New Joe & Mac Caveman Ninja : aussi dur qu’à l’époque, mais en plus beau

0 27

Le studio français M.Nutz Studio continue à ressusciter les légendes d’antan. Après Toki et en espérant (on croise les doigts très fort) un retour de M.Nutz, c’est un duo préhistorique légendaire qui fait son come-back ! Avec New Joe & Mac Caveman Ninja, chez Microids, les deux compères néanderthaliens sont de retour, pour notre plus grand bonheur.

Où sont les femmes…

Aujourd’hui encore, Joe & Mac Caveman Ninja fait partie des jeux qui m’ont le plus marqués dans les années 90. Certes, la version NES était une purge injouable, mais la version Super-Nintendo fait partie de ces hits mémorables de l’ère 16 bits, à l’image de TMNT IV : Turtles in Time, M. Nutz, Super Probotector… Si l’on pioche dans un catalogue autre que celui de Nintendo (comme Super Metroid, Super Castlevania IV, Super Mario World, F-Zero, etc).

Pour être plus précis, Tatakae Genshijin : Joe and Mac (c’est son nom japonais) sort en février 1991 au Japon, sur bornes d’arcade. Ce jeu de plateforme en co-op est alors développé et édité par Data East (il sera édité par Elite Systems en Europe). Quelques mois plus tard, il arrive aussi sur consoles : NES, MegaDrive, Super-Nintendo et même GameBoy. Il aura deux suites, avant de tomber dans l’oubli. Jusqu’à ce que…

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Sonic Frontiers, nouvel espoir pour les fans de Sonic ?

Jusqu’à ce que M. Nutz Studio, qui a déjà réalisé l’excellent remake de Toki, ou encore Astérix & Obélix : Baffez-les Tous !, n’annonce un retour de Joe & Mac. Un jeu annoncé en réalité par l’éditeur français Microids. M. Nutz Studio est une société créée en 2019, autour d’une équipe qui développe des jeux depuis 1988. Avec des noms comme Pierre Adane, ou le directeur artistique Philippe Dessoly, et son coup de crayon de folie ! Deux noms que l’on retrouvait déjà derrière le très beau M. Nutz (lire notre rétrotest).

C’est donc la version Arcade que M.Nutz Studio réactualise avec cette version. Un remake qui démarre comme toutes les versions d’antan : les femmes de votre village ont été kidnappées. Et c’est donc au plus brave guerrier de la tribu (ou aux deux si vous jouez en multi) qu’il incombe d’aller casser des bouches et des boss pour libérer la gent féminine… Non, dans les années 90, on ne s’embarrassait pas avec un scénario très pointu… Et non, le jeu n’a jamais inspiré un tube à Patrick Juvet (enfin, on pense)…

Un jeu à l’ancienne

New Joe & Mac Caveman Ninja est un jeu d’action/plateformes, en solo ou en coop. Si vous décidez de jouer à deux (on peut aussi tenter l’aventure en solo), chaque joueur incarnera l’un des deux hommes préhistoriques : soit Joe et ses cheveux verts, soit Mac et ses cheveux bleus. Notez qu’hormis la couleur de leurs cheveux qui les différencient, nos deux héros bénéficient des mêmes capacités. Au fil des levels en scrolling horizontal ou vertical, vous devrez traverser le niveau en pulvérisant les dinos et cro-magnons qui vous barrent la route.

Joe et Mac peuvent sauter et tirer. Des armes de jet sont à récupérer dans des œufs : hache (arme de départ), poignard en dent de dino, boomerang, feu… ou roue de pierre (la plus dévastatrice)… Et garder la touche Y appuyée vous permet de lancer un tir chargé, plus puissant et avec une arme plus grosse (mais vous êtes aussi plus vulnérable). Chaque personnage dispose également d’une barre de vie. Mais attention : celle-ci ne se vide pas uniquement lorsque vous vous faites toucher. Cette barre, qui est surtout une jauge de faim, diminue également avec le temps, continuellement. Alors, une seule solution pour voir le bout du niveau : ramasser les poulets ou les fruits, lâchés par les ennemis vaincus, afin de remplir votre estomac (et donc votre jauge), avant qu’elle ne tombe à zéro… Et que vous ne mourriez littéralement de faim.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Pokémon Écarlate/Violet : le renouveau tant attendu ?

