Man of Steel

0 253

S’il est une série mythique au cinéma, c’est bien celle consacrée à Superman, le superhéros de DC créé en 1932 par Jerry Siegel et Joe Shuster. Après quatre volets avec Christopher Reeve dans le rôle principal (de 1978 à 1987), puis un anecdotique Superman Returns en 2006 (avec Brandon Routh), c’est Zack Snyder (300, Watchmen, Sucker Punch) qui s’y colle cette année, avec Man of Steel, désormais disponible en DVD et Bluray.

Zack Snyder réinvente le personnage, le relooke complètement, et enfin… enfin… Superman a enfin compris que le slip rouge se met à l’intérieur du pantalon !

S comme « Super-casting »

Produit par Christopher Nolan (trilogie The Dark Knight, Inception), Man of Steel réunit un casting des plus plaisants. A l’affiche, on retrouve Henry Cavill (Superman/Clark Kent), Amy Adams (Lois Lane), Michael Shannon (général Zod), Kevin Costner (Jonathan Kent), Russell Crowe (Jor-El), Laurence Fishburne (Perry White)… Et les fans de la série « New York Unité Spéciale » retrouveront même sa vedette, Christopher Meloni, dans le rôle du colonel Nathan Hardy 😉

S comme « scénario »

man-of-steel-michael-shannon-general-zod-2 Man of Steel nous emmène sur une planète Krypton au bord de la destruction. Ce monde est perdu, et pour Jor-El et son épouse Lara, le seul moyen de faire survivre l’espèce est d’envoyer leur propre fils dans une autre galaxie, sur une ancienne colonie kryptonienne, où il pourra grandir en choisissant ce que sera son histoire. Le berceau supersonique termine son voyage au beau milieu du Kansas, à Smallville chez Jonathan et Martha Kent.

Le petit Clark grandit à la campagne, mais avec l’adolescence apparaissent de grandes questions existentielles sur son origine, ses pouvoirs… Doit-il cacher qui il est, ou mettre ses « talents » au service des humains, au risque de passer pour un monstre ? Trouvera t-il les réponses une fois devenu adulte, alors qu’il entreprend un grand voyage initiatique de par le monde, à la recherche de son identité ? A moins qu’il ne sorte de sa torpeur avec l’arrivée d’un certain Zod, originaire de Krypton comme lui…

Avec Man of Steel, on appréciera particulièrement un scénario travaillé, plus sombre qu’à l’accoutumée, et qui nous épargne les clichés : ici pas de Lex Luthor, ni de kryptonite, et encore moins de gamin qui crie niaisement « Ooohh, c’est Superman !! » D’ailleurs, le réalisateur en joue, brise ces clichés en occultant, par exemple, et tout simplement l’appellation « Superman » que l’on n’entend quasiment pas dans le film. Clark expliquant même que le « S » sur sa tenue n’en est pas un, qu’il s’agit d’un symbole qui, dans sa langue, veut dire « espoir » (je ne spoile pas, vous allez le voir dans le trailer ci-dessous ;-).   

Je l’ai déjà dit plus haut, Zack Snyder réinvente le personnage, et l’on sent la patte du producteur, Chris Nolan, un expert des héros « sombres » et plus adultes… des Bat-héros quoi !

L’histoire est captivante du début à la fin, malgré quelques lourdeurs telles que l’allégorie autour du Christ (sacrifice pour sauver les humains, le héros âgé de 33 ans, etc) que l’on voit venir avec de gros sabots taille 47… Ou encore cette « hypocrisie » qui occulte les milliers d’humains victimes de la bataille finale : un « 11 septembre » puissance 10.000 où l’on a l’impression qu’il n’y a pas de victimes ? Etrange !

S comme « Soundtracks »

S’il y a une personne qui ne devait pas se sentir à l’aise lors de la production de Man of Steel, c’est bien le compositeur Hans Zimmer. D’accord, le monsieur est une pointure… Mais ici, on ne lui demandait pas moins que de passer derrière un certain John Williams.

Que l’on soit fan ou pas des quatre premiers volets de Superman (avec Christopher Reeve), on connait tous le thème inventé par John Williams. Dès les premières notes, la mélodie nous revient en mémoire, un thème qui a traversé les époques, qui est encore aujourd’hui connu de tous.

