Il y a un peu moins d’un an sortait Sonic Frontiers, permettant de faire voyager le hérisson bleu dans un monde ouvert. Ce mois d’octobre arrive un nouveau jeu, Sonic Superstars, qui renoue cette fois avec la plateforme à l’ancienne. Enfin… Pas si ancienne que ça au regard des superbes graphismes annoncés par les différents trailers. Mais le jeu est enfin là, et il est temps de vous donner notre avis sur ce nouveau Sonic.

La « guerre des consoles » des années 90 de retour ?

Je me souviens : Dans les jeux vidéo des années 90, Sonic était au sommet de la chaîne alimentaire, aux côtés d’un certain Super Mario. On parlait alors de « Guerre des Consoles » qui opposait les deux 16 bits les plus emblématiques de l’époque : la Super Nintendo d’un côté, la Megadrive (ou Genesis aux USA) de l’autre. Sonic, c’était alors cette licence un peu punk, qui était venu provoquer l’indéboulonnable Mario. Misant sur sa vitesse, le hérisson de Sega a su trouver sa place dans un marché que l’on croyait bouché, occupé par Big N.

Les deux marques se seront fait la « guerre » pendant toute une génération de consoles. À l’époque, avoir l’une des consoles était pratiquement un choix politique. Si tu possédais une Super Nintendo, tu étais un anti-Sega, et inversement ! Si tu jouais à Sonic 1, 2 ou 3, tu crachais sur Super Mario World dans la cour de récré… En théorie en tout cas, car dans les faits, j’espère être la preuve vivante que tu pouvais aimer les deux. Même si tu ne possédais que l’une des consoles, tu avais forcément un ami qui pouvait te faire essayer la machine d’en face…

► Lire aussi notre test : Sonic Origins Plus : 30 ans après, Sega toujours plus fort que toi ?

Et puis, la suite, on la connaît. Sega qui se retire du marché des consoles, Sonic qui se rapproche de Mario… La rivalité d’antan n’a plus lieu d’être. Mario a continué à surfer sur la vague du succès. Sonic, de son côté, a démarré une descente aux enfers dès lors qu’il est passé à la 3D. Et aussi une descente dans l’opinion collective (bien qu’il ait encore ses fans). Au point qu’aujourd’hui, dès que sort un jeu Sonic, et surtout s’il est en 3D, la critique va le descendre avant même qu’il ait pu faire ses preuves, avant même d’avoir pu l’essayer. Avec parfois de belles revanches pour le hérisson, comme avec un Sonic Mania extraordinaire, digne héritier des premiers Sonic the Hedgehog sur 16 bits.

Le nouvel épisode, disponible sur tous les supports du moment, se nomme Sonic Superstars. Sur le papier, l’intention de Sega est de nous proposer une nouvelle version, plus moderne, des Sonic classiques. Autrement dit, un jeu d’action en 2D, en défilement horizontal avec les sensations de vitesse propres aux jeux Sonic… Mais avec une nouvelle formule plus moderne, avec des graphismes en 3D. Et forcément, tout ceci nous donne envie de vérifier si ce mélange fonctionne. Pour un test qui, pour nous, revêt un goût particulier, puisqu’il nous replonge dans la regrettée époque de La Guerre des 16 Bits !! Car ce mois-ci, les deux anciens rivaux entrent sur le ring : Super Mario Bros Wonder d’un côté… Et Sonic Superstars de l’autre ! Drôle de hasard !

Choose your fighter !

Décidément, Sega est très en forme en ce moment. À peine un peu moins d’un an après la sortie du surprenant openworld Sonic Frontiers, et trois mois après l’excellent Sonic Origins Plus (compile des trois premiers Sonic sur Megadrive)… Le hérisson bleu et sa bande de copains adeptes de vitesse sont de retour sur consoles et PC. Avec un Sonic Superstars qui entend jouer sur les différents tableaux. De la plateforme 2D à l’ancienne, avec un jeu en défilement latéral (de la gauche vers la droite)… Mais le tout avec des graphismes 3D dignes des jeux de 2023. Voilà la base pour ce nouveau Sonic the Hedgehog, qui semble avoir dans le viseur autant les jeunes joueurs que les fans des années 90.

Et justement, il suffit de lancer le jeu pour que le voyage dans le temps commence. La cartouche s’ouvre sur une séquence en dessin animé, avec une chanson bien pêchue, et dans l’esprit d’un jeu Sonic… Bon sang, mais c’est bien sûr ! Toute première impression sur ce test, avec la sensation de revenir en 1993, sur ce petit bijou qu’est Sonic CD, sur le regretté MegaCD de la Megadrive. De ce point de vue, l’expérience débute plutôt bien, et le joueur nostalgique a cette envie de laisser cette intro se dérouler, sans l’interrompre. Jusqu’à ce qu’arrive l’invitation à presser une touche de la manette.

