Deception IV : The Nightmare Princess

1 72

Il a la couleur d’un jeu d’action, pourtant Deception IV est un jeu de stratégie… Incarner le « méchant », et vous débarrasser de vos ennemis en plaçant des pièges plus tordus les uns que les autres, en faisant preuve du plus grand sadisme… Voilà une idée séduisante sur le papier… Dans la réalité, voyons si le nouveau jeu de Tecmo tient ses promesses…

Fais moi mal !

Group_B Depuis plusieurs mois, et depuis que Koch Media a envoyé ses premiers communiqués, c’est avec une attention particulière que nous suivons les informations relatives à ce Deception IV : The Nightmare Princess… Sur le papier, le jeu est prometteur, et son concept nous semble génial !

Un concept déjà bien connu des amateurs du genre, puisque l’an passé sortait Deception IV : Blood Ties, l’épisode PS3 et PS-Vita de la série Deception. Ce « Nightmare Princess » peut en effet être considéré comme une extension du précédent volet, adapté cette fois à la PS4.

Pour les  ceusses qui ne connaissent pas la licence (qui date, mine de rien, du milieu des années 90 et qui est connue au Japon sous le nom « Kagero »), le premier point intéressant, dans Deception est que vous n’incarnez pas un héros qui doit sauver le monde. Non, cette fois, vous êtes la fille du diable, et votre mission va être d’éradiquer la race humaine dans d’atroces souffrances. Je vous vois déjà sourire.

Pour ce faire, vous pourriez vous contenter de déchaîner des foudres sataniques sur la Terre. Mais notre héroïne n’est pas vraiment fan des films de Michael Bay, et est joueuse, un tantinet sadique. Alors, elle va éliminer les hommes un par un, en leur tendant des pièges diaboliques.

Le but du jeu sera donc d’éliminer les hommes de la manière la plus sadique et humiliante possible. Et pour cela, vous disposez de nombreux pièges à poser dans les donjons… Vous avez de l’imagination ? Ca tombe bien, vous allez en avoir besoin.

Ce soir, c’est « soirée SM »

Group_B3Des héroïnes sexy et vêtues de cuir, de colliers à clous… Non, vous n’êtes pas dans une campagne publicitaire pour des soirées sado-maso. Cependant, il vous faudra une bonne dose de sadisme pour mener à bien votre quête dans Deception IV.

Dans le jeu, vous incarnez Laegrinna, la fille de Satan (et héroïne de Deception IV : Blood Ties). Elle est assistée de sa soeur Velguirie (la fameuse « Nightmare Princess), de Ephemera (un automate créé par le diable), de Millenia (héroïne de Kagero : Deception II). Par la suite vous rejoindront également Reina (héroïne de Deception III) et Allura, une humaine injustement accusée d’avoir tué le roi.

L’objectif de votre fine équipe est de ressusciter le Diable. Mais pour cela, les jeunes femmes-démons doivent mettre la main sur douze artefacts, en possession d’autant de gardiens. Leur plan consiste à attirer ces humains, et leurs soldats, dans un monde entre la réalité et le rêve, Darkside Heaven, afin de les éliminer et de leur subtiliser les précieux fragments.

C’est sûr, y’a un piège !

Group_B8Dès lors que les pauvres guerriers humains sont tombés dans vos griffes, dans les nombreuses salles du chateau, le jeu se déroule toujours de la même manière : à chaque instant, lorsque vous êtes poursuivie par des soldats, vous pouvez presser la touche O. Le temps s’arrête et un menu vous permet d’afficher la salle en « vue du dessus » avec un quadrillage. C’est sur cette grille que vous allez placer minutieusement vos pièges… Trois, quatre, cinq, six… Selon les possibilités qui vous sont offertes, placez vos pièges (matérialisés par des numéros) et orientez les de façon à provoquer des réactions en chaîne.

Dès que l’humain un peu trop hardi arrive sur le premier piège, déclenchez le premier d’entre eux, et admirez la lente et amusante (parfois aussi humiliante) agonie de votre adversaire. En fonction des enchaînements, du style et de nombreux autres critères, une note finale vous est attribuée. A vous d’éliminer vos adversaires, qui arrivent généralement par grappes. Et si les simples soldats semblent avoir le QI d’un candidat de télé-réalité, les boss sont plus retors, avec leur sale manie de se régénérer, ou de redonner de la vie à leurs comparses… Il va falloir aussi lutter contre le temps, pour les empêcher de jouer les miraculés trop longtemps !

