WipEout Omega Collection : décharge d’adrénaline à 600km/h

Sur PS4. Testé sur une version fournie par l'éditeur

Avec WipEout Omega Collection, la marque PlayStation ressuscite l’une de ses licences les plus populaires. Une franchise qui commençait sérieusement à nous manquer. Mais qui débarque à toute vitesse sur PS4…

Retour dans les années 90

Depuis quelques mois, ma PS4 me donne vraiment l’impression d’être une machine à remonter le temps. Ses récents jeux remasterisés me donnent l’impression de voyager au milieu des années 90. Je me revois alors, découvrant le tout jeune univers PlayStation, avec ses hits tels que Crash Bandicoot, Parappa the Rapper, Tomb Raider, Tekken, Gran Turismo, WipEout

Et à bien y regarder, ils sont toujours là ! Tekken 7, Rise of the Tomb Raider, Parappa the Rapper Remastered, Gran Turismo Sport… Et bien évidemment WipEout Omega Collection… Si la marque PlayStation a évolué, avec des centaines de nouvelles licences, elle n’en oublie pas pour autant les succès de la première heure. L’illusion du voyage vingt ans en arrière est presque là. Il ne me manque plus que les remasters de Battle Arena Toshinden ou Destruction Derby pour me sentir redevenu ado !

Le titre qui nous intéresse aujourd’hui est donc la compilation WipEout Omega Collection. Elle se compose en réalité de remasterisations de jeux beaucoup plus récents. Tant pis pour WipEout 2097, l’un de mes jeux PS1 préférés qui ne sera pas là cette fois-ci. Tant pis aussi pour les géniales musiques de Prodigy, Cold Storage ou Fluke (les plus vieux comprendront).

Nous allons donc nous intéresser aujourd’hui à une compilation qui se compose de WipEout 2048 (sur PS-Vita en 2011), WipEout HD (sur PS3 en 2008) et WipEout HD Fury (PS3 en 2009). La vitesse et la musique électro sont toujours là. Reste à voir si le plaisir répond lui aussi à l’appel.

La sobriété avant tout

Très clairement, cette Omega Collection ne fait pas de fioritures. Pas de chi-chi, ni d’intro spectaculaire qui vous explose la rétine dès les premières images. WOC joue la carte de la sobriété, avec un menu d’accueil épuré, qui s’affiche d’entrée de jeu. Comme pour nous dire que le plaisir est ailleurs…

Un menu épuré, donc. Il ne fait pas vraiment dans l’arborescence ultra-développée, mais va directement aux fondamentaux. Des courses rapides (Racebox) ; un mode championnat (avec des épreuvess et des points à gagner pour débloquer de nouveaux véhicules) ; du multijoueur online ; et des options. Nous n’aurons pas besoin de plus…

Choisissez le style de jeu qui vous convient (HD, HD Fury ou 2048), pour avoir in-game l’affichage qui va avec. L’interface peut sembler avoir pris un petit coup de vieux dans certains de ces jeux… Mais on s’en moque un peu : on va se concentrer surtout sur la piste, et ce qui s’y passe.

Et il faut reconnaître que les développeurs ont fait un travail de remasterisation incroyable. Le jeu est visuellement magnifique, et tourne sans problème en 1080p et 60fps, sans ralentissements ou chutes de framerate. Notez aussi au passage que WOC a été optimisé pour la PS4-Pro.

Futurospective

La direction artistique reste dans la veine de WipEout. Qui dit courses futuristes dit monde futuriste ! Avec ses bandes gravitationnelles qui slaloment entre les immeubles, ses néons, ses vaisseaux…

Et c’est ici l’aspect « sobriété » qui continue. Pas une ligne de scénario ! Pourquoi êtes vous là ? A vous de l’imaginer.

Le tout premier épisode nous expliquait qu’en 2052, des vaisseaux anti-gravité remplaçaient nos bons vieux Grand-Prix de Formule Un. Pour pimenter le tout, les créateurs de ce championnat F3600 avaient décidé d’armer les vaisseaux. Huit étaient sur la ligne de départ, provenant de quatre écuries, lancées à plus de 600 km/h à quelques mètres au dessus du sol.

Hormis les petits détails que la HD permet aujourd’hui, le design des vaisseaux est resté le même. Au premier coup d’oeil, vous reconnaîtrez ces bons vieux Feisar, Piranha, QiRex… Vous retrouverez également les quatre niveaux de difficulté bien connus des fans : Vector, Venom, Rapier et Phantom.

Un gameplay qui demande de la pratique ?

WipEout n’est pas une licence « facile ». En particulier à cause d’une jouabilité très exigeante, et d’une IA qui ne vous fera pas de cadeaux. En revanche, WipEout Omega est LE jeu qui va vous faire véritablement prendre conscience de l’écart entre une Dualshock3 et une Dualshock4. Notamment au niveau des gâchettes, qui me semblent beaucoup plus réactives et précises que ne l’étaient celles de l’époque PS3. Il me semble !

Mais si certains critiqueront quand même la jouabilité capricieuse du titre, je vous conseille de réessayer les WipEout de la PS1 ! Vous savez, ceux dont les vaisseaux stoppent net dès que vous touchez un rebord… Un fait qui a longtemps été la signature de la série, en quelque sorte !

