Mario Strikers Battle League : un potentiel énorme mais un contenu trop maigre

0 274

Autant le dire : après les succès des épisodes GameCube et Wii, l’attente était énorme depuis l’annonce de Mario Strikers Battle League Football sur Switch! Considérée par beaucoup de joueurs comme la meilleure licence sportive de Nintendo, les fans espéraient retrouver, avec cette version, le plaisir des matchs multijoueur d’antan. Reste maintenant à savoir si le jeu est à la hauteur de cette attente, tant il est difficile de passer après l’épisode fondateur.

Un retour qui était très attendu

Parmi les grosses licences de Nintendo, Mario Strikers est sans doute celle dont le retour était le plus demandé par les fans de la marque (au même niveau que F-Zero). Un jeu multijoueur aussi populaire que Mario Party, Mario Kart ou Super Smash Bros. Et sans doute l’un des titres les plus funs de la marque.

En résumé, Mario Strikers, c’est un peu la fusion d’un jeu de football, comme Fifa, et d’un bon gros jeu de castagne, avec quelques items pour bien pourrir la vie de vos adversaire, comme dans Mario Kart. Autrement dit, un Blood Bowl à la sauce Mario, avec ses carapaces et ses peaux de bananes, et tous les ingrédients qui ont fait le succès des jeux multijoueurs de Nintendo.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Kirby et le Monde Oublié : la Switch tient-elle son jeu de l’année 2022 ?

La série se compose de trois épisodes. Les plus anciens (dont je fais partie) l’ont découverte en 2005 avec Mario Smash Football, sur GameCube. Sans doute l’un des meilleurs jeux de la machine. Puis, quelques années plus tard, en 2007, c’est Mario Strikers Charged Football qui faisait les beaux jours de la Wii, s’imposant comme une masterclass des jeux de sport Mario. Malgré les suppliques des fans, il aura fallu attendre 15 ans pour que Nintendo ne réalise le rêve de millions de joueurs en nous proposant enfin une suite. Bonjour la pression !

Le rêve s’est concrétisé ce début d’année 2022. On sait que Nintendo aime annoncer des jeux qui sortiront dans un futur très proche. Et c’est justement ce qui s’est passé le 9 février dernier, lorsque le géant japonais a dévoilé lors d’un Nintendo Direct, un certain Mario Strikers Battle League Football. Avec une date de sortie planifiée pour le 10 juin, soit quatre mois plus tard.

Moins riche mais plus technique

Pour les ceusses qui ont passé les 30 dernières années au fond d’une grotte, Mario Strikers est un jeu de football très typé arcade. Dans lequel on se balance des coups sans vergogne, des patates de forains sans préavis, sans oublier les objets qui fâchent comme les carapaces et autres peaux de bananes. Autrement dit, et pour faire plus court : Mario Strikers, c’est un peu le fruit d’une union passionnelle entre Blood Bowl et Mario Kart !

Je ne dirai pas le contraire : Mario Strikers Battle League Football est beaucoup moins bourrin ou violent que ses prédécesseurs. Les fans d’arcade, qui aiment défoncer le pif de leurs adversaires, seront sans doute surpris par ce titre qui semble plus édulcoré, ou plus « kids-friendly » pour rester sur une formule plus politiquement correcte. En revanche, moins bourrin signifie aussi que le jeu est plus technique. Ce qui fera plaisir à un autre public. Davantage de commandes à assimiler, plus de gestes à maîtriser… Et votre premier contact avec le jeu passera obligatoirement par le mode Entraînement, et ses 25 tutos répartis en huit catégories. Ils vont vous permettre d’apprendre les déplacements et tirs, les passes, les tacles et dribbles… Et bien entendu les hyper frappes, toujours aussi stylées, et qui vous permettent de clouer le gardien Boum-Boum au fond des filets.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Mario Kart 8 Deluxe : un pack additionnel qui vaut le détour ?

Bien que le nombre d’environnements thématiques soit assez limité, on aime cet aspect original qui va mettre fin aux disputes lors du choix du terrain. Autrement dit, au moment de choisir le cadre du jeu, chaque joueur choisit sa moitié de terrain. Vous pouvez donc avoir une moitié de stade verdoyante, et l’autre brûlée par la lave du château de Bowser. Une excellente idée ! L’autre brillante idée étant les pièces d’équipement (armures, casques, gants, bottes) à débloquer : elles vous permettent à la fois d’améliorer votre look, et vos statistiques comme la force, la vitesse… On peut donc dire que ce menu est incontournable.

