Parcourir Catégorie

Tests

Les « hits » du moment en sont-ils vraiment ? Pour répondre à ces questions, l’équipe de Level 1 les passe au crible et on vous dit tout… Bienvenu dans nos Tests !

Retrouvez  donc dans cette rubrique, nos tests sur consoles et sur PC. Sous cet onglet, vous trouverez également un « 2e avis », lorsque nous devons revenir sur un test (après des mises à jour), ou lorsqu’une critique de DLC s’impose…

Final Fantasy X-X2 HD remaster

Souvenez-vous ! Nous étions en 2002. Alors que les joueurs européens s'extasiaient sur leur PS2 adorée, celle-ci brillait par l'absence de Final Fantasy, une licence qui manquait depuis l'excellent FFIX sur PS1. Mais le 24 mai, le dixième épisode de la série arrivait, pour nous en mettre plein la vue... En février 2004, les gamers retrouvaient Yuna pour un Final Fantasy X-2 plus controversé, plus "kawaï"... Quoi que l'on en pense, deux jeux mythiques... Et deux jeux qui reviennent aujourd'hui en HD sur PS3 et PS-Vita. Welcome to Spira Le monde de Final Fantasy X nous entraîne dans un univers très différent de ce que nous connaissions jusqu'alors. Ici, point de chateaux ou d'universités de soldats futuristes. Le joueur va découvrir le monde de Spira, un univers à mi-chemin entre l'héroic-fantasy et le néo-punk, un monde où vous allez découvrir que la religion a un rôle des plus importants : elle va d'ailleurs servir une très très grosse partie du scénario. La série Final Fantasy X s'ouvre donc sur l'aventure de Tidus, un jeune joueur de Blitzball (une sorte de hand aquatique), embarqué malgré lui dans une aventure des plus perturbantes : Alors qu'il dispute un match au stade de Zanarkand, sa ville natale, la cité est rasée par Sin, une créature monstrueuse et mystérieuse qui ravage le monde. Aux cotés de son mentor Auron, Tidus est aspiré par Sin. Il se réveille dans un monde étrange dominé par la religion et la croyance en Yevon. Gros choc pour Tidus lorsqu'il découvre qu'une légende raconte que Zanarkand a été détruite... il y a 1000 ans. Par défaut, il va devenir "garde du corps" de Yuna, une jeune "invokeuse", qui aide les morts à passer ad patres... Plus "kawaï", plus "Japan-pop", Final Fantasy X-2 vous met cette fois dans la peau de Yuna. Suite à la disparition de Tidus, la jeune femme parcours le monde pour le retrouver. La timide et frêle héroïne du premier épisode est devenue une solide et intrépide aventurière. Elle arpente Spira aux cotés de Rikku (l'une de vos coéquipières du premier épisode) et Paine, une femme plus froide et garçon manqué. A la tête des "Albatros", elles forment le trio YRP (prononcez "Waï-Or-Pi", leurs initiales si vous préférez)... Un début à tout Dans son genre, Final Fantasy X était un précurseur, dans plusieurs domaines ! Premier point, le plus évident, il était le premier FF à débarquer sur la PS2. Mais il était aussi l'épisode de la série qui marquait une rupture avec "l'open world". En effet, pour la première fois, avec cet épisode, vous ne vous déplaciez plus librement sur la carte, mais choisissiez votre destination dans une liste affichée à l'écran. Final Fantasy X invente également un nouveau concept pour la licence : celui des "suites". Auparavant, chaque Final Fantasy était un récit unique, exclusif, et le jeu qui suivait était un épisode à part entière. Mais pour la première fois dans la saga, Final Fantasy X donnera naissance à un volet "X-2" (prononcez "dix-deux") dont il est aussi question dans cette compil. Un concept qui sera repris avec tous ses successeurs (une suite de FF12 sur DS, deux suites pour FFXIII...). Final Fantasy X2 inove quant à lui en laissant derrière lui la quête linéaire traditionnelle, et en instituant un système de "missions". Le but était de rompre avec la linéarité de scénario. Original pour un Final Fantasy ! Perturbant, aussi, pour les fans ! Plus efficace que le botox ! Ce sont donc ces deux épisodes que Square-Enix nous propose de (re)découvrir en HD (site officiel). Mais est-ce vraiment une redécouverte pour celui qui a pu faire les jeux d'origine ? Et bien, je pense que l'on peut