Donkey Kong Country – Tropical Freeze : des singeries qui vont vous donner la banane !

Testé sur une version fournie par l'éditeur

Il y a quatre ans (déjà !), la Wii-U voyait arriver son propre épisode de Donkey Kong Country. Sous-titré Tropical Freeze, celui-ci arrivait en février, avec les frimas de l’hiver (de circonstance, quoi). Quatre ans après, donc, le jeu est rebooté pour la Switch, avec quelques nouveautés. Suffisamment pour justifier son achat ?

Le même jeu ? Je n’en sais rien à vrai dire…

Avant de débuter ce test, il est une précision que je me dois de vous apporter, car elle a son importance. Donkey Kong Country : Tropical Freeze fait partie de ces rares jeux que j’ai loupé sur Wii-U. Il me sera donc difficile de comparer les deux versions, ou d’y voir des similitudes. C’est donc avec un regard totalement vierge que j’aborde ce test. Pour moi, tout n’est que découverte dans ce titre…

En revanche, cela ne m’empêche pas de vous parler de la nouveauté affichée par Nintendo : l’apparition du mode Funky. Celui-ci vous propose d’incarner, pour la première fois, un Funky Kong complètement pété : barre de vie plus longue, il plane ou roule plus longtemps, respire sous l’eau… C’est le mode à choisir si vous comptez faciliter votre aventure. Et vu la (relative) difficulté de certains niveaux, ce ne sera pas de trop !

Pour revenir sur la licence, nous allons incarner ici Donkey Kong, figure emblématique du Nintendo Universe apparue… En 1981, alors que Mario s’appelait encore Jumpman ! Tel un King Kong pixélisé, Donkey (le méchant de l’histoire) avait enlevé « Lady » , la fiancée de Jumpman. Ce dernier devait alors la sauver dans un jeu de plate-formes constitué de nombreux échafaudages, en évitant les divers projectiles lancés par notre gorille.

En 1994, avec la sortie de Donkey Kong Country sur Super-Nintendo, l’éditeur Rare fait de Donkey Kong le héros d’un plateformer superbe pour l’époque (on est en fin de vie de la console). Il nous fait comprendre au passage que le premier « Donkey Kong » des années 80 n’est autre que Cranky Kong : notre gentil Donkey Kong à cravate rouge (celui que l’on retrouve dans des jeux comme Mario Kart, Super Smash Bros, Donkey Kong Country) serait donc son petit fils… La série DKC est lancée, et connaîtra de nombreuses suites : trois volets au total sur SNES, un autre sur 3DS (DKC Returns), ou encore celui qui nous intéresse aujourd’hui, sur Wii-U, Tropical Freeze

Un scénario assez classique

Mais revenons à nos bananes ! DKC:TF, qu’est ce que c’est ? Et bien, nous allons parler ici d’un plateformer sur Switch, en 2,5D. Comprenez par là que le jeu est en 2D, mais avec quelques effets 3D qui jouent notamment avec les assets (personnages, éléments du décor…) ou la profondeur de champs…

Nous avons ici un jeu Nintendo, et cela se ressent dans le scénario du soft, relativement classique et simple. Autrement dit, nous allons ici retrouver un schéma bien connu des fans du genre : des personnages qui coulent des jours heureux, un méchant qui intervient pour bouleverser leur quotidien… Et un héros qui part en quête de rétablir l’ordre des choses. Ça marche avec Mario, Kirby, Yoshi ou encore… Donkey Kong !

► Lire aussi : Super Mario Odyssey : alors là, chapeau !

En l’occurrence, nous retrouvons ici Donkey, Dixie, Diddy et Cranky qui fêtent l’anniversaire de notre héros poilu à cravate rouge. Tout va pour le mieux sur l’île tropicale de la famille Kong. Jusqu’à ce que des Vikings (les Frigoths) ne débarquent, en soufflant un vent glacé sur l’île (d’où le titre du jeu, ça y est, vous l’avez ?). Et c’est donc parti pour Donkey, aidé par ses amis : l’aventure est lancée pour six mondes, avec un boss pour fermer chaque zone.

