Le jeu n’a pas vraiment de fin… Mais il a une limite !

Pendant les fêtes, de nombreux médias se sont emparés de cette info. Un jeune américain de 13 ans, Willis Gibson (alias Blue Scuti) aurait terminé Tetris, le 21 décembre 2023, sur NES. Il serait même le premier humain à y parvenir, 40 ans après la création du jeu par Alexey Pajitnov. Puisque, jusqu’à présent, seule une IA serait arrivée au même résultat.

Peut-on considérer que le jeune homme a vraiment terminé Tetris ? Complexe, puisque le jeu n’a pas de fin. Plus exactement, il continue à vous proposer des niveaux de plus en plus rapides tant que vous éliminez des lignes.

Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, les fans considéraient que la limite pour un être humain était le niveau 29. Le jeu devenant trop rapide pour les réflexes humains au delà. Mais depuis quelques années, une nouvelle technique est apparue chez les joueurs sur NES. Appelée « rolling » et consistant à inverser la position de la manette entre les mains, elle permet d’utiliser tous les doigts. Et donc d’augmenter, grâce à des tapotements, la fréquence des pressions sur les touches.

► Lire aussi notre test : Tetris Effect : voyage onirique et psychédélique au pays des tétrominos

Et le 21 décembre 2023, au bout de 38 minutes d’efforts, le jeune joueur originaire d’Oklahoma est arrivé au niveau 157 du jeu. Et cette fois, ce n’est plus l’humain mais la machine qui n’arrive plus à suivre. Ce qui a pour effet de provoquer un freeze du jeu. Tetris se fige et… Game over pour la console, vaincue par la dextérité humaine : on appelle cela le True Killscreen

Pas de séquence de fin, donc, mais un jeu qui n’est plus capable d’aller plus loin ! Et, selon ses propres dires, un joueur ne « sentant plus mes doigts ! »

« Cela n’a jamais été fait par un humain auparavant ! »

Vince Clemente, président du championnat du Monde de Tetris au New York Times.

Un exploit surhumain salué par la communauté des gamers, et que tout fan de Tetris ne peut, en effet qu’applaudir. Blue Scuti nous démontre ainsi que, même 40 ans après, on peut toujours triompher d’un jeu vidéo…