Un remake 20 ans après !

Lorsque Nintendo a lancé, en août 2000 au Japon, un jeu Paper Mario qui devait initialement être la suite de Super Mario RPG (SNES en 1996), nul n’aurait pu imaginer que ce titre deviendrait le point de départ d’une licence qui compte aujourd’hui plusieurs épisodes ayant traversé l’histoire des consoles de la marque. Oui, vous avez bien lu : au départ, Paper Mario (réalisé par Hironobu Suzuki, Toshitaka Muramatsu, Takahiro Ogi et Ryota Kawade) devait s’intituler Super Mario RPG 2. D’ailleurs, au Japon, La Porte Millénaire se nomme Paper Mario RPG.

C’est donc en 2000, sous la houlette d’Intelligent Systems, que Paper Mario (qui est au RPG ce que les Super Mario Bros classiques sont à la plate-forme) débarque sur N64 au Japon, puis en octobre 2001 en France. Il reprend donc les mécaniques de Super Mario RPG. Grosse différence cependant : sa direction artistique est complètement nouvelles, puisque Paper Mario se déroule, comme son nom l’indique, dans un monde de papier, d’origamis et de pliages divers.

► Lire aussi notre test : Little Kitty, Big City : une (belle) vie de chat !

Le premier jeu de la série est donc Paper Mario, en 2000 sur N64. Quatre ans plus tard, en 2004, sort Paper Mario : La Porte Millénaire, sur GameCube, vendu à plus de 2 millions d’exemplaires. Puis en 2007 arrive Super Paper Mario, sur Wii. Il faudra attendre 2012 pour jouer au tout premier épisode sur portable, avec Paper Mario : Sticker Star, sur 3DS. Puis, en 2016, c’est la Wii-U qui aura son épisode avec Paper Mario : Color Splash.

Respectant la boucle des 4 ans (plus ou moins) entre les épisodes, la Switch est la première console qui connaîtra deux volets de cette série : Paper Mario : the Origami King en 2020, et Paper Mario : La Porte Millénaire, remake de l’épisode GameCube de 2004 vingt ans après, en 2024 ! Soit un total de 7 jeux pour une saga qui ne devait sans doute pas en être une au début… Mais qui a su conquérir le cœur des fans !

Une porte mystérieuse, une princesse portée disparue !

Le jeu nous ramène à la douce époque où la Princesse Peach se faisait enlever sans arrêt, et où Mario devait intervenir pour sauver sa royale majesté captive. L’histoire de Paper Mario : La Porte Millénaire s’ouvre donc sur notre souveraine préférée, partie en excursion avec Papy Champy, dans la ville portuaire la plus mal famée du Royaume Champignon : Port Lacanaïe ! Pendant la visite, elle est alpaguée par une mystérieuse vieille femme encapuchonnée, qui lui remet une étrange carte. Artefact qui lui permettrait, selon la femme la plus louche que l’on ait vu depuis longtemps dans un jeu vidéo, de retrouver le légendaire trésor enfoui sous Port Lacanaïe. Et solidement protégé par les Portes Millénaires.

La suite, vous la devinez : au lieu de refuser cette offre qui sent l’arnaque à plein nez, la princesse se lance dans cette quête. Et comme à son habitude, elle entraîne Mario dans ses péripéties. L’histoire se poursuit donc tandis que le facteur dépose un courrier chez les frères moustachus les plus connus du monde du jeu vidéo. Et en examinant de plus près cette lettre frappée du sceau princier, Mario et Luigi découvrent que leur amie y a également glissé la carte permettant de mettre la main sur le trésor millénaire. Ni une ni deux, Mario met le cap sur Port Lacanaïe !

► Lire aussi notre test : Endless Ocean : Luminous, pause fraîcheur, zen et sans pression

Par la suite, l’histoire devient plus classique ! Sur place, Mario rencontre très vite ce qui semble être un antagoniste, apprend que la princesse est introuvable depuis qu’elle s’est lancée dans cette chasse au trésor… Il apprend aussi que, pour ouvrir les fameuses portes millénaires, il va d’abord devoir retrouver 7 gemmes étoiles. Elles correspondent à des mondes situés autour de Port Lacanaïe, et que vous allez devoir explorer.

