WWE 2K16

5 367

Il y a tout juste un an, nous testions pour vous WWE 2K15… Un an plus tard, la licence de catch de 2K Games revient : WWE 2K16 entre sur le ring, gonflé à bloc. Son objectif ? Vous montrer qui est le patron sur le ring ! La cloche retentit : jeu versus testeur… Le combat commence !

Le test est un combat

zJbBiLe-kUr2RJD7N4djj8kaQ27K2R7u9gj3sf1Gi5w,VB6xX_yGI9Jjc9LQEjr_exNxd03uLKFjZkDIVUxWhm0

Comme ses catcheurs dans le jeu, ce WWE 2K16 a soigné son entrée, le 30 octobre dernier… Un véritable show à l’américaine depuis plusieurs semaines, à grand coups de trailers mettant en action des héros bodybuildés et avides de distribuer des torgnoles.

Entrées des combattants, combats, replays… Les équipes de Yuke’s et Visual Concepts ont soigné l’aspect visuel du jeu, encore plus détaillé et plus beau que son prédécesseur. Au niveau du son, la BO très rock est excellente, et vous pourrez affecter vos musiques préférées à l’entrée de votre combattant. Pour la première fois, les commentaires sont assurés par un trio : John “Bradshaw” Layfield, nouveau venu dans WWE 2K16, rejoint Michael Cole et Jerry “The King” Lawler aux micros.

Sur la pochette, un certain Steve Austin, l’homme qui a remporté 21 championnats au cours de sa carrière. L’homme n’est pas bionique, mais vaut bien trois milliards aux yeux de la prestigieuse WWE (les fans des séries des années 80 comprendront cette vanne). Pourquoi lui ? Vous allez le comprendre très vite en jouant, ou en descendant de quelques lignes dans ce test 😉

Sitôt le jeu inséré, la PlayStation 3 retarde le début des hostilités… Nous sommes bien sur une PS3, et une « mise à jour » est déjà disponible, à peine le jeu sorti : il va donc falloir attendre un bon moment avant de lancer le premier round. Damned !

Début du match

KXvO2ntYkgjBFiekxBJSL_WikCZIz3TrRabJQvCST1Y

Force est de reconnaître que, depuis l’an dernier, le petit protégé de 2K Games s’est bien entraîné ! Plus balèze ! WWE 2K a pris en assurance, en muscles, et le menu d’accueil est beaucoup plus consistant.

Au précédent opus, il avait été reproché un trop grand écart de contenu entre les deux générations de consoles. Très riche sur PS4/Xone, le jeu était amputé, entre autres, de son mode carrière sur PS3/X360. Soyez rassurés, la version PS3 testée ici est beaucoup plus copieuse !

A commencer par le mode Showcase, encore plus complet, bien qu’il ne se focalise que sur la carrière de « Stone Cold » Steve Austin, de sa victoire au « King of the Ring » en 1996, jusqu’à son « départ en retraite » en 2003. Vous devrez reproduire plus de 25 matches ayant vraiment eu lieu, afin de débloquer du contenu (catcheurs, rings, éléments de personnalisation…). Avec ses vidéos de transition, ce mode Showcase offre à lui seul un contenu qui va ravir les fans de catch.

Autre élément intéressant : le mode « Ma WWE » qui vous permet de faire progresser un avatar créé de toutes pièces vers le prestigieux Hall of Fame, en partant de tout en bas, la NXT. A vous de choisir si vous allez rester dans la NXT, ou si vous allez tenter de vous mesurer aux grosses pointures pour viser le titre suprême. Ce mode vous offre de nombreux choix (parcours, alliances, etc) et votre carrière ne sera pas un long fleuve tranquille. Mais pour monter, il va vous falloir booster vos stats et vos compétences en gagnant des matches.

