Bee Simulator : vis ma vie… D’abeille

0 254

Lorsqu’il ne s’agit pas d’une adaptation de Bee Movie ou de Maya, on ne peut pas dire que l’abeille est très représentée dans le monde du jeu vidéo. Mais aujourd’hui, le studio polonais Varsav corrige ce manque avec Bee Simulator. Un simulateur… D’abeilles !

Dans la peau d’une abeille

Dans le genre « simulation » on trouve de tout ! Du chauffeur de poids-lourds aux chèvres, en passant par les conducteurs de bus, pilotes de ligne, ambulanciers, maires… Si vous aimez le genre, on ne va pas vous apprendre que vous trouverez forcément LE simulateur répondant à votre passion. À plus forte raison si vous jouez sur PC !

Tout fait-il l’objet d’un « simulator » ? Non, car tel un village gaulois, les abeilles résistent encore ! Et pour trouver un simulateur de nos chers hyménoptères, il va falloir se lever de bonne heure ! Enfin… Ça, c’était la réalité jusqu’à ce que le studio polonais Varsav Game Studios ne se penche sur la problématique de nos ouvrières fabricantes de miel.

Et puisqu’on en parle, sachez que Bee Simulator est désormais disponible sur consoles (PS4, Xbox One et Switch), ainsi que sur PC ! Et au regard du nombre de jeux qui mettent nos abeilles en valeur… Si vous êtes fan d’apiculture, inutile de bouder votre plaisir plus longtemps !

L’abeille fait le buzz

Mais au fait, de quoi va nous parler le jeu ? Franchement ! Arrivés à ce point de l’article, vous vous posez encore la question ? Comme son nom l’indique, Bee Simulator est un simulateur de vie d’abeille. Il débute alors que vous venez tout juste de sortir de votre état larvaire. Vous avez désormais des ailes. Et sans perdre de temps, vous allez devoir apprendre les rudiments d’une vie d’abeille, avant que votre reine (et mère) ne vous attribue la fonction d’ouvrière.

Autrement dit, votre mission va consister à récolter du pollen, et à le rapporter à la ruche. Dans la quête principale, d’autres missions viendront apporter un peu de rythme et de variété à un jeu qui, jusqu’à présent, pourrait sentir l’ennui à plein nez. Mais un jeu qui respire aussi la contemplation, lorsqu’une virée en mode libre vous permet d’explorer la map, ses habitants (humains qui s’expriment en langage Sims et animaux)… Ou ses environnements colorés et détaillés… Mais surtout à une autre échelle, que l’on n’a pas l’habitude de voir dans un jeu vidéo.

► Lire aussi : TEST : Borderlands 3 : on a ouvert la boîte de Pandore !

Simulateur est un bien grand mot ! Car pour coller aux exigences du marché du jeu vidéo, le titre évacue tous les aspects barbants d’une vie d’abeille. Ainsi, par exemple, récolter du pollen consiste à passer dans des bulles au dessus des fleurs. Et la vie de votre abeille ne sera jamais menacée après qu’elle ait planté son dard (car comme vous le savez peut-être, contrairement à la guêpe, l’abeille meurt lorsqu’elle pique, laissant son dard et la moitié de ses intestins dans sa victime)…

Et tout ceci est bien dommage ! Car devoir récolter du pollen, ou jouer sa vie pour être remplacée par une autre abeille aurait apporté un coté plus réaliste au jeu. Certes, le gameplay aurait été plus barbant, mais… Pourquoi pas, d’autres jeux décrochent bien des 20/20 en simulant de la marche à pied 😉 … Mais il est vrai qu’à vouloir être trop réaliste, Bee Simulator aurait sans doute loupé sa cible : les jeunes joueurs.

Car ce sont bien les plus jeunes qui sont ciblés ici. En témoignent les différents items que vous pourrez débloquer contre des points de connaissance. Comme des statuettes d’animaux ou des skins pour votre abeille. Pas très réaliste, mais amusant. Et un peu de collectionnite n’a jamais fait de mal à personne !

De bonnes idées

Le jeu de Varsav ne manque pas de bonnes idées ! Et ici, je note par exemple la vue à facettes de votre abeille qui vous permet de différencier les types de fleurs, donc de pollen. Elle s’active à votre demande, et pose un filtre bleuté qui vous démontrera que tous les animaux ne perçoivent pas le monde comme le font les humains. Mais qui vous indiquera surtout le pollen de meilleure qualité.

