Crisis Core Final Fantasy 7 Reunion : hommage collatéral

0 56

En attendant la suite du remake de Final Fantasy VII, Square Enix nous propose de replonger dans celui de Crisis Core, son préquel sorti en 2007 sur PSP (PlayStation Portable). Crisis Core : Final Fantasy VII Reunion nous propose de découvrir les origines du mythe, dans la peau de Zack Fair, le mentor et ami de Cloud…

Un simple chapitre du métaverse Final Fantasy VII

Pour comprendre ce qu’est Crisis Core, il faut tout d’abord revenir sur un mythe, un monument du jeu vidéo : Final Fantasy VII. Un jeu qui fête son quart de siècle. Et comme on n’a pas tous les jours 25 ans, Square Enix se sent festif, et a une furieuse envie de nous gâter ! Mais revenons à nos moutons, après un bond de 25 ans en arrière : le 17 novembre 1997, un RPG initialement annoncé sur Nintendo64 vient de sortir sur PS1, et déchire tout sur son passage !

Final Fantasy VII est un jeu tellement culte que, face à son immense succès, Square Enix et le producteur Yoshinori Kitase vont imaginer tout un méta-univers gravitant autour de son histoire. Des jeux, des animes, des mangas… Sont annoncés en 2003. Du coté de l’animation, est lancé Final Fantasy VII : Advent Children, superbe film qui se déroule quelques années après la fin du jeu.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Final Fantasy VII Remake : une relecture déjà culte

Du coté des jeux vidéo, plusieurs titres vont être publiés, se déroulant dans le même univers que FF7, avant ou après l’intrigue principale. Plus exactement trois titres majeurs :

  • Before Crisis : Final Fantasy VII. Comme son nom l’indique, il se déroule 6 ans avant FF7, et présente une histoire du point de vue de la Shinra. Le jeu est sorti sur mobiles au Japon.
  • Dirge of Cerberus : Final Fantasy VII. Sur PS2, ce shooter se déroule après Advent Children, et nous met dans la peau de Vincent.
  • Crisis Core : Final Fantasy VII. Sorti sur PSP, c’est le jeu dont nous allons parler aujourd’hui. Il se déroule quelques années avant FF7, et on y joue Zack.

La hype autour de Final Fantasy VII ne désemplit pas. Et ce jeu mythique revient au devant de la scène dans les années 2020. Tout d’abord avec Final Fantasy VII Remake en 2020 (et son évolution Final Fantasy VII Remake Intergrade). Puis avec un battle-royale sur mobiles, Final Fantasy VII : First Soldier. Et en 2022, c’est un remaster de Crisis Core : Final Fantasy VII (notre test du jour) qui est annoncé sur tous les supports consoles et PC. En 2023, deux titres majeurs sont attendus : Final Fantasy VII : Ever Crisis, un RPG annoncé sur iOs et Android, et bien entendu Final Fantasy VII : Rebirth (PS5 et Series X/S), suite du remake de 2020.

Dans la peau de Zack

Si vous avez joué à Final Fantasy VII, ou Final Fantasy VII Remake, vous connaissez sans aucun doute Cloud Striffe, le héros du jeu. Celui-ci se réfère, à de nombreuses reprises lors de flashbacks, à Zack. Un Soldat comme lui. Autrefois, les deux hommes ont servi dans ce corps armé de la Shinra. Et avant d’avoir le béguin pour Cloud, Aerith a aussi été la petite amie de Zack. Et bien, c’est justement le fameux Zack Fair que vous allez incarner dans ce Crisis Core.

Le jeu se déroule entre sept et cinq ans avant les événements de Final Fantasy VII. Entre l’arrivée de Zack dans le Soldat alors qu’il n’est encore qu’un « bleu » jusqu’à… Un épisode beaucoup plus tragique qui laissera une empreinte indélébile dans le lore de Final Fantasy VII : le fameux incident de Nibelheim. Ceux qui ont joué au Final Fantasy VII d’origine ou à Crisis Core sur PSP savent de quoi nous parlons.

► LIRE AUSSI NOTRE RETROTEST : (1997) Final Fantasy VII : et la lumière fut !

L’histoire débute tandis que Zack, fraîchement enrôlé dans l’armée de la Shinra, doit mener une enquête sur la disparition mystérieuse d’autres membres du Soldat, dont le première classe Génésis Rhapsodos. Notre jeune militaire intrépide est envoyé au front au Wutaï, accompagné de la crème : son mentor Angeal, et le héros qui a inspiré tant de vocations, Sephiroth ! Plus tard, Zack va aussi rencontrer un tout jeune fantassin, dont il va devenir le mentor : Cloud Striffe.

