Super Mario Maker for 3DS : une version portable un peu trop « light » ?

TEST. – Après le succès incontestable de Super Mario Maker, sur Wii U l’an passé (lire notre test), l’éditeur de niveaux de Nintendo revient ce mois-ci, cette fois sur 3DS. Le résultat sera t-il aussi concluant ? La réponse avec notre test !

Just do it !

Inutile d’épiloguer pendant des heures sur le concept du jeu : il est, à quelques détails près, identique à la version sortie sur Wii-U l’an passé. Aussi, je vous invite cordialement à (re)lire notre test de la version Wii-U pour ce qui est du gameplay et des mécaniques de jeu.

Autrement dit, Super Mario Maker est un éditeur de niveaux, dont le terrain de jeu est la licence Super Mario. Il va vous permettre de vous glisser dans la peau d’un « level-designer » de chez Nintendo, et de créer vos propres tableaux.

Pour planter le cadre, le jeu vous propose six thèmes : plein air, souterrain, forteresse volante, aquatique, chateau ou manoir hanté. Chacun peut être décliné selon quatre modèles graphiques : Super Mario Bros, Super Mario Bros 3, Super Mario World et Super Mario 3D World (Wii-U).

Une fois que vous aurez choisi votre décor, il vous suffira de le remplir à l’aide d’une palette de plus de 60 objets, ennemis ou pièges issus des jeux pré-cités, ou de les mixer pour des effets inédits. Si vous ne disposez que des bases au début, comme sur Wii-U, d’autres objets se débloqueront par la suite.

Le titre repose en réalité sur deux concepts : l’aspect créatif, puis le jeu. Que vous choisissiez de terminer vos propres niveaux, ou ceux inventés par d’autres joueurs…. En théorie…

Quelques nouveautés

Avec plus d’un an d’écart entre les versions salon et portable, il n’est pas surprenant de constater des différences entre les deux versions.

La première de ces nouveautés est l’arrivée de deux personnages qui vont vous guider dans le processus de création. Le pigeon Yamamura et son assistante Mashiko vous guident, afin de vous apprendre à utiliser au mieux la palette mise à disposition. Une manière de souligner l’approche beaucoup plus didactique de cette version portable.

Si c’est le jeu qui vous tente de prime abord, alors vous allez commencer par le « Défi Super Mario« . 88 niveaux (plus 12 bonus) construits de manière très intelligente et avec beaucoup de subtilité, par Nintendo. Outre le but de finir des séries de 18 niveaux avec 10 vies, ces stages vous proposent également de gagner des médailles en accomplissant des défis précis (ne jamais reculer, tuer tel type d’ennemis, ramasser toutes les pièces, etc).

Ce mode est très appréciable par la construction vraiment bien pensée de ses stages. Bien souvent, on se dit que « ça ne passe pas« , mais en cherchant la petite subtilité, on ne cache pas sa fierté d’avoir relevé le challenge des concepteurs. Cerise sur le gâteau : on peut sauvegarder entre chaque niveau !

Au chapitre des nouveautés, on pourrait aussi parler d’un mode qui va vous permettre de créer à deux. Vous pouvez ainsi commencer un niveau, le partager en local pour qu’un ami le complète. Rien à dire sur la dimension sociale via la connexion locale !

Mais hélas, Cela ne va pas durer, et ça se complique dès lors que vous rechercherez les fonctions online. Pour cet aspect, Nintendo a surtout « enlevé ».

Une version « super-light »

Abordons cette question épineuse. Car Super Mario Maker est donc amputé d’éléments qui nous avaient séduits dans la version Wii-U. Le problème ? Ces éléments sont de ceux qui donnaient toute leur saveur à la version salon.

A commencer par la possibilité de partager ses créations sur la toile. Ici, il n’est tout simplement pas possible de mettre vos niveaux en ligne, que ce soit par le wifi ou par le Miiverse. Il faudra vous contenter de les partager localement (Streetpass ou connection sans fil).

Une aberration, si l’on considère que l’intérêt de Super Mario Maker est justement le partage ! Pour découvrir les niveaux créés par les autres joueurs (et s’en inspirer). Ou aussi pour partager fièrement ses propres inventions, et mettre les autres au défi.

