En route pour les Jeux Olympiques : Steep se gamelle dans la poudreuse

Testé sur une version commerciale

L’an passé, Steep était la vraie bonne surprise de fin d’année d’Ubisoft. Aussi, absolument fan de cette nouvelle licence, je ne pouvais passer à coté de cette extension consacrée aux prochains jeux olympiques. Apporte t-elle un plus au jeu ? La réponse avec ce test !

On parle bien des JO d’hiver de Pyeongchang ?

Je n’irai pas par quatre chemins ! Oui, En Route pour les Jeux Olympiques est un gros plantage, mais pas que de bâtons ! Oui, Ubisoft s’est loupé, en proposant un contenu honteux, à des joueurs qui ne pourront ici que se sentir considérés comme des vaches à lait.

En apparence, ce DLC va vous laisser croire que vous avez affaire au jeu officiel des Jeux Olympiques de Pyeongchang. Mais… Comment dire ? Steep ERPJO (la flemme de réécrire ce nom à rallonge à chaque fois) va vous proposer neuf épreuves (Slalom ; Slalom Géant ; Slalom Géant Parallèle ; Big Air ; Cross ; Slopestyle ; Halfpipe ; Descente ; Super-G). Mais… En février, les JO d’Hiver vont vous proposer 102 épreuves pour 15 disciplines ! Rien ne vous choque ?

Alors certes, nous n’allons pas demander à Steep de nous proposer du hockey sur glace ou du curling… Mais pourquoi pas du bobsleigh ou du saut à ski ? On serait dans la thématique, non ? Ici, le joueur aura rapidement l’impression de jouer à une démo, plus qu’à un vrai jeu !

Je passe rapidement sur le fait que vous participiez directement aux finales de ces épreuves. Les développeurs n’ayant pas eu la bonne idée de nous proposer des essais ou des phases de qualification ! Ce qui aurait pourtant eu pour effet de vous immerger encore plus dans la compétition.

Et puis, pourquoi cette montagne du Japon intégrée au contenu ? Certes, le cadre est joli et très plaisant ! Mais… les JO se déroulent en Corée du Sud ! Pourquoi pas l’Himalaya ou la Cordillère des Andes, tant qu’on y est ? À moins que ce ne soit pour donner un peu de consistance à un contenu trop maigre à la base ?

Du remplissage pour cacher la misère ?

Globalement, cette impression ne va jamais vous quitter. Celle d’un jeu fourre-tout où, pour combler le manque d’idées, on y bourre tout ce qui passe par la tête.

J’évoquais plus haut la map japonaise, quelque peu hors-sujet (mais qui, je le reconnais, sauve les meubles). Mais je pourrais aussi vous parler longuement de ces séquences cinématiques de sportifs venant vous expliquer ô combien leur sport est génial, passionnant mais dangereux. Intéressant, mais pas vraiment rangé dans la bonne case ! Ces inserts seraient très intéressants s’ils ne consistaient pas en clichés du genre « la concentration, c’est super important » ou « c’est le jour le plus important de notre vie » ! On est davantage dans la campagne de promotion du jeu (ou des JO) que dans le vrai background des sports représentés !

Et si je vous parlais du mode scénarisé (c’est un grand mot), ajouté dans cette version ? Un mode aussi inutile que bâclé ! Votre personnage anonyme semble ici errer sans véritable but dans un jeu qui a oublié de lui donner une place. On ne parlera donc pas ici d’immersion, tant la construction hachée de ce mode va tuer cette impression d’être dans la peau d’un champion (ou d’une championne). Ici, le mode histoire est un prétexte plus qu’une véritable finalité. Et c’est bien dommage !

Ah non, pardon… C’est un « modèle économique » !

Oui, car si j’utilisais plus haut l’expression peut-être choquante de « vaches à lait » pour parler des joueurs, j’ai mes raisons ! À commencer par le fait que ce Steep ERPLJO n’est pas vraiment un nouveau jeu, mais une extension !

Et si l’on sait que les DLC sont généralement onéreux chez Ubisoft, le fan peut toujours se rattraper en achetant le season-pass du jeu. Mais comme vous vous en doutez déjà, En Route pour les JO n’est pas compris dans le season-pass de la saison 1.

En Route pour les JO est vendu 29,99€… Soit le même prix, actuellement, que Steep sur le PlayStation Store (au moment où j’écris ce test, et le même tarif chez Microsoft, j’imagine). Un Steep original moins élaboré techniquement (il a déjà un an), mais bien meilleur sur le fond. A ce prix, préférez donc l’original, conseil d’ami !

Sinon, vous pourrez toutefois acheter Steep – Winter Games Edition pour 49,99€, ou la Gold Jeux d’Hiver pour 69,99€. Deux éditions à mon sens trop onéreuses, le Steep d’origine étant (encore une fois) le seul qui vaille vraiment le coup (pour 29,99€ seulement).

Des commentaires qui tombent à plat

Je réalise que je ne vous ai pas encore parlé des commentaires de Laurent Luyat (France Télévisions). Tantôt agaçants, tantôt décousus… La bonne nouvelle est que vous pouvez les couper !