Autre idée géniale : le mode multijoueur ! Car oui, contrairement à la grande majorité des jeux contemporains, Bee Simulator vous propose du multijoueur local en écran splitté. Un choix devenu tellement rare que l’on se sent aujourd’hui obligé de le signaler lorsque c’est le cas ! Une approche qui invite au jeu en famille, qui permettra aux parents d’expliquer le monde des abeilles aux plus petits.

► Lire aussi : TEST : WRC 8 : 2019, un grand cru pour Kylotonn

Pour rester sur cette ligne, les différents défis proposés misent sur le fun, avant de viser l’ultra-réalisme de la vie d’une ruche. Des épreuves de danses (bien que l’on sache que la « danse » ait une importance considérable dans la communication entre les abeilles… Derrière son aspect naïf, Bee Simulator tape plus juste qu’on ne le pense), ou des courses contre-la-montre… Ou encore les nombreuses fiches sur les espèces que vous côtoyez dans le parc… Les bonnes idées ne manquent pas.

Il est juste dommage que toutes ces bonnes intentions soient trop timides, n’aillent pas plus loin, plus en profondeur, afin d’éviter la répétitivité latente des missions. Certes, vous pouvez parfois zapper les défis pour les refaire une fois l’histoire terminée, en mode libre. On peut classer ces défis en cinq catégories, en fonction de la couleur de la pastille qui les matérialise sur la map :

  • Bleu : courses en contre-la-montre
  • rouge : combat
  • rose : danse
  • vert : récolter du pollen
  • orange : piquer une brute.

C’est pas demain l’abeille !

Jusqu’à présent, le jeu a tout pour plaire. Mais comme beaucoup de titres développés avec peu de moyens, il va vite dévoiler ses limites, ses défauts. Et le plus gros, le plus préjudiciable selon moi, est sa durée de vie. Puisque, à tout casser, et en traînant un peu, il va vous falloir environ trois bonnes heures pour admirer le générique de fin du mode histoire.

Cette durée de vie chétive peut hélas être associée à un manque indéniable de challenge. Et une fois le jeu terminé, il ne vous restera plus que la possibilité de contempler les paysages en vagabondant. Et refaire éventuellement les défis loupés. Dommage que les développeurs n’aient pas ajouté plus de défis, plus d’objets à collectionner que ceux déjà présents… Histoire de vous obliger à replonger dans Bee Simulator. Et au final, revenir glander en mode libre est très sympathique, mais le joueur décroche très vite, avec cette impression qu’il n’y a rien à faire si ce n’est crever les ballons. Et ce ne sont pas les quelques skins qui vous manqueront à la fin qui vont vous faire accrocher pendant des heures.

► Lire aussi : TEST : Collection of Mana : bons jeux mais… « Manamum » syndical ?

S’il est un autre point qui pourra décevoir, c’est la jouabilité de Bee Simulator. Car les commandes au stick sont trop rigides, et la caméra s’emballe trop facilement. La plupart du temps, jouer de manière approximative fait le café et permet d’avancer. Mais lorsqu’un défi vous impose plus de précision, ça coince ! Ainsi, je me souviens par exemple de cette mission consistant à faire la course avec une autre abeille, en plein Central Park… Sans se laisser distancer, et en passant des check-points précis. J’ai tellement loupé cette mission par soucis de physique du jeu (votre abeille rebondit sur les éléments du décor), et à cause de la caméra totalement folle, que j’en ai ragé (chose que je ne m’attendais absolument pas à faire dans ce Bee Simulator en apparence si pépère) !

En réalité, la jouabilité change selon le mode de difficulté choisi. Ainsi, en facile, les combats se solutionnent par des QTE. Mais en mode difficile, vous devrez choisir les parades et la direction de vos coups. On sera donc vite tenté de choisir le mode facile, qui offre une belle balade, plutôt qu’un mode difficile qui vous confronte aux « caprices » du gameplay, évoqués plus haut.

