Deux jeux cultes ressuscités

Sorti quelques semaines à peine après le lancement de la Nintendo DS en 2005, Another Code est sans doute l’un des jeux les plus marquants de cette console, porté par un personnage attachant : l’adolescente tourmentée Ashley. D’une certaine manière, avec ses énigmes qui se prêtaient parfaitement aux fonctions tactiles de la console, on peut même considérer que Another Code Two Memories a contribué à sa manière au bon lancement de la DS. Aussi, quel ne fut pas notre plaisir en découvrant, quelques années plus tard, qu’une suite arrivait sur Wii en 2009. Là encore, un jeu utilisant parfaitement les accéléromètres de la Wii-mote, et jouant toujours aussi bien avec nos émotions.

Et puis… Au grand dam des fans… Plus rien ! Sans doute parce que le studio derrière le jeu (et derrière Hôtel Dusk Room 215), DiNG, a fait faillite en 2010 ? Donc, on attend une suite depuis des années, mais Ashley semble avoir totalement disparu des radars. Jusqu’à ce que Nintendo ne nous redonne espoir, lors du Nintendo Direct de septembre 2023. Dans un trailer, elle était enfin là, de retour après une si longue absence. Mais très vite, on réalisait alors qu’il ne s’agissait pas d’une nouvelle aventure, mais d’un remake des deux jeux de la série ! Compilation annoncée pour ce mois de janvier 2024… Enfin, si on peut parler de compilation, puisqu’ici, les deux jeux sont fusionnés… Mais on en reparle plus bas.

► Lire aussi notre test : Ghost Trick Détective Fantôme : une pépite DS revient à la vie !

Ainsi, dans le premier opus, le joueur découvre Ashley Mizuki Robins, la veille de ses 14 ans. Lorsqu’elle reçoit une lettre de son père qu’elle croit décédé, elle embarque vers l’île de Blood Edward pour y chercher les réponses à ses questions. Peu après son arrivée, elle fait la rencontre d’un mystérieux fantôme amnésique nommé D, et découvre un manoir fourmillant d’énigmes et de mystères à résoudre. La jeune ado a une journée et 7 chapitres pour éclaircir tous ces secrets, et aider D dans sa quête de souvenirs…

Sa suite se déroule deux ans après les événements d’Another Code: Mémoires doubles. Ashley part pour des vacances au bord de Lake Juliet. Mais celles-ci prennent un tournant inattendu quand des souvenirs de sa mère commencent à refaire surface. Sur place, elle fait aussi la rencontre d’un jeune fugueur et apprend qu’un étrange incident s’est produit dans les environs de ce lac… Et c’est reparti pour un tour : les énigmes s’enchaînent, et le scénario dévoile ses secrets au fil des 8 chapitres…

Des énigmes en mode « chill »

Si vous êtes un fan d’action soutenue, de baston ou de gunfights frénétiques, passez votre chemin ! Another Code est un jeu qui se joue au calme, en mode « chill » ! Un jeu que l’on pourrait presque jouer d’une seule main. Ici, pas de combat, pas d’ennemi, pas d’affrontement contre un éventuel boss de fin, pas de Game Over… On progresse simplement dans une aventure à mi-chemin entre le point & click et le graphic-novel. Le jeu consiste à fouiller des écrans fixes. On y trouve des objets, des notes… Et très souvent, ceux-ci conduisent à une énigme, un puzzle à résoudre pour débloquer un autre item, ou permettre à l’aventure de se poursuivre.

Pour progresser, Ashley dispose du DAS (Dual Another System), un appareil mobile remis par son père. Il lui permet de prendre des photos, obtenir des infos sur les personnages croisés, scanner des collectibles (des origamis à trouver dans le jeu), afficher le plan, etc. D’ailleurs, c’est assez drôle de voir que, dans la première version du jeu, le DAS avait l’apparence d’une DS. Mise à jour oblige, il ressemble aujourd’hui à une Switch améliorée.

