Wonder Boy Asha in Monster World : un remake joli, mais fade

0 745

Attention, voyage dans le temps ! Nous sommes en 1994. Sur Megadrive débarque le quatrième opus de la série Monster World (Wonder Boy). Tout juste 27 ans plus tard, Inin Games nous propose un remake visuellement très frais de ce jeu cultissime (mais jamais sorti en Europe à l’époque) : Wonder Boy – Asha in Monster World, dispo sur PC, PS4 et Switch. Voici donc l’occasion de le découvrir, pour la première fois avec des textes VF officiels.

Asha, c’est plus fort que toi

Qui dit « Megadrive » dit aussi… Sonic, Streets of Rage, Thunder Force, Phantasy Star… Oui, c’est vrai, mais pas que ! Et parmi les licences de la 16 bits de Sega qui, a mon sens, sont sous-estimées en Europe, figure l’excellent Monster World. Enfin, je voulais dire Wonder Boy. Une saga apparue en 1986, qui se compose très exactement de six épisodes canons.

Et l’épisode qui nous intéresse aujourd’hui n’est autre que Monster World IV, sorti sur Megadrive en 1994. Le jeu était alors développé par Westone Bit Entertainment, et on retrouvait un certain Ryuichi Nishizawa (créateur de la série) aux commandes. Monster World IV se démarque des autres titres car il utilise beaucoup plus d’aspects RPG que ses prédécesseurs, rangés dans la catégorie plateformes.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Balan Wonderworld : un doux rêve qui vire au cauchemar

Pour ce qui est du scénario, vous devez savoir que vous incarnerez ici une héroïne, Asha, et son fidèle Pepelogoo ! Asha, la protagoniste, est impliquée dans un incident majeur qui affectera la survie de son monde. L’héroïne aux cheveux verts sera assistée de son adorable ami volant, le Pepelogoo bleu. Oubliez l’ambiance médiévale de la série, Asha nous emmène dans un univers plus oriental, digne des Contes des Mille et Une nuits.

Pour Wonder Boy – Asha in Monster World, qui je le rappelle figure au catalogue d’ININ Games… L’équipe originale de l’ancien Westone Bit Entertainment (développeur de la version 16 bits) s’est retrouvée pour créer un jeu fidèle à l’esprit des jeux originaux. Et on ne peut pas mieux être servi, d’autant que l’on retrouve aussi au générique de fin le créateur de la série Wonder Boy, Ryuichi Nishizawa ; Shinichi Sakamoto (son) ; Maki Ōzora (conception des personnages) et Takanori Kurihara (gestion créative). Et là, on ne peut que signer !

Un remake ou un reboot ?

Et bien, pour tout vous dire, la réponse n’est pas si évidente ! Car au premier coup d’œil, nous sommes clairement ici dans un remake du jeu Megadrive, à la plateforme et au PNJ près… Mais pas que, et vous allez vite le comprendre. Et force est de constater que le boulot réalisé sur le chara-design ou sur la direction artistique de cette version 2021 est très chouette. Bref, c’est un copier-coller du soft d’origine dans le fond, mais c’est aussi un tout nouveau jeu dans la forme, qui se démarque de sa matrice par son passage en 3D !

Wonder Boy – Asha in Monster World est beau, très coloré, on aime les mimiques des personnages et des ennemis… On aime aussi la refonte des PNJ, qui gagnent en expressions, en couleurs. Les personnages comme les ennemis sont désormais plus lisses, plus lisibles. La 3D apporte une nouvelle dimension au titre. Et encore une fois plus de lisibilité dans son approche de l’action (et comme nous avons pu rejouer au soft d’origine, la comparaison est flagrante).

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : R-Type Final 2 : le « shmeup à papa » a t-il toujours le vent en poupe ?

