Paul Latrasse, chef de produit pour Saints Row IV

0 344

Le 23 août sortira Saints Row IV, sur PS3, X360 et PC. Un jeu développé par Volition pour le compte de Deep Silver. En attendant de devenir président des Etats Unis et de « bouter les extra-terrestres hors de la planète », nous vous proposons de parler de ce titre très attendu avec Paul Latrasse, chef de produit, notamment sur Saints Row IV.

Paul Latrasse vous explique ici en quoi consiste son métier, comment il est parvenu à ce poste, ce qui vous attend avec Saints Row IV, et ce qu’il pense de la nouvelle génération de consoles… Rencontre !

LV1 : Paul Latrasse, bonjour. Vous êtes « chef de produit ». Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste votre métier ?

Paul Latrasse : Le chef de produit est responsable d’un produit durant tout son cycle de vie. Pour mon cas, cette responsabilité se limite au territoire français. Le chef de produit a la responsabilité de définir la stratégie marketing dans sa globalité (objectif, positionnement, plan média) et de son exécution, le coté opérationnel. Cela représente 90% du travail. Nous créons aussi les outils d’aide à la vente, comme les fiches produits et les présentations power point, nous accompagnons le département commercial lors des présentations produits, ou les attachés de presse lorsqu’il y’a des interviews à donner. En gros, le CdP s’occupe de la communication et du marketing d’un jeu. 

Quel a été votre parcours ? Comment devient-on « chef de produit » ?

Pour mon cas, j’ai suivi la voix la plus classique : j’ai fait un BTS communication des entreprises en alternance, ce qui m’a fait découvrir le monde de l’entreprise au sein de Villeroy et Boch. J’ai ensuite intégré, à bac +2, l’ISEG Paris, école de commerce. En fin de troisième année, je me suis dit que je voulais être chef de produit dans le jeu vidéo. En 4e année, j’ai fait un stage d’assistant chef de produit chez SFA, (oui, les sanibroyeurs, :-), ce qui m’a permis d’avoir une première expérience à ce poste. J’ai pu ainsi intégrer Eidos en stage longue durée en 5e année. J’ai travaillé sur des licences telles que Tomb Raider, Kane et Lynch ou Age of Conan. (Un stage exceptionnel où j’ai été amené à partir au Mexique, aux Etats-Unis et en Norvège !) A l’issue de ce stage, j’ai été mis en relation avec le directeur marketing de Codemasters, qui recherchait un chef de produit. J’ai postulé et ai été embauché !

Quelles sont les avantages de ce métier ? Ses inconvénients ?

Pour ce qui est du métier de chef de produit en tant que tel, les avantages et inconvénients sont nombreux. Chaque produit et chaque phase de lancement de produit est différente l’une de l’autre, le sentiment de lassitude est peu présent. Très en amont, la mise en place d’un plan marketing d’un jeu demande de la réflexion, on apprend à connaitre son produit, on définit un positionnement (l’image que l’on veut donner du produit aux consommateurs, la promesse, l’accroche…), des objectifs (de vente, de notoriété,…) et la façon d’y arriver, les moyens à mettre en place pour y arriver… C’est très excitant car il faut faire marcher sa matière grise.  Puis, en fonction du budget (en fonction du nombre d’unités mises en magasin), on définit un plan média, (TV, Internet, magazine, radio,  affichage et/ou cinéma). Tout cela est fun car différent d’un jeu à l’autre.

Puis, il y a tout le coté opérationnel par la suite, la mise en place des différents moyens de communication. Ici ce que je préfère, c’est le côté créatif ! Parfois, nous devons suivre une charte graphique très stricte, parfois, toutes les libertés nous sont données !

Mais l’avantage principal est de travailler dans une industrie qui me passionne, avec des gens qui ne se prennent pas forcément aux sérieux, pour la plupart passionnés et très accessibles, c’est vraiment agréable !

