Avec Kid n’Roses, Kid Paddle atteint le 16 niveau !

0 521

Depuis 1993, le dessinateur Midam nous plonge dans l’univers truculent du plus geek des héros de BD : Kid Paddle. Kid n’Roses est le 16 album, publié chez Dupuis en novembre.

Le retour du garnement !

Kid Paddle est un peu comme Bart Simpson : depuis 1993, il n’a pas pris une ride, ne semble pas connaître le poids des années ! Alors qu’il devrait aujourd’hui approcher la quarantaine, ce garnement totalement geek est bloqué dans la peau d’un gamin de dix ans depuis… Maintenant 27 ans !

Il en est de même pour l’humour de Midam qui, on ne sait comment, continue à alimenter ses pages avec ce même humour, sans redite. Même après 15 albums, ses gags référencés sont toujours là, font toujours autant mouche, pour le plus grand plaisir des fans de la première heure, aussi geeks que le héros, il va sans dire.

► LIRE AUSSI : Devolver, l’éditeur aussi déjanté que génial !

La dernière fois que nous avions pu lire les aventures du gamin à la casquette verte, c’était très exactement il y a trois ans, en novembre 2017, dans Men in Blork, 15e album de la série. Autant dire que ce 16e opus était très attendu par les fans, qu’ils soient en culottes courtes ou pas…

Le résumé de l’éditeur

Il passe sa vie à dégommer des monstres gluants et terrifiants. Pourtant, Kid Paddle n’est pas un agent spécial intergalactique. C’est juste un gamin, véritable pro des jeux-vidéo. Et il craint bien moins les horribles Blorks que Mirador, le surveillant de City Game, la salle d’arcade, qui n’aime pas trop qu’on secoue ses machines…

En compagnie de ses copains, Big Bang, bricoleur de génie, et Horace, le candide, Kid imagine les blagues les plus « limite » sans avoir peur de verser régulièrement dans le gore.

Rien ne résiste à l’imagination débordante du serial player !

On a bien ri

Un extrait de la BD (©Dupuis)

La première planche démarre fort et nous plonge dans l’ambiance. Notre Kid et son meilleur ami Horace tentent de resquiller au cinéma, pour entrer voir un film interdit aux moins de 18 ans… Je vous laisse la surprise du gag, mais tout y est : les références à la pop-culture, les gags qui feront rire à la fois les petits et les grands, notre héros insouciant et geek jusqu’au bout des ongles…

Entre deux gags mettant en scène Kid Paddle, les fans seront ravis de retrouver des planches du spin-off, Game Over (encore plus drôle pour les gamers). De courtes saynètes qui nous plongent dans le jeu vidéo, aux cotés de notre héros de RPG, et toujours la même conclusion : game over ! Sans doute les gags les plus drôles… Bien que j’aie eu un peu de mal à me remettre d’un fou-rire sur l’histoire de la « tête à coiffer » (oui, j’aime l’humour noir) !

► LIRE AUSSI : Guinness World Records : Gamer’s Edition 2020… Vous saurez tout sur les jeux vidéo

La BD est très agréable, à la fois à lire et à regarder. À lire grâce à son format « gag strips » qui vous permet soit de tout lire d’une traite (assez vite), soit de fractionner votre lecture pour y revenir lorsque vous le souhaitez. Et puis, agréable à regarder pour sa colorisation à la fois enfantine et raccord avec l’univers créé par Midam, et pour ses dessins indémodables.

Ce qui m’amène d’ailleurs à évoquer l’équipe derrière cet album. Car si le nom du dessinateur belge figure en couverture, notons qu’il a aussi été aidé par Patelin et Gof pour le scénario, Dairin pour les dessins, et Angèle pour la colorisation.

Au final

Si vous aimez à la fois la BD et le jeu vidéo, vous n’avez pas 36 solutions ! Kid Paddle reste la référence en la matière, pour se poiler dans un univers gorgé de références à la culture gaming et à la pop-culture ! Autrement dit, c’est un peu le « Ready Player One » de la BD humoristique belge… Bien que les plus jeunes n’auront sans doute pas certaines références, qui parleront davantage aux parents…

J’avoue chercher encore le lien entre le titre de l’album et son contenu (référence à Gun’s Roses ?), mais toujours est-il que l’on passe un bon moment, à sourire bêtement devant sa BD. L’humour de Midam fait mouche. Ni moins bon, ni meilleur que les autres épisodes de la série, ce tome 16 est raccord avec la collection des Kid Paddle… Et est donc à posséder si vous avez déjà les précédents dans votre bédéthèque. Et si ce n’est pas le cas, il peut aussi se déguster sans connaître les précédents albums.

En conclusion, si ce Kid Paddle tome 16 : Kid n’Roses n’est pas la BD de l’année, il serait dommage de passer à coté si vous appréciez le personnage ou l’univers de Midam. Il est aussi l’occasion de faire plaisir en cette période festive.


Kid Paddle : Kid n’Roses

  • Par : Midam
  • Chez : Dupuis
  • Volume : N° 16
  • Genre : BD humour/jeunesse
  • Format : 218 x 300 mm
  • Nombre de pages : 48 (couleur)
  • Prix éditeur : 10,95€ (5,99€ pour la version numérique)
  • Page officielle.
Kid Paddle
Lu sur un exemplaire envoyé par l’éditeur
Points positifs
  • Des gags drôles
  • Des planches de Game Over
  • Le retour du Serial Gamer après 3 ans d’absence
  • Très agréable à lire
  • LA référence « gag strips » pour tout geek qui se respecte
Points négatifs
  • Quelques gags qui ne fonctionnent pas (mais ça dépend de chacun)
  • Les plus jeunes louperont sans doute quelques références
  • Le rapport entre le titre et la BD ?

vous pourriez aussi aimer More from author

Et maintenant c'est à vous de réagir... N'hésitez pas à nous laisser un commentaire ;-)