Monster Hunter Generations: un chasseur sachant chasser… va fritter du monstre !

0 391

TEST. – La chasse aux monstres est ouverte ! Avec Monster Hunter Generations, la 3DS frappe fort ! Dès les premières séquences, l’action-RPG de Capcom nous en met plein la vue… Qui va à la chasse perd sa place ? Avec ce nouvel épisode de Monster Hunter, Capcom peut dormir tranquille.

Welcome to Jurassic Park

Il n’y a pas que les Pokemon dans la vie ! Si vous aimez chasser des créatures étranges, vous pouvez aussi vous tourner vers Monster Hunter, une série qui bénéficie tout autant d’un solide passif, sur PS2, PSP, DS, Wii, 3DS… Si ce n’est que… Monster Hunter est un poil plus trash !

Sortez les treillis, les moustaches et les bouteilles de vin ! Comme dans le Bouchonois, il y a le bon et le mauvais chasseur… Dans le titre de Capcom, les monstres sont légèrement plus balèzes, plus démesurés. Certes, au début de l’aventure, ils sont de taille respectable, mais plus vous allez avancer dans l’aventure, plus vous allez devoir vous farcir des immeubles de quatre étages.

Ici, pas question de « tous les capturer pour les enfermer dans des boules« . Monster Hunter est un simulateur de chasse ! Imaginaire, dans un monde héroic-fantasy certes, mais un jeu de chasse quand même ! Autrement dit, toutes vos prises auront pour finalité de terminer, non pas en animal de compagnie, mais en « steak cuit à point », en carpaccio de dino, ou en veste de peau taille XXL.

Pour cela, le joueur devra ménager, non pas sa monture, mais son équipement ! En l’occurrence vos armes de chasse, qui s’émoussent, s’usent avec le temps. Fort heureusement, vous pourrez les crafter à l’aide des matériaux que vous dégoterez lors de vos parties de joyeux massacre. C’est LE point capital à assimiler pour progresser sans embûche. Elles sont au nombre de 14, allant de l’épée à la hache, en passant par la lance, le marteau, le sabre, l’arc…

Au même titre, vous devrez gérer au mieux votre inventaire (en déposant le surplus dans votre coffre), vos matériaux, vos fragments de monstres… Afin de fabriquer des pièces d’armure. De nombreuses quêtes vous demanderont également de rapporter de la viande, des peaux…

Au total, ce sont 71 monstres XL que vous devrez chasser, et 34 plus petits, soit seulement sept nouvelles créatures pour cet épisode. Un tantinet moins que dans MH4U, mais cela laisse tout de même de quoi s’occuper.

De bonnes nouveautés, mais on aurait aimé plus

Très clairement, ce n’est pas du coté du scénario que l’on ira chercher de la nouveauté : sans vous dévoiler quoi que ce soit, il reste très classique et ne viendra pas révolutionner vos connaissances de l’univers Monster Hunter. En même temps, l’intérêt de cette cartouche est ailleurs.

En effet, ce titre connu au Japon sous le nom « Monster Hunter X » est plus un hommage à la série qu’un nouvel épisode destiné à bouleverser la licence. En témoignent les nombreux monstres emblématiques de la saga qui font ici leur grand retour, ou les différents hubs qui viendront compléter votre monde de départ (Berhna), faisant eux aussi références à de précédents épisodes de la saga : vous retrouverez ainsi les villages de Yukumo, Kokoto ou Pokke. De même, les zones de chasse vous rappelleront bien des souvenirs.

MHG a écouté les fans, et leur propose maintenant d’incarner un Felyne, ces (autrefois) petits PNJ qui vous accompagnent dans votre périple. Ils deviennent ici de précieux alliés lors des parties de chasse, prenant le nom de « Miaroudeurs« . La nouveauté n’est certes pas la plus grande, mais elle a le mérite de mettre des paillettes dans les yeux des purs fans de la série.

Lors des combats, le joueur pourra alterner entre son chasseur ou les Miaroudeurs qui l’accompagnent. Ceux-ci ne disposant pas de barre d’endurance, vous pourrez user et abuser du sprint illimité. De plus, ces petits félins disposent de neuf vies, et c’est seulement après trois KO que leur élimination sera comptée comme une défaite. Les Félynes sont aussi très doués pour débusquer plus facilement des objets.

