Le Hobbit : un voyage inattendu (version longue)

0 412

Depuis cette semaine, vous pouvez vous rendre en salle pour voir le second épisode du Hobbit, La Désolation de Smaug », de Peter Jackson, qui est tout simplement un film exceptionnel ! Pour LV1, l’occasion est trop belle de revenir sur le premier volet de la trilogie, que vous pouvez redécouvrir en bluray, sur votre PS3, dans une version longue attendue par les fans.

Le Seigneur des Hobbits

21936-le-hobbit-un-voyage-inattendu.jpgTout d’abord, mettons les choses au point ! Pour pouvoir rentrer dans le film, vous allez devoir laisser remonter votre âme d’enfant, ce qui va vous faciliter ce voyage dans un monde de féérie, de magie, une virée extraordinaire pleine de rêve et de merveilleux, dans l’univers unique et dépaysant de l’écrivain anglais JRR Tolkien.

Les fans de l’auteur attendaient Peter Jackson au tournant, lorsqu’il avait annoncé vouloir adapter, au cinéma, LE monument de la littérature heroic-fantasy, la référence par excellence : Le Seigneur des Anneaux. Pourtant, malgré quelques libertés par rapport à l’oeuvre originelle, Peter Jackson faisait l’unanimité avec sa trilogie. L’an passé, il récidivait et nous invitait à repartir en Terre du Milieu, à la découverte d’une nouvelle trilogie, adaptation cette fois du premier roman de Tolkien (qu’il a écrit, à l’origine, pour ses enfants), Le Hobbit, qui est en quelque sorte une préquelle au Seigneur des Anneaux.

Petit coup de gueule !

Bilbo-le-Hobbit-Photo-4.jpgAvec seulement ces quelques lignes, vous aurez compris à quel point ce film m’emballe ! Cependant, il y a quand même un « petit coup de gueule » que je me dois de pousser, et qui explique la raison pour laquelle je ne vous propose le test du Bluray que si tardivement…

Car si le film est sorti en DVD et Bluray le 17 avril, la version longue que je vous propose de découvrir n’est arrivée sur le marché que le 13 novembre. Autrement dit, comme il est désormais de coutume avec les gros blockbusters (Peter Jackson était déjà coutumier du fait avec Le Seigneur des Anneaux, mais on peut aussi le reprocher, par exemple, à James Cameron avec Avatar), vous trouverez en magasin un film en version simple, que vous serez tenté de revendre six mois plus tard pour vous procurer la version longue du même film.

Avouez que, si la démarche de nous proposer l’objet ultime pour les fans est louable, le consommateur ne peut que davantage avoir l’impression que les éditeurs le prennent pour une « vache à lait »… Rien de bien méchant je vous rassure, mais à l’avenir, pour « La Désolation de Smaug » par exemple, un conseil : ne vous jetez pas sur le film le jour de sa sortie CD, mais attendez quelques mois ; il se verra obligatoirement décliné en « version longue ». L’éditeur le prévoit comme tel et deux versions du film sont obligatoirement montées, dès le début. La version dite « courte » (cinéma), et une version allongée prévue pour… plus tard 😉

Casting de choc

21949-le-hobbit-un-voyage-inattendu.jpgMais revenons à ce bluray, et notamment cette étrange volonté du réalisateur que de vouloir découper ce roman (qui tient en un tome) en trois volets cinématographiques. Un choix que l’on peut sans doute expliquer par la richesse du texte d’origine, sans doute très difficile à décrire en seulement 3h de film. Après tout pourquoi pas ? J’avoue qu’après avoir vu les deux premiers volets, je suis convaincu !

Du coté de la distribution, j’aurais tendance à la scinder en deux parties, tant le casting est riche. D’un coté, on retrouvera avec grand plaisir des personnages que nous avions pu voir dans Le Seigneur des Anneaux, qui font ici une brève apparition. On citera entre autres Elijah Wood (Frodon), Hugo Weaving (Elrond), Cate Blanchett (Galadriel), Christopher Lee (Saroumane) ou Ian Holm (Bilbon âgé). D’autres personnages du Seigneur des Anneaux sont bien présents, avec un rôle plus important, voire capital, dans ce Hobbit : Ian McKellen (Gandalf le Gris) ou Andy Serkis (Gollum) pour ne citer qu’eux.

Et puis, il y a tous les « petits nouveaux », non moins talentueux : Martin Freeman (Fargo, H2G2) campe ici un Bilbon très convainquant et « so british » que l’on ne peut qu’adorer, Richard Armitage dégage tout son charisme dans le rôle de Thorin le roi-nain déchu, ou encore Manu Bennett (Spartacus, Sinbad contre le Minotaure) qui joue ici un effrayant gobelin géant, Azog.

Le scénario

21935-le-hobbit-un-voyage-inattendu.jpgLe scénario du Hobbit s’inspire librement (mais en essayant d’être le plus fidèle possible) du roman éponyme de JRR Tolkien. On y suit les pérégrinations de Bilbon Sacquet, un Hobbit casanier qui va, de gré ou de force, partir à l’aventure en compagnie du magicien Gandalf et d’une compagnie de treize nains.