Véritable jeu à tiroirs, chaque onglet propose de nombreux sous-menus, à l’image du mode « Exhibition » (matches simples contre l’IA ou versus) qui allonge une dizaine de modes différents, dans lesquels les règles changent du plus simple au plus extrême. Le mode « Univers WWE » vous propose quant à lui de revivre des événements précis en suivant un calendrier, ou d’affronter des rivaux. Evidemment, il existe un mode « Online » qui vous permet de défier les autres joueurs de la planète 😉

Le jeu qui ressuscite les morts !

n4_Un5ksS_nvlQwRKApunRrQQ9Egx-jOZk9dJ1XeO4s (1)

Autre point très intéressant : WWE 2K16 assure un fan-service sans précédent avec un casting des plus riches et des plus étonnants (environ 120 combattants). Si le célèbre Hulk Hogan s’est vu éjecté de l’aventure 2K (lire ici), le roster vous propose de jouer un panel impressionnant de combattants, pour peu que vous preniez soin de les débloquer. Vous retrouverez même des figures légendaires, comme le célèbre et colossal catcheur Français André Le Géant, décédé en 1993.

Beaucoup de catcheurs, et je ne parle que des mecs ! Car vous pouvez aussi choisir de jouer les « divas »… Et les femmes combattantes sont, elles aussi, venues en nombre.

Pour le fun, on appréciera aussi l’initiative de l’éditeur d’avoir intégré le plus WTF des catcheurs, aussi puissant qu’inattendu : Schwarzy dans le rôle du T800 (Terminator), proposé dans le cadre des précommandes du jeu, qui vient ici se prendre des baffes par les légendes de la WWE… Ah, si Sarah Connor avait connu Steve Austin à l’époque, elle aurait économisé quelques balles !

Et si toutefois ce conséquent casting ne vous suffit pas, vous pourrez utiliser votre propre création dans des matches personnalisés. A noter que l’éditeur de combattant est très complet : de manière assez classique mais très complète, le jeu vous propose des modèles (corps, visages, etc), mais vous pourrez aussi avoir recours au « body-morphing » pour pousser votre création à l’extrême ! Ce système vous permet de déformer à loisir, à l’aide du curseur, un élément du corps de votre avatar homme ou femme …  Créer Leatherface ou John Merrick, c’est presque possible 😉

Et puisque je parle d’éditeur, sachez que vous pourrez également créer vos championnats, vos ceintures et vos arènes, de la couleur aux logos du tapis…

Du nouveau dans la jouabilité

XAD_xgWBmY3URAtfDUHNoqXUSb2jLcOzf-SmOBe5S-E,vKyjaCFJwmH9NwNDeuGxXHCdH7NoiACBXyNL9UBR-ck

La jouabilité du titre a, elle aussi, subi un lifting, et c’est plutôt une très bonne chose ! Si le titre conserve, dans l’ensemble, les manipulations habituelles, certaines nouveautés rendent le jeu plus immersif et les matches plus dynamiques, plus intéressants !

A commencer par le système de contres… L’an passé, le joueur pouvait les enchaîner à outrance, pour peu qu’il ait saisi le bon timing. Conséquence : à trop contrer, les matches pouvaient vite devenir interminables. Le gameplay évolue et limite désormais ces contres à cinq au maximum (option désactivable). Et une fois un contre utilisé, il faut attendre pour que votre jauge se recharge. Voilà qui redistribue les cartes, et va vous obliger à réfléchir à la meilleure stratégie pour éviter une situation désastreuse en toute fin de match !

Le jeu me semble plus rapide que l’an passé, et de nouvelles fonctions ont été ajoutées outre l’amélioration des chopes, des contres et des coups de manière générale : vous pouvez par exemple agir désormais en position assise. Le jeu est beaucoup plus équilibré, et quand une situation semblait perdue autrefois, il est désormais plus facile de renverser la vapeur et de revenir dans le match.