Autre nouveauté : l’amélioration des armes vous demande désormais de dépenser (en plus des habituels matériaux) des points associés aux mêmes matériaux. Les développeurs ont ajouté cette nouvelle mécanique pour réduire le farming, ce qui n’est pas obligatoirement le cas, puisque vous devrez tout de même dégoter les matériaux nécessaires à l’évolution de vos armes (et qui vous donnent ces points).

Si le nombre de nouveaux monstres reste assez limité, on notera l’apparition de deux nouveaux types assez retors : tout d’abord, les « Hyper-monstres » qui se distinguent par des parties de leur corps en surbrillance, indiquant de nouveaux dangers ou des points faibles. Les « monstres exotiques » vont vous faire frémir quant à eux, avec de plus grosses cornes, et « plus de dents » comme le disent les protagonistes du film Jurassic World.

Notez également que les villages seront hantés par les « quatre condamnés », des monstres redoutables qui reviendront régulièrement compliquer vos affaires : Glavenus le Vyvern sauvage, Gammoth le monstre de glace, Astalos le vyvern électrique ou encore Mizutsune le léviathan majestueux.

En revanche, le jeu n’affiche pas de nouvelles armes, et comme nous l’avons vu plus haut, les nouveaux monstres ne sont qu’au nombre de sept. On aurait aimé plus, mais je vous rappelle que le jeu n’est pas vraiment un nouvel épisode, mais résonne davantage comme un spin-off « hommage » de la série.

Chassez avec style !

Penchons nous maintenant sur la vraie grosse nouveauté, tout simplement géniale : MHG vous propose un gameplay « à la carte », que vous pourrez entièrement personnaliser. Ceci grâce à cette excellente trouvaille que sont les styles de chasse. En début de partie, vous devrez choisir entre quatre styles (vous pouvez changer en cours de partie, grâce aux coffres) !

Tout d’abord le style de guilde, polyvalent, qui ne vous dépaysera pas si vous avez terminé MH4U, puisqu’il reprend les grandes lignes du gameplay que vous connaissez déjà. Vous devrez alors vous équiper de deux arts de chasse. Il est assez équilibré, offre à la fois de bonnes combinaisons d’attaque et de défense, mais demande une bonne maîtrise de vos armes.

Le style Guerrier est celui que l’on conseillera aux bourrins. Il permet en effet d’utiliser trois arts de chasse, et offre de puissantes attaques, avec une jauge qui se remplit plus vite qu’avec les autres styles. Idéal pour faire pleuvoir les coups.

Avec le style Voltigeur, les roulades peuvent devenir des attaques aériennes. Votre personnage effectue alors un saut acrobatique, une pirouette enchainée avec une attaque dévastatrice après avoir pris appui sur un élément comme un ennemi ou un allié, ou après avoir été propulsé par un canon. Un style qui démontre que le jeu joue aussi la carte de la verticalité.

Enfin, le style Bushido, lui aussi aérien, est sans doute le plus difficile à maîtriser techniquement, puisqu’il vous demandera de gérer parfaitement votre timing. Il propose en effet de déclencher une redoutable contre-attaque, mais à la condition que vous ayez parfaitement réalisé une esquive ou un contre.

A chaque style, vous pourrez affecter des « arts de chasse » (plus d’une cinquantaine à débloquer dans le jeu). Mais attention, vous ne pourrez en choisir qu’un nombre très limité, en fonction du style choisi : deux pour « guilde », trois pour « guerrier », un seul art de chasse pour « bushido » et « voltigeur ».

Technique : la « guerre des générations »

Autant le dire et évacuer tout de suite cet aspect : Monster Hunter Generations a clairement été développé pour New 3DS ! Et le joueur qui, comme moi, évolue sur la 3DS classique se sentira « à la traîne ». Il est alors recommandé d’utiliser le stick d’appoint, vendu séparément.

D’entrée, le jeu vous demande si vous souhaitez activer ou non le pad circulaire, qui aura notamment pour fonction de vous faciliter la visibilité. Par défaut sur 3DS classique, il sera donc désactivé, vous privant d’une commande utile.

