Neopolis : un Monopoly « sans pitié » dans votre poche

0 368

Créé par le studio Lyonnais Revolt Games, Neopolis est un jeu qui s’inspire à la fois du Monopoly et de Pokémon GO. Il vous permet d’acheter les bâtiments publics ou emblématiques de votre ville, et peut vite devenir addictif… Alors, nous devions vous en parler !

Pokémon GOnopoly !

L’idée même de Neopolis est le fruit de la réflexion de trois copains : Ben Kaltenbaek, Roland Lamidieu, et Lucas Odion (vous pouvez aussi retrouver l’interview de Lucas ici). Tous trois habitués à développer des applications, ils se sont lancés dans le projet d’un jeu sur mobiles, qui a connu sa première beta en mars 2019.

Emballés par le principe de géolocalisation de Pokémon GO, les trois fondateurs de Revolt Games voulaient intégrer cette mécanique à leur jeu. L’autre inspiration de Neopolis vient quant à elle de leur passion pour les jeux de société. Risk n’étant sans doute pas assez grand public, ils se sont tournés vers un autre titre très connu, et plus accessible : le Monopoly.

► LIRE AUSSI NOTRE INTERVIEW : Lucas Odion (Neopolis) : « Transformer le monde en jeu de plateau géant »

Le concept de Neopolis était là : un « reality-game » dans lequel vous pouvez acheter, revendre, ou piquer sous le nez de votre voisin les bâtiments connus de votre ville. Un musée, une église… Mais aussi le bar-tabac ou la boulangerie du coin… Presque tout y passe ! Le jeu n’a pas de limite, vous pouvez vite devenir un puissant proprio (ou vous faire plumer en beauté) !

Un jour je serai le meilleur proprio…

Mais au fait, comment joue t-on à Néopolis ? Et bien, il faut déjà commencer par installer l’appli (132 MO), en passant par exemple par la fiche technique en bas de ce test : elle vous donne les liens de téléchargement vers AppleStore et Google Play.

Ceci étant fait, place au jeu ! Votre ville de résidence est désormais devenue un énorme plateau de jeu. Et dans la boutique, vous voyez apparaître ses bâtiments principaux, que vous pourrez acheter et placer, mais aussi faire évoluer afin qu’ils soient plus rentables. Avec un total de 105 millions de bâtiments au total, croyez-moi, il y a de quoi faire ! Bref… Il est maintenant temps de dépenser un peu d’argent, ou plutôt devrait-on dire de Neocash (la monnaie in-game) ! Sachez qu’une partie dure un mois, et qu’une manche dure une heure. Autrement dit, vous gagnez des revenus toutes les heures, et les compteurs sont remis à zéro tous les mois. Avec des bonus pour les meilleurs de la ville (vous savez donc ce qu’il vous reste à faire).

Allez vous investir dans le resto du coin, plus abordable, ou dans un édifice plus connu, mais aussi plus cher ? Car si les visites d’autres joueurs, dans un bâtiment qui vous appartient, vous rapporte de l’argent facile, le montant reste pour le moment peu élevé. Vous n’allez pas devenir un ponte de l’immobilier du jour au lendemain. Mais vous pouvez toutefois commencer à envisager d’améliorer vos possessions, pour qu’elles deviennent plus juteuses.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Fairy Tail : un « Atelier-like » avec ses qualités et défauts

Mais vous gagnez de l’argent de trois manières. Grâce aux revenus fixes quotidiens, lorsqu’un joueur passe à coté de l’un de vos bâtiments… Ou tout simplement en ramassant des Neocash à chaque tour, sur la carte. De même, vous pourrez aussi ramasser des cartes bonus qui, comme leur nom l’indique, vous procurent des avantages sur plusieurs tours. Pour le reste, la progression est assez classique : vos revenus et l’exploration génèrent de l’expérience, qui vous fait monter en niveaux.

Et si vous habitez en rase campagne sans bâtiment notable autour de vous ? Pas de soucis, les développeurs ont pensé à tout. Et une carte de Téléportation vous permet de vous déplacer virtuellement dans la ville la plus proche.

Ça, c’est pour le coté cool et facile du jeu. Car Neopolis est aussi basé sur la compétition ! Et le principe est aussi que d’autres joueurs (vos amis, mais aussi des inconnus) vont pouvoir venir dégrader, voire carrément vous piquer vos biens ! À contrario, ils pourront aussi simplement visiter vos structures (ce qui vous rapporte). Certains seront peut-être aussi rebutés par la remise à zéro mensuelle. Elle permet d’éviter les trop grands écarts entre les joueurs… Mais chaque mois, il faut recommencer. Ça peut bloquer !

Concrètement, comment on joue ?