J’ai cru comprendre que, sur PS4 et X1, les « soumissions » s’effectuent sous la forme décriée de deux jauges en cercle (une bleue et une rouge, qui apparaissent à la manière de la jauge d’équilibre dans Tony Hawk’s), qu’il faut équilibrer, rapprocher ou éloigner selon que l’on veuille soumettre ou se dégager… Sur la version PS3 testée, il n’en est rien : ici, un simple mot « Breakpoint » s’affiche à l’écran, et chaque joueur doit marteler la touche « X » pour le remplir (ou le vider selon que l’on soit bourreau ou victime) pour prendre le dessus sur son adversaire… Même système pour les « tombés », avec une barre cette fois… Plus simple et plus ergonomique sur PS3 donc, si je comprends bien 😉

Il y a faute, Monsieur l’arbitre !

l9tSNmwvoNUVPYuDZmCr0nBq65maau9FRvRX3RLF7_E

Vous le remarquerez très vite en jouant : WWE 2K16 est une véritable apologie de la triche, des coups bas, de l’anti-fair play ! Excellent, puisque ces actes anti-jeu donnent toute leur saveur aux matches de catch.

Très drôle de la part des programmeurs : selon les informations données par l’éditeur, il vous est désormais possible d’attaquer votre adversaire par surprise, pendant son entrée en scène. Pas très fair-play, mais sympa ! Voilà qui va vous convaincre de ne pas zapper les scènes d’intro de vos adversaires 😉 Sans doute une nouveauté PS4 et Xbox One… Sur PS3, je cherche encore…

Vous pourrez également exécuter des tombés en utilisant les cordes à votre avantage, ou réaliser des « rope break » afin de vous dégager… L’arbitre verra t-il ces actions pendant le match ?

Le coté « spectacle burlesque » du catch est ici renforcé par une intervention plus marquée des coaches ! S’ils intervenaient timidement dans les précédents opus, ils viennent désormais plus fréquemment détourner l’attention de l’arbitre, ou de l’adversaire (si vous sélectionnez un coach avec la touche « carré » avant le match, ils peuvent prendre part au combat, voire se châtaîgner entre eux)… Ca non plus ce n’est pas très fair-play… Mais cela apporte encore plus de fun au jeu !

Comble du fun et de la mauvaise foi : tentez le match à 3 vs 3 (en tag)… Très vite, les deux adversaires en attente viennent aider leur coéquipier s’il est au bord de l’élimination : du trois contre un, cela ne les dérange pas ! Et je ne parle même pas des mêlées à trois contre trois… Tout simplement le bordel sur le ring, et évidemment, l’arbitre ne voit rien… Assez drôle au demeurant ^^

Quelques bugs

PK5h1_AImlfX5rSjM7UGhrs5WgUIC8aXG8feYzEM_MU

Pour l’instant, le tableau est plutôt chouette ! Mais WWE 2K16 n’est pas exempt de défauts. A commencer par des temps de chargement qui, sans être insupportables, sont parfois un peu longs.

Au cours du jeu, même s’ils sont minimes, j’ai toutefois relevé quelques bugs d’affichage. Rien de bien méchant, mais ils prêtent parfois à sourire. Je pense par exemple à cet adversaire que je plaque au sol, dans un coin du ring. Il se débat, puis les deux catcheurs se relèvent quelques mètres plus loin, comme téléportés au milieu de la surface.

Si la modélisation des catcheurs est convaincante dans la plupart des cas, certains personnages manquent clairement d’humanité et tranchent avec le reste du jeu : regards un peu bovins, bouche qui fait n’importe quoi et animation des bras bizarre…

D’ailleurs, l’animation elle même a parfois ses limites, à l’instar des matches par équipes dans lesquels vos équipiers, à l’extérieur du ring, font des moonwalks à outrance lorsqu’ils s’agitent un peu trop (l’espace de quelques secondes, ils courent mais… sur place).