En revanche, certains aspects ont beaucoup plus de mal à se différencier de l’original. Comme par exemple la jouabilité, qui conserve ici une forme de rigidité que certains apprécieront, mais que d’autres détesteront. Point positif : le gameplay sonne comme un pur hommage, une référence historique, ou une Madeleine de Proust pour les ex-possesseurs d’une Megadrive. Point négatif : notre Asha a parfois du mal sur certains sauts, ou lors de certains passages qui demandent de la précision. Gameplay qui, d’ailleurs, se limite à frapper à l’épée, se protéger à l’aide du bouclier, ou envoyer un sort une fois une jauge chargée. L’originalité (et la vraie bonne idée) vient du coté de votre « familier » Pepelogoo, dont les capacités évoluent au fil des niveaux… Avant de vite retomber dans du classique.

Enfin, on pourrait aussi parler de la bande-son du jeu. Avec ses musiques remixées qui font vraiment du bien aux oreilles (si vous avez connu le jeu d’origine et que ses musiques sont encore gravées dans vos têtes, vous verserez une petite larme). Les musiques sont une choses, les bruitages en sont une autre. Et là encore, le jeu joue la carte du délicieusement rétro, avec ses sons tout droits venus des années 90. Des bruitages qui accompagnent vos actions à la disparition des ennemis vaincus, lorsqu’ils se changent en argent…

Un remake qui manque d’ambition

Très rapidement, on en vient au constat que ce remake est bien joli… Mais il n’offre pas vraiment de plus value au fan de la série ! Pas de contenu bonus, pas de « musée » de la série Wonder Boy… Bref, c’est le même jeu, mais en mieux et plus joli, et rien de plus ! Bien évidemment, il offre quelques ajouts qui vous faciliteront la vie, comme la sauvegarde manuelle (pas de save auto) ou un mode « facile » pour progresser plus facilement qu’en 1994. Mais…

De ce fait, on a beaucoup de mal à ressentir des émotions nostalgeeks. Wonder Boy IV, on y a déjà rejoué sur la Megadrive Mini. Ici, il est plus beau visuellement, mais son gameplay date. Et le jeu tombe très vite dans le travers des titres des années 90 : la répétitivité. À l’époque, nous ne faisions pas vraiment gaffe à ce type de détails, mais aujourd’hui, au regard de l’offre disponible… Le joueur est devenu plus exigeant, et pardonnera beaucoup moins de devoir refaire les mêmes actions tout au long du jeu si quelques originalités ne viennent pas lui offrir de la diversité.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Megadrive Mini : Sega, c’est (vraiment) plus fort que toi !

D’autant que Asha souffre d’un autre problème, qui se fait davantage sentir avec sa sauvegarde et son mode facile : sa durée de vie. Soit, pour ma part, quatre heures pour venir à bout du soft, en forçant peu. C’est d’autant plus dommage que l’univers est très sympa… Mais il est vite oublié. Car sans challenge ou contenu bonus, pas sûr que vous y reveniez une fois le soft terminé. On aura donc beaucoup de mal à le recommander aux joueurs autres que les fans de la série originale.

Un p’tit zeste de rétro avec MWIV

La version que nous avons testée nous a permis de nous essayer aussi à Monster World IV, LE jeu d’origine de 1994. Il est ici émulé pour pouvoir être joué sur votre support actuel, Switch ou PS4. Pas grand chose à dire si ce n’est que vous retrouverez ici le même jeu, mais dans son jus d’origine. Avec ses gros pixels et ses sons Megadrive. Avec ses menus et sa difficulté tout droit venue des années 90.

