Assassin’s Creed : dix clés pour pouvoir comprendre le film

C’est aujourd’hui que sort le film Assassin’s Creed. Si les fans seront ravis de retrouver leur univers favori, nous pensons à ceux qui n’ont jamais joué au jeu vidéo. Pour ne pas être largué voici dix choses à savoir sur Assassin’s Creed.

1 – Assassins vs Templiers

C’est sans doute le point le plus évident. Et sans doute aussi celui qui sera le plus important dans le film. L’univers d’Assassin’s Creed repose sur le combat qui sévit depuis des siècles entre deux confréries, les Templiers et les Assassins.

Dans ce monde, les Templiers représentent le mal. Leur motivation repose sur la soif du pouvoir. Les Templiers veulent mettre la main sur un puissant artefact antique, qui leur permettrait de détruire le monde pour le reconstruire à leur image. A la limite de l’organisation sectaire, l’Ordre du Temple s’infiltre parmi les plus hautes autorités, afin de prendre le contrôle de la société.

Pour enrayer leurs projets, la confrérie des Assassins veille (du mot arabe « Achachin », lié au fait que dans la réalité historique, leur chef leur faisait boire une décoction à base de hachich pour les euphoriser). Contrairement à ce que son nom pourrait laisser deviner, la confrérie ne tue pas à tout va. Elle n’assassine que les Templiers, seulement lorsque cela est nécessaire. Sous aucun prétexte, un Assassin ne doit tuer un innocent ! Depuis des siècles, les Assassins sont les gardiens de l’artefact appelé Pomme d’Eden.

2 – La Pomme d’Eden

La Pomme d’Eden est donc un artefact créé par la Première Civilisation, détenant un pouvoir incommensurable. Le premier incident qui y est lié est tout simplement le fameux mythe de l’exclusion d’Adam et Eve exclus du jardin d’Eden (en réalité une cité avancée). Ils sont les premiers hommes à avoir voulu mettre la main sur ce pouvoir.

Depuis, la Pomme d’Eden a traversé les siècles, représentée sur bon nombre de peintures, au sommet du sceptre des rois, etc…

3 – La mémoire génétique

On ne devient pas Assassin, on l’est par le sang de ses ancêtres (à l’exception d’Edward Kenway, qui dérobe une tenue d’assassin et se fait passer pour tel).

Aussi, pour utiliser l’Animus (je vais y revenir) et ainsi revivre les souvenirs d’un assassin, il faut en être le descendant. Tout comme Desmond Miles est de la lignée d’Altaït, Ezio ou Connor.

Car Assassin’s Creed s’appuie sur la notion de mémoire génétique, disant que les souvenirs de nos ancêtres sont inscrits dans notre ADN.

Les fans de la série feront remarquer qu’à partir du 4e épisode, Ubisoft s’assoit totalement sur cette théorie, par une pirouette scénaristique permettant d’éviter de se creuser la tête suite à la mort de Desmond.

4 – Abstergo

Abstergo est la société fictive qui, dans l’époque contemporaine, dirige les opérations de recherche de la Pomme d’Eden. Elle fait enlever Desmond Miles, afin de solliciter son aide pour retrouver l’artefact.

Mais au fil de l’histoire, il s’avère qu’Abstergo est en réalité à la solde des Templiers.

A partir du quatrième épisode, Abstergo est présentée comme une société qui développe un jeu vidéo, permettant aux joueurs d’incarner un personnage fictif : un Assassin.

5 – L’animus

La Pomme d’Eden a été perdue il y a de cela plusieurs siècles. Il n’existe aucun document relatant de son emplacement.

Aussi, la société Abstergo a mis au point une machine appelée l’Animus. Elle permet à un assassin contemporain de voyager dans le corps de l’un de ses ancêtres. Nous ne sommes pas vraiment dans le processus de réincarnation, mais l’idée en est très proche.

En revivant les actes de son aïeul, le sujet pourra ainsi peut-être retrouver des indices permettant de localiser la Pomme d’Eden.

6 – La lame secrète

C’est l’arme emblématique de l’assassin ! Fixée à son poignet, cette lame rétractable (elle peut aussi être doublée, comme dans Assassin’s Creed 2) est un atout redoutable, pour assassiner en toute discrétion, et parfois se sortir de situations périlleuses.

7 – Le doigt coupé

Il s’agit là d’une vieille tradition de la confrérie des Assassins. Afin de ne pas se blesser, et gêner la lame secrète lorsqu’elle est dépliée, l’assassin devait se couper l’annulaire gauche. Prouvant ainsi sa loyauté envers l’ordre.

Mais cette tradition initiatique a vite été oubliée. Si l’on constate qu’Altaïr a effectivement le doigt tranché, Ezio (Assassin’s Creed 2) sera dispensé de cette coutume par Leonardo da Vinci. Aucun autre « Maître Assassin », dans les volets suivants, ne se tranchera le doigt.

8 – Le saut de la foi

Voici un autre rite propre à la confrérie des Assassins. Pour prouver leur courage, démontrer qu’ils ne craignent pas la mort, les Assassins doivent être capables de réaliser ce saut de l’ange depuis des hauteurs vertigineuses.

Mais cette action constitue surtout, dans le jeu, une mécanique permettant de descendre d’un édifice de manière très classe. Reste à savoir si, dans le film, il y aura bien une botte de paille pour réceptionner Michael Fassbender 😉

9 – Le « rapace »

Voici un détail que vous n’aurez peut-être pas remarqué au premier abord ! Mais pour symboliser son efficacité prédatrice, son courage et sa liberté, chaque assassin est associé à un rapace (dont la capuche reprend la forme). Animal dont on entend le cri lorsqu’un assassin exécute un saut de la foi.

Ainsi, Altaïr est associé au faucon, Ezio à l’aigle (dont il collectionne les plumes pour son petit frère), Connor au Pygargue, etc.

D’ailleurs, pour l’anecdote, Altaïr est aussi le nom de l’étoile la plus lumineuse de la constellation de l’Aigle.

Et afin de localiser leurs objectifs, les Assassins ont recours à la « vision de l’aigle ».

10 – Le film

C’est donc ce » mercredi 21 décembre que sort en salles le film Assassin’s Creed. Et en tant que fans, nous ne pouvons qu’espérer que le long métrage respectera les codes énoncés ci-dessus.

Avant même de l’avoir vu, nous savons qu’il n’aura aucun rapport avec une époque déjà visitée dans les jeux, ni avec leurs maîtres Assassins respectifs. Quoi qu’il en soit, le film est produit par le tout nouveau studio dédié d’Ubisoft, qui pense déjà à adapter Watch_Dogs ou The Division pour le grand écran. Assassin’s Creed devrait être une trilogie…

Réalisé par Justin Kurzel, le film nous permet de suivre un nouvel Assassin nommé Aguillar. Le rôle principal est interprété par Michael Fassbender (qui joue aussi le rôle de Callum Lynch, le contemporain qui « voyage dans le temps »). A ses cotés, on retrouvera Marion Cotillard, Jeremy Irons, Ariane Labed en femme Assassin, Michael K. Williams…

Le film nous emmène au temps de l’Inquisition espagnole. Si, comme nous l’avons vu, le film n’a aucun rapport avec les jeux, nous devrions retrouver, du coté obscur, un certain Borgia. D’une illustre famille ecclésiastique qui vous a déjà donné du fil à retordre dans Assassin’s Creed 2 !

Site officiel du film
La source Site officiel du film Ubisoft

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.