► Lire aussi notre test : Pokémon Écarlate- le disque indigo : un potentiel mal exploité

Another Code est une aventure tranquille. Pour ne pas dire facile, parfois un peu trop, même ! Je m’explique : pour avoir bouclé l’aventure sur DS, et bien que ces souvenirs soient aujourd’hui lointain, je me souviens que les énigmes étaient plus difficiles. Parfois même, il pouvait arriver de rester bloqué un moment car le puzzle n’était pas clair, l’objectif manquait de précision. Ici, c’est impossible de douter un seul instant, les énigmes sont beaucoup plus évidentes. Et si jamais vous butez encore, des aides sont disponibles et activables à chaque instant : une flèche qui vous indique où aller, et un indice pour vous aider à résoudre le puzzle.

Alors forcément, cela se ressent sur la durée de vie du jeu. Le premier opus sur DS était surtout une démonstration technique destiné à nous montrer les prouesses de la portable de Nintendo, écran tactile ou double écran. L’expérience était courte, et elle l’est tout autant ici. En traînant un peu, comptez entre quatre et cinq heures pour finir la première aventure, et entre le double et le triple (selon votre âge ou votre niveau) pour la seconde. Soit entre 12 h et 20 h pour boucler une aventure que vous ne rejouerez pas de sitôt… Car l’intrigue étant assez linéaire, vous n’aurez plus grand chose à découvrir une fois le jeu fini.

Ces défauts qui sont des petits graviers dans la chaussure

Le jeu est bon, agréable à jouer et (expérience vécue), une fois lancé, le scénario nous tient jusqu’à la fin, on a vraiment du mal à couper la console. L’histoire a été modérément réécrite (certains passages), de manière à la fluidifier, mais sans dénaturer le propos originel. Pourtant, il a aussi ses petits défauts. Ce qui peut être le premier, dans un sens, est le fait que les deux jeux soient « fusionnés » en un seul. Au menu d’accueil, il est impossible de choisir, et vous devrez forcément démarrer par l’épisode DS (Two Memories). Qui, une fois fini, enchaîne sans transition sur l’épisode Wii (Les Portes de la Mémoire). Avantage : l’aventure est ainsi plus longue. Inconvénient : si vous voulez juste découvrir le deuxième épisode, vous devrez quand même refaire le premier avant…

Au niveau de la réalisation, c’est propre ! Le jeu a subi un véritable lifting graphique, pour un rendu vraiment très agréable à regarder. Another Code : Recollection ne manque pas de charme, et nous donne une furieuse envie de retrouver Ashley dans des aventures inédites. Autrefois en vue du dessus, avec un affichage tactile (sur DS), le premier opus bénéficie d’une grosse cure de jouvence en 3D. Dans l’épisode Wii, c’est surtout le relooking des personnages qui va vous surprendre si vous avez connu le jeu original. Bien que très discrètes, les musiques collent bien à l’ambiance, et contribuent à installer le climat reposant qui plane sur le jeu du début à la fin. Seul petit bémol technique : quelques fautes d’orthographe qui s’invitent dans les dialogues.

► Lire aussi notre test : Super Mario Bros Wonder : le renouveau tant attendu est enfin là

Au chapitre des petits regrets, on a déjà parlé de la durée de vie, et de la faible rejouabilité. Pour poursuivre en ce sens, on regrette aussi le manque de bonus, qui pourrait vous donner envie de rejouer l’aventure. Une tenue alternative pour le premier épisode quand vous finissez le jeu, ce n’est pas suffisant ! Et les collectibles ? Les fameux origamis à trouver… Normalement, si vous êtes un tantinet observateur, vous les aurez tous trouvés à la fin du premier run. De ce point de vue, le prix demandé de 60€ nous semble un peu trop élevé, quelle que soit la qualité du jeu.

