Parcourir Catégorie

Divers

Violence et jeux vidéo : la cour californienne se prononce… POUR la liberté des titres

Datant de 2005, une loi californienne proposait de répréhender la vente de jeux dits violents aux mineurs, et de poser une nouvelle signalétique, plus exigeante sur les boites de jeux. Une loi que l'on doit à un certain Leland Yee, qui s'attendait à faire un tabac. Loin de là : en 2006, cette même loi a été invalidée par un tribunal américain. Et forcément, ce monsieur fait appel ! Cette affaire vient donc tout juste de passer devant une cour d'appel américaine. Et le verdict tombe, à l'unanimité des trois juges. Ceux-ci déboutent M. Yee. Explication : selon les juges, "cette loi est restrictive et contradictoire avec la sacro-sainte liberté d'expression. La signalétique proposée aurait pour facheuse conséquence de renforcer l'association infondée des jeux vidéo et de la violence. En effet, aucune preuve n'a été fournie sur les relations de cause à effet entre la violence de certains jeux et les troubles psychologiques chez certains mineurs. Le contenu soit-disant violent de certains jeux ne doit pas être contrôlé par une loi, mais doit reposer sur le respect de la signalétique déja mise en place sur les jeux, et surtout sur la vigilance des parents par rapport à ce que leurs enfants ont entre les mains". De son coté, l'Entertainment Software Association (ESA, association d'éditeurs de jeux) demande aux instances de ne pas aller plus loin dans cette démarche, insistant sur le fait que "chercher à faire passer des lois anti-jeux vidéo est une somme colossale ponctionnée sur le dos du contribuable". Leland Yee vient encore de manger chaud, mais il n'en restera pas là. Il a décidé de lancer une nouvelle procédure d'appel, devant la Cour suprême des Etats Unis cette fois-ci. C'est fou ce que certains n'ont vraiment rien de mieux à faire !!!

Les GI Joe sont de retour sur vos consoles

Ah GI Joe, dessin animé dont bon nombre de trentenaires se souviennent encore... Des gentils soldats très "US army way of life" se battaient contre l'affreux groupe terroriste Cobra (A voir des "forces du mal" partout, George W. Bush a dû être bercé aux GI Joe)... Vous n'êtes pas sans savoir que le film éponyme (avec notamment Dennis Quaid) sortira cet été dans les salles de cinéma... Et Electronic Arts s'est empressé de se jeter sur cette licence bien juteuse. Le jeu devrait sortir à peu près en même temps que le film, prévu pour le 12 août dans les salles françaises...

Linkers : un système anti-piratage sur Chrono Trigger

Les jeux sur DS circulent beaucoup sur Internet, en téléchargement, sous forme de Roms. Pour les obtenir gratuitement, il suffit juste de les trouver sur la toile. Ensuite, pour les lire, il suffit de posséder un linker, une SuperCard DS one... Mais attention, car ceci est considéré comme du piratage, très mal vu notamment par Big N. Il y a quelques mois, Nintendo avait obligé tous les sites et blogs proposant des Roms à retirer ces téléchargements, sous peine de poursuites judiciaires. Mais cette mesure ne fut pas vraiment efficace. Aussi, Nintendo a élaboré un nouveau plan anti-piratage, et ceux qui ont téléchargé Chrono Trigger plutôt que de l'acheter l'ont très vite découvert. En effet, si le jeu tourne normalement sur un linker pendant quelques minutes, il se fige à plusieurs moments du jeu lorsqu'il s'agit d'une copie. Je m'explique. Sur une version originale, quelle que soit sa version, pas de problème pour jouer jusqu'au générique de fin. Mais sur une version téléchargée, le système anti-copie entre en action à plusieurs reprises tout au long du jeu. La première séquence "piégée" est celle durant laquelle le héros traverse le temps la première fois. Lorsqu'il se lance à la poursuite de Marle, suit une séquence dans un tunnel très psyché... Sur une copie du jeu, cette séquence devient sans fin. Et si des petits génies trouvent la solution pour passer cette séquence en toute tranquilité, d'autres "blocages anti-piratage" ont été disséminés dans le soft... De quoi décourager les petits impatients qui ne peuvent pas attendre la version française, mais qui devront quand même prendre leur mal en patience. Et si vous ne pouvez vraiment pas attendre pour jouer à CT, on vous invite à faire comme nous : on a trouvé la solution.

Et si le marché de l’occasion était condamné à disparaître ?

Le Wii-Speak (micro qui vous permettra de chatter avec d'autres joueurs) arrive. Youpi... Si ce n'est que ce petit accessoire pourrait provoquer, ou du moins être un premier pas, vers la mort du marché de l'occase. Je m'explique. Nintendo, dernièrement, a laissé entendre que le marché de l'occasion est une perte financière pour les éditeurs. Et la guerre est déclarée, comme en témoigne Wii-Speak. Pour lutter contre l'occase, un nouveau système de distribution vous obligera à ne vous procurer que des Wii-Speak neufs. Cet accessoire est intéressant à condition d'installer la chaine qui lui est consacrée, sur votre Wii, et qui devrait sortir dans la foulée. Mais cette installation ne sera possible que grâce à une clé chiffrée, qui vous sera remise dans le pack du micro. Elle ne pourra être enregistrée qu'une seule fois, et il ne sera pas possible de vous procurer un autre code (si vous avez perdu le premier, par exemple). Si vous vous procurez un Wii-Speak d'occase, pas de code, donc pas d'installation de la fameuse chaîne, vous me suivez ? Cette annonce tombe quelques jours après la proposition, par des éditeurs, de faire disparaître le marché de l'occasion en proposant des fins de jeux exclusives pour les jeux neufs. L'idée ? Vous achetez un jeu d'occasion : pas de fin, à moins de l'acheter en payant un petit supplément. Vous achetez un jeu neuf : regardez la fin du jeu en entrant un code à gratter, utilisable une seule fois... Bien sur, il ne s'agit pour l'instant que d'un projet (enfin, concernant ce point précis des fins de jeux ; en ce qui concerne Wii-Speak, c'est presque officiel)... Et après il viendront pleurer en disant que le piratage se développe !!!