Comme le modèle d’origine, le jeu n’est pas vraiment long. Alors, il existe une parade bien utile pour gonfler sa durée de vie : sa difficulté. Et là, croyez-le ou non, mais vous allez en baver ! Du bon gros die & retry à l’ancienne, avec des ennemis qui se multiplient à l’écran si vous ne les éliminez pas méthodiquement ! Sans check-point ! Sans compétences à améliorer ! Sans saves ! Sans aide, quoi ! Juste un niveau, des ennemis dont il faudra apprendre les patterns par cœur et… De nombreuses morts qui vous renvoient au tout début du niveau (pas de check-point on vous a dit) ! Oui, Joe & Mac Caveman Ninja est un jeu à l’ancienne, mais pas que pour le titre qu’il revisite… Mais aussi pour cette difficulté sortie tout droit des années 90 ! Certains aimeront, d’autres un peu moins !

Le jeu est livré dans deux modes (seulement) pour le moment. Le mode Arcade est le mode classique, avec parfois, comme à la grande époque, un chemin alternatif à la fin du niveau. Les développeurs ont ajouté ici un mode Extend qui… Comme son nom l’indique… Rallonge les niveaux de quelques écrans, histoire de souffrir toujours autant, mais plus longtemps (et un respawn à mi-niveau si vous mourrez dans la deuxième moitié du tableau). Notez cependant que l’éditeur a aussi annoncé des modes Boss Rush, Speedrun et Training. Trois modes qui sont attendus via un patch annoncé pour ce début d’année, sans plus de précisions pour le moment…

Les « pour » et les « contre »

Le point positif qui saute évidemment aux yeux, c’est la direction artistique complètement folle de ce remake ! Animations faciales, mimiques, animations des personnages ou des ennemis… Le style visuel reprend quasiment tous les codes qui nous font rire ou sourire dans les BD ou dans les dessins animés de notre enfance (je pense par exemple à Scooby-Doo, Capitaine Cavern et la quasi-totalité des Hanna Barbera, les Looney Tunes, Tex Avery et j’en passe). Si on ne tenait pas une manette en mains, on pourrait presque se croire devant un animé, tant l’aspect visuel a été pensé dans les moindre détails. Philippe Dessoly est un artiste, un vrai, que l’on a envie de voir plus souvent. Sur un remake de Mister Nutz par exemple 😉

Globalement, le jeu est très réussi sur certains points (on pourrait aussi parler de sa musique signée Raphaël Gesqua, avec des remix et de nouvelles compos)… Mais pêche sur d’autres. Et pour moi, le premier défaut est le manque cruel de contenu. C’est un remake qui sonne à nos oreilles de rétrogamers comme un vibrant hommage à une série culte. Et un néophyte qui lance cette version du jeu n’en apprendra hélas pas davantage sur Joe & Mac. Nous sommes en 2023, sur une Switch, pourquoi ne pas offrir davantage de modes multi ? Du compétitif online ? De nouveaux personnages jouables ? Des mini-games à faire à plusieurs ? Des voix ? Que sais-je… Toujours est-il qu’un mode Arcade et un mode Extend, ça fait un peu maigre ! Mais cette question devrait être réglée très prochainement.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Cuphead : même en boîte, il fait toujours aussi mal