Enfin, nous pourrions aussi longuement parler de la direction artistique du jeu, particulièrement réussie. En jeu, c’est vraiment très joli à regarder, avec des cut-scenes (hyper-frappes) très « comics » et des affrontements pêchus entre les protagonistes équipés de leurs armures rutilantes. Mention spéciale pour les cinématiques de win et de loose, et les transitions : Peach qui se prend un but et se contraint de rester zen avec la gestuelle qui va avec, Wario qui bouffe la balle pour la choper… C’est aussi drôle que savoureux ! Et cela démontre une fois de plus que Nintendo sait soigner ses jeux dans les moindres détails.

Une copie soignée

Mario Strikers Battle League est avant tout un jeu multijoueur. À l’instar d’un Super Smash Bros Ultimate ou d’un Mario Kart 8 Deluxe… Il a été conçu et imaginé avant toute chose pour réunir des amis devant la TV, ou bien à distance via son mode online, et pour s’affronter. Et comme dans les jeux cités plus haut, les batailles seront embellies par les nombreux items et pièges que vous pourrez balancer sur votre (ou vos) adversaire(s).

Première bonne nouvelle : comme pour la plupart des jeux Nintendo, MSBL a aussi été pensé pour être accessible au plus grand nombre. Pour que la prise en main soit aussi aisée que vous ayez cinq ou soixante-dix ans. Et globalement, ça fonctionne assez bien. Le jeu est fluide, rapide, et une fois les commandes assimilées (avec l’aide du mode Entrainement), ce Mario Strikers est très agréable à jouer, que vous soyez ou non fan de jeux de foot. La jouabilité fait rarement défaut aux jeux estampillés Nintendo.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Chrono Cross – Radical Dreamers Edition : remaster de génie ou simple émulation ?

Une fois rodé, il est temps de lancer le jeu, pour en découvrir les trois menus principaux : les Matchs Rapides, les Coupes et le Club Strikers. Je pense qu’il est inutile de vous expliquer en quoi consiste le premier. Les Coupes est un équivalent d’un mode solo, dans lequel vous devez remporter la coupe en battant les autres équipes inscrites au tournoi. Chacune des cinq coupes vous demandera donc de remporter trois matchs de quatre minutes, finale comprise, pour obtenir la première place. Une fois les cinq coupes remportées, vous en débloquez une sixième cachée.

Correspondant au mode Online, le Club Strikers est celui sur lequel vous allez passer le plus de temps. Il va vous demander de créer votre club (choix de la couleur, de l’écusson, de l’équipement des joueurs). Le but sera d’affronter des adversaires en ligne et remporter la meilleure place lors de saisons écourtées (une semaine). Vous n’incarnez alors qu’un seul joueur (striker), les autres étant contrôlés par trois partenaires, contre quatre adversaires dirigés par d’autres joueurs. L’objectif est de remporter un max de matchs afin de monter dans la division supérieure. Et bien entendu, vos victoires vous octroient des points afin d’améliorer votre équipement.

Cartons jaunes !!

Le jeu pourrait être excellent s’il ne souffrait pas de petits défauts qui peuvent vite décevoir ou agacer. Le plus flagrant est évidemment le contenu, qui manque cruellement de coffre ! Nous en avons déjà parlé plus haut, mais c’est vraiment un défaut qui se fait remarquer avec insistance dans un jeu qui est le plus beau de la série… Mais qui paradoxalement propose beaucoup moins de contenu que la version Wii. Si vous n’avez pas d’amis pour jouer avec vous, vous risquez de vite faire le tour du propriétaire, et d’oublier le jeu sur une étagère. Comptez environ trois ou quatre heures pour y trouver votre compte en solo, à défier l’IA et débloquer ce qui peut l’être. Pas plus ! Un mode Histoire n’aurait pas été de refus, et une fois le mode Entraînement terminé, il y a peu de chances que vous y reveniez.

Peu de personnages, dix, étaient jouables au lancement (Mario, Luigi, Bowser, Peach, Harmonie, Toad, Yoshi, Donkey, Kong, Wario, Waluigi). Mais Nintendo a assuré que de nouveaux joueurs seront proposés prochainement, et gratuitement. Et cela s’est vérifié au cours de l’été, avec deux personnages gratuits supplémentaires : Daisy et Shyguy, plus connu sous nos latitudes sous le nom de Maskass. Ces deux personnages sont livrés avec un nouveau décor (Ruines du désert).

