JoJo’s Bizarre Adventure: All-Star Battle R, une (Joe)Star est née

0 46

Peut-être faites vous partie de la communauté de fans du manga/anime JoJo’s Bizarre Adventure. Mais peut-être aviez vous loupé JoJo’s Bizarre Adventure: All-Star Battle, à sa sortie en 2013 (au Japon, 2014 en Europe) sur PS3 ? Alors bonne nouvelle : Bandai-Namco vous propose une séance de rattrapage avec JoJo’s Bizarre Adventure: All-Star Battle R, sa version remasterisée, qui est disponible sur PC et consoles.

De sacrés jojos !

Que vous aimiez la série ou non, si vous êtes un amoureux d’animation japonaise, vous avez forcément déjà entendu parler de JoJo’s Bizarre Adventure. Une saga publiée dans le célèbre magazine Weekly Shōnen Jump, et que j’ai longtemps cru dessinée par Buronson, à cause de ces personnages qui me font irrésistiblement penser à Hokuto no Ken. Ce qui est faux, évidemment, puisque JoJo’s Bizarre Adventure est en réalité l’œuvre de Hirohiko Araki. Un mangaka au parcours captivant, passionné par Paul Gauguin, et à l’approche artistique, technique, vraiment intéressante.

Le manga, qui est l’un des plus vendus au monde et fête ses 35 ans, ne date pas d’hier, puisqu’il a été prépublié dans le Weekly Shonen Jump entre 1986 et 2004. Oui, c’est en quelque sorte un contemporain de Dragon Ball. Et il est aussi intéressant de voir que l’esprit de l’œuvre (et donc sa cible) a évolué à partir de 2004. Avant, JoJo’s était rangé dans la catégorie shonen… Avant de devenir plus adulte et de devenir un seinen à partir de 2005.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Dragon Ball FighterZ : la licence a atteint sa transformation ultime !

Comme la plupart des mangas, JoJo’s Bizarre Adventure se découpe en plusieurs arcs. Ceux-ci nous font suivre les aventures pleines d’affrontements surnaturels des différents membres d’une même famille, Joestar, à travers plusieurs générations. Jonathan Joestar, Joseph Joestar, Jotaro, Johnny Joestar… Les prénoms de ces protagonistes commencent par « Jo ». Et vous l’avez compris : les deux premières lettres du prénom et du nom, ça donne « JoJo » !

Autre fait intéressant : l’auteur casse les codes de la BD japonaise, et en particulier du shonen, en créant des héros qui ne sont pas systématiquement japonais. Au fil des arcs, nous aurons ainsi des héros Anglais, Italiens ou Français… Mais assez parlé du manga ! Revenons au jeu vidéo. Ou plutôt le dernier en date, puisque la série compte à ce jour une grosse dizaine de titres, depuis la Super Famicom en 1993 jusqu’aux consoles de génération actuelle.

La Bagarre !!!

JoJo’s Bizarre Adventure: All-Star Battle R est donc un jeu de… ? Combat, bravo ! Un point qui, je l’avoue, m’avait sérieusement inquiété lors de l’annonce du jeu. Non pas que le titre ne s’y prête pas, ou que je doute des capacités du studio de développement, CyberConnect2, dont le professionnalisme en la matière n’est plus à prouver, mais… J’arrive encore à être surpris de constater que, depuis des années, 9 adaptations de mangas sur 10 sont des jeux de combat : Dragon Ball, One Piece, Saint-Seiya, Naruto, One Punch Man… Tous (et tant d’autres) sont passés par la case « bourre-pifs et versus fighting » ! Alors, autant dire que pour marquer les esprits sur ce créneau, il faut être sacrément original !

L’autre possibilité est de se résoudre à cibler avant tout sa solide communauté de fans. Ce qui est la voie que semble prendre ce JoJo’s Bizarre Adventure: All-Star Battle R. Non pas que le jeu soit inaccessible, mais le manque de mode scénarisé fait que le jeu s’avère avare en explications. Et si vous ne connaissez pas l’univers de JoJo’s Bizarre Adventure, vous serez vite largué. Un choix étrange des développeurs, puisque le mode histoire existait sur PS3. Alors, un conseil : avant de commencer à jouer, foncez (re)voir les trois premières saisons sur Netflix 😉

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : One Punch Man- A Hero Nobody Knows : Saïtamal au cœur !

Un jeu de baston, donc, avec un impressionnant roster de plus de 50 personnages (dont 10 inédits par rapport à 2014) ! Avec ses attaques de base, ses esquives, ses coups spéciaux et ses attaques ultimes… Si vous êtes un adepte du genre, et si vous connaissez les jeux de CyberConnect2, je ne vais pas m’étaler sur la jouabilité. Elle est peu ou prou assez proche de ce que vous avez déjà connu dans d’autres jeux. À quelques nuances près, qui viennent corser les matchs : certains personnages disposent de « stands », des avatars ou esprits (qui se réfèrent au monde de la musique, pour l’anecdote), vous accompagnent et peuvent cogner à votre place, comme dans Persona 4 Arena. Ou encore les styles de combat aussi loufoques que la série : Vampirisme, Stand, À Cheval… Nul doute que vous trouverez le personnage qui vous correspond.

