(1990) Thunder Force III, une référence du Shoot’em up !

Sur Sega MegaDrive

0 183

Parmi les genres qui régnaient sur l’ère 16 bits dans les années 90, on ne peut passer à coté des Shoot’em Up. Un genre qui nous a offert de beaux ratés, mais aussi des pépites de haute volée ! C’est le cas avec les épisodes 3 et 4 de Thunder Force, chez Sega. Avec une mention bien particulière pour un Thunder Force III qui, aujourd’hui encore, fait office de référence.

Présentation

Nous sommes en 1990. La presse spécialisée est inquiète ! Un nouvel épisode de la série de shoot’em ups Thunderforce a été annoncée. Et au regard de l’épisode précédent, le second, les journalistes ont de quoi s’inquiéter. Thunderforce II avait déçu. Pour ses graphismes, pour son gameplay…

Mais c’était alors sans compter sur les développeurs de Technosoft qui avaient entendu les critiques. Et les entendre c’est bien, mais en tenir compte est une autre histoire. Heureusement, Technosoft a décidé d’écouter les fans, et de corriger tout ce qui a déçu auparavant.

En 1990 (deux ans avant Sonic 2) sort donc Thunderforce III. Un nouveau titre qui va beaucoup faire parler de lui. Mais cette fois, c’est dans le bon sens.

Ça parle de quoi ?

Ne cherchez pas un intérêt dans le scénario du jeu. Sans être foncièrement mauvais, il est plus que basique. Il est raccord avec le genre, dont la narration n’était clairement pas la priorité. Il suffisait alors d’une simple invasion extra-terrestre pour justifier le carnage que vous alliez réaliser.

Lire aussiRETROTEST : (1996) Tomb Raider : quand Core Design et Eidos inventèrent Lara Croft

C’est pourquoi cette partie sera sans doute la plus courte dans l’histoire de nos tests. Autrement dit, l’Empire Orn est de retour pour tout péter. Pour vaincre le gigantesque vaisseau Cerberus, le seul moyen est d’envoyer un chasseur indétectable : le Fire Leo 03 Styx, piloté par Shelly et Jean. En tant que Fédération galactique, vous devez sauver l’univers… Voilà !

Comment on joue ?

Thunder Force III est un Shmup tout ce qu’il y a de plus classique, avec un gameplay loin d’être original, mais aux mécaniques bien huilées. Il va vous proposer, au début, de choisir entre cinq mondes, ou plutôt cinq planètes thématiques. Hydra (forêt), Gorgon (lave), Seiren (eau), Haides (une grotte) et Ellis (glace). Une fois ces cinq planètes traversées, et leur boss éliminé, il vous restera à finir deux niveaux plus difficiles : l’immense vaisseau Cerberus, et la base de vos ennemis, la Orn Base.

Pour mener à bien votre mission, vous disposez de votre bon vieux vaisseau, dont vous pourrez moduler la vitesse (quatre niveaux). Celui-ci, en ramassant des items (capsules) dans les niveaux, est capable d’utiliser cinq types d’armes. Tout d’abord, vos deux armes de base peuvent évoluer pour devenir plus puissantes. Ainsi, votre Twin shot et votre Back shot peuvent évoluer en Sever (un laser plus puissant) et en Lancer (un tir avant et deux tirs vers l’arrière). Mais vous pourrez aussi ramasser des Wave (une onde à longue portée), Fire (missiles) et Hunter (des boules à têtes chercheuses).

Lire aussiRETROTEST : (2002) Kingdom Hearts, ou le mariage inattendu entre Disney et Square-Enix

Très rapidement dans le jeu, vous allez aussi ramasser des modules, en rotation autour de votre vaisseau. Ils utilisent la même arme que vous, pour une plus grosse amplitude de tir. Enfin, vous pourrez également être aidés par un Shield, un bouclier qui vous permet d’être touché un certain nombre de fois avant de disparaître.