effectivement voir les choses ainsi. Car on ne va pas se mentir, si les jeux d'origine étaient déjà très beaux graphiquement, le lifting HD est ici des plus réussis. Tout simplement sublime ! Et aujourd'hui, parmi les nombreuses réadaptations en HD sorties chez Sony, cette compil est l'une des plus efficaces ! Dès l'intro, votre PS3 vous éclate la rétine, vous met la bave aux lèvres. Personnages et décors ont eux aussi été liftés, et outre les cinématiques de toute beauté, les phases de gameplay sont elles aussi sublimées par le travail pointilleux des programmeurs (bien qu'un effort supplémentaire sur les visages aurait été parfait). Et si seulement ça s'arrêtait là ! Mais Square-Enix se paie en plus le luxe de remasteriser la bande-son ! Les jeux sont plus fluides... Bref, vous l'aurez compris, nous avons ici l'un des meilleurs remix de la PS3 ! Pour votre argent ! Autre point auquel je suis particulièrement sensible : ce titre vous en donne vraiment pour votre argent ! Si Square-Enix avait quelque peu trébuché avec son remix de Kingdom Hearts, qui ne vous offrait que le premier volet, laissant les fans dubitatifs, ce Final Fantasy X-X2 HD ne vous arnaque pas et comble les attentes des amoureux de la licence. Car outre les deux volets "X", la page d'accueil vous permet également d'accéder à l'add-on "Eternal Calm" (enfin, disons une longue cinématique où vous n'aurez qu'à lire cette explication de l'entre-deux FFX), ou au fameux "Last Mission" de Final Fantasy X2, demandé par les fans. Dans la version d'origine, ce donjon de 80 étages n'était présent que dans le "FFX2 International", que l'on ne pouvait trouver qu'au Japon. Il est bien présent ici ! Enfin, le dernier bonus est plus anecdotique, voire un peu insipide : Square-Enix nous avait promis trente minutes de plus, il ne s'agit en fait que d'une histoire audio, racontée sur fond de crédits qui défilent, avec néanmoins les sublimes artworks du jeu en arrière plan... Une histoire qui se déroule après les événements de FFX2, avec deux nouveaux personnages qui croisent les anciens... Un récit à écouter juste par curiosité, ou pour fantasmer sur un éventuel Final Fantasy X3... Le "Creature Create" est un mode, dans le jeu, vous permettant de capturer des monstres et de les faire évoluer via des objets, notamment. Pas indispensable, mais c'est sympa d'y avoir pensé. Au final ! Au final, comme je l'ai dit au fil de ce test, nous avons ici purement et simplement le meilleur remix HD depuis que Sony s'est mis à "faire sa meilleure soupe dans les vieux pots" ! Le jeu est plus beau, plus fluide, le gameplay toujours aussi plaisant, les musiques remasterisées superbement... On retrouve avec plaisir Tidus et sa bande, on met des heures à faire évoluer son sphérier... Et c'est là aussi tout l'intérêt du titre : un seul épisode vous propose une durée de vie énorme, alors deux plus les bonus... Vous n'aurez plus de vie sociale pendant un petit moment ! Si vous êtes fan de Final Fantasy X, cet opus est à posséder absolument. Si vous êtes de ceux qui n'avaient pas été convaincus par l'arrivée de Final Fantasy sur PS2, sa version HD pourrait vous faire changer d'avis... Que vous soyez sur PS3 ou sur PSVita, vous savez ce qu'il vous reste à faire ! Verdict ! Les + : Passage en HD magnifique, une réussite ! Musiques remasterisées Durée de vie colossale Petit prix Gameplay excellent Présence du "Last Mission" de FFX2 Cross-save entre PS3 et PSVita Les - : Les visages manquent parfois d'expressions Jeux vendus séparément sur le PSN sur Vita Pas de Cross-buy entre les deux consoles Quelques downloads De légers bugs par moment, très rares cependant Le bonus audio de 30 minutes ne sert pas à grand chose Des bonus "mercantiles" pour le collector, ayant pour but de vous pousser à acheter Final Fantasy XIII-3 : Lightning Returns (juste des costumes FFX pour Lightning)... Final Fantasy X-X2 HD remaster, par Square-Enix, sur PS32 et PS-Vita, depuis le 21 mars. Pegi : 12. [youtube https://www.youtube.com/watch?v=_xGqOjgqdaE?list=PLWBg7FIeRP3vEHwpfJud2t5pz80QQXMdg&wmode=transparent]

