportives, chaque discipline revient avec son jeu attitré. Chacun ayant littéralement écrasé la concurrence, on retrouve donc chaque année les mêmes titres, mis à jour pour coller à l’actu de la saison qui démarre. Fifa EA FC pour le foot (qui se bagarre cependant encore avec eFootball, ex-PES), NHL pour le hockey sur glace… Et bien entendu NBA 2K pour le basket. Visual Concepts et 2K Games sont donc de retour ce mois de septembre pour un nouvel opus : NBA 2K24.

Une édition dédié au légendaire numéro 24 des Lakers

Si vous êtes un fan de basket, alors NBA 2K est une série qui vous parle, qui va vous faire sentir comme à la maison ! Comme chaque année, vous avez économisé pour vous offrir la nouvelle version de cette véritable lettre d’amour au ballon orange. Car comme tous les jeux de sport, le banger de 2K Games revient chaque année avec des effectifs actualisés. Et comme chaque année, l’un des objectifs du test sera de savoir si nous sommes face à une vraie révolution, ou face à une simple mise à jour.

Après Michael Jordan l’an passé, cette édition 2024 met en avant le plus célèbre des dossards 24 : le regretté Kobe Bryant, ailier des Lakers de Los Angeles pendant 20 ans (de 1996 à 2016), quintuple champion NBA. Un grand champion qui pouvait se vanter d’être l’un des sept joueurs à avoir inscrit plus de 30 000 points dans une carrière. Mais hélas un grand champion tragiquement disparu dans un crash d’hélicoptère le 26 janvier 2020. Aujourd’hui, 2K Games nous permet de retrouver cette légende, placée au cœur de son nouveau jeu.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : EA Sports F1 23 : la Formule 1 en mode « grand spectacle »

Concrètement, cet hommage débute dès votre achat du jeu puisque, quelle que soit l’édition que vous aurez choisie, son visuel représente Kobe Bryant. Comme NBA 2K23 avait son mode historique dédié à Michael Jordan, NBA 2K24 propose un mode Mamba Moments qui vous permet de rejouer des événements cultes de la carrière de Bryant. Soit trois épisodes pour chacun des sept emblématiques matchs de sa carrière, que vous devrez rejouer ici. Si vous êtes un fan du joueur, c’est sans doute le premier mode que vous allez poncer de long en large !

Pour le reste, cette version 2024 reprend pas mal de choses que vous connaissez déjà, car comme le dit la maxime, on ne change pas une formule qui gagne. Et ayant trouvé, depuis longtemps maintenant, sa formule magique, la licence NBA 2K est aujourd’hui assurée de trouver son public cible sans faire trop d’efforts. Ça peut être une bonne comme une mauvaise nouvelle. Mais nous allons revenir plus bas sur les différents modes.

Une édition généreuse

Si vous vous lancez dans NBA 2K24, on vous déconseille fortement de vous lancer dans un autre jeu de sport ! Car le titre de 2KGames va sans doute vous occuper pour de longs mois ! Il n’offre pas beaucoup de modes, mais propose des valeurs sûres qui vont vous demander beaucoup d’investissement personnel. On retrouvera évidemment la base : le match rapide en solo, ou en multijoueur, pour s’amuser avec les copains. Notez d’ailleurs que, pour la première fois, la série propose du cross-play ! Malheureusement, cette bonne idée ne concerne que la nouvelle génération : les joueurs PS5 pourront jouer contre les joueurs Series X/S… mais les joueurs PS4 et XOne ne pourront affronter que des joueurs évoluant sur le même support.

L’autre menu extrêmement chronophage, c’est bien évidemment MyTeam (ou MonÉquipe dans la langue de Michel Drucker), qui est à NBA 2K ce que FUT est à Fifa. Autrement dit, un jeu de cartes à collectionner, avec pour objectif de constituer l’équipe de vos rêves. Ici, vous ouvrez des paquets, débloquez des joueurs, des effets, de l’équipement… Avec parfois des doubles, que vous pouvez revendre. D’ailleurs, un système d’enchères permet de revendre vos cartes au meilleur prix. Notez aussi que la valeur des cartes semble avoir été rééquilibrée. Une bonne nouvelle quand on repense aux parties d’autrefois, où se constituer une bonne équipe était parfois un travail de titan.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : WWE 2K23 : enfin le jeu de catch ultime ?