Le but de cette quête est de délivrer le royaume des nains, Erebor la Montagne solitaire, sous l’emprise du terrible dragon Smaug. La créature a, en effet, obligé les survivants nains à l’exil, après s’être emparé de leur prestigieux royaume et de leur trésor. Mais aujourd’hui, Thorin, héritier du royaume, veut retrouver le trone de ses ancêtres. Au cours de cette aventure qui changera sa vie à tout jamais, Bilbon dérobe notamment à Gollum, grâce à sa malice, l’anneau unique que l’on retrouvera dans Le Seigneur des Anneaux. 

Push « play »

26995-le-hobbit-la-desolation-de-smaug.jpgBon, le temps passe, et il est temps de lancer le CD. Lorsque la plupart des films présentent une interface des plus sobres, nous avons ici un menu d’accueil qui, si vous ne lancez pas le film, vous fait visiter la maison de Bilbon, sur le thème musical « The Hobbit » du génialissime Howard Shore (qui compose la BO du film). Autant dire que, si vous aviez quitté Le Seigneur des Anneaux avec une petite larme de nostalgie, vous replongez « direct » dans l’ambiance et la magie de cet univers ! Un choix cornélien s’impose : soit vous laissez tourner pour continuer la visite, soit… Non, impossible de résister ! Play !!

Premières notes, premières images d’une grande finesse… Vous avez l’impression d’avoir 4 ans et d’être assis sur les genoux du Père-Noël ! Autrement dit, dès les premières minutes, la magie est là, et vous êtes emportés. Vous ne pourrez plus décrocher pendant les plus de trois heures de cette version XXL !

Cette nouvelle version du film vous propose environ 20 minutes supplémentaires dispatchées sur tout le film de manière assez discrète, il faut bien le dire, et seuls ceux qui connaissent la version ciné par coeur trouveront les différences. A l’exception peut-être des scènes ajoutées dans le prologue, ou dans les scènes de Fontcombe. Des scènes qui introduisent de nouvelles chansons, nous font comprendre un peu plus l’aversion des Nains envers les Elfes, ou creusent la personnalité de Thorin…

Finesse des images

21937-le-hobbit-un-voyage-inattendu.jpgDès les premières minutes du film, le spectateur réalise toute la beauté des images, notamment avec les vues de Cul-de-Sac et de la Comté qui fourmillent de détails, qui sentent bon la campagne et la verdure, avec à l’écran, un grain exceptionnel.

Et pourtant, sachez que la qualité du Bluray est bien en dessous de celle d’origine : le film est tourné à l’aide de caméras Epic, qui permettent la prise de vue en 48 images par seconde, pour un rendu plus fluide. On appelle cela le « High Frame Rate ». Hélas, le support Bluray ne suit pas cette cadence, et c’est donc bien du 24 images/seconde que vous aurez ici…

Quoi qu’il en soit, c’est bien un master 1080p 16/9 HD que vous avez devant les yeux, et cela crève les yeux ! Les paysages néo-zélandais sont éclatants de beauté (les puristes me diront que les scènes avec Ian Holm et Christopher Lee ont été tournées dans les studios de Pinewood en Angleterre, les deux acteurs ne pouvant se rendre en Nouvelle-Zélande pour des raisons de santé).

Pour le son, sans surprise, nous avons le désormais traditionnel écart entre l’honorable Dolby Digital 5.1 de la VF, et l’excellentissime DTS-HD master audio 7.1 de la version originale !

Bonus, vous avez dit bonus ?

le-hobbit-un-voyage-inattendu-photo-5059bb9d0107a.jpgCe coffret « version longue » ne vous propose pas moins de cinq disques ! Deux pour le film en version DVD, et un bluray pour le même film en version HD. Restent deux disques… Et là, c’est la foire aux suppléments. Comme pour les versions longues du Seigneur des Anneaux, le fan ne saura plus où donner de la tête, puisque les bonus prolongent l’expérience avec plus de 9h de featurettes. Oui, 9h, vous avez bien lu !

Commentaires audio de Peter Jackson et Philippa Boyens, appendices, making of, portraits de personnages, création des décors, etc. Il faut avouer que, sur ce point, ce bluray fait partie des plus généreux actuellement sur le marché. Autrement dit, vous en aurez pour votre argent !


 

the-hobbit-box-3

Si vous êtes de ceux qui ont craqué sur la version simple du film, peut-être vous en mordez vous les doigts. Si ce n’est pas le cas, sans doute êtes vous heureux d’avoir attendu cette version longue : l’attente en valait vraiment la peine !

Avec un son extraordinaire, des images somptueuses, près de 20 minutes de scènes supplémentaires et 9 heures de bonus, cette version longue du Hobbit est tout simplement la version ultime de l’un des meilleurs films du moment. La trilogie est ambitieuse, cette galette de platine lui fait honneur, et s’impose comme un coffret à posséder absolument, à plus forte raison si vous êtes fan des adaptations de Tolkien par Peter Jackson. A titre personnel, si je ne devais posséder qu’un bluray, ce serait celui-ci !

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.