Guitar Hero on Tour : Papy et Mamie accordent leurs violons

Non je vous rassure, aucune version "André Rieux" n'est prévue pour le célèbre jeu de gratte virtuelle. En fait, j'ai juste relevé une anecdote assez rigolote en faisant mes courses, au supermarché... Depuis le temps que l'on vous dit que la DS séduit de plus en plus le 3e âge... La scène se passe au supermarché, donc, à la caisse... Une mamie et son petit fils déballent leurs courses sur le tapis roulant. Lorsque la septuagénaire tend à la caissière une boite estampilée Guitar Hero On Tour sur DS, elle se justifie : "c'est pour mon petit fils". Et le petit garçon de rétorquer, "mais non, c'est papy qui voulait ce jeu là, moi je voulais Naruto"... Comme disait Jacques Martin (enfin, lui je suis sûr qu'il l'a dit), "la vérité sort de la bouche des enfants"...

Jeux vidéo : ma petite entreprise connaît la crise

En ce moment, ça ne va pas super fort dans l'industrie vidéo-ludique. Ainsi, le grand Lucas-Arts n'est pas épargné par la crise, et des rumeurs font état de plusieurs salves de dégraissages ces derniers jours, depuis l'arrivée de Darrel Rodriguez à la tête de la firme. Le plan de licenciement parle de 75 à 100 personnes un peu partout dans chaque département (développement, programmation, production...) avec parfois plus de 80% du personnel invité à aller voir ailleurs. L'info n'a pas été confirmée par les patrons de la boite, mais des échanges par mail entre des employés et des journalistes américains révèlent une décision brutale et tout en délicatesse. Un plan qui remet en cause la sortie de plusieurs gros projets, tels qu'un jeu de "lightsabers" sur la Wii, ou encore des adaptations du nouveau Indiana Jones (version adaptation du film et version Lego). Un nouveau Star Wars Battlefront était également prévu, mais son avenir en devient incertain. De son coté, le journal Le Progrès nous apprend que ça ne va pas fort non plus chez l'éditeur lyonnais Infogrames, qui parle de licencier 24 employés français, et de supprimer 34 postes. Un plan social qui prendra effet avant l'été, et qui vise le regroupement des effectifs (restants) d'Infogrames avec le studio Eden Games, dont la lourde mission est désormais de faire basculer les comptes de l'éditeur de Lyon hors de la zone rouge (250 millions de perte en sept ans)...

Music Video Games, un nouveau venu chez les éditeurs

Nous apprenons aujourd'hui qu'un nouvel éditeur de jeux vidéo fait son apparition sur le marché. Music Video Games (c'est son nom) émane de l'association de deux routard du jeu vidéo, Vincent Bitetti (ex PDG de TDK-Mediactive) et David Warhol (président de Realtime associates). MVG proposera des jeux musicaux, à l'attention des casual gamers et des accros de zik...

Consoles : et l’écologie dans tout ça ?

Souvenez-vous : en novembre dernier, nous vous annoncions que Greenpeace, dans son rapport Pour une High-Tech responsable, avait attribué un zéro-pointé à Nintendo, accusant les consoles du géant japonais d'utiliser des composants nocifs pour l'environnement... Et bien l'association écologiste en remet aujourd'hui une couche en publiant un rapport de 23 pages (cliquez ici pour le télécharger : attention, c'est en Anglais), en demandant aux fabriquants de consoles de faire gaffe à notre planète en choisissant des composants moins nocifs. Greenpeace calme tout le monde en affirmant que si nos consoles étaient classées comme des "jouets", elles seraient impossibles à vendre, car violant de nombreuses normes européennes en vigueur !

Time Magazine élit l’homme de l’année : the winner is…

Traditionnellement depuis 1927, le célèbre magazine Time élit l'Homme de l'année, selon un classement effectué auprès de ses lecteurs et les internautes... Et cette année, l'heureux vainqueur est un célèbre Japonais papa d'un plombier à moustaches, d'une console à double écran, d'une console à wiimote, d'une balance pour jouer devant sa TV... Bref, c'est Shigeru Miyamoto qui remporte tous les suffrages, coiffant ainsi au poteau le Dalaï Lama (207e), le Prince Charles (169e), Lewis Hamilton (86e), Nicolas Sarkozy (77e), Madonna (64e), Lance Armstrong (40e) ou encore George Clooney (10e)... (classement complet par ici)... Les membres de Level 1 étaient tous candidats, mais on nous a empêché de nous inscrire, prétextant que le but de ce concours n'était pas d'humilier les autres participants... On y retourne dans un an ;-)

Le nom du prochain Castlevania déposé

Le très sérieux United States Patent and Trademark Office (ou USPTO) est une base de donnée qui vous permet de consulter les brevets déposés dans le Monde entier. Ils sont classés suivant la classification internationale... Sur le site de l'USPTO, on peut trouver l'enregistrement, par la société Konami, d'un nouveau jeu intitulé Castlevania : order of Ecclesia (nom et logo déposés). Reste à savoir sur quel support sortira ce jeu, sachant qu'un nouvel épisode sur la portable de Nintendo avait été annoncé il y a quelques mois... Site de l'USPTO.