Avec tout le respect que je dois à ce brillant commentateur (qui, visiblement ici, se demande ce qu’il fout là), le son semble ici avoir été échantillonné par un stagiaire de 6e en observation chez Ubisoft ! Huit fois sur dix, les commentaires sont décalés, et sans aucun lien avec l’action qui se déroule sous vos yeux. Un commentateur qui félicite votre talent lorsque vous vous vautrez lamentablement… Soit il est bigleux, soit il se paye votre tête !

Heureusement, le son de ce DLC est rattrapé par une excellente bande-originale, soit un peu moins d’une trentaine de morceaux qui collent bien à l’ambiance…

La technique pour rattraper le reste ?

Franchement, c’était l’espoir que je nourrissais secrètement, vraiment peiné par le spectacle opérant sous mes yeux. Mais… Ubisoft semble aimer briser les espoirs des joueurs cette année (lire aussi notre test d’Assassin’s Creed Origins) !

S’il est un fait que j’ai beaucoup de mal à comprendre, c’est comment cette « suite » de l’excellent Steep peut être plus buguée que l’original ! Passent encore les chutes de framerate, que je concède à mettre sur le dos de ma PS4 classique. Mais cet aliasing ! Encore plus prononcé que l’an passé, je préfère penser que c’est peut-être un choix artistique que de vous montrer les cols et les arbres se dessiner en live devant vos yeux.

On pourrait aussi enfoncer le clou en parlant des collisions : dire qu’elles sont mal gérées serait trahir ma pensée, puisqu’il me semble parfois qu’elles ne sont pas gérées du tout. Rien de plus frustrant de voir votre avatar se planter contre des obstacles invisibles, ou être stoppé net par des bandes de plastiques…

Pour terminer sur la réalisation technique, on saluera cependant le fait que l’affichage tourne globalement à 60fps (c’est plutôt bien). Hélas, cela ne suffit pas à vous procurer de bonnes sensations, tout simplement inexistantes dans la plupart des épreuves. On se consolera en constatant que, du coup, ce n’est pas la peine de forcer comme un damné pour aller chercher l’or, dans des épreuves quelque peu plates.

Au final

Vous l’aurez compris : Steep : En route pour les Jeux Olympiques est un bon gros ratage des familles ! Pourtant, cette extension partait d’un bon sentiment, et propose de bonnes idées. Mais elles sont annihilées par tellement de plantages ! Surprenant tant le studio d’Annecy nous avait proposé un jeu génial l’an passé ! Ici, on devine qu’on leur a mis une grosse pression pour sortir, dans les temps, un contenu monétisable.

Devez-vous investir 30€ dans cette extension ? De mon point de vue, la réponse est non ! Si l’expérience vous tente, attendez qu’elle soit soldée à 4,99€ (un prix beaucoup plus raisonnable, voire gratuite sur le PS+ ou GwG). Sinon, le PlayStation Store propose une multitude de jeux plus intéressants pour ce montant ! Steep reste un jeu de glisse formidable. Et vous pouvez foncer sur le jeu de base si ce n’est déjà fait… Mais ce En Route pour les Jeux Olympiques est à oublier au plus vite. Aussi, je ne puis que vous recommander pour le moment de faire l’impasse sur cette extension qui ne se respecte pas !

► Lire aussi notre test : Steep : le retour en fanfare des sports de glisse !


Steep : En Route pour les Jeux Olympiques

  • Par Ubisoft, sur PS4, Xbox One.
  • Classification : PEGI 12.
  • Prix : 29,99€.

 

Médaille d’or :

  • Toujours joli visuellement
  • Un mieux sur le monde ouvert
  • Le peu d’épreuves présentes sont assez réussies
  • Les nouvelles pistes musicales excellentes

Sortie de piste :

  • Contenu ridiculeusement petit : c’est une démo, pas un jeu !
  • Les commentaires de Laurent Luyat et le doublage en général
  • Les problèmes de collision
  • L’absence de sensations
  • Des bugs d’affichage
  • Mais que vient foutre le Japon ici ?
  • Un mode scénarisé qui ne sert à rien
  • Impression permanente de remplissage par défaut
  • Un prix injustifié (29,99€, et non compris dans le season-pass)
 .
L'idée de proposer un Steep s'appuyant sur les prochains JO d'hiver était tout à fait honorable. Encore faut-il bien le faire ! Et proposer, à ce prix, une extension aussi mal finie est à la limite du scandale. À acheter si vous êtes fan absolu de sport d'hiver (et si vous possédez déjà le Steep de base)... Sinon, oubliez vite cette extension disqualifiée d'office...
56%
NON !

L'idée de proposer un Steep s'appuyant sur les prochains JO d'hiver était tout à fait honorable. Encore faut-il bien le faire ! Et proposer, à ce prix, une extension aussi mal finie est à la limite du scandale. À acheter si vous êtes fan absolu de sport d'hiver (et si vous possédez déjà le Steep de base)... Sinon, oubliez vite cette extension disqualifiée d'office...

  • Direction artistique
  • Bande-son
  • Réalisation
  • Jouabilité
  • Contenu/Durée de vie

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.