Au fil de l’aventure, Mario croisera divers personnages qui l’accompagneront et deviendront de précieux alliés. Comme Goomélie, la Goomba étudiante en archéologie, ou Koopek, le Koopa timide et maladroit. Sans oublier Cumulia, l’ex-comédienne qui contrôle le vent, Ptiyoshi la petite terreur, ou encore Viviane, membre de l’Obscur Trio qui… On vous laisse le découvrir par vous mêmes. Chaque personnage dispose d’aptitudes qui lui sont propres, et bénéficie d’un background intéressant. C’est aussi une force de ce Paper Mario : l’écriture de ses personnages secondaires ! Qui deviennent très intéressants, voire foncièrement attachants.

► Lire aussi notre test : Princess Peach : Showtime! sous vos applaudissements

D’ailleurs, l’écriture en général est un gros point fort du jeu, notamment avec son humour parfois perché, et qui offre plusieurs degrés de lecture. Le jeu est bourré d’humour, de références, et semble même jouer avec les poncifs du genre, tournant parfois les clichés du J-RPG à la dérision. Le jeu s’écarte aussi du côté parfois trop édulcoré des jeux Nintendo, n’hésitant pas à casser les codes de la bienséance. À Port Lacanaïe par exemple, quand on vous dit que la ville est mal famée, on découvre qu’il peut s’y passer des choses pas jolies-jolies… Mais on vous laisse le découvrir…

Sous un tonnerre d’applaudissements !

S’il vous propose de nombreuses phases qui se jouent comme de la plate-forme, Paper Mario : La Porte Millénaire est avant tout un J-RPG « à l’ancienne » avec ses combats au tour par tour ! Barre de vie… Roulette d’actions avec l’usage d’objets, l’attaque, le pouvoir spécial propre à chaque personnage, la parade ou la fuite… Normalement, ça vous parle déjà ! Pendant les combats, vous choisissez l’action à déclencher, et vous pourrez même upgrader l’équipement de Mario (son marteau) au cours de l’aventure.

Lorsqu’un combat se déclenche, le joueur bascule sur une scène de théâtre, avec plus ou moins de spectateurs. C’est évidemment une mécanique dont vous devrez tenir compte, puisque plus vous êtes efficace (choix de la commande, timing parfait), plus le public est ravi et nombreux pour vous encourager. Mais à contrario, plus vous êtes mauvais, plus l’assistance quitte les fauteuils.

► Lire aussi notre test : Mario vs Donkey Kong : un chouette casse-tête, sans prise de tête

On aime aussi la richesse du jeu, notamment pendant ses phases hors combat. On a déjà parlé des dialogues très drôles, on va donc parler ici de l’exploration ! Car entre deux combats, on ne peut que vous encourager à fouiller, explorer, chercher à débusquer le p’tit trésor caché dans un recoin ! Un plus dans une aventure qui reste assez linéaire dans son déroulement. Il y a tant de choses à trouver dans Paper Mario : La Porte Millénaire ! Comme les « Malédictions » qui frappent notre héros dès qu’il en ouvre le coffre dédié. Et qui portent bien mal leur nom puisqu’elles lui affectent de nouvelles facultés très utiles… Comme se transformer en avion en papier pour partir explorer, en planant, des zones jusqu’alors infranchissables ! En revanche, on aime moins les trop nombreux allers-retours imposés entre les zones, qui finissent par vous épuiser mentalement.

Le jeu apporte aussi quelques nouveautés bienvenues. Pour la technique, on apprécie la réorchestration des musiques, de toute beauté, ou les graphismes qui ont subi un gros gap : c’est forcément beaucoup plus beau qu’il y a 20 ans, plus coloré, plus lumineux… Et plus en HD ! Paper Mario : La Porte Millénaire était l’un des meilleurs jeux sur GameCube, il devient un incontournable sur Switch ! Inutile d’insister sur le fait que, jeu Nintendo oblige, c’est aussi fluide, propre et sans bavure, sans bug à l’horizon ! Avec cependant un gros bémol concernant la fréquence d’image : on s’étonne de voir un jeu qui tournait à 60 fps à la base, revenir à du 30 fps sur Switch.