Ces armes étant «autofire», vous pourrez vous contenter d’avancer en gardant la touche de tir appuyée…

Une bande-son mémorable

On ne peut parler de Thunderforce III sans évoquer sa bande-sonore, qui fait sans doute partie des plus belles et des plus réussies sur MegaDrive. En témoigne le prix parfois hallucinant de l’OST, sur le web. Avec ses morceaux électro-pop-rock, la musique rythme vos parties, avec un thème spécifique pour chacun des niveaux.

Lire aussiRETROTEST : (1992) Sega passe la seconde vitesse avec Sonic the Hedgehog 2 sur Mégadrive

Pour être complète, la bande-son passe aussi par des bruitages réussis pour l’époque, et des voix digit qui annoncent vos armes, ou certaines phases importantes du jeu. Tout est bon dans cette bande-son. Notez au passage que, si les morceaux sont les mêmes, ceux de la version MegaDrive sont plus réussis, sonnent mieux à l’oreille, que ceux du portage Super-Nes (Thunder Spirits en 1991).

Pourquoi on aime ?

Malgré sa durée de vie assez courte (7 niveaux seulement), Thunder Force III marque pour son ambiance, et pour sa technicité pas si apparente au premier abord. Ainsi, appuyer sur le bouton et avoir de bons réflexes ne suffira pas tout le temps.

Car si l’on a vu que chaque planète a son thème, elle a aussi des ennemis que vous ne verrez dans aucun autre monde. Chacun a ses spécificités, des réactions propres… Et le décor lui-même peut s’avérer piégeux. Haides et ses murs qui bougent en essayant de vous écraser (apprenez le niveau par cœur pour éviter d’être bloqué dans un cul-de-sac)… Gorgon dont le défilement s’accélère jusqu’à vous faire perdre la tête… Thunder Force III fait preuve d’ingéniosité (pour l’époque) en termes de level-design. Avec des idées qui sont là pour servir le gameplay, et non pour faire la démonstration de la technologie de la console.

Lire aussiRETROTEST : (1992) Super Mario World réinvente le plombier à moustaches

Le jeu impressionne aussi pour sa réalisation, très réussie pour l’époque. Il digère sans problème, et sans bug, les nombreux effets de distorsion, accélération du scrolling, ou la profusion de sprites à l’écran… Une belle réussite, même si la Megadrive nous aura offert des titres encore plus poussés par la suite !

Et puis, comme je l’ai dit un peu plus haut, Thunder Force III, c’est aussi une ambiance. Porté par la musique, le joueur se laisse prendre par ce joyeux massacre. Quelles que soient ses motivations : sauver le monde, ou réaliser le plus gros score…

Au final

Thunderforce III est un véritable petit bijou que tout fan de MegaDrive ou de Shoot’em Up se doit de posséder. Au même titre que sa suite, encore plus explosive, Thunderforce IV (que nous n’avons cependant pas choisi pour ce rétrotest… Tout simplement parce que le 3e opus est celui qui marque un vrai tournant dans la licence).

Encore aujourd’hui, il fait figure de licences légendaires, et représentatives d’un genre Shoot’em Up qui manque cruellement… Et accessoirement, une licence que l’on aimerait voir revenir au devant de la scène. Ce sera plus ou moins le cas en septembre, puisque Thunder Force 3 est listé sur le line-up de la MegaDrive Mini, attendue pour la rentrée.


Thunder Force 3

  • par : Technosoft pour Sega.
  • Sur : Megadrive (une version Super-NES est sortie sous le nom Thunder Spirits).
  • Date de sortie : 1990.
  • Genre : Shoot’em Up.
  • Estimation : Entre 15 et 30€ selon l’état du jeu.

 

Points positifs :

  • La direction artistique
  • C’est coloré
  • Le gameplay au top
  • La bande-son
  • Du challenge
  • Le level-design et l’architecture des niveaux

Points négatifs :

  • Un jeu trop court
  • À l’époque, il n’y avait pas de sauvegarde, et non !
 .

Le « Longplay »

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.