Si FF7 est un jeu très populaire auprès de la communauté de fans de la série, Crisis Core l’est aussi, en grande partie grâce à son scénario émouvant… Mais surtout grâce au personnage emblématique de Zack. D’ailleurs, saviez vous qu’en 2012 au Japon, sur son site officiel dans un forum consacré aux fans de Final Fantasy, Square Enix a effectué un sondage pour connaître leur personnage masculin préféré dans toute la série. Et après une lutte acharnée contre Cloud, c’est Zack qui arrive en première position. Et en tant que fan de Final Fantasy VII, j’ai comme une envie de terminer avec une dernière anecdote sur Zack : son doubleur japonais, Kenichi Suzumura, est marié avec Maaya Sakamoto, doubleuse d’Aerith.

Un gameplay revu et corrigé ?

Lorsque le jeu est sorti sur PSP, il a pu surprendre les fans de la série. Imaginez : un A-RPG avec des combats en temps réel. Perturbant quand vous avez été biberonné au tour par tour de la saga ! Ici, les combats sont plus dynamiques : lorsqu’un adversaire vous tombe dessus, votre personnage (on ne joue que Zack) se retrouve confiné dans un espace limité, mais peut bouger librement pour attaquer dans cette zone. Il peut alors attaquer, parer ou esquiver. L’attaque permet d’ailleurs d’enchaîner plusieurs coups pour former un combo. Dans ce remaster de 2022, on apprécie de voir de nombreux ajustements. Comme par exemple les niveaux de difficulté qui ont été rééquilibrés, ou les faiblesses des ennemis qui sont désormais plus claires.

Ce remaster reprend donc cette jouabilité d’époque, mais avec quelques subtiles améliorations. Subtiles et utiles, tant le gameplay original (sur PSP) a pris un coup de vieux. Ainsi par exemple, Zack pouvait autrefois enchaîner jusqu’à trois coups d’affilée. Désormais, son combo peut grimper jusqu’à cinq frappes. De plus, elles ont gagné en nervosité et en fluidité. Et puisque l’on parle de gain de fluidité, sachez que les développeurs ont aussi amélioré l’OCN, cette roulette qui permettait à Zack de gagner des effets bonus en fonction des trois formes qui s’alignaient en haut de l’écran. Avec une animation qui vous coupait dans votre élan. Désormais, les attaques liées à l’OCN ne se déclenchent que si vous le souhaitez, et quand vous le voulez. Cela n’a l’air de rien, mais c’est encore une fois une amélioration très confortable pour le joueur.

► LIRE AUSSI : Pourquoi Final Fantasy VII pourrait être la suite de Final Fantasy X/X2

Si l’on évoque le meilleur système de magie ou d’invocations dans un Final Fantasy, beaucoup d’entre vous penseront aux Matérias de Final Fantasy VII. Une mécanique géniale qui avait aussi été reprise dans Crisis Core. Et bien, bonne nouvelle : les matérias et leurs fusions sont de retour, et elles aussi ont été améliorées. Et encore une fois, on va parler ici d’amélioration de confort pour le joueur. Je m’explique : autrefois, pour utiliser les matérias, il fallait se rendre dans le menu en bas à droite de l’écran. Une manipulation fastidieuse, et encore plus lorsque vous étiez plongé en plein combat bien ardu. Désormais, nos cailloux magiques sont déclenchés grâce à des raccourcis. Et là encore, les combats n’en deviennent que plus plaisants.

Globalement, Square Enix a écouté les remarques des joueurs, et les nouveautés de gameplay sont principalement des améliorations qui rendent le jeu encore plus ergonomique. Malgré tout, on regrettera que l’architecture du jeu n’ait pas eu le droit au même traitement de faveur. Ainsi, Crisis Core : Final Fantasy VII Reunion n’est qu’un enchaînement de couloirs, rythmés par des combats en arène : on avance, on frappe, on avance, on ouvre un coffre, etc. Avec des ennemis qui apparaissent seulement lorsque les combats se déclenchent aléatoirement. Cela fonctionnait bien en 2007, mais beaucoup moins en 2022, alors que tout le monde ne jure que par les open worlds, avec des adversaires que l’on peut voir venir de loin…

Des graphismes qui ne suivent pas

Crisis Core : Final Fantasy VII Reunion est un remaster, et non un remake comme Final Fantasy VII. Autrement dit, les images ont été lissées, les graphismes s’affichent désormais en HD et les modèles 3D ont été retravaillés, mais… Le jeu montre vite ses limites sur le plan technique. Ainsi par exemple, la plupart des cinématiques, bien qu’elles soient toujours superbes, ont conservé leur grain d’époque. Le jeu montre aussi quelques faiblesses sur certaines textures secondaire pixélisées, ou sur certains décors qui semblent vides. Dommage lorsque l’on constate que d’autres environnements ont été enrichis, et sont désormais plus détaillés.