En termes de pièges, les concepteurs du jeu se sont montrés très imaginatifs : il y a du classique comme des pics, des haches, des canons, des flammes… et des pièges plus « fun » comme des citrouilles ou des têtes de chevaux qui tombent sur vos victimes, des cuvettes de WC diaboliques, etc… L’humour et le second degré sont omniprésents ! Et c’est avec un petit sourire coupable que l’on prend parti pour nos diablesses, sans aucune pitié pour ces humains qui sont censés représenter le bien et la justice…

Un peu de « déception » ?

Group_B10Je m’étais pourtant promis de ne pas faire ce jeu de mot, qui a été utilisé par bon nombre de sites et blogs sur les jeux vidéo : je trouve en effet un peu dur de parler de « deception » pour qualifier ce jeu… Même s’il déçoit sur différents points, c’est vrai…

Tout d’abord par son manque d’ergonomie. Deception IV est supposé être un jeu fun. Pourtant, la mise en place des pièges est vite frustrante et souvent laborieuse, loin d’être instinctive. Ajoutez à cela des missions qui ne sont pas toujours bien expliquées (heureusement, des vidéos explicatives sont proposées), et vous obtenez un titre dans lequel le fun est vite étouffé par des petits problèmes de jouabilité. Nous n’avons, très clairement, pas ici un jeu destiné aux « casual gamers » !

Le second point qui me frustre est l’inégalité dans la qualité des graphismes. Si les personnages et les pièges sont joliment modélisés et animés, les environnements, eux, sont très loin d’atteindre des summums. Décors vides et un peu ternes, la version PS4 qui a servi pour le test m’a plus donné l’impression de jouer sur une version PS3 que sur une console new-gen.

Au final

Group_B5De manière générale, ce Nightmare Princess est frustrant : il propose plein de bonnes choses, vite gâchées par de petits points noirs. Le concept est génial, mais un peu terni par la jouabilité… L’histoire est passionnante, mais le jeu manque trop de rythme pour vous faire accrocher et jouer non-stop… Le contenu est colossal, mais encore faut-il avoir l’envie de jouer d’une traite.

Car ici, votre plus grand ennemi sera le coté trop répétitif des missions. Autrement dit, Deception IV est très plaisant si vous vous accordez régulièrement des sessions chronométrées de jeu, mais devient vite rébarbatif si vous tentez le marathon « journée non-stop », qui vous donnera vite l’impression de tourner en rond. Mais étrangement, si vous prenez sur vous et décidez de vous accrocher pour passer ce cap, l’envie d’avancer dans l’aventure apparaît au bout de trois ou quatre heures de jeu…

Nous avons là un excellent titre sur le fond. Mais sur la forme, l’éditeur aurait dû profiter du passage sur PS4 pour dépoussiérer les mécaniques de Deception, et ne pas proposer un simple portage de l’extension de Blood Ties.

Un jeu à conseiller aux fans de la série ou aux amateurs de stratégie, qui projettent un jour de devenir le maître du Monde, mais à déconseiller à ceux qui veulent de l’action, du rythme, et encore de l’action !


 

Verdict

DECEPTION_PS4_3D_PACKSHOT_PEGI

Alléchant sur le papier, le jeu pèche par une réalisation un peu datée et son aspect répétitif. Il reste assez fun, malgré une ergonomie un peu fastidieuse qui gâche la fête…

13/20

Les + :

  • Le concept du jeu est génial
  • L’humour bien délirant
  • Du contenu à gogo
  • Enorme durée de vie, nombre colossal de missions
  • La variété des pièges (plus de 180), aussi efficaces que drôles
  • Existe aussi en versions dématérialisées sur PS3 et PS-Vita
  • Des modes sympa comme le mode Quêtes de Velguirie
  • Sous-titres en VF
  • Persos des anciens volets débloquables : du fan-service pour les amateurs de la licence

Les – :

  • La réalisation n’est pas à la hauteur de la PS4
  • Une IA un peu « coconne »
  • La caméra pas toujours bien placée
  • Une prise en main pas évidente, missions pas toujours claires
  • Ces pu… de boss qui n’arrêtent pas de se régénérer
  • Un jeu assez répétitif
  • Manque de rythme

Deception IV : The Nightmare Princess, par Koei-Tecmo, sur PS4, PS3 et PS-Vita. Pegi : 16.

 

vous pourriez aussi aimer More from author

1 commentaire

  1. Un trailer de lancement pour Nights of Azure – Level 1

    […] Vous aimez les ambiances bien “dark” et les démons qui pullulent un peu partout à l’écran ? Alors, bienvenue dans le monde de Nights of Azure, le nouveau jeu de Gust, produit par Keisuke Kikuchi (Fatal Frame, Deception IV). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.