Les inconvénients sont nombreux aussi : la surcharge de travail peut empêcher de travailler un produit comme il se doit. Certains jeux n’ont pas de budget et demandent beaucoup de temps et d’attention. Nous dépendons aussi de personnes tiers, et tout ne se passe pas toujours comme nous le souhaitons. Exemple : Recevoir le budget définitif d’un jeu très proche de sa sortie, baisse du budget à la dernière minute, qualité d’un jeu qui se révèle être beaucoup moins bonne que prévue, communication parfois difficile entre les départements de la société… Tout ce que l’on ne maîtrise pas ou peu au final !

Pouvez-vous nous citer des titres de jeux sur lesquels vous avez travaillé auparavant ?

On travaille sur toutes sortes de jeux. Chez Codemasters, j’ai travaillé sur la licence Colin McRae, notamment DIRT2, un vrai kiffe, mais aussi sur Operation Flashpoint, Rise of the Argonauts, les SBK. Chez Koch Media, je me suis éclaté sur les Dead Island, nous avons aussi distribué les jeux SEGA, Sonic All Stars Racing Transformed, Alien Colonial Marines. Actuellement, nous sommes sur Saints Row IV et Total War Rome II.

Prenons un exemple d’actualité : vous êtes donc « chef de produit » pour Saints Row IV, qui sortira le 23 août. Quelles sont les particularités, les spécificités que vous avez déterminé pour ce titre ? A qui s’adresse t-il ?

Saints Row est la typologie de jeu parfaite sur laquelle travailler ! Un jeu connu, attendu, décalé, aux possibilités marketing infinies et qui possède un budget qui permet de mettre en place des actions de communication vraiment sympas ! Pour SR IV, nous avons définie l’accroche « La Présidence Anormale » qui n’est possible que pour notre pays. Il y a aussi notre participation à la Comic Con (à Japan Expo) : nous avons travaillé sur la création du stand de A à Z (idée de recréer la maison blanche, définition du nombre de bornes, création du stand photo, création des goodies, etc…) et étions présents physiquement pendant les quatre jours. Avant cela, nous avons lancé une campagne internet de précommande, et nous sommes actuellement en train de travailler sur la campagne trade (ce que l’on peut mettre en place avec les distributeurs) et la campagne de lancement.

Est-ce vous qui déterminez également le classement « Pegi » ?

Non, ni le studio de développement, ni l’éditeur ! C’est l’Interactive Software Federation of Europe (ISFE), un institut indépendant qui s’occupe de cela.

Vous gérez également la partie « marketing ».  Que peut-on dire à ce propos ? Saints Row IV aura t-il son site ? Des produits dérivés ? Sa page Facebook ?…

Oui SRIV possède son site en français et sa page Facebook, indispensable pour ce genre de titre, car il existe une vraie demande d’informations, et le jeu possède une communauté active. Pour les produits dérivés, nous avons créé quelques goodies pour la Japan Expo (chapeaux, faux billets, drapeaux, posters…). Il y aura aussi ceux qui se trouvent dans la version collector : la réplique du Dubstep Gun, le bouton de l’apocalypse, et la statue commémorative de Johnny Gat !

Justement puisqu’on en parle, les joueurs pourront se procurer l’édition « de base » du jeu, mais également un collector plutôt copieux. Est-ce vous qui déterminez le contenu de ce collector ? Comment sont choisis ces « goodies » ? Seront-ils les mêmes dans tous les pays, ou varient-ils en fonction des différentes cultures ?

Il est rare qu’une filiale créée sa propre version collector ! C’est le plus souvent la maison mère qui est en charge de cela. Mais il arrive parfois que certains territoires le fassent, ça dépend des coûts, des envies, des besoins propres à chaque marché, et de la culture comme tu le précises. 

Les distributeurs ont-ils réservé un bon accueil au jeu ? On pourra se le procurer partout ?