Et voilà, je viens de lancer ma partie, après avoir choisi ma localisation, en Pays de la Loire. Me voici donc au cœur de la ville de Challans, en Vendée. Je démarre ma partie avec un fonds de 10 000 Neocash. Pour 6000 Neocash, je deviens propriétaire du Marais (un bar), que j’améliore aussitôt pour 1500 NC. Dans la foulée, j’achète aussi le cinéma Le Club. Tiens, le jeu ne tient pas compte de son déménagement en juin dernier 😉

Autour de moi, plusieurs choses ! Des pièces, qui représentent des Neocash : il suffit de les toucher pour gagner un peu d’argent en plus. Également sur la map, des cartes. Cette fois, elles m’offrent des power-ups, comme 5% de bénéfices en plus, un gain immédiat de 57 000 NC, ou le pouvoir de dégrader un bâtiment adverse. Pour le moment, avec ma petite expérience, je ne peux posséder que 5 bâtiments et 20 cartes. Mais je viens de passer au niveau 2, et l’XP monte très vite, du moins au départ…

Le jeu m’offre un champ d’action d’environ 200 mètres autour de ma localisation, matérialisé par un cercle bleu foncé. Un second palier, un cercle bleu ciel, me permet d’avoir accès aux bonus ou aux terrains… Mais ce n’est pas gratuit : je devrai soit payer, soit accepter de regarder des vidéos publicitaires. Enfin, sachez que le jeu propose aussi des missions hebdomadaires, ainsi qu’un classement des meilleurs joueurs de votre zone.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Spirit of the North : voyage onirique avec Maître Renard

Il ne me reste plus qu’à attendre de recevoir de la visite, pour engranger quelques NC de plus. Mais attention : je peux aussi me faire dégrader mes édifices… Globalement, la prise en main du jeu est très rapide, quasi immédiate, ce qui (en plus de son concept) contribue à le rendre très addictif. Les commandes sont simples à comprendre, et l’ergonomie générale est très bonne. Pas de bug à l’horizon, tout est clair au niveau de la technique. Le système de jeu est gratifiant, et le joueur sent une réelle « récompense de ses efforts » au fil de sa progression.

En revanche, la localisation très approximative des commerces peut prêter à sourire. Oui, les bâtiments disponibles existent, mais n’apparaissent pas vraiment au bon endroit. Parfois, comme j’ai pu le constater avec le cinéma Le Club, cela peut être lié à un déménagement récent. Mais parfois, l’erreur est plus grossière : un Leader-Price qui, d’une part ne s’est jamais situé à cet emplacement (occupé par une banque), et qui de surcroît a déménagé du centre-ville il y a plusieurs années… Ça peut surprendre. Seuls les gros bâtiments (comme la Mairie, la Gare) trouvent leur véritable emplacement.

Pubs et microtransactions

Je ne vais pas vous mentir : oui, il y a de la pub (vidéos) dans le jeu, et oui il propose aussi des microtransactions. Tout d’abord la pub, si elle peut en agacer certains, ne m’a pas semblé plus invasive que dans d’autres applications. Sachez aussi qu’un abonnement premium « Carte Neopass » est proposé contre 6,49€ par mois, vous permettant de virer purement et simplement ces annonces (et de gagner quelques cartes bonus en prime).

Ce qui nous amène au second aspect : les micro-transactions ! Car outre l’abonnement, vous pourrez aussi investir quelques euros dans divers packs de Neocash. Ici, les tarifs vont de 1,99€ pour la petite liasse de billets, jusqu’à 109,99€ pour la grosse mallette pleine de thunes. Pas forcément indispensable si vous comptez progresser à votre rythme, mais ça peut aider…

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Guardian Tales : l’excellente surprise « mobiles » de l’été

D’autant que, comme vous avez pu le lire plus haut, une partie dure un mois (ce qui joue aussi sur sa durée de vie, selon vos attentes). Autrement dit, vous devrez réinvestir dans un nouveau pass lorsque la partie sera terminée. Donc, à la longue, ça peut faire cher pour une partie… Mais je me dois de vous préciser que le jeu est largement jouable en free-to-play : les DLC ne sont que des boosts, dont vous pouvez vous passer.

Mais si vous aimez le jeu, sachez que ces micro-transactions, ainsi que la pub, est ce qui permet au studio de se dégager des revenus. D’une part pour payer ses salariés, et ses charges (et les fameux 30% de commission versés à Apple ou Google)… Mais aussi pour améliorer Neopolis, et financer ses prochaines mises à jour.

Quelques petits défauts à corriger

Tout d’abord, le système d’enchères mérite d’être revu, notamment pour son équilibrage. Si un joueur bénéficiant d’une grosse puissance de feu financière a déjà visité un bâtiment de votre périmètre, il ne vous laissera aucune chance, même si ledit bâtiment se situe hors de sa zone. Et si cet édifice est mis aux enchères, comprenez que vous n’avez aucune chance face à un adversaire blindé de thunes !