Si vous êtes nostalgique des années 16 bits, cette version comblera votre appétit pour les vieilleries du grenier. À condition évidemment que vous n’ayez pas déjà acquis la Megadrive Mini, puisque Monster World IV est inclus dans la machine (ce serait bête de tout reprendre à zéro, non ?) D’ailleurs, comme sur la version MDMini, la sauvegarde est incluse dans ce portage 2021, histoire de ne pas tout devoir refaire une fois la console éteinte.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Ghosts ‘n Goblins Resurrection : quand la nostalgie te met une douille

J’apporte cependant un bémol… Non pas sur le jeu en lui-même, mais sur son mode de distribution. En effet, je trouve dommage que cette version rétro ne soit livrée que dans la version physique du jeu. Les acheteurs de Wonder Boy -Asha in Monster World en version numérique, qui ont pourtant payé leur jeu… Devront repasser à la caisse pour acquérir cette version 16 bits. Et donc la payer en plus, lorsqu’elle est offerte dans le pack physique. Certes, ce n’est pas non plus la faute du siècle, mais le geste est un peu maladroit de la part de l’éditeur… D’autant que ce titre intéressera surtout des fans, à la base, comme je l’ai écrit plus haut…

Au final

Quand beaucoup de studios se contentent du minimum syndical lorsqu’il s’agit de remasteriser, ou de réaliser un remake de titres d’antan… On sent que ce Wonder Boy Asha in Monster World est l’œuvre de vrais passionnés. Et pour cause, puisque ce remake récupère le staff derrière le titre original. Pourtant, malgré toutes ces bonnes intentions…

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Resident Evil Village : un épisode monstrueusement bon !

Le jeu n’est pas la meilleure revisite de titre rétro de l’année, mais au final… Je dois vous avouer que j’ai globalement passé un excellent moment en compagnie d’Asha. Même si la belle sait nous faire rager avec quelques passages un peu plus retors. Dans l’ensemble, le jeu demeure très abordable, agréable à regarder… Bien qu’il soit frustrant de ne trouver ici qu’un jeu brut, sans bonus, sans musée… Sans la dimension « hommage au jeu d’origine » si ce n’est la version 16 bits vendue séparément (ou incluse dans la version physique).

Le principal défaut du jeu, selon moi, réside dans sa rejouabilité. Que ferez vous une fois Wonder Boy Asha in Monster World terminé (comptez quatre grosses heures) ? Le refaire une seconde fois ? Pourquoi pas, mais ça ne sera pas le cas de tout le monde, le titre manquant de challenge post-game.


Wonder Boy Asha in Monster World

Testé sur une version PS4 fournie par l’éditeur.
On aime :
  • Le chara-design
  • Un remake soigné
  • L’OST réorchestrée
  • Un gameplay « so 16 bits »
  • Très accessible
  • en VF
On n’aime pas trop :
  • Monster World IV original absent de la version numérique
  • Durée de vie assez courte
  • Manque de rejouabilité
  • Répétitif
  • Il manque du contenu bonus
  • Jouabilité parfois trop rigide

Dommage ! D'un coté, on retrouve l'équipe originale de Wonder Boy IV, réunie pour réaliser un remake du jeu de 1994 tout en respectant son esprit... D'un autre coté un jeu trop classique et dépourvu de contenu. Avec une réalisation jolie mais pas folle, un gameplay vieillissant et une durée de vie faible... L'hommage est trop discret, ce remake est un peu fade. Les fans de la série Wonder Boy apprécieront sans doute, pour les autres, c'est moins sûr...
60%
Mouais...

Dommage ! D'un coté, on retrouve l'équipe originale de Wonder Boy IV, réunie pour réaliser un remake du jeu de 1994 tout en respectant son esprit... D'un autre coté un jeu trop classique et dépourvu de contenu. Avec une réalisation jolie mais pas folle, un gameplay vieillissant et une durée de vie faible... L'hommage est trop discret, ce remake est un peu fade. Les fans de la série Wonder Boy apprécieront sans doute, pour les autres, c'est moins sûr...

  • Réalisation
  • Jouabilité
  • Scénario
  • Durée de vie
  • Ambiance générale

vous pourriez aussi aimer More from author

Et maintenant c'est à vous de réagir... N'hésitez pas à nous laisser un commentaire ;-)