Moto Racer 4 : victime d’ un dérapage incontrôlé ?

TEST. – Ce mois de novembre marque le retour d’une fameuse licence de la grande époque PS1 ! Les courses de deux-roues endiablées sont de retour avec Moto Racer 4 ! Mettez les gaz, on démarre le test sur les chapeaux de roues !

Le retour des grosses bécanes

motoracer4

Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Et je réalise en tapant ces premières lignes que ma passion pour les jeux vidéo me colle à la peau depuis de nombreuses années maintenant !

En effet, la licence Moto Racer va déjà souffler ses vingt bougies. Car si ma mémoire est bonne, c’est en 1997 qu’apparaissait ce jeu de courses très typé « arcade ». Nous étions alors sur PS1 et sur PC.  Dans mes souvenirs en effet, que d’heures passées sur ce disque !

Moto Racer était alors développé par Delphine Software, et édité par Electronic Arts. Déjà à l’époque, un certain Paul Cuisset était crédité au générique. En tant que créateur et game-designer du jeu. Le même Paul Cuisset que nous allons retrouver aujourd’hui, aux commandes de Moto Racer 4.

Car après un excellent second épisode, et un troisième en 2001, Moto Racer aura donc mis 15 ans pour faire son grand retour sur les devants de la scène, avec ce quatrième opus. Il est disponible depuis la semaine dernière sur PC, PS4 et Xbox One.

Moto Racer 4 sur asphalte ou dans la boue

moto-racer-4-decouverte-8-youtube-g-google-chrome

Comme je l’ai écrit plus haut, la licence Moto Racer est bien loin des simulateurs habituels de moto. Le titre mise sur le fun, le plaisir de piloter à toutes bombes, avec un accent « arcade » très prononcé.

Autrement dit, nous sommes ici bien loin d’un Moto GP ou d’un MXGP2 (lire aussi notre test). Deux jeux avec beaucoup plus de technicité dans le pilotage. Dans Moto Racer, on se fout de la logique, on fonce et on s’amuse ! Vous allez principalement utiliser les touches d’accélération, de turbo… Et diriger votre bolide à l’aide du stick.

Il va nous proposer, en alternance, des épreuves sur route et des épreuves de cross. Notez qu’à la façon d’un Burnout, les courses sur asphalte se déroulent souvent en pleine circulation (plus ou moins modérée), ce qui ajoute un peu de piment au titre de Microids. Dans la terre, vous allez devoir enchaîner les figures pour marquer des points.

Pour mener à bien vos missions, vous allez disposer d’une dizaine de pilotes assez variés et funs. Bien que parfois très stéréotypés : le Japonais au look de Sentaï, la jeune fille kawaï avec ses oreilles de chat, le « keupon » avec sa crête sur le casque… Avec plus ou moins d’affinités entre chaque. On aime le ton franchement décalé, qui colle ici parfaitement au coté « arcade ».

Sur une page d’accueil très sobre, nous allons retrouver des modes assez classiques : un mode « carrière« , un mode « partie rapide » avec les traditionnels « Time attack » ou « course rapide« , un « multijoueur en ligne« . Fait devenu aujourd’hui trop rare pour ne pas le signaler : Moto Racer 4 propose également un multijoueur local, en écran splitté. Ca fait plaisir !

Notez que Moto Racer 4 est de ces jeux qui affichent une compatibilité PlayStation VR sur leur jaquette. Peu d’options sont encore disponibles en VR. Mais nous reviendrons prochainement sur cet aspect avec un « 2e avis », lorsque nous serons équipés VR et que nous pourrons donc tester cette facette 😉

On a tout ce qu’il faut ! On se lèche les babines, on se frotte les mains, et on savoure d’avance les nombreuses heures que l’on va passer sur ce hit en puissance ! Une petite larme d’émotion vous coule sur la joue, trahissant votre bonheur… Mais elle risque vite de se changer en gros chagrin…

Grosses limites techniques

14947919_10211291934152879_5585655414489427253_n

Graphiquement, le jeu va forcément être magnifique, puisque lorsque je l’ai lancé, j’ai reconnu l’icone « Unreal Engine 4 » ! Naïf que je suis !

