Moins de public, de partenaires, d’annonceurs… Et moins de salons physiques

Lancé en 1995, le salon E3 (ou i-cube) a fait rêver des générations de joueurs : événement incontournable de début juin, en direct de Los Angeles, il aura été le théâtre de tant de révélations, qu’il s’agisse de jeux ou de consoles. Les constructeurs et éditeurs attendaient alors cette date pour accomplir leurs « reveals » les plus incroyables de l’année.

L’E3 restant un événement très attendu, même avec la concurrence de plus en plus pesante de la Gamescom (en août à Cologne), du Tokyo Game Show ou de la Paris Games Week…

Mais ces dernières années, le salon aura été une victime du Covid et de la crise sanitaire associée. L’organisateur annule le salon en 2020, 2022 et 2023… Et la tentative de salon en ligne de 2021 n’aura pas été probante. Et ce qui devait arriver… Vient de se confirmer officiellement, comme le rapporte le Washington Post.

« Après plus de deux décennies d’organisation d’un événement qui a servi de vitrine centrale à l’industrie américaine et mondiale du jeu vidéo, l’Entertainment Software Association (ESA) a décidé de clôturer l’E3 »

Stanley Pierre-Louis, président. et PDG de l’Entertainment Software Association, au Washington Post
► Sur le même thème : L’E3 2023 est officiellement annulé

Le président de l’association commerciale à but non lucratif, qui représente les intérêts de l’industrie du jeu aux États-Unis, explique que cet abandon se justifie d’une part par les échecs de ces dernières années… Et par la concurrence d’autres salons, comme expliqué plus haut… Mais aussi par le désengagement des différents partenaires historiques du salon. Sans oublier les « changements d’habitudes du public » ! Ce cocktail aura été fatal au salon américain.

« Nous savons qu’il est difficile de dire au revoir à un événement aussi apprécié, mais c’est la bonne chose à faire étant donné les nouvelles opportunités dont dispose notre industrie pour atteindre les fans et les partenaires. »

Stanley Pierre-Louis

Par « nouvelles opportunités » , il entend notamment les conférences dématérialisés et autres lives/Nintendo Direct/State of Play/Showcases… Nintendo s’était engagé dans cette voie en 2011. Sony lâchait le salon à son tour en 2018. Et le journaliste Geoff Keighley, collaborateur de l’E3, lui tournait le dos à son tour, pour lancer la Summer Game Fest ou les Game Awards… La messe était dite !