Pure Farming 2018 : l’agriculture à travers le monde !

Testé sur une version PC fournie par l'éditeur

Avec le succès qu’a connu Farming Simulator, et la communauté grandissante autour des simulateurs d’agriculture, il est logique que d’autres studios aient envie de se lancer dans l’aventure pour croquer leur part du gâteau. Et c’est donc le studio Techland qui se lance aujourd’hui, avec Pure Farming 2018, développé par Ice Flames.

Conditions de test
Lorsque j’ai fait le test, sur version PC, le jeu n’était pas encore sorti. J’ai rencontré plusieurs bugs et on sentait bien que le jeu n’était pas terminé. J’ai donc pris la décision de sortir cette chronique plus tard, pour refaire un test en version « finie », car pendant mes premières parties, il n’était pas possible d’accélérer le temps plus de 12 fois. L’argent était limité à 250 000 en mode bac à sable, et il y avait de gros soucis de consommation. C’est bien simple : je passais mon temps à faire des allers-retours entre le château d’eau et les cuves de mes différentes cultures. Le pilote automatique n’était pas implanté non plus. Ça aurait été dommage de faire un test, alors que je serais passé à coté de points très positifs sur le jeu.

Des innovations qui font du bien

Pure Farming 2018 propose trois modes de jeu : le premier est le mode carrière (Ma Première Ferme) où vous allez reprendre la ferme de votre grand-père qui avait des dettes. Le scénario est loin d’être original, mais il est là ! La carrière est assez complète et agréable à faire.

Vient ensuite un mode bac à sable assez classique, où vous allez pouvoir paramétrer plusieurs variables. Comme votre capital de départ et la carte, par exemple. Enfin, le mode Défi de Ferme est plutôt sympa. Il propose des missions à remplir dans un temps imparti, avec tel ou tel engin agricole. Plutôt sympa, il faut être bien organisé pour réussir à obtenir les bonus.

Le jeu propose plusieurs ajouts, comme la possibilité de personnaliser son personnage. Même si actuellement, c’est plutôt limité dans le choix des coupes ou des tenues, on espère que ça s’étoffera avec le temps. Parmi les activités proposées, gérez votre garage, les énergies vertes, le bétail, les serres, les champs, les vergers…

Les drones sont de la partie

L’ajout d’un drone vous permet de jeter un coup d’œil rapide à vos cultures, et de savoir ce que vous avez à faire : plutôt pratique et bien pensé ! On regrettera cependant le temps que met le drone à décoller et atterrir.

Le jeu supporte aussi l’ajout de mods. En même temps, un jeu de simu agricole sans mods, ça serait un peu fade à mon goût. Surtout que l’on ne croule pas sous la diversité avec les engins présents de base dans le jeu (de marques connues : Zetor, Landini, McCormick, Gregoire, DAF, Mitsubishi…). On a d’ailleurs vite fait le tour, et ce manque fait perdre tout intérêt au jeu une fois les derniers véhicules acquis.

Là où Pure Farming marque un très gros point, c’est pour la diversité des cultures proposées. Ainsi, le jeu vous fait voyager à travers le monde, et vous fait découvrir les différentes formes d’agriculture à travers le globe. Vous allez ainsi passer des classique blés ou maïs aux olives, raisin, suivi du riz puis du tabac, et tant d’autres. Un très gros point positif !

Ça vous gêne ? Vous pouvez l’enlever !

Tous les joueurs de jeux de simulation, et plus précisément de simulations agricoles, ont rencontré ce problème au moins une fois dans leur partie. Avoir bloqué son tracteur ou l’outil dans un arbre ! À titre personnel, ça m’est arrivé un bon paquet de fois. Sans compter le nombre de fois où le pilote auto se bloque sur un arbre et reste planté là.

Oui, dans les simus agricoles, on peut embaucher un ouvrier pour lui faire faire les taches les plus répétitives, et parfois les plus pénibles. Comme le labourage ou les semis, par exemple !

Et bien, dans Pure Farming 2018, via le menu d’options, vous pouvez désactiver la boite de collision des arbres ! Oui oui, tout simplement les rendre traversables ! Certes, ça enlève un coté réaliste non négligeable, j’en conviens. Mais c’est tellement plus confortable !

