Dans la peau du personnage de… Bayonetta

0 23

Pour être honnête, vous parler d’une légende du jeu vidéo comme Bayonetta, ça faisait un petit moment que l’on y pensait. Mais alors que la célèbre sorcière de PlatinumGames fait l’actualité avec le troisième jeu à son nom, sans doute est-ce le moment idéal pour revenir sur cette véritable icône de la culture gaming.

C’est l’histoire d’une licence… Pas si vieille

Il n’est pas nécessaire d’être né(e) à la fin des années 70, ou dans les années 80, pour être une icône du jeu vidéo. Un bon exemple pourrait être le cas Bayonetta. Une héroïne apparue il y a un peu plus de 10 ans seulement. Plus précisément 2009 pour le Japon, et 2010 pour le reste du monde. Il y a 12 ans, sur PlayStation 3 et XBox 360.

Les jeux sont développés par PlatinumGames. Fait assez curieux, la plupart des joueurs pensent aujourd’hui que Bayonetta est une licence exclusive à Nintendo. Ce qui est faux, et assez paradoxal quand on sait que le premier opus, qui était alors édité par Sega, n’arrivera qu’en 2014 sur la Wii-U. En revanche, il est vrai qu’en 2012, Nintendo annonce un Bayonetta 2 exclusif à ses machines. De même pour Bayonetta 3, qui vient de sortir cet automne sur Switch. Et qui est une exclusivité sur cette console.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Bayonetta 3, taillé pour ensorceler votre Switch ?

Puisque l’on parle du développement de la série, il est aussi intéressant de s’attarder sur l’histoire de PlatinumGames. Un studio qui a été créé par quelques talents de Clover Studio, un ex-studio interne de Capcom. Il se crée autour de quelques développeurs renommés, comme Shinji Mikami (le papa de Resident Evil ou Devil May Cry), Hideki Kamiya ou Yusuke Hashimoto.

Le premier jeu du studio sera l’excellent mais sanglant Madworld, sur Wii. Dans leur catalogue, on retrouve également Bayonetta (trois épisodes)… Mais aussi Astral Chain, The Wonderful 101, Vanquish, Metal Gear Solid Revengeance, NieR Automata, Starfox Zero

Chasse aux sorcières

J’espère que vous êtes bien accrochés, et que vous avez du temps, car l’histoire de Bayonetta va être longue. Sans doute aussi longue que sa propre vie, puisque notre héroïne du jour est née en 1411, dans la maison familiale de Vigrid. Et dans les jeux vidéo, si vous vivez aussi longtemps, vous êtes soit un vampire comme Kain, soit une sorcière. Et nous allons gagner du temps : Bayonetta, ou plutôt Cereza de son vrai nom, est de cette deuxième catégorie. Le premier jeu nous dévoile une sorcière amnésique, qui sort d’une stase de 500 ans au fond d’un lac.

Ne se souvenant plus de son nom, elle se fait appeler Bayonetta. Un nom qui est écrit sur les rubans qui nouent ses cheveux. Au fil de l’aventure, on découvre que Bayo est l’une des toutes dernières Sorcières d’Umbra. Une survivante ayant échappé à une gigantesque chasse aux sorcières. Elle est la fille de Rosa, une sorcière très puissante, et de Balder, l’un des Sages de Lumen (les ennemis des sorcières). Une union contre-nature qui conduit son père à être chassé de son clan, et sa mère à un emprisonnement à vie, avec sa fille surnommée « l’Enfant Impure » ! Cependant, Cereza va être formée aux techniques de combat d’Umbra, et y fera la connaissance de Jeanne.

► LIRE AUSSI : Dans la peau du personnage de… Terra Branford (Final Fantasy VI)

Pour le reste, on retrouvera ici le thème du combat entre l’ombre et la lumière, les deux opposés. Avec d’un côté les Sorcières de L’Umbra, maîtresses des ténèbres, et de l’autre les Sages de Lumen, que l’on associe à la lumière. Deux camps qui se sont quasiment entretués il y a plusieurs siècles, ne laissant que peu de survivants de chaque coté. Jeanne finira par feindre le meurtre de Bayonetta, en l’enfermant dans un cercueil avec l’un des trésors d’Umbra, l’œil gauche de l’ombre, et en la plongeant dans un lac pendant 500 ans. Juste après, Jeanne est capturée par le dernier survivant de Lumen, Balder. Qui est le propriétaire de l’œil droit de l’ombre.

