Il avait 68 ans…

C’est donc via sa maison d’édition, et par un communiqué publié sur le site officiel de Dragon Ball, que nous avons appris le décès de Akira Toriyama, ce vendredi 8 mars 2024.

Selon Bird Studio, qu’il avait créé, sa mort remonte à plusieurs jours :

« Nous sommes sincèrement attristés de vous informer que le créateur de manga Akira Toriyama est mort le 1er mars d’un hématome sous-dural aigu« 

Bird Studio

Né le 5 avril 1955 à Nagoya dans la préfecture d’Aichi, il se lance dans le manga tout de suite après le lycée, où il avait étudié l’art. Convaincu qu’il ne lui était pas indispensable de faire des études supérieures pour vivre de sa passion.

De nombreuses personnes lui ont rendu hommage, à l’instar de Eichiro Oda (One Piece) qui, dans un long message, écrit notamment que « c’est trop tôt. Le vide est trop grand. La tristesse m’envahit quand je pense que je ne le reverrai plus jamais.« 

Une œuvre majeure de la culture populaire

Sans argent et sans boulot, à la sortie du lycée, il enchaîne les concours avec des mangas qui ne parviennent pas à convaincre les éditeurs. Jusqu’à ce qu’il trouve enfin le succès avec Dr Slump. Une série délirante qui voit apparaître son personnage d’Arale, petite fille robot, avec un style graphique reconnaissable entre mille. Et en 1981, Dr Slump remporte le Shogakukan Manga Award pour la meilleure série de shōnen de l’année.

Mais son plus gros succès arrive en 1984, avec la publication de Dragon Ball. Une saga qu’il va dessiner jusqu’en 1995 (42 tomes), en s’inspirant de l’acteur Jackie Chan… Et surtout du roman chinois de la fin du XVIe siècle, La Pérégrination vers l’Ouest de Wu Cheng’en.

En 2007, les Japonais citent Dragon Ball comme le 3e meilleur manga de tous les temps, derrière Slam Dunk et JoJo’s Bizarre Adventure. Et on estime que ce manga, publié en France chez Glénat, s’est écoulé à plus de 260 millions d’exemplaires dans le monde. En 2015, une suite est lancée : Dragon Ball Super (en cours), dessinée par son jeune élève Toyotarō, mais supervisée par Akira Toriyama.

► Sur le même thème : Dragon Ball Z Kakarot : un jeu à la hauteur de l’anime ?

Ce qui ne signifie pas que Toriyama sera resté sur Dragon Ball au fil de sa carrière. Et parmi ses mangas moins connus mais tout aussi cultes, on citera Go! Go! AckmanCowaKajikaSand Land ou encore Cross Epoch (avec son grand ami Eiichirō Oda, créateur de One Piece).

Akira Toriyama et le jeu vidéo

Akira Toriyama n’est pas qu’une célébrité dans le monde du manga. Et il a signé également quelques chefs-d’œuvres du jeu vidéo, en tant que chara-designer notamment. Et on ne parle pas ici des multiples adaptations de Dragon Ball, voire de Go Go Ackman !

Ainsi, Akira Toriyama était le character designer officiel d’un géant du RPG, chez Square-Enix… Puisqu’on lui doit le design des héros et des monstres de Dragon Quest !

En 1995, on le retrouve dans un autre RPG légendaire, sur Super-Famicom/Super NES, porté par plusieurs grands noms du RPG : Chrono Trigger, où il assure le chara-design encore une fois.

► Sur le même thème : Dragon Ball FighterZ : la licence a atteint sa transformation ultime !

Un an plus tard, en 1996, il assure le design des combattants d’un versus-fighting sur PlayStation au Japon : Tobal N°1. Il sera rappelé pour la suite en 1997 : Tobal 2.

Enfin, si on ne peut pas citer toutes les œuvres auxquelles a participé Toriyama-san, on ne peut faire l’impasse sur un autre RPG (un genre qui lui colle à la peau), dont il assure le design en 2006 : Blue Dragon, sur XBox 360…