► Lire aussi notre test : Sonic Frontiers, nouvel espoir pour les fans de Sonic ?

Et nous y voilà : le jeu nous lâche dans un jeu de plateformes qui se déroule comme les titres de la grande époque 16 bits : 11 mondes thématiques inédits qui se divisent en 26 actes (généralement 2 actes par monde mais parfois plus)…Autant dire que le joueur va voyager. Et même si on notera l’absence, en guise de tout premier niveau, de l’emblématique Green Hill Zone. Mais Bridge Island, premier tableau du jeu, s’en inspire tant dans son aspect visuel que dans son level-design. Ce qui en fait le niveau parfait pour prendre le jeu en main… On traversera ensuite une forêt, un monde verdoyant, un monde de glace, un casino, etc. Et bien évidemment, chaque niveau peut aussi vous envoyer vers une ou plusieurs zone(s) bonus, dans le but de récupérer les fameuses Chaos Emeralds.

Du coté du roster, on retrouvera le quatuor légendaire, chacun avec ses propres aptitudes. Sonic pour la vitesse ; Tails et sa capacité à voler ; Amy Rose qui peut tabasser les ennemis avec son marteau ; Et Knuckles qui peut planer et escalader les parois. Le joueur pourra ainsi, d’une part, choisir son personnage, mais pourra aussi être aidé par un ami grâce à un mode co-op. Par la suite, une fois que vous aurez terminé le jeu une première fois, vous débloquerez un cinquième personnage jouable. Avec ses propres facultés, un peu plus de challenge et son propre arc narratif… Ce qui assure une certaine rejouabilité au jeu. Et ça tombe bien car, du coté de la durée de vie, ne comptez pas plus de cinq ou six heures pour le mode principal.

Un jeu qui mise sur le multijoueur ?

Le mode Histoire, c’est la base ! Le premier que vous allez terminer, que vous soyez fan depuis longtemps, ou nouveau venu dans l’univers de Sonic. Pourtant, il ne vous aura pas échappé que, très vite dans le processus de communication du jeu, Sega a copieusement mis en avant le mode multijoueur, jouable à 8 en simultané. Et plus précisément le mode Combat. Un mode pensé pour que vous puissiez vous éclater entre amis, ou contre des adversaires inconnus via votre connexion internet.

Là où il aurait pu se contenter du minimum syndical, ce mode Combat se permet le luxe de varier son gameplay, en vous proposant quatre types de jouabilité. La Chasse aux Étoiles vous demande ainsi de collecter plus d’étoiles que vos adversaires, avant la fin du chrono. Dans Survie, des boulets de canon arrivent de partout, et évidemment, votre but est de survivre (c’est écrit dessus). Vient ensuite la Course où devinez quoi : vous devez franchir la ligne d’arrivée avant les autres concurrents. Enfin, le Combat Électrique est une sorte de balle au prisonnier, où vous devez lancer une balle pour électrifier vos adversaires. Mais sans vous faire toucher.

► Lire aussi notre test : Sonic Colours Ultimate : remake polychrome ou couleurs primaires ?

Mais en réalité, le joueur déchante très vite. Et pour plusieurs raisons. Ce mode vous permet de jouer avec des versions robotisées de nos héros, ainsi que d’autres bots inédits… Que vous pourrez customiser en achetant de nombreuses pièces : têtes, corps, jambes, etc. Mais cet aspect « collectionnite » ne fonctionne qu’un temps. Très vite, le coté redondant de ce mode prend le dessus, et on se lasse de devoir refaire les mêmes niveaux, en online ou en local, pour débloquer de simples effets cosmétiques. Et puis, on ne l’a pas précisé, mais on constate aussi une chute de qualité graphique. Les niveaux de ce mode multijoueur sont étrangement moins beaux que ceux du mode Histoire.

Le mode Histoire est lui aussi jouable en coopération, en local. Plus précisément, vous pouvez jouer jusqu’à quatre. Mais cette façon de jouer devient vite une galère ! La caméra s’enflamme et se met à faire n’importe quoi. Bref, c’est vite le bordel. Ce qui est bien dommage car l’idée était vraiment sympa sur le papier…

En toute simplicité

Sonic Superstars est un jeu qui nous a séduit par sa simplicité. Et je ne parle pas ici de niveau de difficulté. Mais bien du fait que nous avons ici un jeu qui ne se prend pas la tête, sans chichi. Il plante les bases ! Sans chercher le superflu, il va droit à l’essentiel, nous donne ce qu’on attend d’un bon jeu de plateformes, sans partir dans la surenchère. Résultat : tout le monde y trouve son compte. Il comble le fan venu des années 90 qui retrouvera ici une sorte de Madeleine de Proust… Mais aussi les plus jeunes avec une cartouche accessible au plus grand nombre.

