Splatoon 3 : la 3e couche de peinture est la meilleure

0 52

Printemps 2015 : les possesseurs d’une Wii-U découvrent une toute nouvelle licence de Nintendo : Splatoon. Un jeu de tir en multijoueur online. Presque huit ans plus tard, le 3e opus, et le second sur Switch, arrive dans vos salons. Splatoon 3 a t-il suffisamment d’arguments à faire valoir pour vous faire repasser à la caisse ? La réponse avec notre test.

Une licence forte de Nintendo

Généralement, lorsque Nintendo crée une nouvelle franchise, il y a de très forte chances pour que cela devienne un carton dans la durée. Bien sûr, nul n’est parfait, et l’éditeur japonais s’est déjà planté, avec des franchises pas vraiment folles, ou parfois bonnes, mais que la plupart des joueurs ont oubliées. Comme par exemple avec Tomodachi Life, Arms ou encore MiiTopia qui, à défaut d’avoir relancé les Mii, les aura enterrés. On aurait aussi pu citer Ninjala, mais celui-ci n’est pas un jeu développé par Nintendo (qui avait pourtant misé gros sur ce free-to-play), mais par le studio GungHo Online (et après vérifications, oui, il tourne toujours…).

Tout ceci pour vous expliquer que, généralement, quand Nintendo crée une nouvelle franchise, elle dure dans le temps. Pour ne pas dire qu’elle intègre l’univers de Nintendo, qui ne se limite plus à Super Mario depuis très longtemps. Starfox, F-Zero, Animal Crossing, ou encore les Pikmin, pour ne pas passer trois heures à lister toutes les franchises à succès de Big N… Dont les héros finiront tôt ou tard dans Super Smash Bros.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Mario Strikers Battle League : un potentiel énorme mais un contenu trop maigre

Parmi ces licences, l’une des plus récentes est Splatoon, créée par Hisashi Nogami. Un jeu de tir apparu en 2015 sur feu la Wii-U. Et si nombre de jeux de cette console auront eu le droit à un remake sur Switch, Nintendo passe directement par la case Splatoon 2, en juillet 2017, pour sa console mi-nomade/mi-salon. Avec toutefois une crainte pour les fans, en juillet 2019 soit deux ans plus tard, lorsque Nintendo met en ligne son tout dernier événement SplatFest. Échec commercial donc fin précipitée ?

Pas du tout. Et la série Splatoon revient vite sous les projecteurs, lorsque Nintendo annonce, lors d’un Nintendo Direct le 17 février 2021, qu’un Splatoon 3 arrive bientôt sur Switch. Saut temporel, nous sommes désormais le 9 septembre 2022… Splatoon 3 est enfin là, pile poil pour notre test de l’un des jeux Switch les plus attendus de l’année.

Squid Game

Pour les ceusses qui n’ont pas suivi, Splatoon est un jeu de tir. Pas de ceux qui misent sur une guerre réaliste à coups de fusils et autres armes de guerre, mais de ceux qui parient un gros billet sur le fun, le décalé et surtout… Le multijoueur convivial ! Dans Splatoon, on se balance de la peinture en mode paintball, on tente de colorer le plus de terrain possible, à grands coups de pinceaux, rouleaux et autres pistolets à peinture. On y incarne des personnages mi-poulpes/mi-humanoïdes, les Inklings, rejoints dans Splatoon 2 par les Octolings, des céphalopodes eux aussi amateurs de peinture. Sur fond de jeux de mots à tous les coins de rue.

Dans Splatoon 3, on reprend bien évidemment la base. Après avoir créé son avatar, Inkling ou Octoling garçon ou fille, le joueur se retrouve au beau milieu de Cité-Clabousse, au cœur de l’aride Contrée Clabousse. Nouveau jeu oblige, nous attendent des armes, actions et stages inédits, ainsi que de nouvelles tenues. C’est aussi un aspect apprécié de Splatoon : la collectionnite ! Pour cela, il suffit de traîner dans les boutiques pour y dépenser les points d’expérience acquis. Attention : certains objets ne se débloquent qu’avec un certain niveau atteint. De même, pour interagir avec les boutiques, votre avatar devra avoir atteint le niveau 4.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Kirby et le Monde Oublié : la Switch tient-elle son jeu de l’année 2022 ?

Mais ce qui nous intéresse surtout, ce sont les modes de jeu proposés. Et bien évidemment, ce qui va vous intéresser à 95%, c’est le multi-online, la possibilité de vous mesurer à d’autres joueurs lors de combats en 4vs4 où l’encre coulera à flots. Lors des guerres de territoire évidemment (encrez plus de terrain que l’équipe adverse, dans un temps donné), puisqu’elles sont le cœur même de Splatoon… Mais aussi dans un mode coopératif appelé Salmon Run, où les joueurs doivent repousser des vagues de Salmonoïdes. Un autre mode consiste à collectionner des cartes, pour des batailles de cartes, un jeu très à la mode à Cité-Clabousse.