Depuis quelques années, les jeux de sport se féminisent, et c’est une très bonne nouvelle. Car si les équipes masculines sont davantage mises en avant à travers les médias, les féminines n’ont pas à rougir et peuvent souvent se targuer d’un très haut niveau de jeu. Vous serez donc ravis d’apprendre que le jeu intègre aussi la WNBA (la NBA féminine), via un mode dédié : the W. On y crée une joueuse ayant deux trajectoires possibles : soit débuter en tant que joueuse de basket universitaire, soit gravir les échelons en tant que joueuse prometteuse avec déjà un bon background international. À vous de faire en sorte de passer de parfaite inconnue à meilleure joueuse de la ligue féminine. Notez que les Défis contact de l’an passé sont remplacés cette année par une rivale de votre équipe, à affronter…

Enfin, on complète ce contenu copieux avec le mode MyNBA, le mode Franchise lui aussi de retour. Et celui-ci reprend le concept de l’an passé, avec Les Eres qui vous permettaient de retrouver des joueurs, équipes et matchs emblématiques des années 80 ou 90. Magic contre Bird, les Chicago Bulls qui dominent la ligue, un basket plus physique… Le mode était un pur bonheur pour les nostalgiques de ces époques… Et bien bonne nouvelle : on reprend le principe, et on change juste un petit détail. En effet, la grosse nouveauté (si on peut parler ainsi) de cette mouture 2024 est l’arrivée d’une nouvelle époque : l’ère Lebron. Oui, on sait qu’il y a des fans parmi vous…

Devenez le « Goat » dans la ville !

Vous aviez aimé La Ville (The City) dans NBA 2K23 ? Alors, la bonne nouvelle est que ce mode exclusif à la nouvelle génération revient dans NBA 2K24, encore plus poussé. La Ville, qui n’est autre que le mode MaCarrière, est un vaste monde ouvert se déroulant dans une ville balnéaire, visiblement très inspirée par Miami. Ici, tous les habitants ne vivent que pour le basket, sport qui se pratique à peu près tous les deux mètres dans cette cité. On aime pouvoir se balader aussi librement dans cette grande ville, à pied ou à l’aide de moyens de locomotion. Le lieu est propice à la détente, à la flânerie sur le sable blanc, mais… On n’est pas venus pour ça !

Dans ce mode, vous incarnez un joueur dont l’objectif ne sera rien d’autre que de devenir le Goat (greatest of all time). Votre première mission consiste à choisir un camp parmi deux factions : Elite et Rise. Chacune vous apportant des avantages, mais aussi des contraintes. Dès que vous aurez choisi votre faction, vous devrez la représenter en relevant des défis, en ville ou dans les stades. Pro-AM, The REC, Ante-Up, Cinéma, Club 2K… Ou encore le tout nouveau 5 de départ (mode en ligne, en 1v1, en face-à-face)… Il y a toujours quelque chose à faire dans la ville. Le but ici est de gagner le maximum de REP, un système de réputation qui fait son grand retour dans cette édition, et qui permet de gagner des bonus dès que vous jouez en solo, online ou contre des amis. Notez que vous gagnerez des points MyRep (dans tout le jeu), et Affiliation Rep (en lien avec la faction que vous aurez choisie).

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : MotoGP 23 : aussi sur Switch, mais dans une version « light »

Un système à ne pas confondre avec celui des Insignes (un système de bagdes à effets), qui permet de construire votre joueur en développant ses points forts.

Devenir le Goat, ça se mérite ! Et vous allez devoir briller, tant vos adversaires semblent déterminés à vous mettre des bâtons dans les roues ! Et le premier de ces adversaires, pour la première saison, ne sera autre que votre rival, un certain Victor Wembanyama. Alors, vous pourrez vous entraîner avec des matchs en 3vs3 en ville, ou grâce au mode Streetball, qui ouvre trois arènes gardées par un « boss » à battre. Comptez aussi sur une nouvelle fonction « matchs clés » qui vous permet de jouer vos matchs les plus importants (en fonction de la confrontation, des équipes rivales et des étapes atteintes). Pour des gains supplémentaires, il suffit d’atteindre des objectifs, remporter des matchs, établir des records… Et donc attirer l’attention des médias lors des conférences de presse.

