Farming Simulator 22, la nouvelle dinguerie de Giants Software

0 272

Chaque année (ou presque), le roi de la simulation agricole revient, avec de nouveaux engins, et encore plus de choses à cultiver, à planter, d’animaux à élever, de terres à retourner ! Giants Software reprend les commandes de son célèbre simulateur de vie agricole, pour une mouture 2022 qui vous promet de vous en donner pour votre fric ! L’amour du jeu vidéo est-il dans le pré ? La réponse c’est maintenant, sans Karine Lemarchand, mais avec notre nouveau test !

Un renouveau qui était devenu nécessaire

Est-il encore nécessaire de présenter Farming Simulator ? Dans le vaste monde des simulateurs (si vaste qu’il va du simulateur de bernique à celui de tartine beurrée), Farming Simulator fait figure de mastodonte, porté par une solide et fidèle communauté ! La série est apparue en 2008, développée par les Suisses de Giants Software, et éditée par les Français de Focus Home Interactive. Du moins jusqu’à 2020, puisque le jeu est désormais développé et édité par Giants Software GmbH.

Mais si j’écrivais plus haut que le jeu est porté par une forte communauté de joueurs, celle-ci peut aussi être critique, acerbe. Et le retrait de Focus Home en 2020 était assorti d’un constat : les joueurs en avaient marre de voir leur licence favorite sortir tous les ans sans réelle nouveauté. De voir chaque nouvel opus n’être qu’une mise à jour du précédent. Alors, Giants Software est revenue sur ses positions, en choisissant de mettre fin aux sorties annuelles de la licence. Ceci soit pour améliorer l’existant… Soit pour nous proposer un nouvel opus si les ajouts in-game le justifient vraiment (et on connait des éditeurs qui devraient en prendre de la graine). Le dernier opus sorti sur PC et sur consoles de Microsoft et Sony est donc Farming Simulator 19, en novembre 2018 (suivi de l’opus Switch et mobiles un an plus tard).

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Farming Simulator 19 : une bonne version, mais une licence qui doit voir plus grand

Mais coup de théâtre en avril dernier : Giants Software annonçait publiquement, et donc officiellement, la sortie d’un Farming Simulator 22 en fin de cette même année 2021. Avec son lot de nouveautés, mais tout en jouant la carte de la continuité pour certains aspects du jeu. C’est le cas par exemple des licences, qu’il s’agisse des fringues ou des véhicules. Et cette année, nous allons parler de plus de 400 machines de plus de 100 marques authentiques, liées au monde agricole. Comme Michelin, Karsher, Böckmann, Bergmann, Husqvarna, Kuhn, Manitou, New Holland, Nordsten, John Deere, Stihl, Claas… Et j’en passe !

Et ainsi, le 22 novembre, le simulateur de vie agricole le plus plébiscité était de retour sur consoles (à l’exception de la Switch) et PC. Pour la première fois auto-édité par Giants. Avec un upgrade possible pour les possesseurs d’une machine de nouvelle génération, PS5 ou Series X/S (à condition d’en trouver une évidemment)…

C’est parti mon kiki

Ce ne sera pas vraiment une surprise : la première tache que vous allez devoir accomplir sera la création de votre avatar. Qu’il soit masculin ou féminin. Et là, je me dis que le jeu de Giants Software ressemble de plus en plus aux Sims. Ce créateur de personnages de Farming Simulator 22, sans être le plus abouti du jeu vidéo, parvient à faire mieux que certains RPG tant il nous propose d’options. Couleur de peau ou de cheveux, sexe, forme des yeux… La cerise sur le gâteau est sans conteste la garde-robe, et son lot de fringues de marques connues. On sent que pour les équipementiers, pour être dans le coup, il faut figurer dans le dernier Farming Simulator. Et finalement tout le monde y gagne, y compris le joueur qui vient de passer une grosse demi-heure à choisir sa tenue.