Enfin, le dernier défaut relevé concerne l’écriture et le scénario. Parfois un peu trop naïf, il en devient prévisible, et le joueur voit venir certains rebondissements à l’avance. Dommage car, comme écrit plus haut, la narration parvient malgré tout à nous tenir en haleine, jusqu’au générique de fin. Le scénario souffre aussi de quelques incohérences, qui finissent par sauter aux yeux. Les signes d’un passage récent dans une salle qui n’est pas censée avoir été visitée depuis plus de 50 ans, par exemple. Dommage, là encore…

Au final

Another Code est une série qui a marqué les consoles Nintendo (DS et Wii), et est restée dans le cœur de nombreux joueurs. Hélas, c’est aussi une série qui est tombée dans l’oubli, et que les joueurs de moins de 20 ans auront beaucoup de mal à connaître. Alors, il était nécessaire que Nintendo se penche sur le cas d’un remake de ces deux pépites ! Et c’est chose faite, puisque depuis le 19 janvier, Ashley est de retour dans une double aventure des plus plaisantes. On doit toujours résoudre des énigmes dans le plus grand des calmes… Mais cette fois, c’est plus beau, plus coloré, plus éclatant ! Le jeu a été refait, et les dialogues bénéficient désormais de doublages en Anglais ou en Japonais (avec des sous-titres en VF).

Si le prix demandé de 60€ semble un peu élevé, on ne peut nier que ce retour dans l’univers d’Ashley est très plaisant et plein de charme. Par son coté feel-good, naïf et rafraichissant, il parvient à nous accrocher, même avec de gros jeux en face (expérience vécue avec un Triple A dont on vous parle prochainement : je n’ai pas pu m’empêcher de terminer Another Code Recollection avant de l’attaquer)… On peut même dire qu’il provoque une certaine frustration : on s’y sent tellement bien que, lorsque la fin du jeu arrive, on traîne des pieds, on n’a plus envie de partir…

Ce remaster est très réussi, avec deux jeux qui gagnent en beauté, en profondeur et en liberté de mouvements. Le premier opus gagne en lisibilité grâce à l’ajout de la 3D. Le second est encore plus beau, avec des décors embellis, et un chara-design retravaillé. Et c’est tant mieux, car c’est justement les nombreuses interactions avec les personnages secondaires qui donnent toute sa saveur au second épisode (alors que vous étiez seule, avec D, dans le premier volet, les trois quarts du temps). La magie opère que vous soyez un nouveau venu, ou que vous redécouvriez les jeux originels. Un must-have de plus dans le catalogue de la Switch !


Another Code : Recollection

  • Par : Nintendo
  • Sur : Switch
  • Genre : aventure narrative/point & click / énigmes
  • Classification : PEGI 12
  • Prix : 59,99€
  • Conditions de test : testé sur une version fournie par l’éditeur. Jeu terminé à 100%.
  • A savoir : une démo gratuite est disponible. Si vous achetez le jeu ensuite, vous conservez votre progression.
  • Deux histoires émouvantes, touchantes
  • Un scénario plaisant, qui nous tient jusqu’à la fin
  • Les personnages, même secondaires, ont du background
  • Une réécriture discrète, qui rend la narration plus fluide sans la dénaturer
  • Ashley, cette ado si attachante
  • Une ambiance tellement zen
  • Un jeu très accessible
  • La direction artistique
  • On sent un gap graphique
  • Doublé en Japonais ou en Anglais
  • La musique qui colle bien
  • Des énigmes variées
  • Un gameplay qui évolue
  • Les énigmes simplifiées par rapport aux jeux originaux
  • Quelques incohérences
  • Intrigue linéaire, pas d’embranchements ou de choix
  • On ne peut pas choisir l’épisode avec lequel on démarre
  • Quelques fautes dans les textes
  • Faible rejouabilité
  • On aurait aimé quelques bonus
  • Un prix un poil trop élevé