Scribblenauts Showdown : jeux de mots et jeux d’enfants !

Testé sur une version Switch, fournie par l'éditeur

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le nouveau party-game de Shiver Entertainment et Warner Bros ne manque pas de vocabulaire ! Sortez les manettes, installez la petite famille devant la console : c’est parti pour notre test de Scribblenauts Showdown, disponible sur PS4, Xbox One et Switch depuis le 7 mars !

Dico et mini-jeux

Ah, Scribblenauts ! Derrière ce nom un peu barbare, si vous prenez le bus en route, se cache une série de party-game qui ne date pas des dernières giboulées ! En effet, le premier opus est sorti en 2009 sur DS. Sans avoir la prétention de venir concurrencer les ténors du genre (Mario Party ou Wario Ware en tête), Scribblenauts offrait alors une alternative plutôt sympa (bien qu’un poil galère, la faute à une jouabilité pas toujours évidente).

La licence était ensuite arrivée sur 3DS, Wii-U ou Mobiles… Mais ce mois de mars, le jeu de société virtuel est de retour, et cette fois sur consoles de salon. Sur PS4 et Xbox One, mais aussi sur une Switch qui semble particulièrement bien se prêter à cet exercice.

Comme son étymologie peut le laisser deviner, Scribblenauts place le mot au centre du gameplay. Car outre les mini-jeux, le principe est également de faire appel à vos connaissances en matière de vocabulaire. Ainsi, avant chaque épreuve, le soft vous demande d’entrer un mot commençant par une lettre précise.

Le mot juste

Il peut même vous demander de vous conformer à un champ lexical précis : objet en plastique ou en métal, véhicule, engin de chantier… Offrant ainsi un bonus au joueur qui a choisi un mot en lien avec le thème demandé. Autant commencer maintenant à mémoriser le Petit Larousse 😉 Mais avec une base de données de plus de 30.000 mots reconnaissables par le jeu, cela ne devrait pas être trop difficile.

J'ai dû louper un truc !
Avant même de glisser la cartouche dans la console, la boite en main, un détail m’interpelle… Et après plusieurs heures passées sur le jeu, je ne comprends toujours pas ce grand mystère. Si l’intérêt de Scribblenauts Showdown est de jouer avec des enfants (voire de jeunes enfants) qui seront les plus réceptifs à son ambiance… Qu’est-ce que c’est que cette classification ? PEGI 12, vous êtes sérieux ? Deux hypothèses : soit Scribblenauts comporte une fin cachée avec des zombies qui font des cochonneries en buvant des bières… Soit la commission PEGI… Considère simplement qu’un enfant ne possède pas le vocabulaire adéquat 😉

Créez votre avatar

Avant de commencer à jouer, vous allez devoir personnaliser votre partie en créant votre personnage. Pour les plus flemmards d’entre vous, il est possible de choisir, tout simplement, l’un des 60 scribblenautes proposés par le jeu. Bien évidemment, la « mascotte » du jeu, Maxwell, est de la partie.  Une grande partie de ces Scribblenautes seront à débloquer en remportant des défis.

Mais comme Scribblenauts Showdown est avant tout un jeu qui fait appel, notamment, à votre créativité, il vous offre également un outil de personnalisation assez complet. Nom, visage, vêtements, accessoires, et même véhicule de prédilection… Ainsi, de très nombreux items composent une base très fournie. Mais qui va encore s’enrichir avec ceux que vous débloquerez en gagnant des épreuves.

Si beaucoup de personnages se débloquent en remportant des défis, nombre d’items devront aussi être achetés grâce à la monnaie virtuelle du jeu : les starites. Ces étoiles se récupèrent elles aussi en terminant des modes de jeu ou des épreuves. Elles s’échangent ensuite contre des véhicules ou des accessoires…

Mettez vos amis au défi

Ça y est ! Vous êtes installé devant l’écran, votre conjointe et vos deux enfants à vos cotés. Il est temps de passer aux choses sérieuses. Comprenez par là qu’il est temps de les défier, de leur montrer qui est le boss, manette en main (encore que, le petit dernier pourrait vous renvoyer dans vos 22 mètres ! Satanée génération numérique !).

Scribblenauts Showdown a été pensé par ses développeurs comme un jeu de société. Et cela se vérifie avec le mode « Épreuve de Force » ! Ici, jusqu’à quatre joueurs vont pouvoir se retrouver sur un plateau, à l’image d’un jeu de l’oie, ou d’un Mario Party. Notez au passage que la taille du plateau varie en fonction de la durée que vous allez déterminer : 20, 30 ou 60 minutes (en réalité, prévoyez davantage).

Ce mode se déroule ensuite de manière très classique, au tour par tour. Si ce n’est que votre progression n’est pas déterminée par un lancer de dés, mais par l’utilisation de cartes à jouer (comme au Mille Bornes), aux effets très variables. Votre deck de départ s’étoffe au fil des tours.  Certaines cartes vous offrent des bonus, d’autres vous font avancer d’un certain nombre de cases, d’autres encore vous pénalisent. Mais pour avancer, vous devrez vous acquitter d’une à trois victoires (selon la carte), sur les épreuves qui vous seront soumises (27 défis au total).

