Lego Worlds : le « constructeur de l’extrême » ?

Sur PS4, Xbox One, PC et Switch

Prenez Minecraft. Fusionnez-le avec No Man’s Sky, le tout à la sauce Lego… Et vous obtenez le nouveau sandbox de Warner Bros et TT Games : Lego Worlds. Ce nouveau titre se démarquera t-il du hit de Mojang, faisant aujourd’hui office de référence ? La réponse avec notre test. (Jeu testé sur PS4 sur une version fournie par l’éditeur).

Le sandbox a la cotte

En créant Minecraft, entre 2009 (début du projet) et 2011 (date de sortie), Markus Persson (Notch) se doutait-il qu’il était en train de créer non seulement un jeu, mais aussi de lancer un genre nouveau ? Qualifié de « jeu bac à sable » (ou sandbox), Minecraft a fait des émules. De nombreux émules !

Et vous allez vite vous en rendre compte ces prochaines semaines, puisque l’on n’attend pas moins de trois nouvelles références du genre. Trove (un free-to-play), Birthdays the Beginning (par le créateur de Harvest Moon). Et le premier à ouvrir le bal n’est autre que Lego Worlds.

Le jeu n’est pas vraiment une nouveauté, car s’il sort ce mois de mars sur consoles, il tourne en accès anticipé sur PC depuis presque deux ans, déjà.

Son principe ? Pas très différent de Minecraft en fait : trouvez des blocs, et surtout construisez votre monde avec pour seule limite votre imagination !

En introduction, j’évoquais aussi le jeu No Man’s Sky, dont Lego Worlds peut aussi se rapprocher : les différents mondes que vous allez explorer sont créés grâce à la méthode procédurale. Ces mondes (issus des univers Lego) ne seront pas forcément les mêmes que ceux découverts par vos amis. Ils sont « inventés » en temps réel par la console.

Vous l’aurez compris : Lego laisse de coté, pour le moment, les grosses licences du cinéma. Il s’éloigne également des « jouets vidéo » représentés par son Lego Dimensions. La licence revient aussi quelques années en arrière avec des personnages muets (mais des voix explicatives en Français). Place à la créativité !

Il était une fois… Les explorateurs !

Lego Worlds vous permet d’incarner un avatar en train de glander explorant les confins de l’univers. Mais lorsqu’une météorite percute votre fidèle vaisseau, vous êtes propulsé sur une planète proche. Le Pug-Z est en miettes, il faut le reconstruire !

Il va donc vous falloir fouiller une première planète (Parc de jeu Pirates), et accomplir quelques missions afin de récupérer les pièces détachées de votre vaisseau. C’est le début d’une formidable aventure ! Par la suite, d’autres mondes s’ouvrent à vous, sur des thématiques variées.

Le scénario est assez léger, mais après tout, on n’est pas là pour ça ! Et Lego Worlds affiche sans détours son orientation « bac à sable ». Son histoire est loin d’être le point le plus important, elle ne sert qu’à guider vos « premiers » pas dans ce vaste monde ! Lego Worlds est avant tout un jeu de… Construction ! Et sur ce point, il fait superbement son job !

Des tonnes de choses à faire !

Petit à petit, vous allez découvrir de puissants outils de création pour construire les villes, les paysages et les aires de jeu de vos rêves. Le jeu vous proposera de nombreuses missions, afin de débloquer du contenu.

Et vous devrez aussi vous lancer à la chasse aux briques dorées, dont le nombre définit votre rang, jusqu’au stade suprême de « Maître Constructeur ». Le nombre de briques dorées en votre possession conditionne également votre possible avancée dans l’univers, les mondes les plus éloignés nécessitant d’en posséder une centaine.

D’autres missions vous permettront aussi d’obtenir des objets plus importants, et liés eux aussi à des missions spécifiques : appareil photo, grappin, jetpack, etc. Et pour vous détendre, rien de tel que le mode « création libre« , pour inventer VOTRE monde ! Mais pour vous éclater en mode libre, il vous faudra avoir chopé 100 briques d’or…

Enfin, Lego Worlds est aussi un jeu qui permet aux amis de jouer ensemble ! Vous pourrez rejoindre d’autres joueurs en ligne, pour collaborer et vous amuser (attention : vos amis peuvent changer des trucs dans vos réalisations. Sauvegardez-les avant pour éviter les accidents, une option est là pour sécuriser vos créations) ! Fait plutôt agréable, Lego Worlds permet aussi le jeu en local, à deux, en écran splitté.

Une énorme palette d’outils

En mode construction, les menus sont relativement clairs. Il vous suffit d’afficher la palette d’outils, pour choisir l’option qui vous intéresse. Copier, créer, effacer, niveler le terrain… De très nombreux choix s’offrent à vous.

Le tout est complété par un énorme catalogue d’objets, que vous allez trouver au fil des niveaux. Des personnages, des véhicules, des animaux, des objets ou des bâtiments.

Concrètement, lorsque vous débarquez dans un niveau, un premier outil vous permet de scanner tous les items qui vous entourent. Une fois découverts, ces éléments viennent enrichir votre catalogue. Il suffit de les acheter (contre des pièces Lego ramassées dans les niveaux) une seule fois, pour pouvoir les utiliser ensuite, à volonté, en « construction libre ». Contrairement à Minecraft, vous ne serez donc pas obligés de farmer pendant des heures pour obtenir de la matière première !

