Uncharted the Lost Legacy : le meilleur film d’aventure de l’année est un jeu vidéo !

Testé sur une version fournie par l'éditeur

L’univers d’Uncharted s’enrichit aujourd’hui d’une nouvelle aventure. Dans Uncharted : The Lost Legacy, Nathan Drake a raccroché. Place, donc, à la relève : c’est son amie Chloé Frazer qui reprend du service, pour un stand-alone prometteur. On regarde ça de plus près !

Nat’ a raccroché les gants !

A la sortie d’Uncharted 4 : A Thief’s End (lire notre test ici), l’éditeur Naughty Dog avait été très clair ! Ce quatrième opus marquait la fin des aventures de Nathan Drake (d’où le titre du jeu à l’époque)… Pas la fin de la licence Uncharted, mais celle de Nathan.

Et l’éditeur tient donc ses promesses avec ce Lost Legacy. En guise d’avatar, nous allons aujourd’hui incarner une vieille amie de Nathan, Chloé Frazer. Au cours d’une conversation, celle-ci confirmera d’ailleurs que « Nathan Drake a raccroché » … Ce qui nous permet, au passage, de situer chronologiquement cet opus après Uncharted 4.

Avant de démarrer ce test, je tiens à vous préciser une info qui a son importance. Contrairement à ce qui avait pu être dit il y a quelques mois, Uncharted : the Lost Legacy n’est pas un DLC d’Uncharted 4, comme prévu initialement ! On parle ici de stand-alone. Autrement dit, une aventure totalement indépendante, que vous pouvez acheter même si vous ne possédez pas le quatrième volet de la série. Point intéressant si vous n’avez pas Uncharted 4 justement : Naughty Dog a ici intégré son mode multi-online, avec quelques skins en bonus (Chloé, Asav…). Ceci étant dit, place à notre test !

Indien vaut mieux que deux tu l’auras

Comme je viens de le préciser, The Lost Legacy va vous permettre d’incarner la jolie australienne (d’origine indienne) Chloé Frazer. Car lorsqu’elle n’aide pas Nathan (ou qu’elle ne sort pas avec… Si si, rejouez à Among Thieves, vous allez voir), elle a une vie. Et plus précisément une trépidante vie d’aventurière, et de chasseuse de trésors.

Et aujourd’hui, la relique qui l’intéresse est la « Défense brisée de Ganesh ». Si vous êtes un tantinet calé en mythologies, alors vous avez deviné que nous allons mettre le cap sur l’Inde. Plus précisément sur les Ghâts orientaux (plateau du Deccan, à l’Est du Pays). Mais hélas, Chloé n’est pas la seule à rechercher cette relique. Et il faudra aussi compter sur Asav, un nabab qui espère lui aussi trouver la défense, afin d’asseoir un peu plus son pouvoir sur l’armée rebelle qu’il dirige.

La mécanique du duo a été approuvée dans Uncharted 4 (avec Nathan et Sam). Aussi, c’est sans surprise qu’elle est de retour dans ce nouvel opus. Chloé fera donc équipe, tout au long de l’histoire, avec Nadine Ross, la mercenaire qui aura donné tant de fil à retordre à Nathan dans Uncharted 4.

Une réalisation technique renversante

Par sa direction artistique, Uncharted 4 nous avait scotchés. Il y a un an, le titre de Naughty Dog pouvait se targuer d’être parmi les plus beaux jeux vidéo jamais créés. Je ne vais pas faire durer le suspens plus longtemps : Uncharted : The Lost Legacy place la barre encore plus haut… Visuellement, il me semble encore plus impressionnant que Uncharted 4 ! La claque commence dès les premières secondes du jeu, pour vous chambouler jusqu’à la fin.