Le multijoueur est complété par le mode « Duel » qui est en réalité un mode libre, vous permettant de simplement défier vos amis sur les 27 épreuves du jeu. Ici, les défis de rapidité ou de créativité s’enchaînent, mais sans le plateau.

Un « bac à sable » pour jouer en solo

Mais que se passe t-il si vous n’avez pas d’amis (ça peut arriver), ou si vous décidez de vous lancer simplement dans une partie solo, entre deux arrêts de bus ? Et bien, pas de soucis, Scribblenauts Showdown a aussi été pensé pour vous. Et outre le fait que les modes multijoueurs soient aussi jouables contre l’IA, c’est maintenant le mode « Bac à Sable » qui nous intéresse…

Sur un bateau de croisière, dans un temple chinois… Ce mode Bac à Sable vous propose de vous amuser dans 8 niveaux. Vous allez y croiser de nombreux personnages, et devrez résoudre des énigmes. Et encore une fois, pour y parvenir, vous allez devoir faire appel à votre vocabulaire, en trouvant les bons termes.

Concrètement, dans ce mode pour 1 ou 2 joueurs, les nombreux autres scribblenautes vont vous demander de l’aide (une bulle apparaît, avec un objet comme indice). À vous de trouver les bons mots, pour faire apparaître les objets requis, et ainsi débloquer des situations. Ce mode vous permet aussi d’affecter un adjectif à un personnage, à un objet. Un simple coffre peut ainsi devenir un coffre « ouvert » ; un monstre peut devenir un monstre « gentil » … Ici comme ailleurs, votre imagination est la clé !

Parlons un peu de la technique

Techniquement, la réalisation fait le job ! Avec ses graphismes tout-mimi et épurés au possible, ce n’est pas dans Scribblenauts Showdown que vous allez retrouver de l’aliasing et des bugs en tous genres. C’est propre, et fluide.

La version que nous avons pu tester tourne sur Switch. Et pour le coup, si je ne m’avancerai pas sur la jouabilité à la Dualshock ou à la manette Xbox, je dois bien avouer que le gameplay aux Joycons est un pur régal ! Le jeu tire parfaitement parti des fonctionnalités de la manette Nintendo : avec un Joycon par joueur, vous pourrez d’entrée jouer à deux, tantôt en tenant votre pad horizontalement, tantôt verticalement… Tantôt en appuyant sur les touches, tantôt en le secouant…

Encore une fois, ce Scribblenauts me laisse l’impression d’avoir été développé avant tout pour la Switch : le gameplay chez Nintendo est extrêmement fun et bien pensé… Même l’interface vous permettant de saisir les mots devient rapidement intuitive !

Au final

Testé sur une Switch qui, à mon sens, semble être le format idéal pour un tel jeu, Scribblenauts Showdown est une franche réussite dès lors que vous y jouez en famille. Pas très difficiles, les mini-jeux sont amusants, et tirent pleinement parti des fonctionnalités de la manette. De plus, il va permettre au petit dernier de réviser son vocabulaire, avec sa base de plus de 30.000 mots (quand on sait qu’un adulte « moyen » en connait 5000…).

Terriblement fun en multi (un peu moins en solo), Scribblenauts Showdown ne partait pas avec l’objectif d’être l’un des hits de ce mois de mars. Pourtant, pour les grosses bosses de rire qu’il peut provoquer, ou pour son univers tout choupinou (voire loufoque par moments), il fait partie de ces jeux à essayer si vous avez de jeunes enfants. Pour 30 ou 40€ la cartouche ou la galette (selon le revendeur), Warner Bros vous en donne pour votre argent…


Scribblenauts Showdown

 

Jeu de mot tard :

  • Tout mimi et tout coloré
  • Un jeu très fun
  • Et encore plus fun à plusieurs (jusqu’à 4 joueurs)
  • Une base de 30.000 mots, quand même !
  • Sa dimension éducative (pour les plus jeunes)
  • Le gameplay sur Switch est juste top !
  • Le mode « bac à sable »
  • Un prix correct

Jeu de mot laid :

  • Vite répétitif en solo
  • Un contenu limité
  • Pourquoi PEGI 12 ?
  • Pas de multi online
 .
Au beau milieu des triple A, Warner Bros pense à nos chères petites têtes blondes en leur offrant un titre qui va les amuser un bon moment : fun et éducatif à la fois ! Pour son ambiance et pour sa direction artistique cartoonesque, ou tout simplement pour les longues parties conviviales qu'il vous promet, devant la TV, Scribblenauts Showdown est l'exemple même du jeu qui a été pensé pour être familial avant tout... Une bonne surprise !
85%
Oui !!

Au beau milieu des triple A, Warner Bros pense à nos chères petites têtes blondes en leur offrant un titre qui va les amuser un bon moment : fun et éducatif à la fois ! Pour son ambiance et pour sa direction artistique cartoonesque, ou tout simplement pour les longues parties conviviales qu'il vous promet, devant la TV, Scribblenauts Showdown est l'exemple même du jeu qui a été pensé pour être familial avant tout... Une bonne surprise !

  • Direction artistique
  • Jouabilité
  • Durée de vie
  • Ambiance

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.