Lego Le Hobbit

Après Lego Le Seigneur des Anneaux, les célèbres briques emboitables nous invitent à revenir en Terre du Milieu... Les Lego surfent sur le succès du Hobbit de Peter Jackson, pour nous entraîner dans une mémorable aventure, aux cotés de Bilbo et de ses amis Nains... Lego Le Hobbit est-il à la hauteur de ses promesses ? Disons que, la série se bonnifiant avec le temps, nous ne pouvons qu'être optimistes... Interdit de spoiler ! Ce ne sera pas une surprise, comme à leur grande habitude, Lego Group, TT Games et Warner proposent ici un jeu fidèle au scénario du film, reprenant les passages les plus emblématiques des films, non sans une touche d'humour qui est depuis longtemps la marque de fabrique des jeux Lego. Toutefois, l'équipe de développement se garde bien de "spoiler" le scénario, alors que le troisième volet de la trilogie de Peter Jackson n'est attendu en salles qu'en décembre 2014. C'est pourquoi ce Lego Le Hobbit ne compile que les deux premiers films, à savoir "Un Voyage Inattendu" et "La Désolation de Smaug". Le troisième film sera annexé au jeu par la suite, avec du contenu téléchargeable... Lego Le Hobbit nous raconte donc, à sa manière, la terrible tragédie vécue par les Nains d'Erebor, chassés de chez eux par le terrible dragon Smaug. Thorin Ecu-de-Chêne entreprend de vaincre le dragon et de regagner le trone de son père, en constituant une expédition constituée de Nains que j'ai franchement la flemme de vous énumérer ici... Et dans le rôle du cambrioleur, censé chaparder l'Arkenstone (pierre magique qui fait beaucoup de lumière), Bilbo fait son entrée, bien malgré lui... Des nouveautés dans le gameplay Si le gameplay demeure très fidèle à celui que nous connaissons depuis maintenant plusieurs jeux, les Nains d'Erebor arrivent dans cet épisode en apportant dans leur besace de nombreuses nouvelles techniques. A commencer par les séquences en "duo" : ainsi pour pouvoir effectuer certaines actions et avancer dans le jeu, vous serez obligé de collaborer avec un acolyte, pour réaliser par exemple des attaques en duo (pour vaincre les gros ennemis), ou vous "empiler" pour avoir accès à des passages impossibles à atteindre autrement. A noter que, si vous maintenez le bouton "carré", chaque perso dispose désormais d'une attaque spéciale dévastatrice ; une nouveauté qui va vite s'avérer très utile. Vos nains sont des forgerons, et vous devrez désormais collecter différents matériaux au fil de votre aventure : en les ramassant lorsque vous détruisez des bacs, des tonneaux ou autres objets, ou en minant des caillasses tout au long de votre périple. Et ces ingrédients vont vous servir, pour peu que vous ayez réuni le nombre nécessaire de matériaux, à forger de nouveaux objets très utiles. De nouvelles quêtes qui viennent donc s'ajouter à celles que l'on connait déjà (recettes d'objets en mithril, briques de mithril à collecter, pièces à amasser, PNJ à dépanner, etc...). "Je cherche quelqu'un pour une aventure" Une aventure qui, comme je l'ai déjà écrit, se concentre sur les deux premiers films de la trilogie. On retrouvera donc l'intrigue principale du Hobbit découpée en six niveaux par épisode (plus un niveau "bonus" comme dans tous les jeux Lego). Ce qui peut sembler somme toutes assez court pour une aventure aussi titanesque ! Ceci dit, force est de reconnaître que, si vous fouillez un minimum les niveaux, si vous explorez chaque recoin du jeu... Chaque niveau va vous occuper en moyenne une bonne heure. Et c'est sans compter sur la transition entre chaque niveau de l'aventure principale qui, comme dans Lego Le Seigneur des Anneaux, se fait en "open world", vous promettant de longues phases d'exploration. Autrement dit, si vous ne vous intéressez qu'à la quête principale, le jeu se "plie" assez rapidement. En revanche, si