Si le travail réalisé sur l’aspect graphique du jeu est du grand art, on ne peut pas en dire autant de la jouabilité, qui est restée dans son jus. Et c’est une sensation vraiment étrange que de jouer à un jeu aussi beau, avec des commandes aussi rigides que dans les années 90 ! Par exemple, en 2020 quand on a l’habitude des directions à 360 degrés, il est compliqué de revenir sur un jeu à quatre directions. Pour certains, cet aspect peut avoir du charme. Pour d’autres, il peut autant fermer de portes que la difficulté du jeu. Autre problème d’ergonomie, incompréhensible puisqu’il n’existait pas dans la version d’origine : un son indiquant que vous vous faites toucher par l’ennemi n’aurait pas été de refus. J’ai même envie d’écrire que c’est la base, pourtant…

Enfin, j’en ai aussi parlé plus haut : le second gros défaut du jeu selon moi est sa difficulté d’un autre âge. Un choix des développeurs que je comprends, car il est cohérent avec l’aspect « hommage » du jeu. Mais, et c’est un gros mais… N’oublions pas que nous sommes en 2023. Et aujourd’hui, le joueur moyen aime la facilité, sous peine de renvoyer son jeu à la case « occasion » s’il résiste trop. Il y a pourtant un public adepte de souffrance, surtout chez les rétrogamers qui se sont formés sur des Rush’n Attack, par exemple. Mais un mode « facile » pour les plus jeunes aurait été une bonne idée. D’autant que la DA très « cartoon » du titre donne envie de le faire découvrir aux enfants, à la nouvelle génération…

Au final

Mais à qui donc se destine ce jeu ? Difficile à dire en réalité ! Beaucoup de jeunes joueurs le renverront illico-presto sur les étals d’occasion tant la difficulté pourra les rebuter… Pour les plus anciens, si posséder un si bel hommage dans sa collection est toujours un plaisir, beaucoup pesteront de ne pas pouvoir finir les premiers niveaux. Oui car, on ne va pas se mentir : lorsque l’on a passé la quarantaine, et même si l’on a retourné le Joe & Mac original dans tous les sens dans les années 90… On a pas mal perdu en réflexes et en dextérité. Et ce jeu trop fidèle à l’original va sérieusement nous en faire baver !

Heureusement, certains joueurs ont un talent inné. Ceux-là même qui ont retourné les Dark Souls avec une main dans le dos, ou qui ont fini Elden Ring en deux heures les yeux fermés. Ou ceux qui s’ennuient depuis qu’ils ont terminé Cuphead sur leur Switch… Ceux là pourront savourer ce New Joe & Mac Caveman Ninja en admirant ses superbes graphismes. Et en replongeant dans ce hit tout droit venu de l’époque de notre insouciance et des après-midi « Club Do » !

New Joe & Mac Caveman Ninja est un jeu difficile, parfois un poil trop rigide, et avec quelques petits défauts. Mais quel remake ! La qualité de sa direction artistique, de ses musiques… De nombreux indicateurs témoignent que les gars de chez Mr Nutz Studio se sont fait plaisir, et avant toute chose, qu’ils aiment et respectent le matériau d’origine. Ça se sent à plein nez. Alors, si vous étiez vous aussi un fan, vous savez ce qu’il vous reste à faire…


New Joe & Mac Caveman Ninja

  • Par : développé par M.Nutz Studio, édité par Microids
  • Sur : Switch, PlayStation, XBox et PC.
  • Genre : plateformes 2D/aventure en coop
  • Classification : PEGI 7
  • Prix : 29,99€
  • Conditions de test : testé sur Switch, sur une version numérique fournie par l’éditeur.
Points positifs :
  • La direction artistique savoureuse
  • de la co-op à deux à l’ancienne sur le même écran
  • L’OST
  • Un hommage respectueux du jeu d’origine
  • L’ambiance globale
  • Un vrai challenge
  • Un prix mini
Points négatifs :
  • Difficulté et frustration aussi au menu
  • Finalement peu de niveaux à explorer
  • La jouabilité rigide
  • Le manque de contenu
  • Le manque de feedback lors des collisions

vous pourriez aussi aimer More from author

Et maintenant c'est à vous de réagir... N'hésitez pas à nous laisser un commentaire ;-)