Pandorica : enquêtez en noir et blanc dans « How to Shoot a Criminal »

1 3 159

C’est aujourd’hui que sort, sur Steam (sur Mac et PC), How to Shoot a Criminal. Ce jeu d’enquête en noir et blanc, digne des polars du grand écran, nous emmène dans les années 30, dans un journal : The Revenge.

Le jeu est développé par un tout jeune studio parisien, Pandorica. Il est constitué de véritables passionnés, qui ont donné le meilleur pour voir naître leur premier jeu vidéo. Et en attendant notre test, ce sont Alizée (chef de projet) et Loïc (développeur) qui se prêtent aujourd’hui au jeu de l’interview.

Mise à jour : retrouvez aussi notre test ici.

Pandorica - Alizée et Loic
Alizée et Loïc

Bonjour. Pouvez-vous vous présenter ? Qui êtes vous, quel est votre rôle dans l’équipe ?

Loïc Janin : Je suis le développeur du jeu. Je travaille dans une start-up de jeux vidéo depuis maintenant quelques années, Armogaste.

Alizée Veauvy : J’ai été chef de projet sur How to shoot a criminal. Je travaille maintenant depuis un an avec Loïc chez Armogaste en tant que graphiste.

Pouvez-vous nous parler de Pandorica ? Depuis quand existe ce studio ? Comment a t-il été créé ?

Loïc : Pandorica, c’est tout nouveau ! On a créé le studio pour How to shoot a criminal. Nous sommes un groupe d’amis qui travaillions ensemble depuis longtemps, sur un projet ou sur un autre. Par exemple, Alizée, Julie (la game designeuse) et moi avions participé ensemble à l’Imagine Cup en 2014.

L’équipe de développement (photo : Pandorica)

Aujourd’hui, Pandorica fait l’actualité avec la sortie de How to Shoot a Criminal, ce 20 janvier. Pouvez-vous nous parler du jeu ?

Alizée : Nous voulions un jeu différent et original, puisque notre statut d’indépendants nous l’autorise et nous encourage même à le faire ! Le joueur interprète une journaliste des années 30 qui doit revisiter les souvenirs des années passées dans son équipe rédactionnelle, pour faire couler son rédacteur en chef, aux idées si utopiques qu’elles en deviennent dangereuses.

La spécificité du jeu, c’est que ces souvenirs sont sous la forme de vidéos (avec de vrais acteurs !), d’interviews, de passages radio et autres notes en tout genre ! C’est un véritable travail d’enquête pour retrouver ces documents, les explorer, et trouver le moyen de faire tomber son ennemi.

Pourquoi le choix d’images filmées ?

Alizée : Mélanie Toubeau (la réalisatrice) est une amie proche depuis une dizaine d’années maintenant. Je l’ai vue grandir dans la passion du cinéma, et j’ai beaucoup appris d’elle. Lorsque Loïc et moi avons découvert le jeu Her Story, nous avons immédiatement pensé aux possibilités de collaboration avec Mélanie. Pour nous, cinéma et jeu vidéo sont deux médias intimement liés, qui travaillent sous des contraintes communes, qui ont des avantages communs, et qui apprennent l’un de l’autre.

L’équipe est très polyvalente. Nous avons cru comprendre que les développeurs sont à la fois devant et derrière la caméra ?

Loïc : C’est le moins qu’on puisse dire ! En tout, une vingtaine de personnes ont participé au projet. Mais nous avions besoin d’une équipe de développement et d’une équipe de cinéma : autant dire que lorsque l’on a vingt ans, peu de financements et qu’on est indépendants, il faut se recycler !

Alizée et Julie ont une bonne expérience du cinéma et du théâtre. Grâce à cette dernière, et à son école de théâtre, nous avons pu recruter des comédiens. L’objectif de notre jeu, c’était aussi de donner un coup de pouce à tous ces jeunes qui veulent se lancer dans des métiers passionnants, mais difficiles, en actorat, en jeu vidéo, ou en cinéma.

Pour revenir aux choix artistiques, nous avons parlé du choix des séquences filmées. Mais vous avez aussi fait le choix du noir et blanc. Pouvez vous nous expliquer cette orientation ?

Alizée : Le noir et blanc a été un très long débat, à vrai dire ! Ce choix a été à la fois le fruit d’une réflexion sur l’immersion du joueur, et surtout celui de la cohérence graphique. Je me suis inspirée, pour le graphisme, de ces vieilles couvertures de noir novels : le rouge, le noir et le blanc. Je voulais que les vidéos soient en accord avec la partie dessinée du jeu et ne s’en détachent pas.

How to shoot a criminal

Pour développer How to shoot a Criminal, quelles ont été vos influences ?

Loïc : Pour le game design, nous nous sommes avant tout inspirés de Her Story. 

Alizée : Pour les graphismes, mon influence principale a été Sin City. Pour l’atmosphère, nous avons passé de longues heures devant L.A. Noire ! Pour les vidéos, Mélanie Toubeau a cherché dans les vieux, livres et séries d’enquête, depuis les mises en scène de Sherlock Holmes à Hercule Poirot. Le mot qui revient le plus lorsqu’elle en parle, c’est « l’atmosphère Cluedo » !