Et si vous n’avez pas encore d’amis, rassurez vous : s’il n’est pas vraiment le cœur de l’expérience, Splatoon 3 propose aussi un mode solo qui tient plutôt bien la route. Ce mode reprend le meilleur du solo de la série, à savoir en mixant les modes solitaires de Splatoon 1 et 2 avec l’excellente Octo Expansion du 2e épisode. Il nous met dans la peau de Numéro 3, qui doit faire face à l’odieuse armée octarienne. Sans vous dévoiler l’intrigue, le joueur va faire la lumière sur les mystères d’Alterna, lieu d’origine d’une substance louche qui fait des Octariens des êtres poilus… Sans être un Pulitzer, ce mode est simple, efficace… Il fait le job, et on s’en satisfait amplement. D’autant qu’il apporte aussi une dimension stratégique, avec un choix des armes qui vous octroie des récompenses en fonction du type d’équipement que vous avez utilisé…

Un gameplay qui s’est bonifié avec le temps

Inutile de tourner autour du pot (de peinture) : le gameplay de Splatoon 3 est un pur régal. La jouabilité s’est affinée au fil des épisodes, pour atteindre des sommets : que vous débutiez la série ou que vous soyez un fan, quel que soit votre niveau, le jeu est jouissif. Les commandes répondent au quart de tour, les parties sont fluides et sans lag… Deux nouvelles commandes font leur apparition dans cet opus : la Vrille Calamar (une feinte pour aller à l’opposé de la direction prise) et la Déferlante Calamar (un saut chargé vers le haut, sur un mur). Jamais le gameplay n’aura été aussi diversifié et complet.

De même, si on retrouve les armes des précédents opus, deux nouvelles arrivent dans cet épisode : l’Eclatana (un sabre qui éclabousse) et le Trisperceur (un arc avec trois flèches). Quelques armes secondaires font aussi leur apparition, mais l’arsenal est peu ou prou semblable aux précédents volets. On ne change pas (ou peu) une équipe qui gagne ! Un autre gros changement notable concerne le hub du jeu, les halls d’accueil, qui offrent désormais davantage d’interactions avec le joueur. Il y a toujours, où que vous alliez, un truc à faire dans Splatoon 3 !

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : F1 22 : juste le meilleur jeu de courses de l’année

Au niveau des modes de jeu, les développeurs assument complètement le manque de nouveautés par rapport à Splatoon 2 : on conforte l’existant avant de créer de nouveaux modes. La seule nouveauté est un mode Cartes et Territoire, dans lequel vous devez recouvrir le plus de surface en faisant des lignes, à l’aide de cartes représentant les formes que vous pourrez utiliser… Un Tetris à la sauce Splatoon, quoi. Sans grosse surprise, on retrouvera le très populaire Salmon Run de Splatoon 2, qui consiste à éliminer des salves de salmonoïdes résolus à envahir la terre ferme. Cerise sur le gâteau, il est accessible tout le temps.

Toujours est-il que les rencontres online sont toujours aussi captivantes, d’autant que le matchmaking a été lui aussi revu pour aller vers le mieux. Désormais, les matchs pro sont plus sévères, mais aussi plus justes. Les joueurs les plus audacieux, ceux qui prennent des risques, gagneront davantage de points, contrairement aux néophytes qui progresseront à leur rythme en monde ouvert. Les récompenses sont alors moins intéressantes, mais c’est aussi un bon moyen de mettre son stock de points à l’abri. Quoi qu’il en soit, les guerres de territoire, les missions Bazoocarpe ou les Explorations Risquées vous demanderont plus de concentration, de réactivité…

Au final

Bon alors, finalement, ce Splatoon 3 vaut-il la peine que vous repassiez à la caisse ? Et bien, je dois vous avouer que, dans un premier temps, le jeu m’a semblé trop proche de Splatoon 2. Avec quelques nouveautés, mais aussi pas mal de reprises (notamment les maps), et un concept qui n’a pas vraiment évolué. Et puis, plus le temps passe, plus les parties s’enchaînent, et plus le jeu s’avère généreux. Ce troisième opus est plus complet, plus long, plus intéressant. Sur la courbe de progression de la licence, il se situe bel et bien au dessus des deux autres épisodes : Oui, Splatoon 3 est indéniablement un cran plus élevé que les deux précédents, et Nintendo a réussi son pari fou de ressortir un Splatoon sur la Switch, à peine cinq ans après le dernier !

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Et si Lego Star Wars : la Saga Skywalker était juste le meilleur jeu Star Wars ?

Toutefois, à notre grand dam, il ne corrigera pas encore cette fois-ci le plus gros reproche qui a été fait à ses prédécesseurs. À savoir que le plaisir de jouer à Splatoon est un plaisir solitaire. Oui, son multijoueur online est bien foutu, mais le partage en local n’existe pas. Et c’est bien dommage ! Nintendo vous répondrait cependant que vous avez déjà Mario Kart 8, Mario Party ou Super Smash pour les parties sur le même écran…

Mais si vous aimez jouer en ligne, avec vos amis ou avec des inconnus, alors le match sera serré sur le terrain du multijoueur sur Switch. Car, dans un genre différent, 2022 nous a aussi donné Mario Strikers : Battle League Football. À vous de voir si vous préférez le foot de brute, ou le paintball, ou les deux. Il n’empêche que Splatoon 3 est un nouveau hit sur Switch, un nouvel incontournable, pensé pour satisfaire autant les néophytes que les inconditionnels de la série.


Splatoon 3

  • Par : Nintendo
  • Sur : Switch
  • Genre : jeu de tir/action
  • Classification : PEGI 7.
  • Prix : 59,99€.
Testé sur une version fournie par l’éditeur
Les points positifs :
  • La direction artistique, très cartoon, est toujours aussi sympa à regarder
  • Le mode solo de Splatoon 3 est le meilleur des trois
  • De nouveaux mouvements
  • Le mode Anarchie
  • Le matchmaking a été repensé
  • Parmi les jeux multi-online/coop les plus funs
  • Une bande-son qui colle bien à l’ambiance
  • La visée aux sticks ou aux gyroscopes
  • Des événements pour faire durer le jeu dans le temps
Les points négatifs :
  • Peu de nouveautés par rapport à Splatoon 2
  • Toujours pas de multijoueur local
  • L’abonnement Nintendo Switch Online obligatoire

vous pourriez aussi aimer More from author

Et maintenant c'est à vous de réagir... N'hésitez pas à nous laisser un commentaire ;-)