vous visez le 100% voire le trophée de platine, attendez-vous à devoir parcourir la Terre du Milieu pendant plusieurs jours, voire plus : les développeurs nous ont concocté un titre qui regorge de missions secondaires... Ambiance ! Si le jeu vous immerge aussi efficacement dans l'univers du film, c'est tout simplement parce qu'il reprend superbement la sublime bande-son d'Howard Shore. Vous reconnaîtrez les thèmes principaux du film, tantôt épiques, tantôt mélancoliques, réutilisés ici avec beaucoup de justesse. Depuis quelques épisodes déjà, les Lego parlent ! Et ici, bizarrement, si le doublage paraît parfois un peu "surjoué", vous retrouverez les voix de la VF du film, et ses répliques cultes. Mais le vecteur le plus probant de cette ambiance si réussie est sans conteste la partie cinématique du titre : entre chaque niveau, des séquences animées reprennent les moments cultes du Hobbit, non sans l'humour décalé qui est devenu la signature des titres Lego. Des gags destinés à plaire à la fois aux plus jeunes, mais aussi aux adultes... L'interface a ses limites ! A me relire, j'ai soudainement l'impression de ne mettre en lumière que les points positifs de Lego Le Hobbit. Le jeu est-il dénué de défauts ? Loin de là, comme je vais vous le démontrer maintenant ! A commencer par le gameplay qui, s'il est plutôt réussi dans à peu près 90% du jeu, souffre tout de même de quelques lacunes. A commencer par cette gêne parfois provoquée par des soucis de caméra, ou de gestion de collisions. Les cas sont rares, mais existent pourtant bien. C'est hélas également une signature des jeux Lego, le titre n'est pas exempt de bugs, plus ou moins agaçants. Persos qui se fondent dans le décor, qui passent à travers les murs, votre héros qui meurt alors que rien ne laissait supposer que vous alliez finir au fond de ce pu... de ravin ! Au final Au final, Lego continue à nous adapter les plus grands films à sa manière. Et le résultat est plus que sympa, il faut le reconnaître. Ici, place désormais aux Nains et au Hobbit stars de la trilogie de Peter Jackson ! Et c'est avec pertinence que le studio de développement a choisi les passages les plus emblématiques des deux films (pour l'instant) pour nourrir ce énième titre Lego qui s'impose ni plus ni moins comme le meilleur, le plus riche titre de la licence... Certes, beaucoup de missions vous rappelleront les jeux précédents (collecte de briques, de pièces...) mais les nouveautés sont bien là, suffisamment pour vous tenir en haleine une dizaine d'heures si vous compter faire le jeu au plus vite, et beaucoup plus longtemps si vous visez le 100%. Bien entendu, comme les autres jeux Lego, celui-ci n'est pas exempt de bugs, mais pour son ambiance fidèle au film, son gameplay accessible de 7 à 77 ans, et pour son humour, ce Lego Le Hobbit est l'un des jeux à posséder en ce moment. D'autant plus que c'est pour l'heure le seul titre adapté de la célèbre trilogie... Verdict Du pur "fan-service" pour les amoureux de Tolkien, de la magie, de l'humour, du fun... Warner nous ressort une recette qui marche à tous les coups ! Les + : Ambiance Lego Ambiance The Hobbit Une aventure gigantesque Superbes décors Les scènes clés du film retenues De nouvelles actions en duo Un casting de plus de 80 persos De nombreuses mini-quêtes La musique Les - : Quelques bugs d'affichage ou de gestion des collisions L'aventure principale assez courte Des mini-quêtes très répétitives Beaucoup de dialogues parfois On galère parfois pour récupérer un objet pour un simple problème de perspective Lego le Hobbit, par Warner Bros Interactive, TTGames et Lego Company, sur PS3, PS4, PSVita, X360, Xone, 3DS, PC, Wii-U... Pegi : 7. [youtube https://www.youtube.com/watch?v=06llmdaTeIs?wmode=transparent] Remerciements à Warning et Warner Bros Interactive ;-)

