Parcourir Catégorie

Business

Vie des entreprises (rachats, faillites…), justice… C’est aussi ça le jeu vidéo… Voici notre page consacrée à la vie et au business des sociétés de jeu vidéo…

Triste début d’année pour l’enseigne « Game »

L'année 2013 débute mal pour les quelque 750 salariés de l'enseigne de vente de jeux vidéo Game : alors que la société était placée en redressement judiciaire depuis le mois de septembre, il vient d'être annoncé que la franchise pourrait mettre définitivement la clé sous la porte fin janvier. Cette procédure de redressement judiciaire devrait se solder par la liquidation quasi-totale des magasins du groupe : verdict du tribunal de Bobigny le 25 janvier. La société avance des pertes de 4,5 millions d'euros en 2011 et serait déficitaire depuis au moins trois ans, la faute à la vente en ligne et à la dématérialisation des jeux. En octobre, la direction de Game fermait 35 boutiques (85 salariés concernés) et lançait un appel à repreneur d'une durée de huit semaines, prolongé par la suite (date butoire finale, le 8 janvier). Aux dernières nouvelles, Game aurait reçu des offres de reprise, de Game Cash pour une partie de ses boutiques, ou encore de GameStop, propriétaire du géant Micromania. Ce dernier pourrait reprendre 40 magasins sur les 157 d'origine.

Ubisoft annonce la création d’un studio de performance-capture « dernier cri » à Toronto

Ubisoft annonce l’ouverture de son studio de capture de performance de rang mondial à Toronto, une infrastructure qui permettra la création de contenu de qualité cinématographique pour ses jeux. Combinant à la fois les expertises des industries du jeu vidéo et du cinéma, ce studio permettra à Ubisoft de créer des personnages plus probants de réalisme, une narration plus immersive et de retranscrire fidèlement le jeu d’acteur dans ses productions vidéo ludiques.   “Nous sommes très fiers de dévoiler un studio de capture de performance à Toronto après seulement deux ans de présence dans cette ville, " a indiqué Yannis Mallat, PDG d’Ubisoft Toronto et Montréal. "Bien plus que la création d’une infrastructure à la pointe de la technologie – Ubisoft démontre là sa nouvelle approche de la narration et l’importance que l’éditeur accorde aux talents et à la performance des acteurs pour nos équipes d’animation et de cinématiques.  Le studio est également un témoignage de notre confiance envers les talents présents dans l’Ontario pour offrir une des meilleures captures de performance de l’industrie du jeu vidéo".  Une infrastructure de pointe Adaptant les techniques et la technologie utilisées actuellement par l’industrie du cinéma, la capture de performance retranscrit à la fois les performances vocales, faciales et corporelles des acteurs dans le jeu. Ubisoft Toronto élève cette technique en combinant des outils de haute-technologie à une équipe expérimentée provenant des industries du cinéma et du jeu vidéo avec une infrastructure de pointe offrant: ·         2000 mètres carrés pour pouvoir réaliser de grandes prises impliquant de nombreux personnages ·         80 caméras de capture de mouvements Vicon T160 afin de réaliser les captures de performance d’une grande résolution, précision et flexibilité. ·         Des caméras-casques sans fil pour une capture faciale précise qui sera synchronisée en temps réel avec la capture vocale et corporelle. ·         Une scène spéciale conçue spécialement pour une capture de son de la meilleure qualité possible  ·         Des structures permettant de réaliser des cascades afin de capturer des scènes dynamiques et physiques. En plus de la capture de performance pour les projets d’Ubisoft Toronto, comme Tom Clancy’s Splinter Cell® Blacklist™, l’équipe contribuera aux autres projets en développement dans les 26 studios d’Ubisoft répartis dans le monde entier. Ce travail aidera à positionner le studio de Toronto et l’Ontario à l’avant-garde de ce qui sera le futur de l’industrie du jeu vidéo, une industrie qui devrait générer 67 milliards de dollars dans le monde d’ici la fin de l’année 2012 (Source: DFC Intelligence, 2012). “C’est un grand jour pour Ubisoft et l’industrie du jeu vidéo dans l’Ontario, qui prouve ce qui peut être accompli quand nous collaborons et travaillons ensemble," a indiqué l’honorable Brad Duguid, Ministre du développement. "Notre gouvernement est fier des résultats de croissance de ce secteur dans la province, aidant la croissance économique et créant des emplois." Une collaboration à la fois industrielle, académique et de Recherche Par ses investissements continus dans ses studios de Toronto, Montréal et Québec, Ubisoft reconnaît le Canada comme un pôle stratégique important pour les productions virtuelles. Ubisoft a la volonté de  continuer dans cette lancée, en dédiant du temps et des ressources pour soutenir la Recherche et le Développement avec des partenaires académiques externes. Pour renforcer son engagement, Ubisoft Toronto unira ses forces au Collège Sheridan et ses industries d’écran et son Centre de Recherche & de Formation (SIRT). L’objectif étant d’identifier, définir et poursuivre des projets de recherche dans le domaine de la production virtuelle afin d’atteindre de nouveaux niveaux d’excellence. En outre, Ubisoft partagera son expertise et sa connaissance pratique pour influer positivement sur les programmes de formation rattachés au Collège Sheridan afin d’aider les étudiants des programmes de jeu vidéo à avoir accès aux infrastructures, aux techniques et outils de pointe. 