Que les amoureux de la première heure se rassurent, ce n’est plus le cas ! Et si ces arrêts ne nous empêchaient pas d’apprécier pleinement les premiers WipEout, le plaisir n’en est que plus grand sur un Omega Collection plus fluide, plus jouable !

« Do a Barrel Roll ! »

Les commandes sont simples à assimiler. On accélère avec X, et l’on utilise ses armes avec « carré ». Toute la subtilité de WipEout réside dans l’art de négocier les virages serrés, en slidant à l’aide des touches L1 et R1. Petit plus fort appréciable : presser simultanément L2 et R2 lors d’un saut vous octroie un boost à l’atterrissage si le tonneau est réussi.

Jusque là, le jeu semble simple. Mais pour gagner, vous allez devoir user de stratégie. Utiliser les armes ou boucliers pile au bon moment… Ou gérer des secondes d’avance, dès fois qu’un missile viendrait vous saborder à quelques encablures de la ligne d’arrivée. Je vous l’ai dit : l’IA n’est pas là pour rigoler.

Le gameplay de WoC est accessible, mais doit être apprivoisé tant il n’est pas évident. Mais WipEout est de ces jeux qui récompensent vos efforts. Si vous vous y mettez sérieusement, votre progression n’en sera que plus gratifiante. Mais pour les plus rageux, ou les plus malchanceux, une aide au pilotage est disponible.

Jouez avec des amis

Les courses en solo vont vous tenir en haleine un bon moment (chaque volet de la série propose beaucoup de contenu ; Ici, on multiplie par trois). Mais cela ne fait pas tout, et l’on apprécie aussi WipEout parce qu’il est jouable avec vos amis.

Comme une grande majorité des jeux actuels, il propose un mode multijoueur en ligne. Pas de la pur folie, mais l’essentiel est là pour vous amuser contre les meilleurs pilotes de la planète. Et peut-être espérer figurer dans les meilleurs classements. Pas de soucis de connexion, ni de lag en pleine partie. Simple, mais efficace.

Dans ce mode en ligne, vous pourrez de plus choisir entre rejoindre des parties existantes, ou créer vos propres épreuves, avec les règles que vous aurez pré-définies. Et croyez-moi, le menu permettant de créer vos propres championnats est archi-complet.

En outre, fait qui devient hélas de plus en plus rare, on appréciera encore plus de trouver ici un multijoueur en local. Le soft vous propose alors de jouer en écran splitté, horizontal ou vertical selon vos préférences. Force est de constater qu’à deux, l’affichage reste propre, et fluide, tournant en 60fps. Si le background est alors moins détaillé, il reste cependant très beau.

Au final

Tout comme Tekken, Tomb Raider, Crash Bandicoot ou Gran Turismo, WipEout fait partie de ces titres qui ont bâti la légende PlayStation. Aussi, il n’est pas délirant de retrouver aujourd’hui un remaster de cette série emblématique, et qui commençait sérieusement à nous manquer. Il n’empêche qu’un vrai « nouveau » WipEout nous ferait aussi plaisir ^^

Au final, nous avons ici une nouvelle adaptation de WipEout qui, si elle manque clairement de nouveauté, fait son job tant sur le plan technique que sur celui du fun. Le plaisir des premiers jours est toujours là, les sensations aussi. Je dirais même qu’elles sont accentuées par la full-HD de la PS4.

Certains reprocheront à Sony de tirer un peu trop sur la corde des remasters, mais ici ce choix est justifié. Du très bon boulot, des retrouvailles réussies et une grande satisfaction pour le joueur qui a grandi avec la « Pi-èss-ouane ». Pour le coup, on aurait presque envie de pousser Sony à nous remasteriser Toshinden et Destruction Derby 2 !


WipEout Omega Collection

par Sony Xdev Europe, Clever Beans et Epos Game Studios, en exclusivité sur PS4. Pegi : 7.

 

Les + :

  • Visuellement, c’est très beau
  • Une fluidité parfaite
  • Le sound-design en général, une BO parfaite
  • La sensation de vitesse
  • Très gros contenu
  • Solide durée de vie et bonne rejouabilité
  • Le split est propre
  • Trois jeux pour 34,99€ !!

Les – :

  • Pas vraiment de nouveauté par rapport aux originaux
  • Une jouabilité exigeante
  • Pour le coup, WOC aurait été le candidat parfait pour de la VR
 .

Lorsqu'une légende du jeu vidéo revient au devant de la scène, c'est toujours du bonheur. Encore plus lorsque le remake est à la hauteur de nos espérances. Bien qu'il manque parfois de nouveauté, ce WipEout Omega Collection est la compile que tout fan se doit de posséder, et sans doute le meilleur jeu remasterisé proposé par Sony...
92%
Très bon !

Lorsqu'une légende du jeu vidéo revient au devant de la scène, c'est toujours du bonheur. Encore plus lorsque le remake est à la hauteur de nos espérances. Bien qu'il manque parfois de nouveauté, ce WipEout Omega Collection est la compile que tout fan se doit de posséder, et sans doute le meilleur jeu remasterisé proposé par Sony...

  • Graphismes
  • Jouabilité
  • Bande-son
  • Durée de vie
  • Multijoueur
  • Rapport qualité prix

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.