Pour débloquer certains objets, animaux ou personnages, le scan ne suffira pas. Il faudra alors honorer une mission (construire un module que vous venez d’obtenir, enlever des objets du paysage, donner un objet précis à votre interlocuteur…).

Par la suite, d’autres outils seront mis à votre disposition. L’un d’entre eux vous permettra de repeindre les bâtiments. Un autre de copier des bâtisses pour les enregistrer dans votre base de données. Ou encore, un autre outil « paysagiste » vous permettra de niveler le sol (creuser, rehausser, aplanir…).

La jouabilité est plutôt sympa, agréable. Et il est vraiment très simple, techniquement, de réaliser de jolies constructions. Même les plus jeunes n’auront aucune difficulté à créer leur monde, de la plus simple des manières…

Je suis aveuuuugle !

Oui mais voilà… Cette simplicité apparente est très vite gâchée par de gros soucis de caméra. Pendant que vous construisez, votre personnage se fige. Et la caméra s’affole, se barre dans tous les sens.

Et s’il peut parfois vous être utile, ne comptez pas trop sur le zoom pour vous sortir de la panade. Ce « bug » a été notamment constaté lorsque vous êtes à proximité d’un objet volumineux, ou d’une falaise, par exemple.

Concrètement, tandis que vous essayez de construire, il est fréquent que la caméra parte à travers le sol. Votre vue est alors obstruée par un amas de briques en gros plan. Celles qui constituent le sol, pour être précis.

Quand elle ne va pas se planter dans un mur ! Sans visibilité, vous ne voyez donc pas ce que vous faites (voir photo illustrant ce paragraphe). Et comme le soft est souvent facétieux, il peut aussi lui arriver de déplacer des modules au dernier moment. Vous vous retrouvez donc parfois avec un jour énorme dans votre belle forteresse. Plus qu’à démolir et à recommencer 🙁

Enfin, pour terminer sur ces bugs visuels, j’avoue que la faible profondeur de champ peut aussi piquer les yeux. Des éléments du décor situés à dix mètres devant vous apparaissent avec un clipping un peu crado.

Où est passée la « marque de fabrique » ?

Avec Lego Worlds, les développeurs reviennent à leurs premières amours. A savoir des personnages muets, qui ne s’expriment qu’avec des onomatopées (seules les indications sont lues en Français). Certains apprécieront.

Il n’empêche que le jeu perd, du coup, toute la dimension humoristique qui caractérise les productions Lego depuis de nombreuses années. Comparé à un Lego Marvel ou un Lego Batman, ou même à Lego Dimensions, cet opus semble un poil trop sérieux. Il lui manque ce grain de folie décalé que l’on aime tant chez les Lego.

Au final

L’intention était vraiment géniale ! Nous proposer, en jeu vidéo, ce qui fait le succès du jouet : une totale liberté d’imagination ! Et la possibilité de créer tout ce qui nous passe par la tête, grâce à un nombre incalculable de pièces Lego, à assembler sans aucune limite. Un pari osé que de s’éloigner des traditionnelles licences cinématographiques. Ce pour opter pour un sandbox. Et le résultat est là !

L’idée est excellente, les mécaniques bien pensées, la durée de vie colossale. Hélas, la fête est gâchée par de (trop) nombreux bugs d’affichage et autres problèmes graphiques qui viennent nuire à une jouabilité pourtant bien huîlée. Des bugs parfois pénibles, mais rien qui ne se corrige à l’aide de patches.

Espérons donc que TT Games et Warner Bros Interactive sauront y remédier à l’aide de mises à jour. Mais pour le moment, ce titre attachant, qui aurait pu être une réussite, perd pas mal de bons points. La faute à une réalisation technique beaucoup trop approximative.

Quoi qu’il en soit, ce Lego Worlds reste le jeu vidéo le plus proche, dans l’esprit, du jouet de construction ayant bercé notre enfance. Et rien que pour ça…


Lego Worlds

 

Les + :

  • Accessibilité immédiate
  • De très nombreux objets à débloquer
  • Des tonnes de missions
  • Contrôle total sur votre monde
  • Des environnements plein de vie
  • Les mondes générés de manière procédurale
  • Grosse durée de vie
  • Voix narratives en Français

Les – :

  • Pas mal de bugs graphiques (clipping, alaising, popping, bugs de collision)
  • La caméra qui s’affole contre les murs
  • Humour moins présent que d’habitude
  • Les missions deviennent vite répétitives
  • Vos amis ont aussi le contrôle sur vos mondes : gare aux accidents !
  • Les temps de chargement entre chaque monde
 .
Avec Lego Worlds, les petites briques s'éloignent des grosses licences cinématographiques pour s'engager sur le terrain des sandbox ! L'idée est excellente, la jouabilité très plaisante, la durée de vie colossale. Hélas, les bugs et soucis de caméra viennent jouer les troubles-fête, impactant votre plaisir...
76%
Bon !

Verdict

Avec Lego Worlds, les petites briques s'éloignent des grosses licences cinématographiques pour s'engager sur le terrain des sandbox ! L'idée est excellente, la jouabilité très plaisante, la durée de vie colossale. Hélas, les bugs et soucis de caméra viennent jouer les troubles-fête, impactant votre plaisir...

  • Graphismes
  • Scénario
  • Bande son
  • Jouabilité
  • Durée de vie
  • Réalisation technique
  • Fun

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.