Pour une bonne cause

Ce point avait déjà fait l’objet d’une news sur notre site. Mais il mérite néanmoins d’être rappelé. Sachez que lorsque vous achetez un exemplaire du jeu, Big Ben s’engage à reverser 1€ à la fondation GoodPlanet.

Créée par Yann Arthus-Bertrand, GoodPlanet œuvre à la protection de l’environnement à travers différents programmes et projets de terrain visant à préserver notre planète. Et justement, la sauvegarde des abeilles, espèce menacée, fait partie des préoccupations de GoodPlanet.

► Lire aussi : TEST : MXGP 2019 : une saison FIM de Motocross à plein gaz ?

Cette implication pour la cause des abeilles va se ressentir tout au long du jeu. Qu’il s’agisse de situations qui nous montrent l’impact de l’homme sur cette micro-société, ou les nombreuses informations sur les abeilles, délivrées généreusement lors des écrans de transition… On ne peut pas jouer à Bee Simulator, et rester insensible à la cause de ces insectes dont la disparition ne laisserait à l’Humanité que quatre années d’existence, selon Albert Einstein.

Au final

Bee Simulator a de bonnes idées, mais aussi de grosses lacunes. Cela signifie t-il que le jeu soit mauvais ? Non ! Du moins, je dois vous avouer que, si le jeu avait été développé par un studio ayant dépensé le PIB du Danemark pour sa communication, la note aurait sans doute été plus dure. Mais outre les qualités et les défauts du jeu, ce test prend aussi en compte deux paramètres importants ! Tout d’abord, nous avons affaire à un jeu qui se destine à un jeune public… Et par ailleurs, il est développé par un studio qui est loin de disposer de la force de frappe d’un triple A.

► Lire aussi : TEST : Tour de France 2019 : assez de nouveautés pour se différencier de l’édition 2018 ?

Au final, Bee Simulator est un titre qui jouit d’un bon capital sympathie. Il est agréable, offre un voyage dépaysant, tout en nous plongeant dans un univers que nous n’avons pas l’habitude de voir dans un jeu vidéo… En nous intéressant à une petite voisine essentielle pour l’homme, mais que nous connaissons si peu. Et c’est justement sur sa pédagogie que Bee Simulator gagne aussi des points.

Reste que le jeu pêche par sa faible durée de vie et par le manque de variété dans ses missions. En période creuse en termes de sorties, il aurait eu toute sa place sur votre liste. Mais la réalité de ce mois de novembre riche en jeux risque de lui faire du mal. Bee Simulator ne sera donc pas une priorité pour beaucoup de joueurs, mais mérite néanmoins que vous vous y intéressiez à l’occasion…


Bee Simulator

Testé sur Switch, sur une version fournie par l’éditeur.

Points positifs :

  • Incarner une abeille, c’est original !
  • Une aventure pépère
  • Toute la partie éducative, on apprend beaucoup sur les abeilles
  • Multijoueur local
  • Associé à une bonne cause

Points négatifs :

  • Durée de vie extra-courte
  • Des séquences prises de tête
  • Caméra folle
  • Pas mal de chargements
  • Réalisation datée
  • Missions répétitives

Nos derniers tests :

Bee Simulator est un simulateur sympathique, qui a le mérite de nous emmener dans un univers inédit, avec peu de moyens. Mais il pêche cependant par un mode Histoire trop léger, et un contenu vite répétitif. Mais il serait fâcheux d'oublier ses points positifs, qui font qu'il mérite que vous vous y intéressiez... Une chouette aventure pour les plus jeunes, plus dispensable pour les aînés (quoi que)...
66%
Oui, mais...

Bee Simulator est un simulateur sympathique, qui a le mérite de nous emmener dans un univers inédit, avec peu de moyens. Mais il pêche cependant par un mode Histoire trop léger, et un contenu vite répétitif. Mais il serait fâcheux d'oublier ses points positifs, qui font qu'il mérite que vous vous y intéressiez... Une chouette aventure pour les plus jeunes, plus dispensable pour les aînés (quoi que)...

  • Réalisation
  • Jouabilité
  • Histoire / Informations
  • Durée de vie
  • Ambiance générale

vous pourriez aussi aimer More from author

Et maintenant c'est à vous de réagir... N'hésitez pas à nous laisser un commentaire ;-)

); ga('send', 'pageview');