Pourtant, devant ses instruments, Hans Zimmer réalise un exploit. Il compose une bande-son remarquable, avec des thèmes à la fois chargés de mélancolie, d’héroïsme, de douceur, de violence… Avec brio, le compositeur réussit à retranscrire musicalement les émotions dégagées par Henry Cavill dans le film. Une OST que l’on vous conseille par ailleurs, c’est tout simplement l’une des musiques de films les plus réussies du moment.

S comme « spectacle »

uBfOSL5-ImgurTrès clairement dans ce film, nous avons deux parties distinctes ! Tout d’abord, et après une impressionnante intro sur Krypton, nous avons la partie voulue par Zack Snyder et Chris Nolan, plus noire, plus adulte. On y parle des difficultés d’intégration du jeune Clark, de génétique, de crise identitaire, de voyage initiatique… On est loin du film de super-héros classique ! Mais le spectateur risquant de se lasser, on passe à une deuxième ambiance…

… Et là, c’est la logique commerciale du studio qui reprend le dessus. Car ne l’oublions pas, ce Man of Steel est la réponse du berger à la bergère, de DC à Marvel et ses Avengers. Alors arrive le grand méchant, et notre héros se lâche, se fâche, ne « mâche pas ses maux » !

Et lorsqu’arrive l’action, elle mène la danse jusqu’au générique de fin. Le film devient plus rythmé, et dans ce duel extraterrestre, le spectateur en prend plein la vue, plein les oreilles. Ca éclate, ça explose, ça pulvérise, ça fracasse, ça atomise… Michael Bay (Transformers) peut retourner se coucher. Les écolos, eux, peuvent pleurer de voir cette belle planète dérouiller comme jamais…

Concrètement à l’écran, le rendu est sublime. Et pourtant, Zack Snyder a choisi de tourner la majorité des plans sur pellicule et non en numérique. Le rendu est remarquable, à peine trahit à de rares occasions par d’infimes grains argentiques. Le travail d’encodage est stupéfiant, même si la matrice est malmenée par des effets à foison, une réalisation nerveuse, des débris à l’écran, et quelques effets de lens-flare qui nous feraient croire que l’on est dans un film de JJ Abrams 😉

Man-of-Steel-Trailer-Images-Young-Clark-Kent-Saves-Bus-Full-of-KidsAu niveau du son, ce n’est hélas pas une surprise : nous sommes chez Warner, et si vous êtes un habitué de cette rubrique, vous savez déjà ce que je vais écrire ! Comme à sa grande habitude, l’éditeur nous propose deux qualités différentes : tandis que la VO est en DTS-HD Master audio 7.1, il faudra vous contenter d’une VF en simple Dolby Digital 5.1, toutefois de très bonne facture en comparaison avec d’autres productions du moment.

Seul petit bémol sur les bonus embarqués sur cette galette : peu nombreux, vous devrez vous contenter de deux gros documentaires de 26 minutes (sur les personnages, sur les scènes d’action), et de quelques bonus plus légers à destiner aux fans (sur les costumes de Superman, etc…)


 

man-of-steel-blu-ray-cover

Crevant ! C’est ce que l’on se dit au moment où se déroule le générique de fin de ce Man of Steel. Dans le bon sens du terme, je vous rassure ! Le film s’ouvre superbement par une séquence kryptonienne bourrée d’effets spéciaux, nous entraîne ensuite dans la quête identitaire de Clark (la partie plus intello du film) avant de nous livrer une débauche d’effets qui vous obligerait presque à regarder le film en apnée…

Zack Snyder réinvente totalement le mythe de Superman (celui dont on ne doit quasiment pas dire le nom) avec un récit captivant et servi par des images de toute beauté, et par une bande-son très réussie. Ce bluray est une démo technique en puissance qui va régaler votre lecteur de salon. Autrefois, si vous disiez que vous aviez aimé un film de superhéros, vous passiez pour un geek… Mais ça, c’était avant ! Chaudement recommandé !

  • Man of Steel, par Zack Snyder, en DVD, Bluray et bluray 3D chez Warner Home video, avec Henry Cavill, Amy AdamsMichael ShannonKevin CostnerRussell CroweLaurence Fishburne… Durée : 2h20. Prix conseillé (BR) : 20,99€

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.