Preview : Trackmania Turbo

0 528

Développé par Nadéo, un studio d’Ubisoft, Trackmania s’apprête à faire son grand retour sur consoles et PC le 24 mars, dans Trackmania Turbo. Le jeu étant en beta du 18 au 21 mars, nous n’avons pu résister à l’envie de l’essayer...

A fond les ballons !

TMT_E3_SCREEN_LAGOON4_209025

Pour beaucoup de joueurs, la série Trackmania est synonyme de fun absolu. Ce jeu de course joue la carte de l’hybridation entre le réalisme et le pur délire, façon « Micromachines », avec ses loopings et ses tracés défiant la gravité ! Au menu : cascades de folie, vitesse excessive, et courses déjantées entre potes ou compétiteurs du monde entier…

Sorti la première fois en 2003 sur PC, le jeu est signé Nadeo, un studio indépendant racheté en 2009 par le géant Ubisoft. La licence est à chaque fois un gros carton, et avait tenté une première apparition sur consoles il y a quelques années, sur Wii et DS.

Aujourd’hui, le studio parisien reprend les commandes d’un jeu annoncé lors du dernier E3, et auquel vous pourrez jouer dès le 24 mars, sur PC, PS4 et Xbox One : Trackmania Turbo !

Le jeu étant en beta ce week-end, nous ne résistons pas : voici notre premier apperçu sur le prochain hit d’Ubisoft…

Repousse tes limites…

TMT_E3_SCREEN_LAGOON3_209019

Premier constat, le jeu semble faire la part belle au multijoueur en ligne, et vous demandera de renseigner plusieurs champs, qui auront pour effet de vous livrer des classements très précis, sur des zones géographiques bien ciblées : pays, région, département… Vous pourrez savoir combien de joueurs jouent à Trackmania jusque dans votre département, et connaître votre classement sur les différentes zones citées plus haut.

Une fois le jeu lancé, vous constaterez également que le soft vous propose plusieurs types de fantômes, véritables carottes pour vous pousser (en cas de victoire sur ces ghosts) à décrocher les médailles de bronze, argent ou or (un fantôme par médaille).

Notez que vous pourrez toutefois vous perfectionner en parcourant le circuit en « solo », c’est à dire sans ghost pour vous mettre la pression.

Blanc comme un débutant

TMT_E3_SCREEN_LAGOON5_209031

Bien évidemment, étant ici sur la beta du jeu, ne comptez pas pouvoir essayer les quelque 200 circuits du titre dès votre première partie. Dans cette version beta, seul le championnat « White Series » (réservé aux débutants) est ouvert.

Dans la version finale, il faudra aussi compter sur les « Green Series » (pas trop compliquées, mode « normal » quoi), « Blue Series » (dur), « Red Series » (encore plus difficile) et « Black Series » (à réserver à ceux qui maîtrisent vraiment le jeu).

Ces premières courses se déroulent dans l’environnement « Canyon Grand Drft », un circuit Nord-Américain qui vous fera penser, comme son nom l’indique, au Grand Canyon, avec des pistes relativement étroites, parfaites pour les drifts (voir notre vidéo).

Ici, les étapes s’enchaînent sur des tracés relativement courts. Rien d’inabordable, et le bronze tombera sans effort. Pour la médaille d’or, c’est autre chose ! Attention toutefois, en milieu de championnat, à cette portion de course sur un looping, où le manque de vitesse risque de vous envoyer à plusieurs reprises admirer le fond du lac 😉

Le championnat s’achève par une course plus classique, à savoir un circuit dont vous devrez boucler trois tours. Pour chaque étape, avant de passer à la suivante, vous pourrez tenter de battre votre propre record.

Just do it

TMT_E3_SCREEN_STADIUM3_209043

Le (très) gros point fort de Trackmania, ce qui lui offre une durée de vie monumentale, c’est l’éditeur de circuits ! Tracés que vous pourrez par la suite partager avec la communauté de joueurs. Et vu que l’on peut aussi le tester, voyons cela de plus près !

Force est de reconnaître que cet éditeur est plutôt simple à prendre en main. Après quelques secondes d’observation, vous voilà en train de créer votre premier tracé : choix de l’environnement, des éléments… Tout se fait de manière très instinctive ! Le jeu allant même jusqu’à vous guider de manière assez discrète, le cas échéant, si vous oubliez par exemple de placer des check-points.

Je présume que le nombre limité d’éléments est dû au fait que nous soyons sur une beta, et que d’autres items seront dispos (ou débloquables) dans la version finale du jeu. Mais ici, le panel de blocs ne nous aura pas permis de faire des tracés « fou-fous », se limitant à des virages, lignes droites, départ, arrivée, check points, montée ou descente.

Toujours est-il que cet éditeur offre une rejouabilité sans fin au titre ! 200 circuits, c’était déjà énorme. Un nombre « à l’infini », c’est plus qu’on en demande !

Et la technique dans tout ça ?

TMT_E3_SCREEN_STADIUM7_209049

La jouabilité du titre se limite à accélérer, freiner, booster. Il n’y a pas besoin de plus ! La prise en main est, elle aussi, très instinctive. Les véhicules répondent au quart de tour !

La physique de vos engins est très réaliste. Même lorsque vous perdez le contrôle pour finir contre un mur, la cascade peut être rageante, mais n’est pas déconnante, est logique, quand on y pense. Les développeurs ont pensé la physique des véhicules en trois dimensions, vous le ressentirez notamment dans les loopings : si vous les abordez trop lentement, le jeu va vous faire réviser vos cours sur la force centrifuge, ou encore sur l’énergie cinétique 😉

Au niveau des environnements, c’est coloré, c’est fluide, c’est du travail propre ! Pas de ralentissements à signaler, tout au plus un léger clipping, encore faut-il avoir les yeux dessus… Vraiment très léger, sur quelques éléments du décor, rien en tout cas qui va venir gêner votre plaisir de jouer…

Reste à voir maintenant ce que le jeu a dans le ventre lorsqu’il s’agit de jouer en multijoueurs, avec des réseaux engorgés à rabord. Je parle bien entendu de « online », mais sachez qu’il devrait également être possible de jouer en local sur écran splitté, jusqu’à 4 joueurs.

Au final : vivement dans cinq jours

TMT_packshot_3D_PS4_Provisional_Desktop_205857Cette beta a le mérite de nous montrer le jeu dans son état quasi-définitif : à cinq jours de sa sortie, il serait fort étonnant que de grosses révolutions soient ajoutées d’ici là.

On aime le fait que le jeu soit bourré de petites attentions fort agréables qui créent une vraie ambiance, comme ce décompte, avant chaque course, dans toutes les langues imaginables (ça change à chaque fois) : espagnol, anglais, allemand… Vous allez devenir polyglotte 😉

Le peu que nous en avons vu (malgré pas mal de temps passé sur le soft) laisse présager le meilleur : oui, je pense que nous avons ici un futur hit en puissance ! Le titre d’Ubisoft mêle à merveille les graphismes réalistes et l’ambiance cartoon, pour un pur concentré de fun !

Techniquement, le jeu nous a séduits ! Visuellement, le résultat est plutôt bon. Et le contenu… Ah mes amis, le contenu ! Des modes à gogo, plus de 200 circuits, des véhicules customisables à souhait, un éditeur de circuits très complet… Nous avons là le jeu dont il semble difficile de décrocher, digne héritier d’une saga qui a su s’imposer chez des joueurs de tous horizons.  Ne reste plus qu’à tester la bête !

Site officiel

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.