Vous l’aurez compris : le mode MyCareer (La Ville) est un jeu dans le jeu. Un mode assez riche qui ferait presque oublier le reste. On regrettera juste des déplacements pas toujours très fluides en ville, mais pour le reste, c’est sans doute l’un des modes sur lesquels vous passerez le plus de temps… Si vous jouez sur PS5 ou sur Series X/S. Car si le mode MaCarrière existe aussi sur PS4 et XOne, il se limite alors à un quartier. Nous n’avons pas testé la version Switch, mais on l’imagine plus proche de l’ancienne génération que de la nouvelle…

ProPlay : un jeu encore plus beau

Cette édition 2024 inaugure une toute nouvelle technologie : ProPlay ! Une technologie censée améliorer considérablement le rendu visuel des animations des joueurs. Autrement dit, avec ce procédé, Visual Concepts tire un trait sur la motion capture traditionnelle (des figurants filmés avec des capteurs partout sur le corps). ProPlay est une nouvelle technologie qui recrée les mouvements des joueurs, en utilisant les nombreux enregistrements vidéos de matchs de ces mêmes joueurs. Cette technologie est aussi capable de diversifier les animations en en créant de toutes pièces, grâce à cette même banque de données.

Et le résultat est sans appel. Le jeu est superbe, les animations sont à la fois fluides et très réalistes. NBA 2K nous avait habitué à baver devant la qualité de ses cinématiques… On en prend aujourd’hui également plein la vue pendant les matchs grâce à cette nouvelle technologie que l’on ne peut que valider ! De ce point de vue, il est difficile de contester le fait que NBA 2K24 est à ce jour le plus beau jeu de sport (mais on ne les a pas encore tous vus cette année)… Mauvaise nouvelle en revanche pour une partie des joueurs : cette technologie ProPlay n’est disponible que sur la génération la plus récente, PlayStation 5 et XBox Series X/S.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Under the Waves, fable psycho-écolo touchante de Parallel Studio

Le jeu brille aussi pour ses superbes scènes de transitions, qui offrent cependant un rendu assez proche de celui des précédentes éditions. On prend les mêmes et on recommence : si ça marche, aucune raison de changer ! Mais s’il est un point sur lequel NBA 2K24 est bluffant, c’est bien pour sa mise en scène ! Le spectacle n’a pas seulement lieu pendant les phases de jeu ! Il se déroule avant, pendant et après le match à travers une mise en scène qui vous plonge davantage dans un show TV de la NBA que dans un jeu vidéo ! On ne peut pas nier que NBA 2K24 est sans doute le jeu de sport avec l’ambiance la plus folle !

Enfin, on pourrait aussi parler du gameplay qui suit le mouvement et s’améliore lui aussi cette année. La jouabilité aussi est plus précise, et de ce fait plus exigeante. Le jeu reste très accessible, il n’empêche qu’un néophyte va devoir s’entraîner un minimum pour pouvoir scorer sur le terrain : NBA 2K24 ne laisse pas de place à la chance et, par exemple, un tir ne se change pas obligatoirement en 3 Points ! Au contraire, marquer demande un tir d’une grande précision, faute de quoi vous verrez votre balle rebondir hors du panier. Frustrant, mais tellement gratifiant quand la foule vous ovationne pour avoir augmenté le score. De même, la défense est encore plus jouissive car, si l’arbitre semble plus sévère, le jeu offre de nombreuses possibilités de construction. Vous l’aurez compris : que vous soyez ou pas fan de basket, NBA 2K24 est un régal manette en mains.

Microtransactions : et voilà la douille !

Et voilà ! C’est donc maintenant que nous allons parler DU gros point faible du jeu ! Celui qui risque de vous faire pester très fort (ou pas du tout si vous êtes très riche). Les microtransactions ! Car elles sont partout. Et même si vous tentez de jouer sans faire chauffer la carte bleue… Sachez que c’est possible mais que ça vous prendra beaucoup plus de temps pour progresser ! Car si vous jouez en ligne, vous risquez de vous faire rapidement exploser par vos adversaires si vous n’avez pas le niveau ! Alors, pour atteindre les paliers adéquats, il y a deux solutions : soit jouer pendant des mois pour upgrader vos joueurs, soit…

Soit céder à la tentation du Pay-to-Fast ! Autrement dit, si vous êtes quelqu’un d’impatient, ce procédé consiste à payer pour obtenir un petit (ou un gros) coup de pouce ! Payer pour avoir beaucoup d’argent in-game, pour monter rapidement vos niveaux… Vous serez ainsi dans la course, mais le jeu vous aura coûté beaucoup plus que le prix de départ ! Vous avez besoin de points pour le mode MyTeam ? Un million de points, ça vous va ? Et bien, c’est 150 balles ! Faire augmenter votre note globale pour rester dans le coup ? Là encore, pour obtenir les VC nécessaires (Virtual Currency, monnaie virtuelle), les euros défilent par dizaines !

