Third Editions : piqure de rappel nécessaire avant d’attaquer Kingdom Hearts 3

Testé à partir des deux ouvrages, envoyés par l'éditeur

0 154

Nous vous avions déjà parlé des deux ouvrages, parus chez Third Editions, consacrés à la saga Kingdom Hearts. Deux ouvrages à lire absolument avant d’attaquer Kingdom Hearts 3. Voilà pourquoi…

On ne va pas épiloguer pendant des siècles sur la qualité de ces ouvrages. C’est du Third Editions et, depuis le temps, vous savez ce que l’on en pense. Encore une fois, l’éditeur fait montre d’une qualité et d’une documentation qui classe ses ouvrages parmi les meilleurs, et les plus complets actuellement sur le marché. Oui, je sais, ça fait « flatterie gratuite » présenté comme ça… Mais c’est un fait : les livres non-illustrés de Third nous offrent beaucoup plus de consistance que la plupart des écrits sur des thèmes identiques…

Et aujourd’hui, donc, nous allons nous intéresser à deux ouvrages en particulier… Ô combien d’actualité, car ils vont vous permettre de réviser vos bases avant de plonger dans Kingdom Hearts III. Et ça tombe bien, car derrière son apparence bonbon-pastel façon Disney, la licence figure parmi les plus complexes dans le petit monde du jeu vidéo.

Un double ouvrage

 

Cette Légende Kingdom Hearts, parue dans la collection RPG de l’éditeur, est signée par un spécialiste en la matière, à savoir Georges Grouard, que les fans de jeux vidéo connaissent davantage sous le pseudo Jay. Et pour cause : notre homme est le créateur du magazine spécialisé Gameplay RPG, rien que ça !

Pour ce qui est d’expliquer Kingdom Hearts, il y a tant de choses à dire que l’éditeur a fait le choix de scinder l’ouvrage en deux parties bien distinctes.

► Lire aussi : TEST : KH III : une conclusion à la hauteur du rêve féerique de Square-Enix et Disney ?

Dans la première, Jay ne se focalise que sur l’aspect « industriel » du jeu. Création. Le Royaume du Coeur s’intéresse donc à l’élaboration du jeu, à sa conception, à son concept insolite (unir les univers de Square-Enix et de Disney)… Soit 416 pages pour avoir tous les outils permettant de comprendre le phénomène, et son processus créatif, son évolution, son impact dans la pop-culture…

Le tome 2, quant à lui, ira davantage en profondeur dans le contexte, dans le scénario. D’où son sous-titre : Univers et décryptage. De l’ombre à la lumière. Et si l’on s’intéresse un minimum à Kingdom Hearts, on sait déjà qu’un gros pavé nous attend, tant il y a à dire. Et ça se confirme : 600 pages, ça ne rigole plus !

Deux lectures

Parlons maintenant du contenu des ouvrages, et de leur lecture. Et ici, c’est assez drôle de constater que ces deux livres ne se lisent pas du tout de la même façon. Le premier tome se lit en étant plus détendu, sans prise de tête. L’ouvrage nous apprend de nombreuses choses sur ce développement complexe, et sur ce qui deviendra un phénomène planétaire. Le lecteur se laisse embarquer.

Les choses se compliquent avec le second volume, qui aborde quant à lui un scénario relativement compliqué. Cette fois, on froncera plus souvent les sourcils, une aspirine à portée de main. Car si le texte est plutôt bien écrit, il est plutôt généreux (je vais y revenir plus bas) en termes d’explications… Nous parlons d’une histoire qui s’est construite autour de dix jeux, chacun apportant sa pierre à l’édifice. Une licence qui, comme un bon film d’auteur, devient très vite compliquée à suivre si vous en avez loupé un tronçon.

► Lire aussi : Baldur ‘s Gate – L’Héritage du Jeu de Rôle : le phénomène décortiqué

J’attendais beaucoup de cet ouvrage, ayant totalement zappé la version mobile de Kingdom Hearts, et n’étant pas rentré plus que cela dans la version Nintendo DS. Et non seulement Jay fait la lumière sur de nombreux points obscurs du scénario… Mais de plus, le bougre se permet de m’apprendre plein de choses, à moi qui me pensais parmi les plus grands fans du jeu…

Des points positifs et négatifs

Dans les deux cas, on ne peut que féliciter l’auteur pour la masse de boulot abattu. Juste colossal ! Encore une fois, ces deux ouvrages sont extrêmement détaillés et documentés, très précis, et je pense sincèrement que, une fois ces pavés refermés, tout a été dit ! On sent la vrai passion derrière la plume !