Cependant, on ne peut que souligner les gros efforts qui ont été réalisés au niveau du chara-design. Car les modèles 3D des personnages ont entièrement été refaits. Et sur ce point, on ne peut qu’applaudir le rendu de ce casting tellement charismatique. Sephiroth, Zack ou Cloud sont plus réalistes que jamais. Une sensation qui est renforcée par le fait que les cinématiques majeures se voient enrichies de plans supplémentaires, avec de vraies animations faciales pour les protagonistes. C’est plus beau, mais surtout plus réaliste, pour le coup. Hélas, les séquences plus secondaires n’ont pas eu le droit au même traitement, et les personnages y apparaissent plus figés.

► LIRE AUSSI : Dans la peau du personnage de… Aerith (Final Fantasy VII)

On se retrouve donc avec un curieux paradoxe : d’une part, les scènes de jeu, et notamment les combats, dopés à l’Unreal Engine 5, sont plus beaux, plus réalistes et plus expressifs… D’autre part, les cinématiques construites autour du moteur du jeu d’il y a quinze ans trainent souvent la patte. Et c’est bien dommage car elles étaient superbes pour l’époque. Elles n’ont rien perdu de leur charme, mais peuvent piquer si vous venez de jouer à Final Fantasy VII Remake juste avant…

Enfin, on soulignera l’effort effectué sur la partie sonore du jeu. Titre qui est intégralement doublé soit en Anglais soit en Japonais. Et le compositeur original, Takeharu Ishimoto, revient pour quelques pistes originales, et des arrangements originaux.

Au final

Crisis Core : Final Fantasy VII était un jeu vraiment génial sur PSP. Un véritable hommage au matériau d’origine, et qui se déroulait dans un univers qu’il est toujours aussi plaisant de (re)découvrir. Bref, un hit. Hélas, cette version 2022 nous rappelle la différence entre un remake et un remaster : la nouvelle version de Final Fantasy VII lui offre une véritable seconde vie après une opération chirurgicale réussie ! C’est un remake ! Pour Crisis Core, on a sorti le gloss et l’eye-liner, on a mis un peu de botox sous les lèvres… C’est un remaster !

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Crisis Core : Final Fantasy 7 (PSP)

Mais malgré sa technique perfectible, cette nouvelle version mérite que l’on s’y attarde. Son scénario complète merveilleusement celui de Final Fantasy VII, ses personnages (protagonistes comme antagonistes) sont cultissimes, et son gameplay bénéficie ici de réajustements qui font plaisir à voir. Ou plutôt à jouer. Alors, il est très difficile de ne pas craquer pour ce jeu qui a été taillé pour faire patienter les fans jusqu’à la sortie de Final Fantasy VII : Rebirth (la suite du remake de 2020).

Si vous ne connaissez pas le jeu, vous pouvez craquer, c’est une valeur sûre. Si vous avez déjà terminé la version PSP, vous pouvez aussi craquer, ce remaster va vous faire reverser votre petite larme. En revanche, un petit bémol dans les deux cas : si ce remaster est bien foutu, il ne l’est pas assez pour justifier les 60€ demandés. Payer plein tarif pour un vrai remake, pourquoi pas ! Mais ici, au regard des cinématiques ou du gameplay qui datent, la note peut paraître un peu trop salée.


Crisis Core : Final Fantasy VII Reunion

  • Par : Tose, pour Square Enix
  • Sur : PS4/PS5, Switch, Series X/S, PC.
  • Genre : A-RPG
  • Classification : PEGI 16
  • Prix : 59,99€
  • Conditions de test : testé sur une version numérique fournie par l’éditeur. Également terminé la version PSP.
Points positifs :
  • La bande-son
  • Le scénario captivant
  • Sephiroth a toujours une pu… de classe !! Comme Zack d’ailleurs
  • Combo qui passe de 3 à 5 coups
  • Gameplay plus dynamique
  • On peut zapper les cinématiques, ou les invocations
  • Beaucoup de quêtes annexes
  • Doublage VF
Points négatifs :
  • Quelques textures pixélisées
  • Un jeu trop linéaire
  • Certaines cinématiques ont vieilli (elles ont conservé leur grain et leur compression d’époque)
  • Quête principale pliée en quelques heures (en ligne droite)

vous pourriez aussi aimer More from author

Et maintenant c'est à vous de réagir... N'hésitez pas à nous laisser un commentaire ;-)