« Tu roules avec le frein à main ou quoi ? »

Autre chose que j’ai constaté avec mes années d’agriculteur-gameur. C’est la vitesse de la circulation ! Pour petit rappel, vous conduisez des engins qui, pour les plus rapides, ne dépassent que très rarement les 80km/h. Et ça, c’est uniquement pour les très gros tracteurs, et sans outil attaché, sinon vous pouvez facilement diviser votre vitesse par deux. Et bon nombre de véhicules agricoles ne dépassent même pas 35km/h. En d’autres termes, vous vous traînez lamentablement.

Mais bizarrement, dans les jeux de simu agricole, vous roulez presque toujours plus vite que les autres véhicules. C’est vraiment perturbant, vous restez même parfois bloqué derrière eux. J’ai deux hypothèses : soit tous les conducteurs ont été remplacés par des personnes âgées qui ont la fâcheuse tendance à confondre l’accélérateur avec le frein. Ou alors les développeurs n’ont jamais suivi un tracteur dans la vraie vie.

► Lire aussi : Surviving Mars : En route vers la planète rouge !

Bref, c’est perturbant, et pas réaliste pour un clou. Et même parfois pénible. Et là encore, la magie des développeurs intervient ! Toujours dans les options, vous avez deux possibilités : soit retirer la boite de collision des véhicules de la circulation (comme pour les arbres). En gros, ça permet d’avoir toujours un peu d’animation et de vie dans le jeu, ce qui en soi n’est pas un mal. Ou alors vous pouvez complètement retirer la circulation. Comme ça, plus de problème ! Mais alors là, le réalisme en prend de nouveau un coup.

Une IA bien travaillée

Je vais maintenant aborder, dans ce paragraphe, l’un des points qui, pour moi, est un gros point fort du jeu. Comme je l’ai expliqué dans le chapitre précédent, le jeu offre la possibilité de donner des taches à faire à l’IA.

En soi, ce n’est pas du tout une nouveauté. Loin de là, même ! Et j’avais aussi expliqué que, dans ce genre de jeux, l’IA n’était pas spécialement futée, et avait une fâcheuse tendance à se bloquer contre un arbre, ou encore de ne faire que la moitié du travail pour s’arrêter en pleins milieu. Chose plutôt pénible ! Mais dans Pure Farming, quelle ne fut pas ma surprise en découvrant que l’IA n’avait pas été codée en 5 minutes, à la va-vite, histoire de dire qu’il y en a une.

Je m’explique : j’ai toujours eu l’impression, dans les simus agricoles que, quand on demandait à l’IA de labourer une parcelle de terre, elle calculait le meilleur chemin à parcourir pour faire la totalité de la parcelle. Avant de commencer et sans prendre en compte les décors (arbre, barrière, mémé poussée dans les orties …) et ne recalculait plus rien jusqu’à la fin de la parcelle. Donc, dès que l’on se mettait devant elle, l’IA ne nous ne calculait pas, elle s’arrêtait juste devant et restait plantée là.

Un peu de jugeotte…

De plus, habituellement, elle ne prend pas en compte la largeur de l’outil déployé. Et un gros semoir peut faire 10 mètres de large, ce qui n’est pas rien. Ça a pour avantage d’avoir une IA rapide qui fait son job le plus vite possible, sans se poser trop de questions.

Dans Pure Farming 2018, l’IA ne donne pas cette impression d’être bête et disciplinée. Elle va réagir en fonction de ce qui l’entoure. Une parcelle de terre entourée d’arbres ? Pas de problème. Elle fera 15 manoeuvres différentes, mais elle ne rentrera pas en collision avec les arbres. En gros elle va faire son sillon. Et arrivée au bout de la parcelle, elle va marquer un temps d’arrêt, comme si elle calculait le meilleur chemin à prendre pour faire le moins de manœuvres possibles.

► lire aussi : Kerbal Space Program: Making History : C’est vous qui écrivez l’Histoire de la conquête spatiale !