Cependant, il n’existe pas d’engrenage sans son petit grain de sable qui fout le bordel. Et ici, pour le premier tome, j’ai tout de même comme une envie de pointer le nombre de fois, un peu trop important à mon goût, où l’auteur tease le volume 2. Oui, Jay, on a compris qu’il y aura un second tome consacré à l’histoire… Inutile de le répéter aussi souvent 🙂

De même, toujours dans le premier tome, l’auteur donne parfois l’impression qu’il a tant d’infos à nous donner qu’il ne sait plus où les mettre, et les lâche là où il trouve de la place. Comme pour boucher des trous… Entre chaque jeu traité, on trouvera par exemple des interludes beaucoup trop longs, qui cassent le rythme de lecture.

Au moment d’entrer dans le second tome, j’ai eu comme un gros doute. Pourquoi cette première partie consacrée à mon idole Yoko Shimomura, la compositrice des musiques ? Cette partie n’aurait-elle pas eu sa place dans le tome 1 ? Et pourquoi une seconde partie consacrée aux philosophes antiques ? Le lien avec Kingdom Hearts est intéressant (et surprenant), mais je comprends mieux maintenant pourquoi ce pavé tient en 600 pages !

Bref, passons à l’histoire. Et là, le constat sera le même que pour le premier volume : caser un milliard d’infos dans 600 pages, ça s’appelle de la sorcellerie ! D’autant que l’éditeur aurait pu se faire l’économie de certains passages redondants (comme la mythologie de Kingdom hearts, expliquée à plusieurs endroits différents). Ici encore, l’ouvrage nous abreuve plus que de raison d’anecdotes, et on est parfois frustré de devoir revenir en arrière, avec l’impression d’avoir perdu le fil…

Ces livres tiennent-ils leurs promesses ?

Oui, évidemment. Comme je l’ai écrit plus haut, ces deux ouvrages sont actuellement les plus documentés sur le sujet. Encore une fois, on sent à chaque page que Jay est passionné par son sujet, et bouillonne de le partager…

Mais c’est justement là où il y a un hic. On le sait tous, lorsque l’on est un vrai passionné, il est parfois difficile de canaliser son enthousiasme. Et c’est ici le cas avec ce cher Jay. On aurait vite fait de penser qu’il est le fan N°1 de la série, tant il a de choses à nous dire. Mais justement, son enthousiasme nous perd hélas à plusieurs reprises, entre idées redondantes (qui reviennent à deux ou trois reprises, dans des parties différentes de l’ouvrage) et anecdotes qui semblent casées à tel endroit un peu par défaut.

► Lire aussi : Générations Mario & Générations Sonic : TOUT ce que vous avez toujours voulu savoir sur le plombier et le hérisson…

Et au final, le lecteur pourra se perdre assez facilement s’il ne se concentre pas un minimum, comme Jay se perd parfois à vouloir faire tenir un milliard de choses dans ses pages. Mieux organisé, et en éliminant quelques redondances, le second ouvrage aurait pu, sans problème, tenir avec 150 pages de moins…

Il n’empêche que, comme je l’ai dit, ces deux livres sont actuellement les écrits les plus complets et les plus documentés sur Kingdom Hearts. Deux ouvrages qui ont donc une place légitime dans votre bibliothèque de gamer. À plus forte raison si vous êtes fan de la série, ou que vous souhaitez vous lancer dans le dernier né de Square-Enix et Disney…


La Légende Kingdom Hearts

 

On aime :

  • Beaux objets
  • La couverture, soft mais plutôt chouette
  • Lecture agréable pour le tome 1
  • Un tome 2 archi-documenté
  • Un auteur qui connaît très très bien son sujet
  • Deux pavés pour une série exceptionnelle
  • Une piqûre de rappel obligatoire, pour une série complexe
  • Un rapport qualité-prix plus que correct

On n’aime pas :

  • Pas d’illustrations
  • Quelques redondances (surtout dans le tome 2)
  • Des points qui ne semblent pas être à leur place
  • Des interludes trop longs
  • Trop de teasing pour le volume 2 dans le 1er tome ^^
 .

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.