Votre avatar étant créé, il va maintenant falloir lui trouver un domicile. Et désormais, le jeu vous propose trois destinations. La première, Elmcreek, vous emmène aux Etats Unis, dans le Midwest américain : c’est un classique, mais la map est nouvelle. Si vous préférez l’Europe et les montagnes, alors vous choisirez Erlengrat, avec son panorama qui fleure bon les Alpes et la gastronomie bavaroise. Là aussi, un classique, mais cette fois la carte existait précédemment, et a été remise au goût du jour ! Enfin, la troisième destination est une nouveauté qui va vous faire bomber le torse si vous êtes Français ! En effet, cocorico, Haut-Beyleron se situe dans le Sud de l’Hexagone, avec son climat méditerranéen propice notamment aux cultures viticoles ! Une fois votre terrain de jeu choisi, il est temps de plonger dans le feu de l’action.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Farming Simulator 15 (testé sur PS4)

C’est ainsi que vous apparaissez sur la carte choisie, en vue à la première personne. Avec divers points d’intérêt marqués sur la carte. Pour le joueur habitué à la licence, pas vraiment un problème : si le jeu est avare en indications, vous savez normalement ce que vous devez faire. Autrement dit, gérer une ferme de A à Z. Mais si vous posez les mains sur la licence pour la toute première fois, en revanche, ça va être beaucoup plus compliqué, mais j’y reviens plus bas.

Je ne l’ai pas précisé, mais il va de soi que le jeu va aussi vous proposer différents niveaux de difficulté. Afin de ne pas frustrer les habitués qui seraient décontenancés face à un jeu trop facile… Ou les néophytes qui seraient en PLS face à un jeu trop difficile pour eux.

Des nouveautés pour toujours plus de trucs à faire

Chaque nouvel épisode de Farming Simulator apporte ses nouveautés. Ses nouvelles cultures, ses nouvelles espèces à élever, ses nouvelles activités. Alors fatalement, au bout de tant d’épisodes, vous vous doutez bien que ce nouvel opus va vous en donner pour votre argent ! Et en effet, vous aurez un milliard de choses à faire dans ce FS22. Et il serait très long de détailler toutes les activités qui y seront proposées. Alors, on va se limiter aux nouveautés, ce sera beaucoup plus simple.

La plus grosse nouveauté, ou plutôt la plus marquante dans la mesure où elle va avoir une influence sur vos cultures, c’est le cycle des saisons. Enfin, cette mécanique réclamée par la communauté fait son arrivée avec FS22 ! Parmi les nouvelles cultures, donc, on notera l’arrivée du raisin (on a parlé plus haut de viticulture pour la map Haut-Beyleron), des olives, ou encore du sorgho. Vous connaissiez déjà les élevages de bovins, ovins, chevaux, poules, etc. Et une espèce fait aussi son arrivée avec cette édition 2022 : l’abeille ! Un peu curieux lorsque l’on sait à quel point les abeilles jouent un rôle important dans la biodiversité. C’est d’ailleurs un aspect mis en valeur par le jeu, puisque si vous installez vos ruches près de vos cultures, vous allez constater à quel point ce petit insecte social va améliorer leur croissance grâce au phénomène de pollinisation.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : ACNH – Happy Home Paradise : plus qu’un DLC, un vrai nouveau jeu

Nous avons vu un peu plus haut que Farming Simulator 22 introduit un cycle des saisons. Et comme vous pouvez vous en douter, de ce fait, vous risquez de bien galérer pour cultiver lorsque la neige fera son apparition. Et que faire en hiver ? Une fois la route déblayée et les animaux nourris… Votre agriculteur va t-il passer le temps devant sa TV, ou devant sa console ? Et bien non, puisque les développeurs introduisent également les serres. En d’autres termes, il vous est désormais possible de cultiver des fraises ou des tomates, pendant que d’autres dévalent les pistes de ski.

Dans les précédents FS, une fois vos produits récoltés, vous deviez les charger puis les livrer à des clients, à de gros acheteurs pour gagner de l’argent, et ainsi continuer à pouvoir produire de la matière première. Farming Simulator 22 améliore considérablement cet aspect grâce aux « chaînes de production » ! Autrement dit, une gestion qui vous permet de maîtriser vos produits de la terre à l’assiette du consommateur ! Explication : autrefois, vous récoltiez du blé, et deviez trouver un point de livraison pour le vendre. Désormais, vous pouvez vous-même transformer votre blé pour en faire votre propre farine, et pourquoi pas faire des gâteaux, que vous allez distribuer directement en trouvant des points de vente. Qu’il s’agisse des supermarchés ou de vos propres boutiques (le premier étant plus simple à gérer puisqu’il est en quelque sorte la version automatisée de la vente).

