Saints Row IV (testé sur PS3)

1 42
Moi Président de la République, je chasserai les extra-terrestres à grands coups de pouvoirs… Moi Président de la République, je mettrai la ville à feu et à sang… Moi Président de la République, j’instaurerai une loi pour que l’hymne national soit plus rock’n roll… Moi Président de la République, je règlerai tous les conflits en bottant des paires de fesses…

Présidence anormale

SR4_SuperSprint01Non, ceci n’est pas une quelconque déclaration d’un candidat à la Présidence, mais un bon résumé de l’ambiance qui règne dans Saints Row IV, titre pour lequel l’éditeur Deep Silver mise, en France en tout cas, sur une campagne de communication ayant pour thème « la présidence anormale »…

Clin d’oeil ! Ca vous rappelle quelque chose ? C’est plutôt fort, et ça colle parfaitement avec le ton décalé du titre ! (au passage, merci à Koch Media pour les petits goodies sympas, du dossier de presse/dossier confidentiel frappé du logo de la Maison Blanche, au laisser-passer présidentiel, et autres…). 

Car on ne va pas mâcher les mots : Saints Row IV est un titre complètement déjanté, haut perché, barré, loufoque… Et tous les superlatifs que vous pouvez imaginer ! Mais qu’est-ce que c’est bon !!

Si vous êtes un adepte du second, voire du quinzième degré, ce titre va vous taper dans l’oeil et vous aurez beaucoup de mal à vous en défaire ! Un « plaisir coupable » ? Non ! Juste une fraîcheur et une originalité comme on aimerait en voir plus souvent dans les jeux vidéo !

Pleins pouvoirs !

SR4_RocketLauncher-01Alors qu’habituellement, les jeux vidéo vous permettent de faire des choses que vous ne feriez pas dans le monde réel, Saints Row IV va encore plus loin, et vous permet de réaliser ce que vous n’auriez même pas imaginé, tout simplement en vous donnant les pleins pouvoirs dans le jeu.

Comment être l’homme le plus puissant du monde ? Tout simplement en incarnant le Président des Etats Unis, affublé de super-pouvoirs ! Rien que ça !

Saints Row IV est un « open-world », que l’on pourrait comparer à un GTA, par exemple (un « GTA-like », quoi). Autrement dit, un monde ouvert dans lequel vous pouvez vous balader comme bon vous semble, en avançant dans le jeu comme vous le désirez.

Mais, d’un avis purement perso, si GTA ne me transcende pas plus que cela, il m’intéresse encore moins depuis que j’ai joué à SRIV.

Complètement déjanté !

PV_pancakesL’intro du titre vous permet de replonger dans l’univers déjanté des Saints. Véritable caricature des jeux d’action, elle vous plonge dans le bain, avant de vous mettre dans la peau de votre avatar, le locataire du Bureau ovale himself !

Un Président des USA que vous pouvez personnaliser à loisirs, en lui donnant soit des airs de soubrette, soit un look plus « rockstar », à moins que vous ne préfériez le costard-cravate et la coupe de premier de la classe !

Homme ou femme, votre personnage doit très vite faire face à une invasion extra-terrestre. Enlevé par la bande de Zinyak, il devra s’échapper de sa prison « virtuelle », d’où il reviendra pour sauver le monde, avec des super-pouvoirs qui feraient passer Superman pour Dora l’exploratrice !

Comme dans la plupart des open-worlds (mondes ouverts), vous êtes laché dans les rues, avec des missions à réaliser, des objectifs à remplir pour progresser… Vol de voitures, bastons dans les rues, achats divers, et scènes d’action…

Vos premiers pas vous feront penser aux classiques du genre, et vous aurez vite l’impression de tourner en rond… Jusqu’à l’acquisition de vos premiers super-pouvoirs (très vite dans le jeu) ! Là, ça change tout !

De nouvelles actions s’offrent à vous, et vous usez et abusez de ces pouvoirs pour accomplir des objectifs qui n’en deviennent que plus funs. La liberté sans limites ! Le jeu était bon jusqu’alors, il en devient jouissif.