J’ai trouvé ça génial ! À tel point que je suis resté 10 minutes à la regarder faire. Et si vous vous mettez sur son chemin, elle s’arrêtera et reprendra aussitôt que vous serez parti. Plus fort encore, si vous vous trouvez à un emplacement qui va la gêner, mais pas l’empêcher de passer… Et bien l’IA va vous éviter, vous contourner si besoin, et reprendre son travail de plus belle ! vraiment je tire mon chapeau aux développeurs !

Et graphiquement ça donne quoi ?

Là, on arrive à la partie qui fâche. C’est simple : la première fois que j’ai lancé le jeu en « ultra » , la première image qui m’est venue à l’esprit, c’est Assetto Corsa. Pourquoi ? C’est très simple, et les gens qui ont joué à ce jeu de courses vont me comprendre. Le gros défaut d’Assetto, c’est que les véhicules sont extrêmement bien détaillés, ils sont beaux et très fidèles à la réalité.

Par contre, pour le background, c’est loin d’êtres le cas ! Les textures sont baveuses, moches, sans vie, tout droit sorties d’un jeu des années 2004, et j’exagère à peine. Et là, dans Pure Farming, c’est le même problème. Les véhicules sont très bien modélisés, rien à dire là dessus : les textures sont belles et détaillées.

► Lire aussi : Farming Simulator 15 (testé sur PS4)

Mais le monde que l’on parcourt n’a vraiment pas hérité du même traitement de faveur. Alors, les environnements sont jolis, mais les couleurs sont plutôt fades, sans vie, avec pas ou peu de gestion de la lumière… ça donne vraiment l’impression d’avoir posé des véhicules en chrome en plein milieu d’une map dessinée sur du carton absorbant. Et c’est vraiment dommage. Un gros point négatif !

Notez tout de même que les maps sont cohérentes, dans le sens où chacune donne la sensation d’être dans le pays que l’on a choisi. Comme l’Italie ou le Japon. C’est agréable, dommage que les graphismes pèchent par ailleurs.

Sinon, la bande-son est correcte, mais sans plus ! Rien d’extraordinaire de ce côté-là, mais rien à vraiment redire non plus. On notera quand même la possibilité de rajouter sa radio perso. Soit depuis le dossier de musique de son PC, ou directement en ajoutant dans le jeu le lien d’une vraie radio internet. Et ça, pour le coup, c’est plutôt cool de pouvoir labourer un champ sur du Metallica.

Pour conclure

Dans l’ensemble, Pure Farming 2018 est un bon jeu de simulation agricole. Qui essaie d’apporter des innovations et de bonnes idées. C’est agréable, mais il est dommage que le jeu ait des points noirs plutôt gênants.

Graphiquement en retrait et donnant l’impression d’être sur deux teintes… Et un gros manque de véhicules. Mais ce dernier point pourra être comblé via les DLC et les mods.

Bref je vous conseille de jouer à ce titre pour découvrir par vous-même ce qu’il propose. Et les nouveautés qu’il essaie d’apporter.


Pure Farming 2018

  • Édité par Techland, développé par Ice Flames, sur PC, PS4 et Xbox One.
  • Classification : PEGI 3.
  • Prix : Environ 30€.

 

Les + :

  • Diversité des cultures
  • Support des mods
  • Programmation de l’IA
  • L’effort d’apporter de la nouveauté

Les – :

  • Graphismes en retrait
  • Les bugs oppressants
  • L’optimisation
 .
Malgré ses défauts (des bugs, un background daté, un parc de véhicules limité), Pure Farming 2018 est un simulateur agricole intéressant. Il est porté notamment par une IA bien calibrée, et par la variété des environnements proposés. Il apporte quelques nouveautés sympas. À essayer si vous aimez le genre !
68%
Oui, mais...

Malgré ses défauts (des bugs, un background daté, un parc de véhicules limité), Pure Farming 2018 est un simulateur agricole intéressant. Il est porté notamment par une IA bien calibrée, et par la variété des environnements proposés. Il apporte quelques nouveautés sympas. À essayer si vous aimez le genre !

  • Direction artistique/graphismes
  • Durée de vie
  • IA
  • Diversité de gameplay

vous pourriez aussi aimer More from author

Et maintenant c'est à vous de réagir... N'hésitez pas à nous laisser un commentaire ;-)