Pokémon Perle Scintillante : assez de nouveautés pour passer à la 4G ?

Arpenter les paysages de Sinnoh, combattre la Team Galaxy et tenter de capturer Dialga ou Palkia… Pas d’erreur ! Vous voilà revenus quelques années en arrière, dans un remake de deux jeux sortis en 2006 (au Japon) et 2007 (en Europe), sur la mythique Nintendo DS. Ils deviennent ainsi Pokémon Perle Scintillante et Pokémon Diamant Étincelant, sur une console qui commence à compter quelques jeux Pokémon. Alors, on a eu comme une envie de savoir si ces titres sont indispensables…

Bienvenue à Sinnoh

Je ne pense pas qu’il soit très utile de vous présenter la série Pokémon. Une série apparue sur GameBoy en 1996, et qui est (très) vite devenue un phénomène mondial. Que dis-je, intersidéral ! Aujourd’hui, tout le monde, même ceux qui ne s’intéressent pas aux jeux vidéo, ont entendu au moins une fois dans leur vie parler de ces fameux monstres de poche ! Les joueurs, eux, ont forcément joué à l’un de ces jeux qui vont toujours par deux.

En revanche, le titre qui va nous intéresser aujourd’hui est celui de la quatrième génération (ou 4G pour les intimes), autrement dit Diamant et Perle. Après Bleu et Rouge en 1996 (Gameboy), Or et Argent en 2000 (GameBoy Color), Rubis et Saphir en 2003 (Gameboy Advance)… C’est donc en 2006 que sortent Perle et Diamant, cette fois sur la toute nouvelle console portable, la Nintendo DS. Console qui, avec ses deux écrans, rend l’affichage beaucoup plus ergonomique.

► LIRE AUSSI : 1996-2016 : les Pokemon fêtent leurs 20 ans !!

La première génération proposait un Pokédex numéroté de 001 à 150 (ou plutôt 151) Pokémon… Perle et Diamant poussent le curseur à 493, avec des nouvelles créatures à trouver et capturer. Cet épisode continue à nous faire voyager au Japon. Après Kanto dans la génération 1 (inspirée de la région de Kanto où se situe Tokyo), Johto dans la génération 2 (région du Chūbu et région du Kansai), ou Hoenn (île de Kyūshū) dans la génération 3… Perle et Diamant nous emmènent dans la région de Sinnoh, clairement inspirée par Hokkaidō.

Pokémon Perle et Diamant connaîtront leur petit succès, et plus de 17,6 millions de copies seront écoulées. On ne sera donc pas surpris de voir un remake du jeu sur Switch, comme Nintendo avait rebooté la génération 1 avec Pokémon Let’s Go Evoli et Pikachu. Autrefois développé par Game Freak, actuellement bien occupé par le développement de Légendes Pokémon : Arceus, qui sort début 2022, c’est ILCA (I Love Computer Art INC) qui reprend les rennes pour cette version Switch. Et comme les jeux ont subi un gros coup de polish, ils sont plus éclatants et brillent dans le noir. On va donc parler de Pokémon Perle Scintillante et Pokémon Diamant Étincelant.

Deux jeux ? Non, trois à l’origine !

J’en profite pour apporter une petite précision, à propos des « couples » de jeux. Qui, en réalité n’en sont pas vraiment ! Puisque, avec les premières générations, Nintendo avait pris l’habitude de publier un troisième titre, venant compléter le duo initial, avec notamment un nouveau légendaire.

Vous ne me croyez pas ? La génération 1 (Bleu et Rouge, et même Vert au Japon) a été complétée par Pokémon Jaune. Or et Argent ont aussi connu une alternative avec Pokémon Cristal. La génération 3 a vu Rubis et Saphir rejoints par Emeraude. Enfin, les Perle et Diamant qui nous intéressent aujourd’hui ont aussi eu leur troisième larron, avec Pokémon Platine. Si Dialga (Diamant) et Palkia (Perle) ne vous suffisaient pas, vous pouviez alors opter pour Giratina dans ce troisième opus. Pour le moment, on ne sait pas si Nintendo sortira un Pokémon Platine Aveuglant, mais il y a peu de chances, la plupart des éléments de Platine étant déjà là…

C’est joli ou pas ?