Et ce n’est que le début, car d’autres super-pouvoirs sont à débloquer, encore plus puissants et plus délirants !

Arsenal de folie !

SRIV_02_Jump_scEnfin… Je vous parle des pouvoirs, mais du coté de l’arsenal du héros, ce n’est pas mal non plus ! Si les premières armes à acquérir sont des plus banales, très vite vous allez mettre la main sur le Dubstep Gun (qui fait danser vos ennemis jusqu’à ce que mort s’en suive), l’Inflat-o-Ray (qui fait gonfler la tête de vos adversaires) ou encore le Black-Hole Gun, sans parler de l’étui à guitare-lance roquettes et consors…

Si les super-pouvoirs ne vous suffisaient pas, les armes vous promettent elles aussi de sacrées bosses de rire !

Que de qualificatifs pour ce titre ! Pourtant, il n’est pas exempt de défauts. Si les personnages et les véhicules sont plutôt bien modélisés, les décors, eux, sont parfois un peu ternes et pas toujours très jolis.

On relève également quelques bugs, d’affichage notamment (collisions parfois douteuses, clipping). La jouabilité demande un temps de prise en main, notamment pour le contrôle des véhicules ou les phases de tir.

Ceci dit, dans les phases d’action, vous serez souvent sauvés par une IA pas toujours à la hauteur (certains ennemis sont même parfois complètement idiots).

Enfin, derniers petits reproches : on progresse très rapidement dans ce titre, dont le mode solo risque de s’avérer un peu court (une douzaine d’heures environ).

Encore plus « barré » avec des potes !

ETD_millerkinzie_csnHeureusement, la durée de vie de Saints Row IV est fortement rallongée par les missions coop (si vous avez des potes) ou par le mode online. On aurait également aimé que l’excellente bande-son soit un peu plus mise en valeur.

Bref… Vous l’aurez compris, le chef de produit Paul Latrasse nous avait promis un très bon jeu, et Saints Row IV tient toutes ses promesses. Si le titre n’est pas exempt de petits défauts, je puis vous dire qu’on les oublie très vite, tant SRIV est fun et déjanté !

Il vous offre un tel sentiment de liberté, les références et les clins d’oeils humoristiques sont si nombreux, le ton est tellement décalé… Que vous risquez de devenir « addict » très rapidement.

En cette période où l’on n’a que peu de hits à se mettre sous la dent, Deep Silver nous propose ici un titre génialement débile. Quand certains se « la pètent », Volition et Deep Silver nous rappellent les fondamentaux d’un jeu vidéo, avec un titre 300% fun. A ne louper sous aucun prétexte !


Verdict

SR4 boxshot_ps3_3d_pegi

Un hit déjanté, complètement débile… Bref, on adoooore !

Les + :

  • L’ambiance complètement décalée voire franchement « déconne »
  • l’humour et les clins d’oeil
  • impression de surpuissance (super-pouvoirs et armes complètement déjantées)
  • la bande-son
  • le mode « coop »
  • très grande liberté.

Les – :

  • Quelques bugs d’affichage
  • gestion des collisions
  • IA perfectible
  • maniabilité parfois un peu hasardeuse (notamment la conduite des véhicules)
  • mode solo un peu court
  • quelques petits défauts dans l’animation.

 

  • Saints Row IV, développé par Volition, édité par Deep Silver, sur PC, X360 et PS3. Pegi 18+. En vente le 23 août. Prix conseillé : 59,99€, ou 99,99€ pour le collector « Super Dangerous Wub Wub edition » (le jeu, une figurine, une réplique du Dubstep Gun, le bouton de l’apocalypse) sur PS3 et X360 (89,99€ pour le collector sur PC). Page officielle.

vous pourriez aussi aimer More from author

1 commentaire

  1. Just Cause 3 – Level 1

    […] fois qu’un jeu d’action m’avait autant captivé, c’était Saints Row IV (lire notre test). Ici, Just Cause 3 est plus vaste, plus lumineux, et on aime « se la péter […]

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.