Metal Gear Solid V : Ground Zeroes (PS3)

En attendant The Phantom Pain, Konami et Kojima Productions nous proposent ce mois-ci un avant goût de Metal Gear V, avec un Ground Zeroes qui nous ramène aux sources : scénario béton, graphismes à tomber... Sur le papier, nous avons là une petite bombe. Mais dans les faits, ce titre remplit-il son contrat ? On vous dit tout !  (suite…)

Yoshi’s New Island (3DS)

Cela faisait maintenant un petit moment que nous étions sans nouvelles de Yoshi, le célèbre petit dinosaure qui fait accessoirement office de monture pour Mario, lorsqu'il ne se frite pas avec ses camarades de chez Nintendo, dans Mario Kart ou dans Super Smash Bros. Plus exactement, après la très grosse claque de Yoshi's Island sur Super Nintendo (en 1995) puis sur DS (en 2006), l'île aux Dinosaures nous manquait un peu... Mais rassurez-vous, Yoshi et sa bande sont enfin de retour depuis le 14 mars, et profitent pleinement des capacités techniques de la 3DS... Du merveilleux, des couleurs pastelles, une ambiance très enfantine, et une aventure dépaysante... Voilà le menu de ce Yoshi's New Island ! (suite…)

Tales of Symphonia Chronicles (PS3)

Alors là, attention ! Grosse séquence "nostalgie" ! Car aujourd'hui, nous allons parler d'un jeu mythique, qui revient sur PS3 pour le plus grand plaisir des fans de la première heure, qui le considèrent toujours comme étant l'un des meilleurs RPGs sortis sur GameCube. A titre perso, je confirme : ToS est pour moi le meilleur RPG GameCube, à quasi-égalité avec Baten Kaitos. (suite…)

Atelier Escha & Logy : Alchemists of the Dusk Sky

Cette semaine,Tecmo Koei nous propose un titre assez surprenant : frais avec ses jolis graphismes cell-shadés, dépaysant avec son univers très "RPG japonisant"... CeAtelier Escha & Logy : Alchemists of the Dusk Skyest la grosse surprise du moment. C'est le nouvel épisode d'une série désormais bien connue des fans de RPG, et surtout une vraiment bonne surprise... On y va ! (suite…)

Castlevania : Lords of Shadow 2 (testé sur PS3)

 Konami revient avec un véritable "monstre sacré"... Avec le second volet de Lords of Shadow, l'éditeur nous ramène dans un univers qui a bercé mes premières heures de gamer. Sauf que, cette fois-ci, c'est Dracula que l'on incarne ! Rien que l'idée me fait frémir... Manette en main, le plaisir s'annonce encore plus grand ! (suite…)

Minecraft (PS3)

 Aujourd'hui, nous allons nous intéresser à l'un des jeux les plus plébiscité de ces dix dernières années. Un titre pas vraiment beau graphiquement, mais qui peut rendre terriblement addict, grâce à un concept tout simplement génial. Sorti tout d'abord sur PC, puis longtemps exclusivité Xbox, depuis le 18 décembre, Minecraft est aussi décliné en version PS3, en attendant les opus PS-Vita et PS4, prochainement. (suite…)

Saint Seiya : Brave Soldiers (PS3)