Qu’il s’agisse du réalisme des végétaux, des panoramas époustouflants, des expressions faciales des personnages, des cadrages choisis par l’équipe technique ou de la lumière… Construit comme une oeuvre cinématographique, The Lost Legacy est de ces titres qui vous font oublier que vous êtes dans un jeu vidéo. Pour certaines scènes, certaines prises de vue, il peut même se vanter de renvoyer nombre de productions hollywoodiennes au vestiaire !

De son coté, la bande-son assure l’ambiance à sa manière. Dialogues en Français et plutôt bien doublés, bruits de fond… Tout contribue à vous immerger dans l’aventure. Et comme dans un bon film, la bande-originale sait se faire discrète lorsqu’il le faut, et partir dans des envolées symphoniques lorsque l’action le nécessite. Et ce sans vampiriser le reste. Comme pour Uncharted 4, elle est signée par le talentueux compositeur Henry Jackman.

Le héros est un duo

Vous l’aurez donc compris. A l’instar d’Uncharted 4 dans lequel le joueur contrôlait un duo (Nathan et Sam Drake), The Lost Legacy reprend ce mécanisme. Et cette fois, votre duo de choc sera 100% féminin, ainsi composé de Chloé et de Nadine Ross.

Vous vous sentirez donc beaucoup moins seul durant les phases de tir, puisque la mercenaire sera là pour vous couvrir, et pour arroser copieusement vos ennemis. Parfois même, vous serez surpris de constater que, pendant que vous vous occupiez d’un sniper, Nadine a fait le ménage. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la belle ne fait pas toujours dans la finesse. Nadine est de ces femmes à qui l’on ne cherche pas de crosses !

Nadine Ross vous sera également très utile lors des phases d’exploration. Car lorsque vous serez face à une énigme, elle saura vous délivrer de précieux conseils lorsque cela sera utile. Vous ne la dirigez pas vraiment, elle agit d’elle-même, ce qui la rend encore plus crédible.

D’un point de vue scénaristique, il est très intéressant de voir l’évolution de la relation entre les deux femmes. Au fil des dialogues, on sent les liens se créer, des affinités se former. Des dialogues qui, au passage, seront assez nombreux, venant combler les longues phases de conduite ou d’exploration des temples. Si ces dialogues sont à 95% automatiques, certains d’entre-eux, plus optionnels, devront être déclenchés à l’instant T en pressant sur la touche triangle.

Pas grand chose de nouveau au niveau du gameplay

Je ne vais pas vous mentir : le gameplay de The Lost Legacy est quasiment un copié-collé de celui de son prédécesseur. Nous allons donc retrouver les classiques de la série : l’exploration, l’escalade, les gunfights, la conduite de véhicules (en l’occurrence une Jeep), des séquences QTE…

On note cependant une quasi-nouveauté très appréciable. « Quasi » car Naughty Dog a déjà tâtonné dans ce sens avec le niveau de Madagascar dans Uncharted 4 : le monde semi-ouvert. Ici, pas d’aventure ressentie comme trop linéaire, mais une forte impression de liberté. Elle est due au fait que, lorsque Chloé aura noté sur une carte les différents points à explorer, vous pourrez les visiter dans l’ordre qui vous plait. Je parle alors de « monde semi-ouvert » car, malgré cette liberté apparente, l’aventure reste scriptée. Et converge obligatoirement vers un même point, quels que soient vos choix.

Pour le reste, vous retrouverez des courses poursuites en mode « parkour » sur les toits, des corniches à agripper (le piolet fait aussi son grand retour), des portes à arracher avec le treuil de la Jeep… Ou encore des énigmes à résoudre : plutôt bien imaginées, elles ne sont cependant pas insurmontables.

Très régulièrement, des escouades ennemies vous tomberont dessus, déclenchant des séquences de gunfights que certains jugeront un poil trop nombreuses. Mettez-vous à couvert, visez, tirez (à l’aveugle, ou en vous découvrant)… Et n’oubliez pas de récupérer des munitions : elles sont comptées ! Notez que plusieurs niveaux de difficulté sont disponibles. Et en mode « facile » avec la visée automatique activée, ces batailles ne seront qu’une formalité.