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Red Dead Redemption : un portage superbe mais qui reste un jeu de 2010

Comme la plupart des jeux aujourd’hui, NBA 2K24 propose un pass saisonnier, à acheter en plus. Mais là encore, si augmenter de niveau en mode MyTeam ou MyCareer rapporte des cadeaux, des cadeaux supplémentaires peuvent être obtenus… Contre une petite rallonge. Soit 9,99€ par saison ! Pour passer plusieurs niveaux d’un coup, vous pouvez aussi choisir le pass Hall of Fame, qui est affiché à 19,99€. Et si vous voulez encore augmenter, chaque passage de niveau peut ensuite être acheté pour 1,99€. Ça y est, vous êtes interdit bancaire !

Comme je l’ai expliqué plus haut, il est tout à fait possible de s’amuser sans claquer son argent. Mais votre progression sera plus compliquée car plus lente, beaucoup plus lente. Le jeu est conçu pour que vous ayez besoin de monter plus vite, pour que vous brûliez les étapes ! Mais même si 2K Games est coutumier du fait (on le voit aussi dans la série WWE 2K, ou dans le dernier Lego 2K Drive), on ne jettera pas la pierre à cet éditeur qui est loin d’être le seul à utiliser ce procédé quelque peu contestable. Mais on vous rappelle quand même que vous êtes libre d’adhérer ou non. Et si vous en avez les moyens, c’est à vous de voir…

Au final

Vous l’aurez compris : sur fond de rentrée sportive qui va voir arriver la plupart des jeux vidéo licenciés en foot, hockey, MMA, et autres… NBA 2K24 s’impose comme une dinguerie dans la catégorie basket. En même temps, on parle de la licence qui a littéralement atomisé la concurrence (NBA Live d’EA Sports notamment), et navigue seule depuis quelques années… Le jeu de Visual Concepts ne révolutionne pas sa recette. Et repose même sur ses acquis (un MyCareer initié l’an passé, un mode MyTeam qui monopolise la moitié des joueurs depuis des années…). Mais il le fait bien, suffisamment pour susciter le besoin de se procurer cette nouvelle édition.

Mais alors, au bout du compte, faut-il craquer pour cette édition 2024 ? Et bien… J’ai envie de vous dire que l’investissement n’est pas forcément nécessaire si vous possédez déjà NBA 2K23. Et que vous avez investi un demi-million d’euros dans ses microtransactions. Avouez que tout reprendre à zéro avec un jeu de base vendu 80€, ça fout les boules… En revanche, si vous aviez perdu de vue la licence depuis quelques années, ou si vous cherchez un bon jeu de sport pour cette rentrée… Il n’y a pas à hésiter un seul instant ! Pourquoi ? Et bien, sans doute parce que nous avons là le meilleur jeu de sport collectif de l’année… Sous réserve de surprises par un autre jeu que j’attends beaucoup et qui se joue sur la glace…


NBA 2K24

  • Par : Visual Concepts pour 2KGames
  • Sur : XBox One et Series X/S, PS4 et PS5,
  • Genre : basket
  • Classification : PEGI 3
  • Prix : 69,99€ pour la version standard sur PS4 et XOne, 79,99€ sur PS5 et Series X/S, 59,99€ sur Switch. Comptez 99,99€ pour l’édition Black Mamba (avec de nombreux bonus).
  • Conditions de test : Testé sur une version Black Mamba fournie par l’éditeur, sur PS5, avec une grosse trentaine d’heures de jeu au compteur.

Les points positifs :

  • Visuellement c’est magnifique
  • La mise en scène : un vrai show à l’américaine
  • La bande-son
  • Une jouabilité exigeante, mais gratifiante
  • Le système de récompenses plus accessible
  • La Ville, un jeu dans le jeu
  • La W-NBA
  • ProPlay fait des étincelles
  • Un jeu extrêmement généreux, une durée de vie conséquente
  • Du cross-play PS5/Series X-S
  • Kobe Bryant

Les points négatifs :

  • Les microtransactions : la note peut être (très) salée
  • Pas de grosse nouveauté au niveau des menus : c’est grosso modo le même qu’en 2023
  • The City uniquement sur les consoles les plus récentes
  • Le fossé en matière de contenu entre l’ancienne et la nouvelle génération : le cross-play et ProPlay, ce n’est pas pour la PS4 et la XBox One