S'il est une série qui a bercé ma jeunesse, c'est bien Saint-Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VF)... Une série vraiment excellente, que j'aime toujours autant, mais qui a, hélas, été plutôt bien massacrée, il faut le dire, lorsqu'il s'agissait de l'adapter en jeux vidéo. Un nouveau volet est sorti dernièrement, sur PS3. Que vaut ce Brave Soldiers ? Allez, faites chauffer votre cosmos, on y va ! Casting cosmique Avant d'aller plus loin, je dois vous préciser que, avec ce nouveau Saint Seiya, Dimps change les habitudes des joueurs PS3 qui avaient terminé le dernier opus : si le précédent Saint-Seiya était un "musou" comme One Piece ou Fist of the North Star, ou le modèle du genre Dynasty Warriors (un jeu dans lequel vous combattez des ennemis par grappes de 50), l'éditeur revient ici à la formule que nous avions découvert sur PS2, à savoir du combat à un contre un. Plus classique me direz-vous ! Là où ce nouveau volet risque fort de ravir les fans, c'est sur son casting ! Car autant le dire, le roster du jeu vous propose un étalage des plus alléchants, reprenant les arcs du Sanctuaire, de Poséïdon et Hadès. Vous retrouverez bien entendu les cinq "bronze saints" dans leurs trois versions, mais aussi les douze "gold", les sept "Marinas", les six gold renégats (Sion, Camus, Shura, Saga, Aphrodite et Deathmask en version surplis), les trois titans... Bref, que du beau monde, et du jamais vu dans un jeu Saint-Seiya ! Et si vous vous sentez un tantinet mégalo, sachez que, cette fois-ci, les Dieux rejoignent eux aussi le casting du jeu, de Poséïdon à Hadès, en passant par Hypnos et Thanatos, ou encore Athéna... "Spam attack !" Une fois le jeu lancé, et après une jolie séquence animée, le menu s'offre à vous. On y retrouve les classiques, du duel contre un autre joueur (ou contre l'ordi) au mode online, en passant par les collections, ou photos de figurines à débloquer. Mais le mode qui nous intéresse le plus, ici, est forcément le mode scénario, ici appelé "épopée cosmique". Comme on aurait pu s'en douter, il se divise en trois parties, ou chapitres : le Sanctuaire, Poséïdon et Hadès. Chaque chapitre vous ouvre une carte, avec des combats apparaissant au fil de votre progression. A vous de vaincre votre adversaire, avec le chevalier imposé, pour débloquer votre rival, le niveau qui lui est associé, et passer au combat suivant. Et comment vaincre cet adversaire, si ce n'est en lui balançant vos techniques les plus puissantes ? Car il faut avouer que, si les commandes de base sont assez limitées, le combat se solde bien souvent par un KO obtenu à l'aide des coups spéciaux, voire d'une ABB (attaque big-bang), plutôt facile à placer lorsque l'on a compris le mode de fonctionnement de l'adversaire. Et voici l'un des petits défauts du jeu : une fois ces techniques assimilées, vous allez "spammer" vos coups spéciaux sans retenue, le combo 7e sens + ABB étant particulièrement dévastateur... Enfin, sachez que des "défis" viennent, pour chaque match, relever quelque peu le challenge : finir sur une ABB, finir avec plus de 50% de votre barre de vie, parer dix attaques... Une bonne idée. Dans les vieux pots Graphiquement, Dimps garde les recettes des épisodes précédents : des persos modélisés de manière fort sympa, et des animations du plus bel effet lorsque vous déclenchez les techniques spéciales : vous apprécierez de retrouver toutes ces attaques qui ont fait la légende de Saint-Seiya. En revanche, on regrettera que le développeur n'ait pas intégré, cette fois encore, la dégradation des armures lors des combats. Ce qui ne doit pourtant pas être impossible, puisque l'on peut voir les armures exploser dans Saint-Seiya Omega (jeu japonais sur PSP), ou les fringues se dégrader dans les DBZ du même éditeur. Si de nombreuses arènes sont présentes, et