Un jeu Rare, sans Rare ?

Donkey Kong Country fait partie de ces licences Super-Nintendo que j’ai littéralement poncées jusqu’à la moelle ! Le premier épisode notamment. Des jeux qui, à l’époque, étaient développés par Rare, studio anglais depuis racheté par Microsoft (en 2002).

Pourquoi est-ce que je vous raconte cela ? Et bien tout simplement parce que ce Donkey Kong Country Tropical Freeze me laisse cette douce impression d’être revenu à cette fabuleuse époque. Celle des vieux Player One datés de 1994 qui traînaient sous le lit, celle des nuits blanches avec un pad SNES entre les mains… Pour les néophytes, DKCTF est juste un très bon plateformer… Pour les plus anciens, il va titiller votre fibre nostalgique !

Une impression sans doute due au fait que l’OST de DKC Tropical Freeze est signée David Wise, compositeur attitré de Rare. C’est à lui que l’on doit les OST de Donkey Kong Country, justement. D’où des mélodies que les vieux gamers reconnaîtront aux premières notes (ah, le thème aquatique !).

Pour l’anecdote, les plus anciens connaissent aussi David Wise pour ses travaux sur Wizards and Warriors (sur NES en 1987), RC Pro-Am (NES en 1988), Pin Bot (NES en 1990), ou Battletoads in Battlemaniacs (SNES en 1993. Ça ne vous dit rien ? Pourtant, je vous assure que les plus anciens viennent de sentir couler une petite larme 😉

Gameplay : c’est bien un Donkey Kong !

Pas d’erreur, vous avez bien ici un jeu Donkey Kong Country ! Et en termes de gameplay, le jeu va reprendre de nombreuses mécaniques utilisées dans la franchise depuis le milieu des années 90. Dans chaque niveau, vous devrez collecter des bananes, les lettres formant le mot K.O.N.G., ou encore les fameux ballons rouges qui vous octroient des vies supplémentaires…

Comme à la grande époque, vous pourrez aussi trouver assez fréquemment un allié (Diddy, Dixie ou Cranky) qui viendra vous aider, en duo. Et les fans seront aussi ravis de retrouver les zones bonus, ou encore les tonneaux-canons qui vous propulsent vers l’infini et au delà ! Pour le reste, on peut s’accrocher à certains éléments, lancer des objets sur les ennemis… Adversaires que l’on peut aussi vaincre en sautant dessus, ou grâce à une roulade bien placée.

Pour les collectionneurs comme pour les speed-runners

DKC:TF est un jeu de plates-formes, mais vous auriez tort de penser qu’il suffit de traverser le niveau de gauche à droite, et d’en atteindre la fin, pour faire le job. En effet, chaque tableau vous propose aussi de découvrir de nombreux secrets : pièces de puzzles ou sorties de niveaux alternatives… Croyez-moi, il va falloir fouiller chaque niveau de fond en comble si vous visez une fin du jeu à 100%. La méthode est assez récurrente dans ce type de softs, mais elle est efficace, et vous assure une durée de vie en béton armé !

Et pourtant, si vous n’êtes pas du genre à aimer fouiller les niveaux, rassurez-vous ! Je reviendrai plus bas sur le level-design, mais… Les tableaux sont si bien conçus que le jeu ne vous fermera pas la porte du speed-run, bien au contraire ! DKCTF est ouvert à toutes les façons de jouer, aux amoureux du 100% qui prennent leur temps, comme aux speed-runners !

Technique : c’est bien un jeu Nintendo !

C’est donc maintenant que nous allons aborder l’aspect technique du jeu, et je serais presque tenté de résumer le tout en un seul mot : Nintendo ! Comprenez par là que, comme pour la plupart des titres « maison » , Donkey Kong Country : Tropical Freeze est propre, et tourne sans réelle difficulté. Comme d’habitude, Big N nous a concocté un soft sans bug, fluide… Et qui flatte réellement la rétine (en témoignent les screenshots qui illustrent ce test). En termes de level-design, le soft est parmi les plus beaux jeux de la console.