A quel public se destine le jeu ?

Loïc : Le jeu se destine à tous les amateurs d’enquête ! Si vous aimez vous plonger dans une histoire et une ambiance, How to shoot a criminal est fait pour vous.

Dans la présentation du jeu, vous parlez de 5 heures pour en venir à bout. N’est-ce pas un peu court ?

Alizée : Effectivement, cinq heures peuvent sembler un peu court ! Il s’agit de notre premier jeu en tant que Pandorica, et nous voulions nous consacrer à la qualité plutôt qu’à la quantité. Pour notre prochain projet, nous espérons offrir plus de temps de jeu au public.

Le jeu sort sur PC et Mac. D’autres plate-formes sont-elles à l’ordre du jour ? Et pourquoi le choix de Steam ?

Loïc : Nous sommes en train de prévoir un portage sur tablette, puisque le gameplay s’y prête parfaitement. Le jeu sera aussi disponible sur Humble Store. Mais en effet, c’est sur Steam que nous avons voulu le lancer en premier. Nous apprécions la diversité disponible sur cette plateforme, et surtout l’aspect communautaire poussé.

Si la question financière est une solide barrière, ne pensez-vous pas que How to shoot a criminal pourrait être un bon jeu en réalité virtuelle (VR) ?

Alizée : Vous lisez dans nos pensées ! La prochaine étape rêvée, ce serait un type de jeu semblable en VR.

Loïc : On pourrait croire que la question financière est lourde ici, mais nous avons la chance de connaître beaucoup de jeunes gens motivés et professionnels ! Nous passons par la collaboration pour construire nos jeux, donc pourquoi ne pas rêver à un deuxième opus en VR ?

Le jeu correspond t-il à ce que vous aviez imaginé au départ ? Ou bien avez vous rencontré des limites techniques, avez vous dû faire des choix qui ont modifié le jeu par rapport au cahier des charges initial ?

Alizée : L’idée de base du jeu a été imaginée par trois personnes. Au fur et à mesure, l’équipe a grandi et a partagé ses idées ! L’effet a été double : nous avons dû faire face à des limitations techniques lors des tournages, mais nous avons aussi découvert de nouvelles possibilités. Le tournage et le développement ont été très ouverts : par exemple, notre ingénieur son, Antoine Baconin, donnait d’excellentes idées de cadrage.

Combien coûte un tel développement ?

Loïc : Nous avons investi environ 2000 euros sur le tournage. Nous avons fait beaucoup d’économies grâce à la collaboration et à la motivation de tous !

On est toujours fier de parler de « jeu vidéo made in France » mais… Le made in France vous soutient-il ? Avez-vous bénéficié d’aides, de subventions ? Avez-vous eu le soutien d’autres studios ou autres entreprises plus conséquentes ?

Loïc : Nous n’avons pas fait de démarche pour avoir des soutiens extérieurs. Pour un prochain projet, pourquoi pas ?

Qu’est ce qui fait que, selon vous, il faille absolument essayer How to shoot a Criminal ?

Alizée : C’est un jeu que nous avons voulu innovant. Je pense que nous offrons une atmosphère originale, et surtout un gameplay basé sur l’alliance entre le cinéma et le jeu vidéo.

L’aventure n’est pas terminée, puisque vous entrez désormais dans la phase de promo du jeu… Mais avez-vous déjà d’autres projets ?

Alizée : Absolument ! Comme nous l’avons dit, nous rêvons de développer en VR, à l’aide d’une caméra 360 degrés.
 

Parlons maintenant un peu de vous. Quel gamer(euse) êtes vous ?

Loïc : Je suis personnellement un gameur PC fan d’indé. J’adore tester les jeux inattendus.

Alizée : PC ou console, j’adore les jeux narratifs, qui nous plongent dans une histoire et dans un univers.

Dans l’univers du jeu vidéo, quel titre est votre modèle ? Voire le jeu que vous auriez aimé développer ?

Alizée : Pour le gameplay, aucun doute, c’est Her Story ! Pour l’immersion dans une atmosphère particulière, c’est Red Dead Redemption.

Loïc : Pour moi, c’est The Witness. J’ai rarement vu un jeu au gameplay et à l’ambiance graphique si aboutis.

Votre premier contact avec le jeu vidéo, vous vous en souvenez ?

Alizée : J’avais quatre ans et je jouais à Tetris sur ma Gameboy et à Super Mario 64. Je passais mon temps à perdre, mais ça a été un véritable coup de coeur avec le monde du jeu vidéo !

Loïc : Ça remonte à très loin ! C’était certainement devant ma NES sur Mario.

  • Pour aller plus loin : How to Shoot a Criminal est d’ores et déjà disponible sur PC et MAC, via Steam, au prix de 6,99€ (avec en ce moment une réduction de 20%, soit 5,59€ le jeu).
Site officiel
La source Site officiel du jeu

vous pourriez aussi aimer More from author

1 commentaire

  1. ophelia dit

    bonjour le jeu pourrais me plaire j’aime les enquête !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.