Comme en témoignent les nombreux visuels autour du jeu, ce nouveau Pokémon s’inspire très fortement de la charte graphique des volets sur DS. Avec des graphismes plus lisses, moins de pixels et plus de couleur forcément (on n’est plus sur la même bécane), les développeurs conservent la direction artistique de l’opus originel… Ce qui donne un look très chibi à nos personnages. Du moins, lors des déplacements sur la carte. Car lorsque se déclenchent les combats, votre apparence devient plus réaliste. Assez étrange, j’avoue, et cela va vous surprendre encore plus si vous venez tout juste de décrocher des superbes Pokémon Épée et Bouclier, visuellement à des années lumière de ce remake (en même temps, Épée et Bouclier sont de vrais nouveaux jeux exclusifs la Switch).

Mais ça reste un jeu Pokémon. Donc on s’habitue très vite, et on craque pour cet univers coloré, enfantin, tellement naïf (dans le bon sens du terme) et tellement addictif ! La remarque vaut aussi pour les musiques, qui sont proposées ici dans une version remixée. Plutôt agréable, et là encore dans le ton. Mais si vous comptez aller plus loin dans le délire nostalgique, sachez qu’une option vous permettra, au bout d’un certain moment, d’activer les musiques originales dans le jeu. Les fans apprécieront l’attention. Ce n’est clairement pas le jeu qui demandera le plus de ressources à votre console. Avantage : ça reste beau, fluide et sans bavures que vous soyez en mode nomade ou sur votre TV.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Gigamax, Galar… Pokémon Épée & Bouclier trouve le point G ?

La question qui vous brûle les lèvres concerne évidemment l’ergonomie du titre… Puisque celui-ci est désormais privé du second écran de la DS, que vous jouiez sur TV ou sur l’écran nomade de la Switch. Bon… Sans vous spoiler, ce changement de support ne vous prive en réalité que de la Pokémontre (qui reste un accessoire essentiel), que vous pouvez néanmoins afficher dans un coin d’une simple pression de la touche R. Une option « couteau suisse » qui, je dois le reconnaître, vient occulter une grosse partie supérieure droite de l’écran lorsque vous l’affichez, du coup. La Pokémontre était top avec le double-screen de la DS, mais est, à mon sens, davantage une gêne sur un unique écran.

Pour le reste, Perle Scintillante demeure dans la pure tradition de Pokémon. Les animations sont minimalistes au possible, même si on apprécie de voir quelques feuilles d’arbres bouger. En outre, on retrouvera un nombre limité d’animations pour vos créatures en combat (on peut les désactiver pour gagner du temps), pas toujours très « 2021 ». Enfin, et bien que je n’en ai pas rencontré énormément, j’aurais aussi pu vous parler des nombreux bugs du jeu, qui régalent les amateurs de speed-runs et de let’s plays sur YouTube. Mais comme je l’ai dit, même si j’ai lu beaucoup de choses à ce sujet… Je ne me suis pas vraiment lancé dans une chasse aux bugs dans Perle Scintillante.

Le même jeu que sur DS ?

Je ne vous dirai pas le contraire : en bon remake qu’il est, ce nouvel épisode partage beaucoup de points communs avec les volets sortis sur DS. Scénario bien évidemment, mais aussi bestiaire, missions annexes, Légendaires mis en avant sur la boite, aménagement de bases secrètes dans les souterrains, chara-design jusque dans l’apparence chibi des protagonistes comme on l’a vu plus haut… Globalement, ce titre est un remake du jeu DS… Donc avec de nombreux points communs.

Pour autant, le jeu promet aussi de nous surprendre avec pas mal de nouveautés. Mais justifient-elles son achat ? Des ajouts en quantité suffisante pour épargner aux vieux de la vieille cette sensation d’avoir claqué 60 boules dans un portage paresseux et dénué de nouveautés. Je ne vais pas non plus vous dire que ces ajouts révolutionnent le concept des jeux, mais ils ont le mérite d’ajouter un peu plus de contenu à Perle et Diamant. Bien que, dans l’ensemble, les nouveautés se comptent sur les doigts d’un Mr Mime… Et la plupart des quêtes annexes existaient déjà en 2006 (comme le concours de beauté, les sceaux pour vos pokéballs, la cuisine de poffins, etc). Les nouvelles tenues pour votre perso ne suffisent pas à créer la surprise.

