Atelier Escha & Logy : Alchemists of the Dusk Sky

0 80

Cette semaine,Tecmo Koei nous propose un titre assez surprenant : frais avec ses jolis graphismes cell-shadés, dépaysant avec son univers très « RPG japonisant »… CeAtelier Escha & Logy : Alchemists of the Dusk Skyest la grosse surprise du moment. C’est le nouvel épisode d’une série désormais bien connue des fans de RPG, et surtout une vraiment bonne surprise… On y va !

Alchimie parfaite ?

world_0103_zoom0103Bien ! Par où commencer ? Le titre vous donne de nombreuses indications, puisqu’il vous indique que nous allons parler d’alchimie, le « atelier » faisant évidemment référence à l’endroit où vous allez concocter vos recettes.

Car la particularité de ce jeu de rôle est que, au fil de leurs aventures, vos deux alchimistes vont récupérer toutes sortes d’ingrédients (sur la map, dans la cité, à l’issue des combats) qu’ils vont ensuite pouvoir utiliser, dans un grand chaudron, pour confectionner de nouveaux items. En quelques heures de jeu, croyez-moi, les possibilités sont déjà énormes. Voilà qui promet.

Le titre vous indique également qui seront les deux persos principaux. Lequel sera votre « leader » ? C’est à vous de choisir en début de partie, sachant que, de toute manière, les deux feront équipe quoi qu’il en soit (d’autres membres viendront renforcer votre équipe au fil de l’aventure).

Nous retrouvons donc, à ma gauche, Escha Malier, jeune femme de 15 ans un peu maladroite, naïve, qui va apprendre les recettes alchimiques au fil de l’histoire. Très vite, elle va développer des compétences qui vont en faire un atout très intéressant dans votre binome.

A ma droite, Logix Ficsario (un nom aussi classe que le personnage, mais… Il vous invite très rapidement à l’appeler Logy)… 18 ans, plus secret et réfléchi, il arrive tout juste à Central City, le crane bourré de techniques de la « nouvelle » alchimie, ignorant peut-être un peu trop les méthodes plus anciennes… Entre ces deux là… l’alchimie opère, si j’ose dire ! 

Premières heures de jeu…

system_0301_zoom0105Après une intro plutôt soft, le joueur est tout de suite plongé dans le vif du sujet. Ce bon vieux Logy (le perso que j’ai choisi lorsque le choix s’est présenté) débarque à Central City, et va devoir faire équipe avec Escha, une jolie partenaire aux cheveux rose, très « kawaï ». Bien qu’elle semble très enfantine de prime abord, Escha se révèle être une alchimiste très prometteuse.

Après les présentations avec votre hiérarchie, et de nombreuses fenêtres de dialogue en Anglais, vous voilà en mission. Votre première… Sur la Mapworld, vos destinations se présentent sous forme de points, qui apparaissent en fonction de votre progression dans la réalisation des missions que l’on vous a donné…

Premier décor, très joli, et un monstre vous charge. Frappez-le en premier pour prendre l’avantage ! Un classique du genre ! Lorsque la fenêtre de combats apparaît, vous remarquez que les rixes se déroulent au tour par tour… Particulièrement ergonomiques et dynamiques, les combats s’avèrent très plaisants. On apprécie également la possibilité de diminuer les dégats reçus par un personnage en le « couvrant » avec l’un de ses équipiers.

Ne reste plus qu’à rentrer à la « maison », à l’atelier plus précisément, pour mélanger les ingrédients recueillis… Si les premières recettes sont assez simples à réaliser au départ, cela se complexifie par la suite avec l’acquisition de nouveaux livres de recettes…

Plus on avance

world_0201_zoom0104Si les premières heures de jeu n’ont rien d’extraordinaire, voire sont alourdies par de très nombreux dialogues (en Anglais ; pas de Français à l’horizon, mais la possibilité de mettre les voix en Japonais), le titre s’affine au fil des parties. Une fois passé le cap du « j’apprends à cuisiner et je vais faire mon rapport à mes chefs », le jeu devient vite intéressant, et le scénar’ prend une orientation qui va capter votre attention jusqu’au générique de fin.

Plus vous avançez dans le titre et plus les recettes se complexifient, mais plus les récompenses et titres sont gratifiants. Et plus vous progressez, plus les combats deviennent intéressants. De nouvelles missions se débloquent, et vous devrez upgrader à la fois vos personnages (les deux initiaux et ceux qui rejoindront l’aventure par la suite), ainsi que le niveau d’alchimiste d’Escha… Bref, vous l’aurez compris…

Au final

ss_zoom02_016… au final, ce Atelier Escha n’est pas forcément le jeu que j’aurais pensé à acheter. Pourtant, plus je progresse dans l’aventure, plus je me dis que nous avons là un excellent titre. Avec ses défauts, mais ses nombreuses qualités.

Au chapitre des défauts, on notera les innombrables fenêtres de dialogue en Anglais, et des décors pas toujours très jolis, voire souvent un peu vides. Mais le titre se rattrape sur la variété de ses personnages, joliement modélisés, sur une aventure assez longue et intéressante, et surtout par un contenu hyper-riche, entre l’aventure elle-même, les nombreux défis, et la foultitude de « mixes » à composer dans votre chaudron…

Bref, un titre sans doute passé trop inapperçu, mais qui mérite sans rougir sa place dans votre collection de RPGs à avoir fait au moins une fois… Un grand cru dans la série « Atelier », je dirais même une référence. J’y retourne !


Verdict

A15_Coversheet_PAL_PEGI_1111fix

La « vraiment » bonne surprise du moment !

Les + :

  • Un univers vraiment sympa et « pastel », en cell-shading
  • Des persos attachants
  • Vous pouvez mettre les voix japonaises
  • Le système de l’alchimie n’est pas trop dur à comprendre, mais se corse un peu par la suite
  • Les Fields-Events, un plus…
  • Scénario intéressant
  • Une aventure longue en ligne droite, encore plus si vous tentez le 100%

Les –  : 

  • Quelques temps de chargement entre les zones
  • Jeu seulement en « Anglais »
  • Beaucoup de dialogues au début du jeu
  • Des décors parfois un peu vides et pas toujours très beaux

Atelier Escha & Logy : Alchemists of the Dusk Sky, édité par Tecmo Koei, développé par Gust Co LTD, disponible sur PS3. Pegi : 16.

Remerciements à Koch Media 😉

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.