Enfin, pour vous obliger à partir explorer toutes les zones du jeu, même les endroits écartés de votre route principale, les développeurs ont planqué des reliques un peu partout. Pour finir le jeu à 100%, il faudra évidemment toutes les trouver. De même, Chloé aimant photographier les jolis panoramas avec son smartphone, vous devrez trouver tous ces points sur la carte.

Un scénario passe-partout ?

Le scénario d’Uncharted : the Lost Legacy fait son job. Plutôt bien écrit, il parvient à nous tenir en haleine, et à nous donner l’envie de poursuivre l’aventure pour en connaître le dénouement. Le joueur s’attache très vite à Chloé, et les nombreuses petites anecdotes qu’elle livre sur sa vie, sur ses rapports avec Nathan y sont certainement pour quelque chose.

Pourtant… Ce scénario est à mon sens trop générique. Si au fil d’un dialogue avec Nadine, Chloé ne nous lâchait pas quelques références à la série, le scénario du jeu pourrait être celui d’un Tomb Raider (oui, pour certains aspects, Chloé me fait penser à Lara). Ou de n’importe quel jeu d’aventure d’ailleurs.

Il est aussi desservi par des personnages qui manquent de consistance. Je pense ici à Nadine, que l’on va véritablement commencer à apprécier au bout de plusieurs heures de jeu. Auparavant, elle reste souvent trop en retrait, les fesses collées au siège de la jeep, pendant que Chloé vaque à ses occupations. Trop souvent, Nadine nous semble trop détachée de tout ce qui ne constitue pas l’aventure principale. On peut le comprendre… Mais cet aspect nuit à la crédibilité de la relation entre les deux femmes, que le développeur veut installer.

Je passerai rapidement sur Asav, le grand méchant du jeu. Il est la parfaite caricature de l’antagoniste de film d’aventure. Ce qui a pour effet direct de le rendre beaucoup trop souvent prévisible.

Le jeu est-il trop court ?

Jusqu’à présent, le soft cumule les superlatifs. Doit-on en conclure pour autant que nous avons ici le jeu parfait ? Vous savez ce que j’en pense… Et donc que je vous ai dégoté quelques petits points noirs !

A commencer par l’IA, remarquablement stupide. Il n’est en effet pas rare que vos ennemis ne remarquent pas votre présence, alors que vous vous agitez dans les buissons à deux mètres devant eux. De même, les soldats d’Asav semblent ne pas avoir compris le principe de la couverture. Et il est drôle de les voir sortir de leur planque pour vous viser, en s’exposant à la moindre balle comme des chefs.

Si la réalisation est impeccable en apparence, j’ai hélas pu constater quelques bugs, comme de l’aliasing et quelques chutes de framerate lors des combats. Ce qui me laisse à penser que le jeu a été clairement optimisé pour la PS4-Pro, mais que la PlayStation 4 classique reste en retrait. Une résolution 2560x1440p contre une autre en 1900x1080p… Il n’y a pas photo !

Reste la question de la durée de vie du jeu (entre 6 et 8 heures). Point que je me dois d’aborder, ne serait-ce que pour justifier ma note « durée de vie », qui peut sembler incohérente pour un jeu que je juge si court. En réalité, il ne faut pas confondre, et bien faire la différence : oui, The Lost Legacy provoque une grosse frustration, tant nous aurions eu envie de jouer encore pendant des heures… Mais non, il n’est pas trop court ! Sur ce laps de temps, il parvient à nous raconter efficacement son histoire, du début à la fin, en gardant un rythme constant ! Je suis convaincu que si le jeu avais duré ne serait-ce que trois ou quatre heures de plus… Nous aurions eu des doublons, de la redite… Bref, que nous aurions tourné en rond !

