Saint Seiya : Saintia Shô

0 60

SORTIE LE 12 FEVRIER. – Malgré le look parfois androgyne de ses personnages principaux, la saga Saint-Seiya (de Masami Kurumada, plus connue en France sous le nom « Les Chevaliers du Zodiaque ») est un shônen, comprenez un manga pour les jeunes garçons. Actes de bravoure, combats épiques, sens du sacrifice au nom de la collectivité, et batailles qui se terminent dans le sang et dans la sueur, pas de doute : Saint-Seiya, c’est une histoire de mecs !

Mais parité et égalité des sexes obligent, Saint-Seiya se féminise : depuis le 12 février, l’éditeur Kurokawa a commencé à traduire en Français Saint-Seiya : Saintia Shô, une version féminine de la célèbre licence.

Le pitch

Shôko, une jeune lycéenne, est sans nouvelle de sa grande soeur Kyôko depuis que cette dernière est devenue boursière de la fondation Grad. Elle décide de partir à sa recherche et va tenter de parler à Saori Kido lors de sa venue dans son lycée. C’est aussi le moment que choisit la déesse de la discorde, Eris, pour s’emparer de l’enveloppe charnelle de Shôko. Kyôko apparaît alors pour sauver sa soeur, lui révélant qu’elle fait partie d’un corps secret de guerrières dévouées à la déesse Athéna: les Saintia.

Notre avis

Dans ce premier volume, le lecteur fait donc la connaissance de Shôko, jeune lycéenne, et de sa grande soeur Kyôko, désormais au service de Saori Kido/Athéna. Kyôko est celle qui fera office de « Pegase », si ce n’est que son armure est ici celle du « Petit cheval Equuleus.

Alors qu’elle entame des recherches pour retrouver sa soeur, Shôko est attaquée par Eris, la déesse de la discorde (que vous connaissez déjà grâce à l’OAV « La Pomme d’Or ») qui voit en la jeune fille un parfait réceptacle (pour se réincarner. C’est alors qu’apparaît Kyoko, vêtue de l’armure de Pégase, pour sauver sa soeur. Elle lui révèle alors qu’elle fait partie d’un corps secret de guerrières dévouées à Athena : les Saintia, des versions « féminines » des célèbres Saints (Chevaliers du Zodiaque).

L’histoire se déroule en parallèle de la série d’origine, et débute donc juste avant le « Galaxian War » (tournoi galactique). C’est justement le combat de Seiya contre Shiryu qui va être l’une des plus grandes motivations pour Shôko, pour retrouver sa soeur, puis devenir elle même une Saintia. Au fil du récit, il ne sera donc pas étonnant de croiser des figures bien connues des fans.

Lorsque la série a été annoncée par le magazine japonais Weekly Shonen Jump en 2013, des fans ont crié « hérésie ». Mais au final, nous voici avec une nouvelle version de Saint-Seiya qui se démarque de l’oeuvre d’origine par un discours plus frais et plus moderne, tout aussi passionnant. Le trait est efficace, la lecture agréable, et ce nouvel auteur honore à son tour une série culte par un nouveau cycle qui se promet passionnant !

La série se réinvente avec de superbes dessins, moult références, et une touche de féminité des plus agréables.Vivement la suite, prévue pour le 9 avril. C’est le coup de coeur « manga » du mois !

CdC sem12

  • Saint-Seiya : Saintia Shô, d’après l’oeuvre de Masami Kurumada, par Chimaki Kuori, en France chez Kurokawa depuis le 12 février. Genre : shônen. Prix éditeur : 7,65€

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.