La suite, vous vous en doutez : Bayonetta se réveille 500 ans plus tard. Elle part alors en quête de cet artefact magique, qu’elle pense capable de lui rendre ses souvenirs. Mais pour cela, elle doit vaincre Balder. Bienvenue dans Bayonetta premier du nom. Et la suite, et bien… Je ne peux que vous encourager à jouer aux jeux, afin de la découvrir par vos propres moyens.

Ma sorcière bien aimée

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Bayonetta est à des années lumières du stéréotype de la sorcière classique, avec son nez crochu, ses verrues et son look de vieille femme décrépie. Ici, PlatinumGames nous dépeint une sorcière ultra-sexy, tant pour son look que pour ses postures, ou pour sa tenue moulante au décolleté généreux. Brune, avec des cheveux très longs (qu’elle coupe dans le 2e opus), l’image de Bayonetta est indissociable de ses lunettes, qu’elle ne quitte jamais. Son créateur Hideki Kamiya compare ses binocles à des sous-vêtements, et confesse que selon lui, ce serait un peu violer l’intimité de Bayo que de lui enlever ses lunettes.

Derrière les courbes sexy de Bayonetta, ses créateurs ont aussi voulu en faire une femme fatale, au sens propre comme au sens figuré. Comprenez par là une combattante acharnée qui déboite ses adversaires avec délectation, qui prend plaisir à exterminer à grands coups de pétoire ! Et si on devait retenir deux traits de caractère de notre sorcière bien aimée… Ce serait sans aucun doute son insolence, son sens de la punchline bien placée dans les dents… Et sa grâce légendaire. Oui, Bayonetta aime tuer… Mais elle aime le faire avec classe, avec style !

► LIRE AUSSI : Dans la peau du personnage de… Lara Croft (Tomb Raider)

Bayonetta est un jeu d’action. Votre héroïne se bat à la fois en utilisant de la magie, et en tirant avec des armes à feu. Elle utilise quatre revolvers : deux dans ses mains, et deux dans ses talons. Ce qui offre pas mal de perspectives, pour un gameplay particulièrement nerveux et acrobatique. Qu’il s’agisse des tirs ou des sorts de magie utilisés, la clé réside dans un parfait timing des commandes. Plus vous êtes dans le rythme, et plus Bayo va enchaîner et déclencher des attaques dévastatrices.

Comme toutes les sorcières de l’Umbra, Bayonetta possède des caractéristiques et des sorts représentatifs de sa caste. Ainsi, elle peut par exemple user de la Voie des Sorcières, technique propre à l’Umbra qui permet de se déplacer sur les murs ou les plafonds. On pourrait aussi citer la bestialité, qui lui permet de se changer en panthère, chauve-souris, corbeau ou serpent… Avec les facultés qui vont avec. Et puis, comme toutes les sorcières, Bayonetta a signé un pacte avec un démon qu’elle peut invoquer. En ce qui la concerne, il s’agit de Madame Butterfly. Par la suite, on découvrira d’autres démons, comme Phantasmaraneae dans Bayonetta 3. De même, le troisième opus amène de nouvelles techniques, comme la mascarade démoniaque ou la danse de soumission…

Les copains d’abord

Comme dans la plupart des jeux vidéo, le lore de Bayonetta comporte aussi de nombreux personnages, qui sont autant d’alliés dans l’accomplissement de sa quête. Et le premier allié auquel on pense est évidemment Jeanne. Comme Bayonetta, cette sorcière blonde, d’origine Française, est l’une des dernières survivantes d’Umbra. Cutie J, comme on la surnomme parfois, est une amie d’enfance de Bayonetta, et comme elle, elle a plus de 500 ans. Elle a passé un pacte avec le démon Madame Styx. Enseignante dans le civil, elle est la seule en qui Bayonetta ait réellement confiance.

Apparu dans le premier jeu, Luka Redgrave est un journaliste qui traque Bayonetta afin de la révéler au grand jour, pensant qu’elle est responsable du meurtre de son père (qui a été tué en tirant Bayo de son long sommeil). Quelques quiproquos élucidés plus tard, ils deviendront alliés. Luka n’est jamais loin quand ça chauffe ! Plus tard, il deviendra aventurier, pour aider Bayonetta tout en enquêtant sur les sorcières de l’Umbra.