Switch oblige, on pourrait venir pinailler sur l’écart entre l’affichage TV (1080p) et mablette (720p) mais… La version nomade n’a pas à rougir ! Personnellement, j’avoue ne pas avoir été choqué plus que cela, en passant de l’écran à la tablette. Alors, oui, le jeu perd en fluidité, mais ça reste aussi beau et aussi jouable.

Pour tous les publics

Si, comme indiqué plus haut, je n’ai pas eu l’occasion de jouer à la version Wii-U, il m’avait semblé comprendre à l’époque, que le jeu pêchait aussi par des temps de chargement un peu longuets. Nouvelle technologie oblige, la Switch semble mieux digérer les downloads. Et à ce que j’ai pu voir, ces temps de chargement sont plus que corrects, les tableaux s’enchaînent sans réelle attente. On va donc en conclure, fort logiquement, que le jeu est plus rapide sur Switch.

Pour le reste, au risque de me répéter, encore une fois nous sommes dans un jeu Nintendo. Les menus sont donc à la fois plaisants et ergonomiques. Et il vous faudra en moyenne boucler le premier niveau pour comprendre les commandes du jeu, pour le prendre en main. À quelques rares exceptions, un jeu Nintendo est toujours conçu pour être à la fois accessible à un enfant comme à un adulte. Et c’est encore ici le cas !

Donkey Kong Country : Tropical Freeze, le jeu parfait ?

Vous me connaissez maintenant, et vous savez ce que je vais vous répondre ! Oui, DKC:TF est un excellent jeu, peut-être même un plateformer que j’aurais envie de placer juste derrière Super Mario Odyssey, mais… Il a aussi ses défauts !

À commencer par une difficulté, à mon sens, assez mal dosée ! Alors certes, la difficulté fait partie de l’ADN de la série (j’ai en tête quelques niveaux cauchemardesques de Donkey Kong Country)… Mais toujours est-il que, par sa direction artistique (et par son PEGI), le jeu risque d’attirer les plus jeunes. Et beaucoup risquent de buter sur des passages relativement retors, sur certains rushs bien vicieux. Ici, on passe de niveaux plutôt faciles à d’autres qui vont parfois vous faire littéralement criser ! Gardez un adulte sous la main, on ne sait jamais…

Un mode co-op qui fait tâche ?

J’émets aussi une certaine réserve sur le mode co-op. Alors, oui, l’initiative est à saluer, à une époque où la plupart des jeux ne se partagent plus qu’en online ! Mais… À un jeu presque parfait, on oppose ici un co-op sans doute imaginé par un stagiaire. Tout d’abord, je passe sur le fait que le titre perde en lisibilité avec deux persos qui s’affichent simultanément dans des décors ici trop riches en détails…

Mais pourquoi lorsqu’un personnage meurt, vous perdez deux ballons (vies) ? Et pourquoi la possibilité de ressusciter le joueur mort (en punchant un tonneau que le « mort » peut faire apparaître) est-elle gâchée par le fait que ce tonneau peut tomber dans le vide, ou sur des pics ? Le singe qui doit frapper le tonneau pour rappeler son ami est donc voué à une mort certaine. Pas sur que le deal soit très pertinent. Et ce mode va vite vous lasser pour ses morts stupides !

Enfin, j’aurais vraiment aimé que le jeu pousse la fantaisie encore plus loin. Ici, le ton est décalé, avec quelques passages vraiment fun… Mais la mayo retombe l’instant d’après, lorsque le jeu redevient plus « classique » ! Je pense par exemple aux boss. Rien à dire sur le chara-design excellent, et sur la durée des combats. Mais les affrontements se révèlent rapidement assez académiques, et il suffit de comprendre les patterns des boss pour en venir à bout sans trop d’embûches. C’est justement ici qu’il fallait nous surprendre !