► LIRE AUSSI : Pourquoi Pikachu s’appelle t-il… Pikachu ?

Le jeu gagne en verticalité avec une toute nouvelle dimension : les Grands Souterrains (version améliorée des Souterrains de Sinnoh sur DS, donc, encore une fois, c’est une demi-nouveauté) ! En d’autres termes, et grâce à un kit spécial que vous affecterez à un raccourci (comme votre vélo ou votre canne à pêche), vous allez pouvoir explorer sous la surface. Un véritable labyrinthe avec une nouveauté par rapport aux versions DS : des biomes (prairie, eau, feu, etc) et les Pokémon rares qui y habitent. Par « rares », entendez des Pokémon qui seront plus difficile à trouver sur la map à la surface. C’est aussi ici que vous pourrez construire votre base secrète… Ou comme sur DS, participer à un mini-jeu qui consiste à fouiller le sol pour trouver des items en un temps limité.

Mais cette version remake ajoute aussi de nouvelles zones inédites, comme le Parc Ruda Rugosa, qui vont pour permettre de mettre la main sur quelques légendaires des générations précédentes (selon votre version du jeu, les trois chiens Raikou, Enteï et Suicune, ou les oiseaux O-Ho, Artikodin, Elekthor, Sulfura…). Enfin, on attend les mises à jour qui nous permettront d’utiliser, à Féli-Cité, la station MEM (autrefois appelée Global Trade Station, ou système d’échange mondial de Pokémon). Ou le Coliseum, qui arrivera lui aussi avec une prochaine mise à jour. En attendant, vous pouvez toujours rechercher, en début de partie, une zone fleurie, avec un couple de personnes âgées… Chacun vous remettra un Pokémon rare si vous possédez une sauvegarde de Let’s Go Evoli/Pikachu et Épée/Bouclier sur votre Switch (de rien, c’est cadeau).

Des défauts récurrents

Sans surprise, le jeu va cumuler tous les défauts inhérents à la série. Notamment au niveau de l’écriture : Pokémon Perle Scintillante est très proche de sa version originale. D’ailleurs, en bon jeu Pokémon qu’il est, c’est tout son scénario qui est proche de tous les autres titres de la licence. Vous incarnez un enfant (garçon ou fille) qui quitte sa mère pour parcourir le monde et devenir le meilleur dresseur de Pokémon. Pour cela, il doit défier huit champions d’arènes dans 8 villes, et chacun lui remettra un badge lui permettant d’atteindre la Ligue Pokémon. En chemin, il rencontrera une organisation de « méchants » qui veulent dominer le monde grâce à la puissance des Pokémon. Mais le cœur pur de notre héros lui permettra de triompher…

On pourra aussi parler du fait que Perle Scintillante (et Diamant Étincelant) soit très scripté, contrairement à ce que l’on pourrait attendre d’un RPG. Impossible de se perdre dans le jeu, tant il vous rabâche votre prochain objectif. Et finalement, la première partie de l’aventure s’avère très linéaire, le joueur se contentant d’avancer sur des rails, en suivant l’histoire. Vous sortirez peu de votre route toute tracée, puisque le jeu instaure une progression cadrée par les capacités que vous débloquerez en battant les champions dans un ordre précis. Puis, la seconde partie (quand vous aurez vaincu la Ligue) sera plus permissive. Vous pourrez alors partir explorer, visiter des endroits inconnus… Et cette fois, vous devrez chercher un peu plus pour atteindre vos objectifs.

► LIRE AUSSI NOTRE TEST : Pokemon Let’s Go Evoli : redécouvrez-les tous !

Autre problème récurrent dans la série : les lignes de dialogue qui tournent souvent au ridicule. Des personnages qui ne vous parlent que de leur Pokémon, avec parfois des lignes de textes les plus OSEF du monde, suivie d’une agression gratuite… « Mon Pokémon aime les raviolis ! Combattons ! » L’écriture n’est clairement pas le point fort du jeu. D’autant que, comme je l’ai dit plus haut, à quelques nuances près, la narration utilise la même architecture depuis 25 ans.

