Saint-Seiya : The Lost Canvas Chronicles VII (Regulus du Lion)

0 119

SORTIE LE 9 OCTOBRE. – Un nouveau Gold Saint est le héros de ce nouvel épisode de Saint-Seiya : The Lost Canvas Chronicles, dont chaque volume est consacré à un porteur d’armure d’or de la précédente Guerre Sainte, celle qui n’a vu que deux survivants, et que l’on a pu découvrir sous la plume de Shiori Teshirogi dans Saint-Seiya : The Lost Canvas. Et dans ce tome, c’est le jeune Regulus du Lion qui est le héros…

Le pitch

Regulus le Chevalier d’Or du Lion va affronter le Démon Balor pour protéger une jeune fille et son pays ! La lumière dorée va pourfendre les ténèbres et illuminer le monde ! Regulus qui vit dans l’ombre de son père, va accomplir sa première grande mission !!!

Notre avis

Comme vous le savez sans doute, si vous avez lu The Lost Canvas, pour Regulus, la chevalerie est une histoire de famille : le précédent chevalier du Lion n’était autre que son père, Ilias… Et comme dans la série d’origine, de Masami Kurumada, il existe un lien de parenté entre le Lion et le Sagittaire, si ce n’est que Sisyphe est l’oncle de Regulus.

Comme son père, Regulus (c’est aussi le nom de l’étoile principale de la constellation du Lion) est devenu le gardien de la cinquième maison. Sa particularité est d’être le plus jeune de tous les chevaliers (il s’est entraîné avec ceux qui ne sont restés que de simples « bronze »). Regulus est aussi un chevalier surdoué, qui peut apprendre les techniques de ses adversaires, simplement après les avoir vu exécutées une fois… Voilà qui est prometteur !

Les Chronicles nous font voyager dans les mythologies… Et après l’Amérique précolombienne, la Chine et tant d’autres, Shiori Teshirogi s’inspire cette fois des Celtes, avec notamment un certain Lug, ou des décors composés de croix aux motifs entrelacés… Cool ! Regulus est envoyé dans un pays anglo-saxon, et cette culture est omniprésente, avec des adversaires tels que des druides, ou une banshee…

Hélas, si la forme est des plus alléchantes, le fond tourne un peu en rond, et c’est bien dommage ! On retrouve ainsi la construction utilisée dans chacun des précédents volumes. Une jeune fille (ou un enfant) est en détresse, menacé par un adversaire redoutable au coeur noir…

Fort heureusement, un héros est de passage dans le coin. Il sauve cet enfant une première fois et, dès que ça se corse… « Tadaaa, je suis en réalité un Gold Saint, envoyé en mission par le Pope qui a deviné qu’il se passe des trucs louches par ici »… Le Gold découvre qu’il n’a pas été envoyé au hasard… Il verse à peu près 16 litres de sang avant de se surpasser et… Tout est bien qui finit bien…

Bon, j’avoue, je caricature ! Il n’empêche… Si vous reprenez les volumes précédents des Chronicles, vous remarquerez qu’ils sont tous construits sur le même déroulé ! Chaque histoire n’en demeure pas moins passionnante, mais au fil du temps, trop d’actions deviennent prévisibles…

Soyez toutefois rassurés : le manga est toujours aussi classe, je bave toujours autant devant les dessins extraordinaires de Shiori Teshirogi, l’émotion est toujours au rendez-vous, et tout fan qui se respecte se doit de posséder cet ouvrage. Ne serait-ce que parce qu’un volume de Saint-Seiya, on ne passe pas à coté ! Un très bon tome qui donne encore plus envie de s’attacher à Regulus, ici dans sa toute première mission en tant que chevalier, le p’tit « jeunot » de la bande des Gold réserve décidément bien des surprises…

Saint Seiya Chronicles 7

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.