Et comme j’aime particulièrement oublier des choses, omettre de vous parler de certains trucs… Je réalise que je n’ai pas abordé le fait que le jeu est crossplay. Autrement dit, vous allez pouvoir collaborer avec vos amis, et jouer en multi, quelle que soit votre plateforme. Par exemple pour créer une grosse entreprise en multijoueur.

Plus abouti techniquement ?

Techniquement, la première déception viendra sans doute du fait qu’il est impossible d’escalader les bâtiments pour effectuer un saut de la foi depuis la flèche de l’église d’Erlengrat ! Oui, bien entendu, c’est une blague ! Néanmoins, lâché en plein monde ouvert sur cette gigantesque map, j’avoue… Avoir essayé, juste comme ça, pour le fun. Mais comme je l’ai dit, rien ne se passe, nous sommes bien dans un simulateur de ferme, et pas dans un jeu d’action.

À l’intertitre posé plus haut, sonnant comme une question qui vous brûle sans doute les lèvres, j’ai comme une envie de vous répondre oui et non ! Visuellement, le jeu est plus abouti lorsqu’il s’agit de la modélisation des véhicules. Les engins et les machines sont juste superbes. Et l’on prendrait presque un malin plaisir à les nettoyer pour admirer leurs carrosseries rutilantes, mais qui ne le resteront pas très longtemps à force de rouler dans la boue. Comme les petits gars de Giants savent si bien le faire, le catalogue et les véhicules du jeu font honneur aux marques qu’ils représentent.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Hundred Days : le simulateur viticole à consommer sans modération

De même, un soin particulier a été apporté aux différentes cultures, qui évolueront en fonction du traitement que vous leur réservez. Et force est de constater que, pour un simulateur de ferme, Farming Simulator 22 est un titre qui joue avant tout la carte de l’immersion et de la crédibilité. Avec un aspect gestion aussi poussé, il aurait été dommage de louper le coche justement à cause d’un rendu graphique qui écorche littéralement l’immersion du joueur. Heureusement, ce n’est pas le cas… Du moins pour la partie « gestion » du jeu (soit 99% du titre), mais… Si on sort des clous, on peut trouver à redire…

Car en revanche, on ne peut pas en dire autant des modélisations qui sont extérieures à la gestion de votre ferme. Faites une pause et partez vous balader et vous allez comprendre. Des rues qui semblent désertes, des textures minimalistes pour les bâtiments, des PNJ qui ont tendance à faire n’importe quoi… Il suffit d’aller traîner ses savates en ville (ou en dehors de votre ferme) pour réaliser que beaucoup de petits détails ne bénéficient pas du même traitement. Quitte parfois à vous replonger dans les simulateurs du début des années 2000, mais… Ce n’est pas le principal, n’est-ce pas ? Je pourrais aussi vous parler de physique du jeu, mais je dois aussi garder quelques billes pour le point suivant !

Un opus qui cultive aussi ses défauts

Le principal défaut du jeu, selon moi, est celui qui va pousser certains joueurs à décrocher ! Farming Simulator 22 manque cruellement d’un bon tuto, ou de premières missions accompagnées par le logiciel. Et je suis le premier surpris d’écrire ces mots, moi qui trouve souvent que les jeux vidéo vous prennent trop par la main ! Mais ici, nous sommes totalement dans l’excès inverse : Farming Simulator 22 vous largue en pleine cambrousse, sans indication, sans aide si ce n’est les points d’intérêt qui vont vous expliquer vaguement à quoi correspond tel ou tel item. Pour le reste, débrouille toi mon ami !

Il aurait été bon, en effet, d’introduire quelques missions tutorielles, ne serait-ce que pour accompagner les premiers pas du joueur débutant. Pour ma part, je connais la licence, mais mes débuts en mode carrière ont été fastidieux. Je n’ose imaginer les premières minutes, ou heures, de jeu pour un joueur qui découvre la série avec cet épisode ! Et là, je ne vous parle que du jeu sur la map…

Ajoutons maintenant une autre usine à gaz : le menu ! Non pas que celui-ci soit mal foutu ou qu’il manque d’ergonomie… En toute honnêteté, si je devais faire un reproche au menu du jeu, ce serait sans doute sa trop grande austérité. On pourrait passer outre si ce menu était anecdotique, que l’on n’y passait pas une grande partie du temps ! Hélas, le jeu offre tant de choses à faire que le menu est un passage obligé pour progresser. Et avec tant d’options qui vous sont offertes, mais sans tuto… Bon courage pour vous y retrouver si vous ne pratiquez pas déjà Farming Simulator !