Au final

Chez les amateurs de plate-forme, il y a deux écoles. Ceux qui ne jurent que par la 3D sont déjà (ou toujours) en train de se délecter avec Super Mario Odyssey (j’en fais partie). Mais pour les fans de 2D (ou ici de 2,5D), ce Donkey Kong Country : Tropical Freeze s’impose d’entrée comme le plateformer old-school le plus réussi de la Switch.

Reste à savoir si le jeu vaut vraiment le détour, si vous avez déjà rincé la version Wii-U à 100%. Et même en n’ayant pas joué à cette dernière, j’avoue qu’un mode Funky et des graphismes rehaussés en guise de nouveautés, c’est un peu léger. À vous de voir, donc, si vous êtes prêts à repartir de zéro, en connaissant déjà l’aventure de A à Z.

Une véritable leçon

Mais pour tous les autres, DKC:TF est un incontournable de la Switch ! Une véritable leçon en termes de jouabilité, de trouvailles et de level-design. « Dis papa, c’est quoi un jeu de plates-formes ? – Et bien, … C’est ça ! » Tel le critique gastronomique Anton Ego du film Ratatouille qui revit son enfance en dégustant une ratatouille maison, ce Donkey Kong Country : Tropical Freeze me replonge dans mes parties sur Super-Nintendo… Et dans ces jeux qui ont façonné ma passion pour le jeu vidéo…

Si vous aimez le genre, ou si vous êtes fan de Donkey Kong, foncez : le jeu est à la hauteur de la légende, et vous promet un bon moment entre délectation et contemplation… Tout simplement l’un des meilleurs titres de la Switch. En revanche, si vous possédez déjà la version Wii-U, vous ne trouverez ici qu’une version optimisée, et bénéficiant juste d’un nouveau mode plus facile… À voir donc…


Donkey Kong Country : Tropical Freeze

  • Par Retro Studios, pour Nintendo, en exclusivité sur Switch.
  • Classification : PEGI 3.
  • Prix : 59,99€.

 

Banana Split :

  • L’OST de David Wise
  • Un level-design de folie
  • Globalement, c’est visuellement très chouette
  • Toute la famille Kong réunie et jouable
  • De la bonne plate-forme à l’ancienne
  • Le mode Funky Kong
  • Les niveaux aquatiques sont sublimes
  • Des tonnes de secrets et niveaux bonus à trouver
  • Durée de vie conséquente

Peau de banane :

  • Quelques niveaux un peu hardcore : vous allez bouffer du « die & retry »
  • Les combats de boss classiques (voire répétitifs), sans vraie folie
  • Un mode co-op oubliable
  • Peu de nouveautés si vous avez joué à la version Wii-U
 .
Avec un nouveau jeu issu du Nintendo Universe, on est rarement inquiets ! Et ici, ce Donkey Kong Country : Tropical Freeze confirme en s'imposant parmi les titres forts de la Switch. Véritable leçon de game-design ou de jouabilité, il joue sur la corde de la nostalgie, mais séduira aussi les plus jeunes pour son ambiance. Il n'empêche que le jeu est sensiblement le même que celui sorti il y a quelques années sur Wii-U (quelques options en plus). Ce qui risque de lui fermer la porte auprès de ceux ayant déjà terminé la version antérieure.
90%
Ouiiii !

Avec un nouveau jeu issu du Nintendo Universe, on est rarement inquiets ! Et ici, ce Donkey Kong Country : Tropical Freeze confirme en s'imposant parmi les titres forts de la Switch. Véritable leçon de game-design ou de jouabilité, il joue sur la corde de la nostalgie, mais séduira aussi les plus jeunes pour son ambiance. Il n'empêche que le jeu est sensiblement le même que celui sorti il y a quelques années sur Wii-U (quelques options en plus). Ce qui risque de lui fermer la porte auprès de ceux ayant déjà terminé la version antérieure.

  • Direction artistique
  • Réalisation
  • Bande-son
  • Jouabilité
  • Durée de vie

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.