► LIRE AUSSI : Dans la peau du personnage de… Kazuma Kiryu (Yakuza)

La première fois qu’on nous présente Rodin, c’est en tant que gérant du bar Les Portes de l’Enfer. Par la suite, on découvrira que celui que l’on surnomme aussi L’Infini est en réalité un ange déchu du Paradis. Rodin est l’allié qui fournit Bayonetta en armes, techniques, objets et accessoires divers. On l’associe aussi parfois à Enzo, l’un de ses amis et escroc notoire. Enzo joue le rôle de l’informateur.

Enfin, le dernier personnage apparu dans Bayonetta 3 se nomme Viola. Cette jeune femme blonde au look punk a pactisé avec le démon Cheshire (Chouchou en VF), qui fait évidemment penser au chat dans Alice au Pays des Merveilles. On découvre que Viola est aussi une sorcière de l’Umbra, venue d’un monde alternatif. D’ailleurs, cette jeune femme susceptible n’aime pas lorsque Bayonetta la surnomme « Kitty » (chaton en anglais). Qui est-elle vraiment ? On l’apprend dans Bayonetta 3 mais il est encore trop tôt pour vous révéler ce secret 😉

Une histoire de… Cheveux

Hormis le fait que Bayonetta change de coupe de cheveux dans chaque épisode… Saviez-vous que les cheveux ont une importance plus grande que vous ne le pensiez ? D’ailleurs, saviez-vous aussi que, dans le premier épisode, l’héroïne a failli avoir des cheveux courts ? Les premiers designs allaient en ce sens.

Bayonetta a des cheveux longs. Très long même, et ils font partie intégrante de sa magie (et de sa garde-robe)… Un choix artistique qui va au delà de la notion de chara-design, ou de la mécanique de gameplay. Car saviez-vous qu’autrefois, le cheveu avait un lien avec la sorcellerie ? On raconte ainsi que les sorcières offraient leurs cheveux au diable lors du Sabbat. De même, on raconte que les incubes (des démons masculins qui abusent des femmes pendant leur sommeil) préféraient les femmes avec de beaux cheveux longs. Par extension, au Moyen Age, une femme aux cheveux longs était plus facilement associée à la sorcellerie (si en plus elle était rousse, c’était le combo gagnant pour un aller simple vers le bûcher).

► LIRE AUSSI : Dans la peau du personnage de… Samus Aran (Metroïd)

Dans le premier épisode, l’héroïne du jeu porte des rubans dans ses cheveux. Sur ces rubans, dans la langue des démons, il est écrit « Bayonetta » ! C’est là que notre sorcière alors amnésique a trouvé l’inspiration pour son nouveau nom…

Mieux, selon le réalisateur de Bayonetta 2, Yusuke Hashimoto, rappelle que la jeune sorcière ne porte pas de vêtements, puisque ses cheveux sont ses vêtements. Bayonetta peut donc modeler ses fringues comme elle change de coupe. On peut le voir dans le second épisode, dans lequel elle porte des cheveux courts. Selon Yusuke Hashimoto, elle ne les a pas coupés, ils ont juste changé de forme, comme sa tenue…

Doublage : la polémique

Bayonetta est d’origine anglaise. Aussi, les développeurs ont-ils voulu qu’elle soit doublée par une comédienne Britannique, ne serait-ce que pour son accent. Dans les deux premiers opus, elle est donc doublée par la Londonienne Hellena Taylor. Puis, dans le 3e volet, c’est l’américano-canadienne Jennifer Hale qui reprend le flambeau (vous la connaissez déjà si vous avez joué à Mass Effect). Mais pourquoi ?

Il ne vous aura pas échappé qu’il y a quelques semaines, juste avant la sortie du jeu, un scandale a éclaté. Hellena Taylor invitait alors les joueurs à boycotter le jeu, pour la même raison qui l’a conduite à refuser le rôle pour la troisième fois. Elle prétextait alors un salaire insuffisant proposé par Platinum Games. Soit 4000 dollars. Elle postait une vidéo vue plus de 9 millions de fois sur Twitter, dans laquelle elle dénonçait notamment de l’exploitation…

► LIRE AUSSI : Dans la peau du personnage de… Ezio Auditore (Assassin’s Creed)

Et puis… Le développeur du jeu a par la suite échangé avec Jason Schreier, éminent journaliste de Bloomberg, qui a ses entrées dans le monde du jeu vidéo. Documents à l’appui, Platinum Games a démontré au journaliste qu’Hellena Taylor devait être embauchée pour 5 sessions d’une durée de 4 heures en studio. Avec un salaire de 3000 à 4000 dollars par session. Soit un chèque entre 15 000 et 20 000 dollars. Ce n’est plus la même chose…