débloquables (outre les douze maisons, vous retrouverez le Colysée Graad, les piliers des Marinas, Elysion, etc), on regrettera qu'elles soient si vides. Jolies, mais sans plus. Et puisque j'évoque les maisons du Sanctuaire, j'ajouterai qu'il ne s'agit ni plus ni moins que d'un copier-coller des arènes bien connues depuis les versions PS2 de Saint-Seiya, hélas ! Cependant, on appréciera les éléments destructibles aux abords de ces arènes. Pas de grosses nouveautés du coté de la bande-son : si quelques thèmes font leur apparition, vous retrouverez une très grosse majorité de musiques déjà entendues dans les opus précédents. On appréciera néanmoins les voix japonaises pour les dialogues, mais on aurait certes apprécié de retrouver ne serait-ce que quelques thèmes originaux de la série. Peut encore mieux faire ! Au final, on ne va pas se mentir : avec ce Brave Soldiers, Namco-Bandaï nous propose tout simplement le meilleur jeu de combat "un contre un" adapté de la licence Saint-Seiya. On progresse, mais on est encore loin de la perfection ! Le casting est riche, le scénario comprend les trois arcs majeurs de la série, le nombre de niveaux est lui aussi assez intéressant, les voix japs sont plus qu'appréciable, et les fans/collectionneurs seront aux anges, mais... Mais hélas, à chaque point positif correspond un aspect un peu moins glamour : finalement, seuls les dieux et les Marinas sont nouveaux, le mode Histoire se plie en quelques heures seulement, les arènes sont assez inégales (des plutôt belles et des franchement moches), et si habituellement le mode online offre un challenge supplémentaire, il ne rassemblera ici, sur la toile, que des techniciens purs et durs. Saint-Seiya : Brave Soldiers intéressera sans aucun doute les fans de la série. Pour les autres, un jeu certes à faire pour le plaisir, mais qui ne restera pas dans les mémoires. Il y a un mieux, mais ça ne suffit pas encore...   Un jeu sympa !   Les + : Casting de folie, avec Poséïdon et ses Marinas pour la première fois Voix japonaises Les défis Les trois parties Sanctuaire, Poséïdon et Hadès réunies Les "bronze" version 1, 2 et 3 sans claquer des ronds dans des DLC L'ambiance générale du jeu Une fois assimilé, le gameplay est assez plaisant En mode multi, un bon challenge avec le "tournoi intergalactique" Les - : Pas de dégradation des armures L'Arc "Hadès" très raccourci Un jeu dans l'ensemble assez facile (perso, j'ai plié le mode Story en un peu plus de six heures) Persos assez inégaux : des très forts, mais aussi des "bien nuls" En mode "scénario", l'histoire est présentée de manière plus que sommaire Des arènes inégales : certaines plutôt jolies, d'autres assez laides Disparition du "levelling" des persos en mode Histoire Torcher le jeu en "spammant", c'est possible ! Débloquer les photos de Myth Clothes, ça ne sert pas à grand chose, hormis décrocher un trophée Toujours pas les musiques de la série Lors de la première annonce du jeu, on nous avait parlé d'un arc "The Lost Canvas"... Pas de trace, peut-être un DLC, plus tard ? Saint-Seiya : Brave Soldiers, par Dimps, chez Namco-Bandaï. Exclusivement sur PS3. Pegi : 12 ans.A noter que le jeu est également sorti en version collector, avec la Myth Cloth "Seiya de Pegase version manga" [youtube https://www.youtube.com/watch?v=J4WhYFIxTgg]

Gran Turismo 6 (PS3)

Arf ! Pas cool ! Si comme moi, vous aviez énormément progressé dans Gran Turismo 5, cumulant quelques centaines d'heures de jeu, que votre garage débordait de plusieurs centaines de véhicules dont la X2010 de Vettel... Il est temps de remettre les compteurs à zéro ! Gran Turismo 6 est arrivé ! Mais on s'en fiche un peu : quand on aime, on ne compte pas les heures, et c'est le sourire aux lèvres que l'on s'y remet. Le jeu en vaut-il la chandelle ? On vous dit ça tout de suite ! (suite…)
);