Du coté des menus, vous retrouverez aussi du classique, avec du online (mais pas de rollback netcode au lancement du jeu, là encore c’est un choix assez étrange), du versus (en 1vs1, en équipe ou en tournoi), un mode arcade où huit combats s’enchaînent, le traditionnel mode entraînement… Mais surtout un mode All-Star Battle R qui, faute de mode Histoire, sera le gros morceau du jeu avec ses 104 défis à boucler ! C’est ici que vous allez passer le plus gros de votre temps, afin d’obtenir de précieuses récompenses pour votre galerie. Comme des tenues alternatives, des sons, des images, des modèles 3D, des médailles… La Galerie, c’est presque à elle seule le capital « fan service » du jeu !

Visuellement, ça tabasse !

Il suffit de regarder quelques screens, et pas seulement durant les cinématiques, pour admettre que le jeu est sacrément fidèle à l’œuvre d’origine. On a déjà vu des jeux de combat en cel-shading, souvent pour y justifier un style graphique qui ne correspond pas toujours… Mais ici, on a du mal à imaginer que les développeurs aient pu faire différemment, tant le style graphique du jeu est en adéquation avec le trait si particulier de Hirohiko Araki. JoJo’s Bizarre Adventure: All-Star Battle R ne pouvait pas être autre chose qu’un jeu en cel-shading, et le résultat est vraiment superbe. Les développeurs poussant le soucis du détail jusqu’à introduire les combattants, avant chaque combat, par des cases qui semblent toutes droit sorties d’une planche de manga.

La technique, c’est aussi le son. Et de ce coté aussi, c’est assez convainquant. Les musiques collent bien à l’ambiance, à la fois du jeu et de l’univers de l’anime. Sans être totalement mémorables, elles nous portent durant les affrontements nerveux. Même remarque pour les doublages en japonais (mais le jeu est sous-titré en VF), qui sont de très bonne facture, avec les acteurs de la VO originale. Ils contribuent à plonger le joueur dans l’univers de JoJo’s Bizarre Adventure.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Dragon Ball Z Kakarot : un jeu à la hauteur de l’anime ?

Cela ne vous aura pas échappé : le R qui ponctue le titre du jeu se réfère évidemment à la notion de remasterisation. Puisque cet opus est une version améliorée du jeu JoJo’s Bizarre Adventure: All-Star Battle, qui était sorti en 2013 au Japon (et 2014 chez nous), sur PlayStation 3. Cela passe évidemment par une rehausse du rendu, avec de nouveaux effets visuels, et une compatibilité avec les normes HD actuelles. C’est fluide, encore plus beau à regarder, là encore, c’est un bon point de marqué !

Au chapitre des nouveautés, on peut désormais sélectionner un second personnage qui aura le rôle d’assist (il peut venir vous aider pendant le combat). Sans oublier l’apparition de zones de danger, des pièges qui se déclenchent dans le décor, mais qui vont venir vous enlever de la vie (une option que vous connaissez si vous avez joué à Dead or Alive). Attention, donc ! Le système de combat du jeu d’origine a aussi été modernisé. Ici, les développeurs nous parlent d’augmentation du rythme, avec des arrêts de frappe, des sauts rapides, de nouveaux combos complexes… Ce qui nous amène à un dernier point : le jeu se cherche parfois. Entre son désir d’être accessible au plus grand nombre, et la volonté de contenter les puristes de la baston bien technique. Au regard du grand nombre de possibilités, ce sera donc à vous de trouver votre place en trouvant votre propre style de jeu…

Au final

JoJo’s Bizarre Adventure: All-Star Battle R, c’est le jeu que les fans du manga ou de l’anime attendaient ! CyberConnect2 et Bandai-Namco nous proposent ici un titre fan-service à 100%, avec des améliorations et des nouveautés qui permettent d’assurer que ce jeu n’est plus le même qu’il y a 10 ans.

Du fan-service ? C’est justement là que le bât blesse. Car sans mode histoire, et sans plus d’explications sur le scénario, le jeu considère que vous connaissez déjà JoJo’s Bizarre Adventure. Et si vous êtes un néophyte ou, si comme moi, vous avez suivi le manga de très loin, vous devrez passer par la case Netflix (les 3 premières saisons disponibles) si vous voulez prendre le train en marche. Ce qui n’est pas déplaisant, mais peut s’avérer chronophage.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Et si Lego Star Wars : la Saga Skywalker était juste le meilleur jeu Star Wars ?

Pour le reste, si le scénario vous importe peu, JoJo’s Bizarre Adventure: All-Star Battle R est globalement réussi. Il parvient à être un bon jeu à conseiller aux amoureux de japanimation. Malgré la rude concurrence qui sévit sur consoles (avec, d’ailleurs, un gros catalogue de licences chez Bandai-Namco). Par son identité visuelle, sa personnalité, ou par ses combats énergiques, et même s’il n’atteint pas la maestria d’un DragonBall FighterZ, il se hisse en haut du panier.


JoJo’s Bizarre Adventure: All-Star Battle R

Testé sur PS4, sur une version fournie par l’éditeur
Points positifs :
  • L’ambiance JoJo’s Bizarre Adventure : à fond dans le fan-service
  • Le gros casting que voilà
  • 16 stages avec leurs pièges
  • La patte graphique du manga/anime
  • Un jeu de baston bien nerveux, à l’ancienne
  • Le son en général, musiques et doublage
  • Les Assists
  • Les améliorations de gameplay
  • Le mode All-Star Battle R et sa centaine de défis
  • Sous-titres VF
Points négatifs :
  • Jouabilité qui se cherche entre accessibilité et technicité
  • Le néophyte va devoir se replonger dans l’œuvre pour avoir des explications : il manque un mode scénario
  • Pas de rollback netcode en online

vous pourriez aussi aimer More from author

Et maintenant c'est à vous de réagir... N'hésitez pas à nous laisser un commentaire ;-)