Hellena Taylor aurait alors réclamé une « somme à six chiffres » selon Schreier. C’est à ce moment que le studio aurait décidé d’embaucher une autre doubleuse. Contactée par Bloomberg, Taylor a simplement répondu par mail, parlant de « mensonge absolu » et campant sur ses positions…

Bayonettothèque

Voici la liste des jeux dans lesquels apparaît notre sorcière

  • 2010 : Bayonetta (PS3, X360)
  • 2014 : Bayonetta (Wii-U)
  • 2014 : Bayonetta 2 (Wii-U)
  • 2018 : Bayonetta 2 (Switch)
  • 2018 : Bayonetta + Bayonetta 2 (Switch)
  • 2020 : Bayonetta (remasterisé sur PS4 et XOne)
  • 2022 : Bayonetta 3 (Switch

On peut aussi citer ses apparitions dans des jeux autres que la licence Bayonetta.

  • Fin 2015, elle est un personnage DLC de Super Smash Bros Wii-U/3DS. Elle rejoindra aussi le roster de Super Smash Bros Ultimate.
  • Bayonetta, Jeanne et Rodin sont des personnages jouables dans The Wonderful 101.
  • Bayonetta apparaît aussi dans Samurai & Dragons. Mais ce jeu de combat stratégique n’est sorti qu’au Japon, sur PS-Vita.
  • En 2013, elle est un DLC jouable de Anarchy Reigns (Max Anarchy au Japon), un beat ’em up online de PlatinumGames.
  • En 2019, Bayonetta et Jeanne apparaissent dans Dx2 Shin Megami Tensei : Libération.

J’me coucherai moins bête

Comme le veut notre tradition, voici en vrac quelques anecdotes à retenir à propos de notre personnage du jour, Bayonetta.

  • Son véritable nom est Cereza.
  • Aujourd’hui, dans Bayonetta 3, notre héroïne vit à New York, et est devenue nonne. Ce qui ne l’empêche pas de partir fréquemment pour de longues séances de shopping.
  • « Let’s dance, boys! » C’est la phrase qu’elle prononce à la fin des jeux. On pourrait presque y voir un clin d’œil au « Let’s rock, baby » de Dante dans Devil May Cry.
  • D’ailleurs, elle utilise la citation « Let’s rock, baby » dans plusieurs jeux. Une citation qu’elle a piqué à Dante, comme le « Flock off, feather face » qu’elle lance au boss Fortitudo… Qui est une citation de Dante de Devil May Cry.
  • Sur la montre de Bayonetta (sur sa poitrine), on peut lire le chiffre 14111219. Il correspond à sa date de naissance : le 19 décembre 1411.
  • On ne voit jamais Bayonetta sans ses lunettes. Dans une scène du premier jeu, elle les enlève, mais la scène est montrée hors-champ. Hideki Kamiya l’explique par le fait que, pour Bayonetta, ses lunettes sont comme des sous-vêtements, elle ne se montre pas sans…
  • Bayonetta est d’origine Anglaise. Jeanne, elle, est Française. D’ailleurs, ses armes se nomment d’Artagnan, Athos, Porthos et Aramis, et on peut y lire la devise Un pour tous, tous pour un.
  • Dans le premier jeu, Bayonetta surfe une vague de lave. Elle dit alors « Dancin’-a-go-go, baby! » qui est une phrase venant du jeu Viewtiful Joe, de Capcom.
  • Dans les jeux, on trouve de nombreuses références à Alice au Pays des Merveilles. La plus évidente étant le démon Cheshire qui fait référence au fameux chat. Viola a signé un pacte avec ce démon, qui fait penser à une peluche appartenant à Cereza enfant…
  • Bayo a failli être un personnage jouable de Sonic All-Stars Racing Transformed. Mais les développeurs ont abandonné l’idée, car s’ils souhaitaient être raccord avec le personnage, le PEGI/ERSB aurait changé pour cibler les plus grands.
  • Au Japon, Bayonetta est doublée par Atsuko Tanaka (Motoko Kusanagi dans Ghost In The Shell, ou Lisa Lisa dans Jojo’s Bizarre Adventure).
  • Dans chaque nouveau jeu, elle change d’armes et de coupe de cheveux.
  • Dans le 1er épisode, elle peut avoir une arme nommée Lt. Col. Kilgore. C’est le nom d’un personnage du film Apocalypse Now.

LIRE AUSSI :

vous pourriez aussi aimer More from author

Et maintenant c'est à vous de réagir... N'hésitez pas à nous laisser un commentaire ;-)