Les CdP ne sont pas en relation directe avec les distributeurs, ce travail revient au département commercial. Il nous arrive tout de même de faire des présentations aux clients. Pour le moment, tout se passe bien ! Il faut savoir que nous avons racheté la marque Saints Row à THQ, cette dernière est devenue instantanément notre plus grosse licence. Entre les rachats de licences (SR, Metro), les deals de distribution (Sega, Tecmo Koei) et nos succès d’éditions (Dead Island), on ne regarde plus Koch Media de la même façon qu’il y’a 2 ou 3 ans !

On se souvient de « Saints Row : The Third » qui était un excellent jeu. Quelles sont les nouveautés du IVe volet ?

Volition va toujours plus loin dans son délire barré ! Le pitch déjà est énorme : on est président des États-Unis, rien que ça, mais un président avec de la grosse classe, barre de pole dance et tigre dans le bureau ovale ! Il va alors y avoir une attaque extra-terrestre. Ces derniers vont kidnapper le président et l’enfermer dans un Steelport Virtuel. Il va alors développer des pouvoirs de super héros ! Ces supers pouvoirs sont l’une des principales nouveautés : le joueur va pouvoir sauter de bâtiments en bâtiments, courir hyper vite, tout défoncer sur son passage, planer dans le ciel. Mais il va aussi avoir des pouvoirs surnaturels, comme la télékinésie, on va pouvoir contrôler n’importe quel quidam et le lancer à 300 mètres, n’importe quels objets,  lancer de la glace, du feu. Enormément de chose qui apportent beaucoup au gameplay.

A cela, on va aussi voir toutes sortes d’armes toujours plus ouf ! Comme le Dubstep Gun, qui fait danser les voitures et les piétons, l’Inflato Ray qui fait grossir la tête de n’importe qui jusqu’à explosion, ou encore le pistolet à trou noir, je te laisse imaginer ce que cela fait ! Toutes les armes vont pouvoir maintenant être personnalisables, on va donc se retrouver avec un étui à guitare qui fera office de lance-roquettes, par exemple. Il va aussi y avoir des méchas, des armes et véhicules extra-terrestres, le retour de missions les plus populaires des autres SR. Enfin bon, plein de choses !!!

Plus globalement, quels sont les atouts de Saints Row IV ? Pourquoi ne doit-on pas passer à côté de ce titre ?

Énormément de fun, de second degré, du gros délire, de la non-prise de tête, des possibilités quasi infinies et une grosse campagne coop pour s’amuser avec ses potes. Quoi de plus fun qu’un super président ? Deux super présidents !

Parlons maintenant un peu de vous. Etes-vous un joueur ? Plutôt PC ou consoles ?

Oui je suis gamer, quasiment exclusivement sur consoles. Mes PC sont morts il y a deux ans et je n’en ai toujours pas racheté. Depuis, j’ai une tablette et un smartphone, en plus de la Ps3 et la Xbox 360, sur lesquelles je joue, bien évidement !

Depuis quand êtes vous gamer ? Première console, premier jeu, vous vous en souvenez ?

Mon père s’est acheté un Atari 2600 pour son mariage, du coup je me rappelle jouer avec mes frères à Pong, Space Invader, Kangaroo, Tank. Nous avons aussi eu un Amstrad CPC 6128, les jeux les plus marquants ont été Infernal Runner et Barbarian.

Mais tout a commencé lorsque j’ai reçu la NES avec le combo Mario Bros. et Duck Hunt, il m’est impossible de me rappeler à quel anniversaire c’était. Pour moi, l’âge d’or du jeu vidéo reste cette période 8/16 bits, les meilleurs jeux et licences ont été créés à cette période. Surement que c’est lié à mon enfance, mais la Super Nintendo est pour moi la meilleure console jamais produite !

Le meilleur produit sur lequel vous avez été amené à travailler ? Celui qui vous a laissé le meilleur souvenir ?