Assassin’s creed : Ubisoft accusé de plagiat

Alors que l'éditeur Ubisoft se lance dans la promo du troisième volet de sa série Assassin's Creed (qui doit sortir en octobre), la licence est frappée par une accusation de plagiat. L'auteur de cette plainte est l'auteur américain John Beiswenger. Pour le romancier, le titre développé par Ubisoft Montréal (dont le premier volet est sorti en 2007) s'inspire franchement de l'un de ses livres, "Link", paru en 2003. Dans "Link", le héros traverse le temps et voyage dans les esprits de ses ancêtres, en utilisant un procédé proche de l'Animus, dont l'auteur revendique également l'invention, tout comme le fait que dans son livre, on incarne un personnage qui "refait" les événements historiques en agissant comme le fait l'Assassin, en suivant une trame très proche de celle du jeu... Beiswenger réclâme une indemnisation de 5,25 millions de dollars, ainsi qu'une injonction pour que son oeuvre ne soit pas à nouveau victime de "copie". Si Ubisoft se refuse à tout commentaire, l'affaire n'est pas terminée pour autant : concernant les oeuvres de loisirs, la loi canadienne considère que même si elles sont très proches, deux oeuvres similaires peuvent être protégées par des droits d'auteur sans que la justice considère qu'il y ait plagiat...

La commission européenne autorise la prolongation du crédit d’impôts en France

La Commission européenne vient d'autoriser la France à prolonger le régime de crédit d'impôt pour la création de jeux vidéo, dans la mesure où il vise à promouvoir la culture. La Commission considère que ce régime (dont le budget est estimé à 45 M€ par an) contribue à orienter la production de jeux vidéo vers des projets à "contenu culturel", en accord avec les règles de l'Union Européenne relatives aux aides d'Etat. (suite…)

Repose en paix… Eidos !

Eidos n'est plus ! Eidos nous a quitté ! Ca n'est pas vraiment une surprise car sa disparition avait été annoncée avec son rachat par Square-Enix... En fait la société n'a pas vraiment disparue, mais elle change de nom pour devenir Square-Enix Europe. Elle gardera donc son activité, développera toujours des jeux, et supervisera toujours les studios comme Crystal Dynamics, Square Enix London, ou Eidos Montréal, qui lui a décidé de garder ce nom : ne cherchez pas, on ne va pas compliquer les choses ;-)

Bientôt Square-Eidos ?

Et voilà ! Assemblée générale chez Eidos, avec plein d'actionnaires un peu partout... Sujet de cette assemblée générale ? Le rachat par Square-Enix du géniteur de Tomb Raider. Vote dans l'assemblée, et à 85%, le rachat par la firme japonnaise est voté. Il devrait être effectif courant avril.

Il y a « épée » sous roche

Tiens donc ! Namco vient de déposer un nom ! Celui d'Excalibur. La marque a t-elle prévu de sortir un nouveau Soulcalibur ? Les persos y seront-ils remplacés par Arthur, Lancelot ou Perceval ? Ou peut-être Namco prévoit-il de ressortir une nouvelle mouture d'Excalibur, un jeu d'aventure qui n'a pas vraiment marqué les esprits, sur PS1 (le jeu était développé par Telstar et Tempest)...

Square-Enix se paye Lara Croft… Et reporte DraQue 9

Naan bande d'obsédés, ne voyez aucune image dépravante dans cette annonce ! En fait, la société Square-Enix a annoncé dernièrement qu'elle prévoit le rachat d'Eidos pour la modique somme de 84,3 millions de pounds. Un rachat qui, normalement, devrait être bouclé fin avril, et qui sera accompagné d'une prime de 129% sur le cours du titre. Une crise de "fièvre acheteuse" qui risque fort de plomber les finances de Square-Enix, qui prévoit d'autre part une baisse de son chiffre d'affaire à hauteur de 51%. Square-Enix se justifie notamment par un coût de production plus élevé que prévu pour Dragon Quest IX. Conséquence de ce développement onéreux, DraQue IX qui devait sortir sur DS fin mars n'arrivera finalement pas avant la mi-juillet...

Electronic Arts-Nintendo : rira bien qui développera le dernier

Décidément, la crise est vraiment partout ! Elle n'épargne personne, et même les plus gros éditeurs sont touchés. Electronic Arts a dévoilé dernièrement son bilan financier pour 2008, et ça n'est pas fameux : 641 millions de dollars (soit un peu plus de 490 millions d'euros), c'est le montant des pertes de l'éditeur au 31 décembre 2008. Ce qui conduit Electronic Arts a annoncer que 1100 employés seront remerciés d'ici le mois de mars... EA annonce également la fermeture de 12 bureaux, qui ne pourraient être que délocalisés. D'autre part, EA a décidé de freiner la production de ses gros titres. Marasme économique oblige, Les Sims 3, Le Parrain 2 et Dragon Age sont reportés. Ca n'est pas pour cela que EA va se relacher. Comme de très nombreux éditeurs, Electronic Arts réalise qu'en ces temps de crise, la console la plus intéressante pour le développement est la Wii (coûts de production beaucoup moins élevés que sur les concurrentes de Microsoft et Sony, parc de consoles installées ayant dépassé de loin les espérances de Nintendo...). Pas étonnant, donc, d'entendre EA annoncer que son nouveau cheval de bataille est le développement sur Wii, afin de venir faire sérieusement de l'ombre à Nintendo sur sa propre bécane (actuellement, Nintendo développe plus de 75% des jeux Wii)...