Enfin, je pourrais aussi vous parler de la difficulté, ou plutôt devrais-je dire du manque de difficulté du jeu. Si vous farmez un tant soit peu en début de partie, et que vous veillez à avoir constamment au moins dix niveaux d’avance sur vos adversaires, vous allez littéralement rouler sur le jeu. Et sur vos adversaires, et sur les boss, et sur la Ligue… Sensation de facilité accentuée par le Multi-EXP permanent qui fait monter toute votre équipe simultanément en expérience. Bref, le titre ne va pas vraiment vous opposer de résistance. Comptez entre 15 et 20 heures pour devenir champion, et entre 20 et 25 heures pour les quêtes qui arrivent après avoir fini la ligue (et véritablement la partie la plus intéressante du jeu).

Au final

Pokémon Perle Scintillante (ou Pokémon Diamant Étincelant) est un bon jeu plutôt sympa à jouer, et qui va réveiller de vieux souvenirs si vous aviez rincé les versions DS en leur temps. On y retrouve l’ambiance de l’époque, avec quelques nouveautés, histoire de justifier le portage de cet opus sur une console aussi récente que la Switch.

Pourtant, on ne peut s’empêcher d’apporter un gros bémol : c’est joli, mais franchement, on a déjà vu plus beau sur une Switch, et je ne parle pas que de Épée/Bouclier (Let’s Go Pikachu et Evoli étaient des remakes plus réussis à mon sens, dans la mesure où ils partaient de plus loin). De plus, les nouveautés ne sont pas non plus de celles qui vont révolutionner la franchise. Alors, on en vient vite à penser que Nintendo a coché l’option de facilité, à quelques jours de Noël, puisqu’il fallait sortir un jeu Pokémon pour les fêtes et que Légendes Pokémon : Arceus n’est pas encore prêt. Le jeu est bon et indispensable si vous êtes fan, mais certainement pas pour 60€ !

► LIRE AUSSI : Pokemon GO : une bonne idée gâchée par une technique à la ramasse !

Au final, bien que le jeu soit très agréable à parcourir, il laisse un petit goût d’inachevé. Il n’est pas mauvais, loin de là, mais est trop classique si vous connaissez bien la série ! Ici, on est plus proche du portage que du remaster. Indispensable si vous êtes fan de Pokémon, nostalgique de Perle et Diamant, ou si vous voulez faire le full-set Pokémon sur Switch ! En revanche, si vous souhaitez juste découvrir la franchise, si c’est votre premier achat Pokémon sur la console… On vous recommande de vous tourner vers Épée/Bouclier, beaucoup plus réussis et plus longs… Ou à la limite vers Let’s Go Pikachu/Let’s Go Evoli.


Pokémon : Perle Scintillante

  • Par : ILCA, d’après le jeu de Game Freaks, pour Nintendo.
  • Sur : Switch
  • Genre : Aventure, RPG.
  • Classification : PEGI 7.
  • Prix : 59,99€
  • Nombre de joueurs : 1
  • Poids : 6880 MB.
Testé sur une version Perle Scintillante, fournie par l’éditeur.
Points positifs :
  • L’ambiance Pokémon à 300%
  • Solide durée de vie
  • Le End-game et ses nombreuses quêtes
  • Toujours les mêmes mécaniques, et ça marche toujours
  • Agréable à regarder, surtout si vous aimez le style chibi
  • La mise en scène
  • Les musiques réorchestrées
Points négatifs :
  • Visuellement, on redescend quand même, après Épée et Bouclier
  • Difficulté très faiblarde
  • Aventure trop linéaire dans sa première partie
  • Quelques bugs
  • 90% des nouveautés n’en sont pas
  • Les problèmes inhérents à la série (dialogues, PNJ stalkers…)
  • 60€, c’est quand même un peu cher pour le coup

aviscritiqueIlca INCNINTENDOPokémon Diamant étincelantPokémon Perle Scintillantetest
Comments (0)
Add Comment