J’ai fait ma première pub print pour le jeu Death Junior lorsque j’étais en stage chez Eidos. Mon accroche a même été retenue, un truc du genre « Ce n’est pas la mort dans l’âme que vous passerez l’arme à gauche« . J’ai eu ma première campagne télé avec DIRT2, je me suis éclaté avec le jeu Catherine. Car nous avons fait un peu de provoque et sommes passé devant un conseil de discipline (l’accroche était « Elle sera disponible en février, le serez-vous ?« ), ce qui n’a pas plu à une mère de famille ! J’ai beaucoup aimé travailler sur Sonic All Stars Racing Transformed, tout s’est superbement bien passé, et première campagne cinéma en suivi de film pour Les Mondes de Ralph. En ce moment, il faut dire que travailler sur Saints Row est vraiment cool ! Nous sortons de Japan Expo, notre stand et notre équipe ont vraiment été top, c’était le feu pendant 4 jours !

Avez-vous une idée des prochains projets sur lesquels vous allez travailler ?

Je suis sur Total War Rome II qui sortira en septembre, sur la licence Football Manager, sur des jeux plus kids comme Beyblade Evolution et Le Tour du Monde de Hello Kitty. Il y a aussi du fat sur 2014, mais je ne peux pas en parler pour le moment !

Nous vivons actuellement une étape importante, avec l’arrivée des consoles « next-gen », PS4 et Xbox One. Du point de vue du chef de produit, qu’est-ce que cela vous inspire ?

Nous sommes à une période charnière ! Je ne sais pas si mon métier va changer fondamentalement, mais il est sûr qu’il évoluera. La part du dématérialisé est de plus en plus importante, et la manière de communiquer sur les produits est et deviendra différente. 

Nous voyons aussi certains éditeurs fermer leur bureaux européens, ce qui est une opportunité pour Koch Media (nous sommes distributeur avant tout) mais qui traduit tout de même une santé du marché plutôt morose, effet d’une crise conjoncturelle et structurelle. Nous avons aussi des craintes : la consommation des joueurs change (jeux sur mobile et tablette). Vont-ils répondre présent à l’arrivée de ces nouveaux supports ?

Nous espérons que cela va donner un coup de fouet au marché, afin de démarrer un nouveau cycle sous les meilleurs auspices.

Plutôt Xbox

Et du point de vue du gamer ? Avez-vous déjà fait votre choix ?

Arfff, je suis plutôt Xbox à la base, j’ai pourtant acheté la PS3 avant la Xbox360, mais le live de l’époque m’a fait basculer du coté vert de la force ! Clairement, Sony a gagné la première manche, aussi bien au niveau de l’offre que de la communication. Mais dans quelques semaines, on ne parlera plus du « retournement de veste » de Microsoft. Et nous ne sommes pas à l’abri qu’ils proposent une version sans Kinect à 399€. En gros, on aurait la même offre à droite et à gauche. La balance ira du côté de l’offre des jeux. Mais aujourd’hui, il y a de moins en moins d’exclus, ou alors elles sont temporaires… Je suis bien sûr très excité à l’idée de poser mes paluches sur les prochains titres :  Watch_Dogs, The Division, Titan Fall, MGS V et Projet Spark !

Exceptés les jeux sur lesquels vous avez travaillé, y a t-il un titre dont vous auriez aimé être « chef de produit » ?

Je rêve un jour de sortir un Zelda, une des marques qui m’a fait le plus rêver dans ma vie, et qui le fait toujours… Mais je ne connais pas l’ambiance de travail qui règne chez Nintendo. L’ambiance au travail est pour moi essentielle, et je n’ai pas à me plaindre de mon côté ;-).

  • Un très grand merci à Paul Latrasse pour sa disponibilité, ainsi qu’à Lucie, de Koch Media, qui a permis à LV1 de faire cette belle rencontre 😉

La page officielle de Saints Row IV, et l’un des nombreux trailers du jeu :

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.