Voilà l’occasion de parler du nombre d’arènes, soit 6 au total, DLC compris, c’est tout aussi rachitique quand on se souvient que la version Wii affichait presqu’une vingtaine d’environnements (17 très exactement). On pourrait aussi étendre cette observation aux animations des personnages : deux de victoire et une de défaite par protagoniste… Là encore, on est loin de la version Wii qui en proposait beaucoup plus, entre 5 et 7 par personnage, reprises pour la plupart de la version GameCube. Ici, la sensation de déjà vu n’en sera que plus rapide, et chaque joueur perd ainsi en profondeur : sur Wii, les Strikers avaient davantage de personnalité, de caractère grâce à toutes ces animations. Ils sont plus génériques ici.

► LIRE AUSSI : The King of Fighters XV : sans maîtrise, la puissance n’est rien

Second défaut, et non des moindre, le multijoueur online, qui a pu surprendre nombre de joueurs. En effet, quand ce jeu résolument orienté multi nous promet des affrontements à 8 (en 4vs4)… C’est possible en local sur une même console, mais… Pas en sans-fil ou en online, où vous serez limité à du 2vs2 ! Le 4vs4 devrait arriver avec une prochaine MaJ gratuite mais… On s’étonne fortement que cette fonction soit absente au lancement du jeu, et encore quelques semaines après…

Enfin, on pourrait conclure avec quelques ajustements nécessaires dans un avenir proche. Comme par exemple le dosage de la difficulté de l’IA ! En facile, vos adversaires sont ridicules de bêtise ; en difficile, ils lisent dans vos pensées et anticipent tous vos coups ! Si l’on voulait pinailler encore un peu, on pourrait également demander à Nintendo de réfléchir à un système de « pénalités » en online. Contre les mauvais joueurs. Le « ragequit » est une vraie plaie ! Et on aurait ici quelques beaux exemples de mauvais comportements qui nuisent à l’expérience multi à vous raconter…

Au final

Mario Strikers Battle League s’impose d’entrée comme l’un des hits de la Switch ! Prenant par la même occasion le chemin des précédents opus de cette mythique trilogie. Oui, ce Mario Strikers va vous offrir de très bons moments si vous avez des enfants ou des amis sous la main ! Il s’impose d’entrée comme l’un des incontournables multijoueur à posséder ! Aux cotés de Mario Kart 8 Deluxe, ou encore l’incontournable Super Smash Bros Ultimate… Avec quelques amis autour de la table du salon, on aime envoyer Luigi ou Toad s’électrifier dans les limites du terrain… Ou clouer Boum-Boum avec une Hyper-Frappe qui défonce !

Mais vous l’aurez aussi compris : le jeu souffre néanmoins d’un contenu trop maigre à son lancement. Le premier DLC gratuit nous rassure en confirmant que Nintendo va enrichir son jeu avec le temps… Mais notre premier contact avec le jeu ne nous permet pas vraiment de voir une grosse différence avec la démo disponible quelques semaines avant le lancement du produit final. Si ce n’est son mode online, dans la version définitive… Bien qu’elle soit encore privée d’un vrai mode 4vs4.

Mais les faits sont là : ce Mario Strikers Battle League a un potentiel énorme, et tous les arguments pour devenir un hit en puissance. Encore faut-il faire en sorte que les joueurs n’aient pas l’impression d’avoir fait le tour du jeu au bout de quelques matchs. Mais on sait déjà que Nintendo va affiner son hit au fil des prochains mois. Bien que le jeu de Next Level Games ne soit pas le plus copieux des titres de la Switch, il est promis à un bel avenir. Sans doute aussi parce que, lorsque l’on est un Mario Strikers, on n’a pas le droit de décevoir les fans !


Mario Strikers Battle League Football

Testé sur une version fournie par l’éditeur

Points positifs :

  • Visuellement, c’est assez joli à regarder
  • Les animations
  • Un titre jouissif à plusieurs
  • Les Hyper Frappes, on ne s’en lasse pas
  • Très accessible, tout en étant technique
  • La customisation des équipements
  • Le mode Club Strikers
  • Des matchs à la fois funs et pleins de tension : c’est le bordel et on aime ça
  • La promesse des DLC à venir

Points négatifs :

  • Il manque un mode story (ou solo), et du contenu en général
  • Pas tant de personnages jouables que cela
  • Finalement peu de terrains
  • Le multi online qui manque d’un 4vs4
  • Les cinématiques de win et loose revues à la baisse depuis la version Wii
  • Les musiques un poil trop génériques

vous pourriez aussi aimer More from author

Et maintenant c'est à vous de réagir... N'hésitez pas à nous laisser un commentaire ;-)