► Lire aussi notre test : Pokémon Écarlate- le disque indigo : un potentiel mal exploité

Au chapitre des ajouts de cette version, on notera aussi qu’il se passe des choses dans les sous-sols de Port Lacanaïe : on y trouve désormais des tuyaux qui vous offrent un déplacement rapide dans les lieux déjà visités (même s’ils ne parviennent pas à résoudre le problème des allers-retours évoqué plus haut)… Ou un système d’indices qui a été amélioré. Qui vous prend même peut-être un peu trop par la main. Et il est désormais impossible de se paumer dans le jeu, sans savoir où aller ! C’est bien pour les débutants ou les jeunes joueurs, mais pour un gamer confirmé, cet aspect ne fait que simplifier un jeu qui n’est pas trop compliqué à la base ! Vous y trouverez aussi un musée qui n’est autre qu’un sound-test, et vous permet d’admirer de chouettes illustrations. Enfin, Maître Castagne, le Chuck Norris des Toad, vous apprendra quant à lui ses techniques secrètes.

Au final

Mon plus grand regret ici est de ne pas avoir pu profiter de l’effet de surprise, qui vous tombe parfois dessus au détour d’un niveau (c’est un autre point fort de ce Paper Mario dont on n’a pas parlé). Pour la simple et bonne raison que je connaissais déjà la version GameCube du jeu. J’imagine cependant le plaisir bien réel qui sera celui de ceux qui découvriront ici ce Paper Mario : La Porte Millénaire. Ce remaster Switch amenant néanmoins quelques surprises bienvenues, par rapport à la version d’origine. Et c’est un énorme point fort : non seulement le jeu n’a pas pris une ride, mais il parvient à faire de la nouveauté à partir de l’ancien. C’est ce qu’on appelle une remasterisation réussie !

Pour beaucoup de fans, La Porte Millénaire est de loin le meilleur Paper Mario. On comprend donc pourquoi il arrive aujourd’hui sur une Switch qui semble vouloir réunir le meilleur de la marque Nintendo ! Le jeu a marqué des générations de joueurs parce que tout y est maîtrisé : de l’écriture à la technique, en passant par la jouabilité, ou ces petits trucs qui font que vous y revenez encore et encore. Alors, si vous êtes débutant en matière de RPG, il constitue une superbe entrée vers ce type de jeux vidéo ! Si vous êtes plus âgé, ce remaster Switch est une belle opportunité de (re)découvrir un hit qui, dans sa version originale, coûte cher aujourd’hui (minimum 150€).

► Lire aussi notre test : Super Mario Bros Wonder : le renouveau tant attendu est enfin là

En conclusion, Paper Mario : La Porte Millénaire mérite sa place dans le parc fermé des hits de la Switch ! Des jeux que vous devez posséder si vous êtes un fan des jeux Nintendo, ou si vous concentrez votre collection sur les meilleurs jeux de la machine nomade de Nintendo. Un jeu qui va vous occuper un moment et qui a peu de chances de vous décevoir… Sauf bien entendu si vous êtes allergique aux RPG ou aux graphismes tout choupinous ! On a beaucoup aimé, et on vous recommande évidemment cette pépite, à faire très vite avant de replonger aussi dans Luigi’s Mansion 2 HD le 27 juin !


Paper Mario : La Porte Millénaire

  • Par : Intelligent Systems et édité par Nintendo
  • Sur : Switch
  • Genre : RPG
  • Prix : 59,99€
  • Classification : PEGI 7
  • Conditions de test : testé sur une version numérique fournie par l’éditeur. Jeu terminé sur GameCube et sur Switch.
  • Vraiment très beau à la base, mais encore mieux en HD
  • La direction artistique toute mignonne
  • La jouabilité
  • Les musiques réorchestrées
  • L’humour omniprésent
  • Quelques ajouts intéressants
  • Difficulté bien dosée
  • Le système de combats
  • Une bonne durée de vie
  • En VF
  • Un jeu culte disponible sur Switch
  • Parfois trop bavard, avec de longs textes
  • Les allers-retours trop nombreux
  • Une aventure assez linéaire
  • De 60fps sur GameCube à 30fps sur Switch
  • On ne ressent pas vraiment le côté « 20e anniversaire »
  • Un inventaire un peu trop restreint
  • Finalement peu de nouveau contenu