Le stick pour se diriger, un bouton pour sauter (pour le spin-dash, faites bas+saut)… Ramassez des anneaux. Si vous vous faites toucher, vous les perdez. Si un ennemi ou un piège vous touche lorsque vous n’avez plus aucun anneau, vous perdez une vie. Avec néanmoins ce graal que sont les Chaos Emeralds, à récupérer dans les bonus stages (la nouveauté étant que chacune vous octroie un pouvoir différent. Comme générer des clones, créer des objets… Il suffit de choisir une émeraude avec R et la déclencher avec X)… Simple, mais efficace, et on n’a pas besoin de plus ! Le jeu est bon dans sa façon de revisiter une recette résolument rétro avec un regard et une approche modernes.

► Lire aussi sur le même thème : Sonic Origins Plus : astuces et cheat codes !

Il bénéficie de la technologie d’aujourd’hui, et l’utilise au bénéfice de mécaniques d’il y a 30 ans. Des sensations de vitesse progressive, avec un personnage qui démarre le niveau au point mort pour accélérer de plus en plus. Et atteindre une vitesse plus élevée vers la fin du niveau. Une construction des niveaux qui encourage ces runs frénétiques, mais avec des ennemis positionnés aux endroits stratégiques, afin de vous stopper en pleine course. Ou encore un boss qui garde chaque fin de zone, avec des patterns à apprendre pour le vaincre… De ce point de vue, les mécaniques sont les mêmes qu’autrefois, Même son chara design semble venir de 1991. Sonic Superstars est un jeu des années 90, mais en plus beau…

Mais la simplicité a ses limites. Et si elle se justifie dans les phases de jeu… Elle peut frustrer si l’on aborde la question du contenu. Car Sonic Superstars n’est pas le jeu qui vous offrira le plus de menus, de bonus… Un mode story, un mode combat et un mode contre-la-montre, et… C’est tout ! Pas de musée, pas d’artworks, pas de sound-test… Sur ce point, Sonic Superstars est sans doute le jeu Sonic le plus radin que l’on ait vu depuis longtemps. Et c’est bien dommage car, une fois le mode Histoire terminé, que vous reste t-il ? Un mode combat qui perd tout son intérêt si vous n’avez pas d’amis sous la main. Ou si vous ne jouez jamais en online.

Au final

Franchement, on ne va pas vous mentir : on a eu très peur lorsque nous avons appris que le jeu allait être développé par Arzest. Un studio qui restera dans nos mémoires pour avoir développé le catastrophique Balan Wonderworld (notre test ici). Et puis, bonne surprise : Sonic Superstars est loin d’être un mauvais jeu, bien au contraire. On peut même dire qu’on apprécie franchement ce retour aux sources. À l’époque où Sega était plus fort que toi. À l’époque où l’on disait que « Sega do what Nintendon’t «  !

L’esprit, la jouabilité, la construction de niveaux, le gameplay et la vitesse des années 90, mais avec une direction artistique de 2023… C’est du tout bon, à vrai dire. Et le nouveau jeu de Sega aurait pu être encore meilleur ! Mais il lui manque deux choses essentielles : un mode multijoueur en ligne plus intéressant et plus solide… Et davantage de contenu ! Ici, la page d’accueil est un poil trop radine. D’autant que le mode principal embarque aussi un défaut venu, lui aussi des jeux Sonic des années 90 : une durée de vie très (trop) courte.

► Lire aussi sur le même thème : Dans la peau du personnage de… Sonic the Hedgehog !

S’il avait été plus complet, Sonic Superstars aurait pu prétendre être au niveau d’un Sonic Mania, par exemple. Ou même d’un Sonic Origins Plus. Le jeu est juste bon, mais il lui manque tous ces petits quelques choses pour devenir exceptionnel. Et comme si cela ne suffisait pas, il a la malchance de tomber au mauvais moment. Au milieu de nombreux hits, dont un certain Super Mario Bros Wonder. Et ça, ça n’aide pas.


Sonic Superstars

Les points positifs :

  • Une patte graphique plutôt jolie
  • Un plateformer old-school agréable, avec quelques touches de modernité
  • La jouabilité : simple et efficace, rien à dire
  • La bande-originale
  • Cinq slots de sauvegarde
  • C’est fluide, un bon framerate
  • L’intro en dessin animé
  • Le multijoueur à 4 en local
  • Une jaquette réversible pour la version boîte

Les points négatifs :

  • Trop peu de nouveauté dans le gameplay
  • Les niveaux bonus dispensables
  • Durée de vie un peu faible quand même
  • Le multijoueur online
  • Les temps de chargement