Les Enfants de la Baleine, tome 1

0 264

PARU LE 6 JANVIER. – Cela faisait un petit moment que j’avais envie de vous parler des Enfants de la Baleine, un seinen paru chez Glénat. Je ne sais pourquoi, mais attiré par une superbe couv’, j’ai eu l’envie de me plonger dans le manga. Je ne l’ai pas regretté : voici une véritable perle !

Le Pitch

Dans un monde où tout n’est plus que sable, un gigantesque vaisseau vogue à la surface d’un océan de dunes. Il abrite des hommes et des femmes capables pour beaucoup de manipuler le saimia, un pouvoir surnaturel qu’ils tirent de leurs émotions. Ce don les condamne cependant à une mort précoce.

À bord de la “Baleine de glaise”, ils vivent leur courte vie coupés du reste du monde.

Jusqu’au jour où, sur un vaisseau à la dérive, le jeune Chakuro fait une étrange rencontre…

Notre avis

A vrai dire, je ne sais pas par où commencer, tant ce manga a été une claque pour moi… Dessins, scénario, tension, message écologique… Je ne sais pas quel est l’aspect qui m’a le plus touché. Tout est bon ! Par son propos, par la poésie qu’il dégage, par ses magnifiques dessins, Les Enfants de la Baleine me fait irrésistiblement penser à Nausicaa, un autre manga adapté en film d’animation chez Ghibli, et sans doute l’un des plus beaux de la collection 😉

Cliquez pour agrandir (Kujira no Kora wa Sajyo ni Utau©2013 Abi Umeda / Akita Publishing Co.)

Le parcours du manga est assez original, puisque l’auteure Abi Umeda (Full Set) en a acheté le scénario dans une boutique spécialisée dans la vente de scénarii libres (ce qu’elle raconte à la fin du volume). Une fois ce scénario sous le bras, elle l’adapte et sort Les Enfants de la Baleine, publié dans le magazine Mystery Bonita. Elle sera d’ailleurs doublement récompensée du « Kono manga ga sugoi 2015« . En France, nous avons la chance de pouvoir le lire grâce à la section « manga » de l’éditeur Glénat. D’ailleurs, quitte à citer tout le monde, saluons aussi la traduction de Karine Rupp-Stanko, qui adapte ici avec justesse les textes dans la langue de Molière.

Les Enfants de la Baleine nous fait suivre Chakuro, le jeune scribe de la Baleine de Glaise, un immense navire-île qui vogue sur une mer de sable, qui semble être la seule matière qui recouvre désormais la surface de la Terre. Les habitants de ce navire se divisent en deux catégories : les « marqués » (90% de la population), qui maîtrisent un pouvoir psychique appelé « saïmia« , et les non-marqués, minoritaires n’ayant pas ce pouvoir. Les premiers ont une espérance de vie très courte (pas plus de 30 ou 40 ans), les seconds dirigent la Baleine de Glaise de par leur longévité.

L’histoire débute alors que les insulaires enterrent, ou plutôt ensablent Benihi, une marquée qui fut le professeur notamment de Chakuro. Après cet épisode poignant, les habitants découvrent une seconde île. Mais alors qu’ils partent l’explorer, ils y découvrent une mystérieuse fille qui va changer leur vie…

Cliquez pour agrandir (Kujira no Kora wa Sajyo ni Utau©2013 Abi Umeda / Akita Publishing Co.)
Cliquez pour agrandir (Kujira no Kora wa Sajyo ni Utau©2013 Abi Umeda / Akita Publishing Co.)

Ce premier volume plante le décor. Il n’est donc pas étonnant d’y trouver beaucoup de textes, d’explications. Nous ne sommes donc pas ici dans un shônen qui se lit en dix minutes, et le lecteur prend le temps de savourer, de découvrir cet étrange et passionnant univers. Et après toutes ces pages plutôt tranquilles, le volume s’achève sur un cliffhanger de folie qui renforce encore davantage l’envie de se ruer sur le second volume !

Je pourrais encore disserter pendant des heures sur les thèmes abordés, au premier ou au second plan, dans ce manga, mais croyez-moi, il y en aurait pour des heures : écologie, vie sociétale et politique chez ces survivants, rapports entre les générations, définition de la liberté, de l’humanité… Waow !

Les Enfants de la Baleine est tout simplement le manga qui va fermer le clapet de tous ceux qui pensent que « la BD japonaise, c’est moche, insipide, sans aucun intérêt » ! Sans faire dans l’exagération, je pense que nous avons là un titre qui, s’il devenait encore plus connu, pourrait changer les mentalités et les regards sur le manga !

Tout simplement magnifique, une véritable pépite !

enfant-de-la-baleine-1-glenat

Les Enfants de la Baleine, tome 1, par Abi Umeda. 192 pages 115 x 180 (couverture souple). Parution en France chez Glénat Manga (collection Seinen). Prix éditeur : 6,90€. La série originale compte actuellement six volumes.

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.