Le second défaut est surtout lié au comportement des joueurs. Car un même adversaire, qui vous aurait dans le pif, peut venir à lui seul pourrir, dégrader la quasi totalité des bâtiments en votre possession. Il serait sans doute bon que les développeurs instaurent des règles qui permettent de ne pas confondre stratégie et harcèlement ! Même si la frontière peut parfois être mince. Heureusement, il faut préciser que beaucoup de joueurs font preuve d’un comportement positif (mais ce n’est pas toujours le cas, et vous manifester dans le chat suffit parfois à devenir une cible).

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Death come True : un jeu qui se regarde comme un film

Mais l’on revient ainsi au combo « comportement+équilibrage » qui peut très vite gâcher le plaisir d’un joueur débutant. Dès lors qu’il est repéré par les joueurs du Top 10, sa progression peut vite devenir un calvaire si les joueurs expérimentés décident de lui mettre des bâtons dans les roues. Imaginez vous découvrir le mode Online de Street Fighter V, et ne vous payer que des combats contre des joueurs qui pratiquent depuis quatre ans… Ça peut déstabiliser, voire décourager…

Le point positif dans tout cela est que l’équipe de développement est très réactive aux commentaires que vous lui laissez. Et la plupart des défauts évoqués ci-dessus ont aussi été relevés par la communauté (je n’ai noté que ceux qui m’ont vraiment marqués, durant mes parties) et, bonne nouvelle, les devs sont déjà en train de les corriger pour de prochaines mises à jour. Parmi les nouveautés à venir : un meilleur équilibrage des enchères, ou un système d’amis pour plus de solidarité entre les joueurs. Justement…

Au final

Si vous aimez partir à la découverte de votre ville, et si vous êtes un inconditionnel des émissions de Stéphane Plaza, alors Neopolis est le jeu qu’il vous faut. On aime son aspect ludique mais stratégique, le fait d’acheter pour de faux de vrais bâtiments… Les développeurs nous ont promis un jeu de société grandeur nature ? Le contrat est respecté !

Bien entendu, jeu online oblige, vous pourrez aussi tomber sur des joueurs qui seront sans pitié avec le néophyte que vous êtes. Et le système de ranking est à améliorer (un système de match-ranking, permettant aux « forts » de jouer ensemble, et la même pour les débutants, serait plus pertinent). Il n’empêche que vous prendrez aussi beaucoup de plaisir à jouer avec une communauté globalement fair-play, et qui s’est étoffée avec le temps (même en province, on trouve aujourd’hui des joueurs).

Neopolis est un essai transformé pour Revolt Games. L’esprit « jeu de société » est bien là, la technique est maîtrisée… Et le jeu suscite chez le joueur l’envie de se reconnecter pour faire évoluer son parc immobilier.


Neopolis

Testé sur Android, sur Xiaomi Redmi Note 7.
Points positifs :
  • Un concept très addictif
  • Accessible, prise en main rapide
  • Un système gratifiant
  • Les bâtiments de VOTRE ville dans un jeu vidéo
  • Une technique maîtrisée
  • Des développeurs très réactifs aux remarques
  • La dimension « jeu de stratégie » assez réussie
Points négatifs :
  • Un équilibrage (système de ranking) à revoir
  • Certains bâtiments situés de manière très approximative
  • Le Neopass qui n’est valable qu’un mois (le temps d’une partie)
Pour le studio français Revolt, Neopolis est une réussite. Ce jeu de stratégie avec géolocalisation intégrée respecte son cahier des charges. Et plusieurs mois après sa sortie, il continue à évoluer dans le bon sens, les développeurs étant particulièrement attentifs aux remarques de leur communauté grandissante. Malgré un équilibrage qui peut créer des tensions entre néophytes et joueurs aguerris, Neopolis est un très bon jeu de plateau/gestion. Il a ce petit truc qui fait qu'une fois dedans, on y revient régulièrement...
76%
OUI !

Pour le studio français Revolt, Neopolis est une réussite. Ce jeu de stratégie avec géolocalisation intégrée respecte son cahier des charges. Et plusieurs mois après sa sortie, il continue à évoluer dans le bon sens, les développeurs étant particulièrement attentifs aux remarques de leur communauté grandissante. Malgré un équilibrage qui peut créer des tensions entre néophytes et joueurs aguerris, Neopolis est un très bon jeu de plateau/gestion. Il a ce petit truc qui fait qu'une fois dedans, on y revient régulièrement...

  • Réalisation
  • Jouabilité
  • Progression
  • Aspect compétitif online
  • Durée de vie

vous pourriez aussi aimer More from author

Et maintenant c'est à vous de réagir... N'hésitez pas à nous laisser un commentaire ;-)