1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)

1 269
1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)

S’il est des titres qui ont marqué l’histoire des jeux vidéo, Final Fantasy VII en fait assurément partie !

On se souviendra surtout que c’est l’opus des "premières" ; premier épisode sur Playstation (après six épisodes édités sur consoles Nintendo), première aventure en 3D et tout simplement premier Final Fantasy à franchir nos frontières.

Devancé par une campagne de pub sans égal pour l’époque, Final Fantasy VII débarque en cette fin d’année 1997 comme aucun autre jeu avant lui et deviendra le fer de lance du RPG japonais, tel que l’on en fait plus aujourd’hui, ouvrant la voie à de nombreux hits à venir : Final Fantasy VIII et IX, FF Tactics.

De la "magie" dans l'air

1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)

Dès l’introduction, le ton était donné, avec une scène cinématique bluffante qui débouchait sur un premier combat dans un système au tour par tour, véritable marque de fabrique de la saga.

Et déjà, la magie pouvait opérer dans tous les sens du terme.

 

Dirigeant une équipe allant jusqu’à trois personnages à la fois, le joueur avait le loisir de choisir entre attaques physiques, magies (offensives, défensives, curatives…..), utilisation d’objets (potions, remèdes etc…) et invocation de monstres aux pouvoirs surpuissants que l’on nommera G-Force dans l’épisode 8 ou encore chimères dans le 9e.

La magie reposait sur le système des matérias. Sortes d’orbes de magie condensée, elles comptent  cinq classes différentes ; magie, effet, commande, soutien et invocation. Elles pouvaient s’installer sur les armes et protections du personnage désigné et avaient la possibilité d’être associées entre elles, donnant lieu à une véritable stratégie d’équipement.

Par exemple, combiner la matéria de magie foudre avec celle d’effet baptisée “tout“, avait pour résultat de lancer le sortilège non pas contre un seul ennemi, mais contre tous ceux présents à l’écran.

Scénario "écolo steampunk"

1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)

Pour ce qui était du scénario, l’histoire vous plaçait en plein univers futuriste aux inspirations Steampunk, dans la peau de Cloud, jeune homme solitaire et taciturne, ex-membre du Soldat (groupe d’élite formé par la société Shinra), qui décidait d’offrir ses services à Barret et ses amis d’Avalanche, groupe de rebelles bien décidés à empêcher la monstrueuse société Shinra d’assécher plus longtemps les ressources magiques de la planète.

Bien sûr, rien ne se passera comme prévu et le récit captivant de ce hit planétaire nous aura fait passer par toutes les palettes d’émotions possibles.

On pensera notamment à Sephiroth, l’un des méchants les plus charismatiques jamais imaginé, où encore à la mort d’Aerith, l’un des personnages principaux du jeu et aussi l’un des plus attachants. Véritable moment charnière du jeu, cette tragique disparition hantera à jamais les joueurs, tant elle fut inattendue et bouleversante.

1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)

Digne d'Hollywood

Tout ceci n’aurait été rendu possible sans les sublimes musiques délivrées par le maître Nobuo Uematsu. Rarement dans un jeu vidéo une bande originale n’aura été aussi efficace et envoûtante (OST du jeu sur cette page).

C’est bien simple, jouer à Final Fantasy VII revenait à plonger dans un film hollywoodien, dont vous auriez été l’acteur principal.

La durée de vie du hit étalée sur trois CD était proprement hallucinante, grâce au scénario principal, aux quêtes annexes (élevage de chocobos, recherche des matérias, combats contre les Armes, etc….) et à un Disneyland local baptisé Golden Saucer, dans lequel vous pouviez vous adonner à des mini jeux ultra addictifs.

Bref, pas moins de quatre vingt heures de jeu vous attendaient pour tout boucler. À l’heure actuelle où beaucoup de jeux possèdent des durées de vie dérisoires où artificiellement rallongées par des DLC parfois payantes, Final Fantasy VII passerait surement pour un OVNI vidéo ludique.

1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)

On le trouve encore

Si vous faites encore partie des personnes à avoir échappé au raz de marée FF VII, vous pouvez encore vous rattraper, puisqu’une version PC du jeu existe, et a même été retouchée en 2012 par Square-Enix pour fêter les 15 ans du titre. Elle est désormais disponible au téléchargement sur le site de l’éditeur.

A noter que pour les possesseurs de PS3, PS-Vita et PSP, le jeu est également disponible dans le catalogue PS1 du PlayStation Store. Il vous coûtera alors 9,99€.

Sinon pour les plus conservateurs, vous n’aurez plus qu’à rebrancher vos bonnes vieilles PSX où PS2, et ressortir les trois CD mythiques de leur écrin.

À moins que Square Enix ne réalise l’un des plus vieux rêves de gamers en produisant un remake HD de l’un des meilleurs jeux vidéo de tous les temps, à la hauteur de son mythe…..

1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)1997 : Final Fantasy VII (PlayStation)

1 commentaire

  1. cloud dit

    Vous ne parlez pas des excellents spin-off comme Dirge of Cerberus ou Crisis Core

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.