Au même titre, les joueurs sur New 3DS apprécieront de pouvoir assigner leurs arts de chasse aux boutons ZL et ZR. Un plus non négligeable qui améliorera votre expérience.

La seconde différence se fait sentir avec l’affichage du jeu : sur 3DS classique, je ne peux que constater des chutes de framerate qui, après vérifications auprès d’autres joueurs, ne se font pas (ou à moindre mesure dans certains cas) ressentir sur New 3DS.

Au niveau de la technique, le jeu conserve la verticalité de l’opus précédent, justifiée ici par les styles de combats aériens. Si le jeu est très beau et coloré dans l’ensemble, certains écrans un peu trop pixélisés piquent un peu les yeux. La bande-son quant à elle est superbe !

Après le jeu, encore du jeu !

Comme on a pu le voir plus haut, c’est sans grande difficulté que vous allez progresser dans une aventure principale qui ne brillera pas par la richesse de son scénario, celui-ci s’appuyant sur les incontournables de la série. Fort heureusement, une fois la quête principale terminée, il reste beaucoup à faire.

Assurez-vous par exemple d’avoir complété la « Wycadémie« , une sorte de centre de recherche qui va vous solliciter pour compléter son Pokédex inventaire de monstres. Vous voilà devenu « chercheur », avec un avantage certain : la Wycadémie va vous permettre de vous déplacer en dirigeable. Plus pratique pour aller d’un village à l’autre.

Mais outre les nombreuses quêtes, le mode qui va venir considérablement rallonger la durée de vie du titre est le mode multijoueur. A quatre, en ligne ou en local, la chasse prend une autre dimension dès lors que vous bataillez avec vos amis.

Il me semble important de signaler que le mode online est vraiment bon. Peu de ralentissements, des connexions stables… MHG reprend le meilleur des précédents online et les perfectionne encore un peu plus. Bien que n’étant pas un adepte du jeu en ligne sur 3DS, je dois avouer que celui-ci est réussi et suffisamment accrocheur pour m’avoir tenu quelques heures de plus.

Au final

Un sasseur chachant sasser doit savoir sasser chans chon Félyne… Non, je ne suis pas passé chez Sosh, et à titre personnel, j’ai franchement adoré, et pour avoir aussi fait d’autres épisodes de la série, je trouve ce nouveau volet fabuleux, de très loin mon préféré. Je regrette simplement d’avoir effectué ce test sur une 3DS-XL « classique », qui souffre énormément, en témoignent les nombreuses chutes de framerate (comme son prédécesseur, cet opus a clairement été développé pour New 3DS).

Pourtant, lors d’une discussion pas plus tard qu’hier, un ami me soutenait que Monster Hunter 4 Ultimate reste bien meilleur. N’ayant pas joué à MH4U (notre test avait alors été rédigé par Adros), je ne puis me prononcer sur cette question.

Toujours est-il que Monster Hunter Generation est la nouvelle référence de la série, parvenant à honorer ses ambitions et ses promesses : il est beau, son gameplay est top, et il saura combler à la fois les acharnés de la licence et les néophytes. Capcom nous sort un nouveau hit, les doigts dans le nez, avec une petite tape amicale sur la joue en prime.


Verdict

MHG_3DS_PACKSHOT_PEGI

Un must-have sur la portable de Nintendo ! Capcom maîtrise, et nous le fait savoir…

17/20

Les + :

  • Du gameplay « à la carte »
  • Pouvoir jouer un Felyne
  • De nouveaux monstres bien classes
  • Un pur hommage à la série
  • Le système de style et d’arts de chasse
  • Assez joli dans l’ensemble
  • Pour la coop online, c’est propre et sans problème de connexion
  • La bande-son ♥♥♥

Les – :

  • Difficulté revue à la baisse ?
  • Les cinématiques d’intro des monstres sont sacrément trop courtes
  • Le second stick devient vite obligatoire
  • Quelques écrans piquent un peu les yeux
  • Le scénario pas toujours inspiré
  • La 3DS classique crache ses poumons

Monster Hunter Generations, par Capcom pour Nintendo, sur consoles de la famille 3DS. Pegi : 12.

Testé sur une version fournie par l’éditeur.

Page officielle

 

vous pourriez aussi aimer More from author

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.