Dans notre vidéo « Découverte » (voir sur notre chaîne YouTube), je soulignais déjà le game-design, qui peut parfois sembler trop simpliste. Je me demandais même s’il ne s’agissait pas tout simplement de la « patte du jeu », son identité graphique. C’est une possibilité…

Hélas, de nombreux éléments comme de gros polygones dans les décors, des textures étranges ou les véhicules modélisés très sommairement (voitures et camions que vous croisez) viennent démentir cette supposition. Et trahir au passage de grosses contraintes techniques. Graphiquement, Moto Racer 4 est un très joli jeu « Mobiles » ou PS3-X360 en début de cycle de vie ! Mais certainement pas sur PS4-Xbox One, malgré ses images en 60 fps ou ses jeux de lumières magnifiques.

De plus, je suis encore plus gêné lorsqu’il s’agit d’aborder la question des bugs. Ici, nous avons la totale : de l’aliasing, du clipping, et des chutes de framerate plus ou moins prononcées (y compris lorsqu’il n’y a que quatre concurrents sur le circuit). Ca pique un peu ! Et on n’est pas sur une bêta, mais bien sur un jeu définitif !

En fait, les problèmes graphiques sont partout ! La végétation qui apparaît en direct devant vous, votre pilote qui se forme sous vos yeux en début de partie ou lors des respawn, quelques bugs de collision… Il y a quelques semaines, je pestais à l’annonce du report de Moto Racer 4. Finalement, il est peut-être sorti trop tôt ?

Jusqu’à présent, nous avons parlé d’affichage, mais je n’ai pas encore abordé la question du son ! Parce que je ne sais par où commencer. Le bruit des moteurs est tout simplement horrible (lui aussi semble sorti d’une autre époque). Et il est si fort qu’il masque les (dispensables) musiques de fond.

Enfin, je pourrais aussi parler de la jouabilité. Si les commandes de la moto sont très simple à prendre en main, on réalise rapidement que l’on passe son temps sur le stick de direction, à rééquilibrer sa bécane, qui ne demande qu’à se coucher, et pas uniquement dans les virages !

J’aime beaucoup Artefacts Studio et Microids, mais sur ce coup là… On sent que le jeu a été développé avec peu de moyens, que les développeurs (aussi talentueux qu’ils soient) n’ont pas bénéficié d’un budget correspondant aux ambitions du titre. Et c’est bien dommage !

Un système qui « tue » le fun !

moto-racer-4-decouverte-8-youtube-google-chrome

C’est un comble pour un jeu qui mise sur l’amusement et la dimension « arcade » ! Le système de progression (qui vous permet également de débloquer du contenu), dans le mode « carrière », est extrêmement punitif et frustrant !

Il repose sur un système d’étoiles, que vous allez miser avant chaque course, et qui correspondent à vos objectifs : une étoile pour une épreuve facile (objectif : finir 3e), deux pour un niveau medium (finir 2e), et trois pour une course difficile (finir 1er).

Si vous atteignez l’objectif, vous empochez le nombre d’étoiles misées. Mais si vous perdez, le jeu vous décompte votre mise. Si vous débutez par exemple avec sept étoiles et que vous en misez trois, vous monterez donc à dix en cas de réussite ! Mais en cas de défaite, votre solde retombera à quatre étoiles. Vous pouvez aussi avoir un solde négatif.

Ce système vient donc vous punir de votre course ratée, mais peut aussi réduire à néant vos efforts sur les épreuves précédentes. Pas très fun, en fait !

Attendez, vous allez rire (ou pleurer) : si vous misez deux étoiles (objectif : être 2e) mais que vous finissez premier… ça ne compte pas, et il faut recommencer ! Une aberration !