Encore plus surprenant si l’on considère que la communauté de joueurs 3DS est beaucoup plus importante que celle sur Wii-U. Super Mario Maker for 3DS s’assoit sur la dimension sociale de son aîné.

« Triés sur le volet »

Vous n’aurez donc pas accès ici à la totalité des créations des autres joueurs. Mais juste à une sélection triée sur le volet, et estampilée « Recommandations« . Des niveaux choisis par un algorithme, avec pour seul paramètre la difficulté. Impossible de liker un niveau, ou de voir les autres niveaux faits par son créateur.

Le mode « Défi des 100 Marios » (sauver Peach avec 100 vies) vous propose aussi des créations d’autres joueurs. Mais là encore, ces niveaux sont triés en fonction de leur difficulté, d’après le pourcentage de joueurs ayant réussi à terminer le niveau. Dans les deux cas, il ne s’agit que d’une sélection des meilleurs niveaux Wii-U… L’impression de frustration n’en est que plus grande !

De même, et c’est plutôt logique partant de ce principe, vous ne pourrez enregistrer de « favoris ». Tout comme vous ne pourrez pas non plus retrouver des niveaux en tapotant leur code ID. Voilà qui règle définitivement la question « pourra t-on jouer à ses créations Wii-U sur 3DS ?« 

Et je ne parle ici que de ce qui a été supprimé par rapport à la version Wii-U ! Car je pourrais aussi aborder la question de la 3D, qui brille par son absence. Tout comme le capteur NFC, si chèrement vendu dans d’autres titres, qui ne sert à rien non plus. Impossible ici de débloquer des skins à l’aide des Amiibo.

Au final

Super Mario Maker for 3DS, sur la forme, c’est quasiment exactement la même chose que sur Wii-U ! Aussi beau, aussi addictif, aussi passionnant… Aussi génial, quoi ! Avec, à mon sens, un double écran beaucoup plus pratique sur cette version portable.

Mais sur le fond, on ne peut que regretter que cet opus 3DS ne soit qu’une version allégée de son aîné : le partage en ligne est passé à la trappe, tout comme la compatibilité Amiibo ou la gestion des favoris…

Dommage, car d’un avis purement personnel, cette version me semble plus intéressante, la 3DS étant beaucoup plus adaptée à cet exercice que la Wii-U. Hélas, privé de ses fonctions en ligne, Super Mario Maker for 3DS se limite à un simple jeu que l’on consomme pour tuer le temps.

Si la dimension créative est toujours aussi énorme, l’absence de partage en ligne tue donc l’intérêt du jeu. Un choix incompréhensible de la part de Nintendo ! A moins qu’une mise à jour ne vienne mettre un peu d’ordre dans tout ça !


Verdict

ctr_smm_eupkge_dummy_fra

Bonne idée que d’emmener Super Mario Maker partout sur sa 3DS ! Hélas, cette version est amputée de ses fonctions en ligne, réduisant le jeu à un simple soft de consommation.

13/20

Les + :

  • Pouvoir emmener Mario Maker partout avec soi
  • Le joueur devient un « level designer »
  • L’interface de création me semble plus pratique sur 3DS
  • Une impressionnante palette d’outils
  • Prise en main instinctive
  • Le jeu est très didactique
  • Des graphismes très chouettes pour une 3DS
  • Les 100 niveaux et les défis de Mario
  • La création en co-op
  • On se sent « maître du monde »

Les – :

  • Elle est où la 3D ?
  • Le partage en ligne a disparu, un choix insensé !
  • Les costumes et le champignon mystère aussi ; les Amiibo ne servent plus ici
  • Suppression des « favoris »
  • Les « recommandations » choisies par un algorithme et qui ne correspondent pas toujours à notre attente
  • De manière générale, on se sent moins « libre »
  • Pas possible de créer des niveaux dans la continuité
  • Pas possible de rechercher des niveaux à l’aide d’identifiants

Super Mario Maker for 3DS, par Nintendo, sur consoles de la famille 3DS. Pegi : 3.

Jeu testé sur une version fournie par l’éditeur.

Page officielle du jeu

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La source Page officielle Site de Nintendo France Notre test de SMM Wii-U

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.