La relève est assurée…

C’est donc avec brio que Chloé Frazer réussit son examen de passage. Pas facile de succéder à Nathan Drake ! Pourtant, avec cet épisode qui lui est consacré, la belle brune parvient à nous emmener dans une grande et dépaysante aventure. Le joueur vit pleinement chaque instant passé à ses côtés. Il souffre avec elle, il s’attache… Est essoufflé lorsque Chloé parvient enfin au terme d’une longue et pénible épreuve.

Hélas, Chloé emprunte à mon sens trop de mécaniques à Uncharted 4. Au point que je n’ai pas vraiment eu l’impression d’être surpris (si ce n’est par les panoramas). Pire encore, il m’est souvent arrivé de prévoir ce qui allait se passer… Ou de résoudre certaines énigmes en repensant à mes parties passées aux cotés de Nat’.

Pour Chloé, l’essai reste cependant concluant. Voilà une bonne raison, pour Naughty Dog, de nous préparer une suite. Un véritable épisode (ou pourquoi pas une nouvelle quadrilogie) mettant en scène miss Frazer. Et de préférence vite !

Au final

Les épisodes d’Uncharted se suivent, et les tests se ressemblent ! Que dire de plus ? La licence continue à enchaîner les superlatifs, à nous émerveiller avec les mêmes mécanismes, avec ses séquences dignes du septième art… Quel que soit son héros, Uncharted reste Uncharted !

Pourtant, ce nouvel épisode ne peut s’empêcher de reprendre également les défauts de son grand-frère, dont il s’inspire fortement. A commencer par une durée de vie frustrante. Pourtant, paradoxalement, cette durée est idéale pour éviter que ce scénario très intéressant ne s’enlise…

Clairement, Uncharted : The Lost Legacy est un must have, et une véritable démonstration de la part de Naughty Dog. La technique est maîtrisée, tout comme l’écriture. Et malgré les impressions de « déjà vu » le joueur se laisse porter, des étoiles dans les yeux. Et en prime, pour 40€, vous pourrez aussi jouer en multi-online, une fois le jeu terminé.


Uncharted : the Lost Legacy

Par Naughty Dog, pour Sony Interactive Entertainment, en exclusivité sur PlayStation 4 et PS4-Pro. Prix : 39,99€ (lien PlayStation Store).

 

Les + :

  • Une direction artistique sublime : l’un des plus beaux jeux de la PS4
  • Le doublage VF
  • Chloé Frazer a réussi son examen de passage
  • La bande-originale réussie de Henry Jackman
  • Le monde semi-ouvert
  • Le duo Chloé-Nadine fonctionne plutôt bien
  • Le mode multijoueur online d’Uncharted 4 compris dans ce jeu
  • Son prix très honnête de 40€

Les – :

  • Quelques impressions de déjà-vu
  • Asav trop caricatural
  • L’IA parfois complètement idiote
  • L’insupportable frustration du jeu trop court
 .
Pas facile de reprendre la main derrière un héros comme Nathan Drake ! Pourtant, Chloé Frazer réussit cet exploit avec brio. Uncharted : The Lost Legacy est encore plus beau que son aîné, son duo d'héroïnes tout aussi attachant, l'aventure tout aussi passionnante... Bien que ce nouvel épisode soit plus court (et pour cause), on en ressort tout autant épuisé, mais émerveillé... Un must-have !
90%
Indispensable !

Pas facile de reprendre la main derrière un héros comme Nathan Drake ! Pourtant, Chloé Frazer réussit cet exploit avec brio. Uncharted : The Lost Legacy est encore plus beau que son aîné, son duo d'héroïnes tout aussi attachant, l'aventure tout aussi passionnante... Bien que ce nouvel épisode soit plus court (et pour cause), on en ressort tout autant épuisé, mais émerveillé... Un must-have !

  • Direction artistique
  • Maniabilité
  • Musique et ambiance sonore
  • Scénario
  • Durée de vie

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.