Cet aspect contribue à rendre le titre encore plus difficile. Beaucoup trop difficile. Et frustrant dès lors que vous projetez de débloquer des pilotes, des motos ou des circuits. Car ceux-ci se débloquent en ayant le nombre requis d’étoiles pour chaque. Et avec une progression si plombée, la durée de vie du jeu va être énorme, mais pas pour de bonnes raisons.

Ajoutez à cela le fait que vos adversaires sont d’un niveau relativement élevé (ils vous tamponnent sans vergogne et vous larguent à la moindre chute), et vous obtenez un jeu voulu « fun », mais qui au final s’avère extrêmement frustrant, pour ne pas dire énervant !

Une prochaine mise à jour

15027788_10211291928512738_7775853962896491506_n

L’éditeur nous a annoncé qu’une mise à jour va être prochainement déployée pour Moto Racer 4. Elle sera peut-être même disponible au moment où vous lirez ces lignes.

Elle aura entre autres pour effet de rajouter du contenu pour le PlayStation VR, qui se limite, au lancement du jeu, à seulement deux modes pour Asphalte (Time Attack et Hot Lap). Des courses en Dirt seront disponibles en réalité virtuelle. Le patch ajoutera également la compatibilité avec d’autres modes de jeux.

Enfin, cette mise à jour améliorera également le mixage audio. Ce qui n’est pas un luxe : le son fait, en effet, partie des grosses lacunes du soft, comme vous l’aurez compris.

Au final

14922233_10211291934992900_2453012882498164308_n

Après un navrant Tony Hawk’s Pro Skater 5, Moto Racer 4 relance le débat sur la pertinence de vouloir ressusciter de vieilles licences à tout prix. Il avait de nombreux atouts, et une solide fan-base, mais…

Connaissant le pedigree de Moto Racer, ce quatrième opus est un jeu que l’on a envie d’aimer, avant même d’avoir retiré le blister de la boite. Mais une fois le jeu lancé, et une fois passées la découverte et les courses grisantes, trop de déceptions s’enchaînent.

Car dès les premières parties, je dois constater que, si le nom de la licence date, la réalisation technique aussi. De l’aliasing et des bugs comme je n’en avais pas vu depuis longtemps, des chutes de framerate… Et surtout une difficulté qui tue littéralement le fun ! Un comble pour un jeu que l’on attendait justement sur ce terrain !

Miser sur un jeu typé « arcade » était un pari intéressant. Hélas, le titre de Microids se loupe sur beaucoup trop d’aspects. Sur la technique, mais hélas (et surtout) sur la dimension « fun » sur laquelle nous l’attendions. Au final, Moto Racer 4 est trop difficile et frustrant pour des néophytes à la recherche de sensations « Arcade ». Les fans de la licence risquent quant à eux de crier « Ô scandale »…


Verdict

mr4

Le mot qui résume le mieux ce Moto Racer 4 est « frustration ». Un potentiel énorme, des promesses séduisantes sur le papier… Hélas, à force de l’attendre au tournant, MR4 se prend un mur dès le premier virage.

8/20

Les + :

  • De l’arcade pure
  • Bonnes sensations de vitesse
  • Pas mal de personnages et de circuits
  • Son ton décalé
  • Présence d’un multi-local (écran partagé)
  • Compatible PlayStation VR
  • La customisation des pilotes
  • De jolis jeux de lumières

Les – :

  • De gros bugs graphiques, de l’aliasing, des chutes de framerate
  • Des graphismes qui ne sont pas à la hauteur d’une 8e génération
  • Le menu très austère
  • Très répétitif
  • Le système d’étoiles extrêmement frustrant et aberrant
  • Les bruitages affreux
  • Temps de chargement
  • Niveau de difficulté : des adversaires un peu trop pétés

Moto Racer 4, par Artefacts Studio pour Microïds (Anuman), sur PS4, Xbox One et PC. Pegi 7.

Jeu testé sur une version PS4 fournie par l’éditeur.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.