Enfin, en mode « online », j’ai pu relever quelques baisses de framerate, quelques ralentissements. Mais encore une fois, le jeu est ici testé sur PS3, et je suppose que la plupart de ces défauts sont absents des versions PS4 et Xbox One…

Au final

JbCgCTdADTtDk2FPBmhfZS_-6pBwXy77dlyaaDKLKwI

C’est avec un grand intérêt que le fan de jeux de combats que je suis s’est penché sur ce WWE 2K16. Et si nous sommes très loin d’un Street Fighter (nous sommes ici à mi-chemin entre le versus fighting et la simulation de sport), force est de reconnaître que le dernier né de chez 2K Games a de quoi séduire, que l’on soit fan de catch ou pas !

Plus nerveux, plus beau et beaucoup plus complet que son prédécesseur, WWE 2K16 est à la fois un pur concentré de fun et un jeu archi-complet, qui vous fait franchement passer un très bon moment. Véritable hommage à la discipline, il constitue une valeur sûre pour les fans, qui y trouveront le plus gros casting à ce jour, et de véritables tranches d’histoire du catch.

Ceux qui n’aiment pas le catch plus que cela ne s’ennuieront pas pour autant : le jeu pourrait bien leur donner le sourire, et leur offrir de mémorables parties entre potes.


Verdict

C_xnpT4oPlkvvAhr44nLv7cf7ESYpxZ68K9_hKlr-mQ

WWE 2K16 est LE jeu que les fans attendaient, y compris l’an passé. Du vrai fan-service pour les amateurs de catch !

16/20

Les + :

  • Graphiquement, c’est joli, même sur PS3
  • « Showcase » et « Ma WWE », deux modes offrant un contenu énorme et une durée de vie colossale
  • La mise en scène : du vrai show à l’américaine !
  • Jouabilité améliorée, combats plus nerveux et rythmés
  • Le système de « contres »
  • Le mode création hyper-complet : persos, arènes, championnats, ceintures
  • Un (très) gros casting
  • Excellente bande-son, très rock
  • IA améliorée… Il y a du challenge !
  • De la triche à gogo, et autant de fun

Les – :

  • Les temps de chargement un peu longs
  • Quelques bugs d’affichage
  • Certains catcheurs semblent modélisés un peu à l’arrache
  • Pas d’autre perso que Steve Austin dans le mode « Showcase »

WWE 2K16, par 2K Games en collaboration avec Yuke’s et Visual Concepts, sur PS3 et PS4, X360 et Xbox One. Pegi 16.

Note : Les visuels qui illustrent ce test sont des screenshots PS4/X1 fournis par l’éditeur.

vous pourriez aussi aimer More from author

% s Commentaires

  1. Gice dit

    Le test est très complet ! j’ai dans mon équipe un catcheur semi-pro qui n’a fait que me faire les louanges du nouvel opus de l’année ! Sincèrement j’en suis ravis, car l’edition 2015 n’innovait que trop peu.

    Si jamais vous voulez également débattre avec lui sur le sujet, voici son test à lui: http://lesplayersdudimanche.com/wwe-2k16/wwe-2k16-avis/

  2. Isatis dit

    Bonjour Gice,
    et merci pour votre commentaire. Assez d’accord avec son test, très agréable à lire… Tout comme l’ensemble des « Players du Dimanche »… Je ne connaissais pas mais le site est très sympa, j’essaierai de revenir y faire un tour régulièrement 😉
    Bonne soirée

  3. Thomas dit

    Pk y a pas de cariere sur ps3

    1. Isatis dit

      Salut Thomas,
      je ne peux pas te dire mais, à mon sens, je vois deux explications :
      1 – Pour réduire les coûts de développement
      2 – Pour pousser les fans à investir dans une PS4, sachant que le jeu sera « meilleur »
      Bien entendu, ce n’est pas la version officielle, mais juste mon interprétation, mais je ne pense pas être loin de la vérité 😉
      De manière générale, et ça a toujours été comme ça, l’ancienne génération est peu à peu délaissée au profit de la nouvelle. C’est une règle de base dans le commerce : créer, chez le consommateur, le besoin 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.