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Lost Judgment : Sega peut compter sur sa nouvelle licence forte

C’est d’autant plus dommage que des efforts ont été faits pour faciliter l’accessibilité des joueurs. Pas mal de commandes peuvent être automatisées, et l’on peut par exemple se dégager de multiples taches en les délégant à des ouvriers. De même, les engins sont désormais rangés par types de cultures… On sent que les développeurs ont voulu améliorer la licence, ce qui reste majoritairement réussi. Mais… Un p’tit mode scénarisé en plus, plutôt qu’un mode carrière qui vous lâche dans le grand bain… On aurait aimé !

Et puis, comme je l’ai écrit plus haut, si le jeu s’affine de plus en plus sur la modélisation de ses engins, il persiste et signe sur certains défauts techniques. J’ai déjà parlé plus haut des petits soucis de textures, de PNJ ou de rues un peu vides… Mais j’aimerais maintenant attirer votre attention sur un autre défaut récurrent de la série : la physique ! Là encore, tous les engins ne sont pas logés à la même enseigne : pour certains, on sent bien la masse à déplacer. Pour d’autres, plus légers, on retrouve cette sensation récurrente de glisse, ou de déplacer un véhicule de 15 kilos. Bon, j’avoue, on a vu pire : dans Farming Simulator 19 en mode piéton, il suffisait de mettre la vue à la verticale et d’avancer pour escalader des falaises…

Au final

Que dire de plus à propos de ce Farming Simulator 22 qui est, à ce jour, l’opus le plus complet et le plus dingue de la série. Un titre qui va vous en donner pour votre argent tant il a à vous offrir ! Avec sans doute l’une des durées de vie les plus longues, aux cotés de Animal Crossing New Horizons ou Minecraft. Un constat qui fait du bien, et une démarche que l’on ne peut que saluer : quand certains se font du beurre grâce aux NFT, Giants Software vous propose un vrai jeu vidéo, avec du vrai contenu et de vraies nouveautés.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : eFootball 2022 : une mort douloureuse pour PES

Oui, Farming Simulator 22 a des défauts ! Mais si on ne devait en retenir qu’un seul, ce serait sans doute sa trop grande générosité : à trop vouloir nous en donner, mais en considérant un peu trop que ses joueurs connaissent déjà forcément la série, Farming Simulator 22 ferme une porte aux néophytes par son aspect trop pointu. Nous voulions que le jeu s’améliore, s’affine, voilà qui est fait ! Reste maintenant à domestiquer « la bête » !

Au final, Farming Simulator 22 pousse la série dans ses retranchements, comme il pousse les joueurs à se dépasser. Il ne vous propose plus seulement des missions ou des actions à réaliser, mais vous pose face à des choix, à vos choix qu’ils soient pratiques ou moraux. Vous pourrez ainsi choisir de cultiver en parfait respect de la biodiversité, comme vous pourrez préférer monter une grosse boîte dont la préoccupation principale sera de faire du profit. Avec ce Farming Simulator 22, on pourrait presque sentir comme un vent de renouveau sur la série… Qui, comme je l’ai déjà dit, nous livre ici son meilleur opus, un cru 2022 juste indispensable !


Farming Simulator 22

Testé sur une version PS4, fournie par l’éditeur.
Les points positifs :
  • L’épisode le plus complet de la série
  • Les saisons
  • Le nombre de véhicules et engins sous licence
  • La modélisation de ces engins très réaliste
  • Les ouvriers
  • Jouabilité agréable
  • Durée de vie colossale
  • Du crossplay, pourquoi pas
Les points négatifs :
  • Le néophyte est complètement largué
  • Quelques environnements qui font trop « virtuels »
  • Les PNJ
  • Moteur graphique vieillissant
  • La physique
  • L’interface un peu austère

vous pourriez aussi aimer More from author

Et maintenant c'est à vous de réagir... N'hésitez pas à nous laisser un commentaire ;-)