Mise à jour 1.04 : « LE » Street Fighter V que l’on attendait !

La dernière mise à jour de Street Fighter V (1.04), celle de fin juin, est pour nous l’occasion de lancer une nouvelle rubrique, dont nous avions l’idée depuis un moment ! Comme son nom l’indique, « Deuxième avis » va nous permettre de revenir sur un jeu, quelques mois après sa sortie, donc avec plus de recul. Et le premier qui s’y colle, c’est le jeu de baston de Capcom.

« HadôôôMaJ !!! »

guile_story_1466596733

A titre personnel, Street Fighter V est très clairement l’un des jeux qui m’a le plus déçu ce début d’année 2016 ! Non pas que le jeu de baston de Capcom soit mauvais, mais je suis tellement fan de la série, j’en attendais tant que, oui je l’avoue, le titre n’était pas à la hauteur de mes espérances !

Je l’avais d’ailleurs écrit dans le test : bien que Street Fighter V soit très bon, il laissait cette amère sensation de jouer à un jeu en accès anticipé, à un titre sorti à l’arrache, bien qu’il ne soit pas terminé, parce qu’il fallait donner de grain à moudre aux compétiteurs de la Capcom Pro Tour !

Mais comme je l’avais aussi promis dans le test, j’attendais avec impatience de voir ce qu’allaient proposer les mises à jour annoncées par l’éditeur, afin de me faire un avis sur « le vrai jeu » si je puis dire, sur sa version achevée, ou presque.

Et cela tombe bien, puisque la plupart des grosses modifications ont été ajoutées avec le temps, et surtout avec le patch 1.04 de fin juin (suivi cette mi-juillet d’une mise à jour 1.05). En théorie, nous avons donc maintenant un SFV quasi complet, et j’ai bien envie de voir cela de plus près !

Inutile de vous préciser que je ne reviens pas ici pour vous refaire un copier-coller du test, que je vous invite à lire par ailleurs. Je ne reviendrai donc pas sur les aspects techniques déjà abordés (graphismes, gameplay, etc.) : de ce coté, ça n’a sensiblement pas changé…

Casting plus complet

guile2

C’est la modification du titre la plus évidente, celle qui saute aux yeux : le casting du jeu, que nous trouvions alors un peu limité avec seulement seize personnages, s’est enrichit !

L’éditeur nous a promis six personnages à venir, et quatre sont désormais disponibles : Alex le catcheur, Guile, Ibuki et Balrog. On attend désormais de voir débarquer Juri et Urien, que vous pouvez toutefois essayer dans le mode scénarisé (mais je vais y revenir).

Voilà au passage un premier défaut du jeu qui solde ses comptes avec la mise à jour, puisqu’à terme, le roster grimpera donc à 22 persos jouables. C’est déjà plus sympa, d’autant que le choix de ces personnages (quoi que l’on en pense, que l’on aime ou pas) offre de la diversité quand on aurait pu craindre des doublons (je pense par exemple à Alex qui aurait pu doublonner avec R-Mika ou Zangief, et ce n’est pas le cas, il se joue bien différemment). Le choix de l’éditeur est pertinent !

Et lorsque je parlais plus haut du mode scénarisé, celui-ci ouvre des portes en grand puisque les fans de la série auront reconnu d’autres personnages connus de l’univers Street Fighter, comme Abel ou DeCapre (et un autre dont je tairai le nom, à découvrir si vous regardez le générique de fin du mode story). De prochains personnages jouables ? On attend des nouvelles de Capcom ! D’ailleurs, l’éditeur ne nous a toujours pas expliqué pourquoi Honda, Blanka et Sagat ont disparu de la circulation, et l’on espère les revoir prochainement eux aussi…

De nouvelles arènes et costumes

Karin_Summer_Costume_1467022602 (1)

Si l’on avait pointé le nombre limité de personnages dans la première mouture de SFV, que dire des arènes de combat ? Même pas un niveau par personnage ! Fort heureusement, le jeu s’est affiné aussi sur ce point !

Ainsi, les arrivées de Guile et Balrog ont été accompagnées de leurs niveaux respectifs, à savoir la base aérienne et son célèbre avion pour le militaire, et le casino de Las Vegas pour le boxeur ! Cerise sur le gâteau, ces nouveaux tableaux s’inspirent des versions « Street Fighter II », musiques comprises… Les fans sont aux anges !

D’autres niveaux tout aussi sympas viennent compléter le tableau, à l’image de la plage privée de la famille Kanzaki, ou des versions nocturnes ou diurnes de stages existants…

La boutique vous permet également d’investir vos « fight-points » ou vos euros dans de nouveaux costumes alternatifs ou premiums, pour chaque personnages. La plupart des héros ayant été re-designés, vous pourrez par exemple retrouver les skins d’origine (tenue militaire pour Guile, kimono rouge de Ken, Ryu ou Nash en version Street Fighter Alpha…). Mais les nouveaux venus disposent eux aussi de tenues alternatives…

Notez que des tenues « premium » exclusives sont aussi disponibles pour les possesseurs du season-pass…

Un vrai mode story !

SFV_Story_Expansion_-_03_1453713421

L’autre grosse nouveauté de la dernière mise à jour est évidemment l’ajout du fameux mode cinématique, intitulé « A Shadow Falls », qui offre aux joueurs solo un vrai mode story, enfin ! Je serais même tenté de dire que ce mode est en quelque sorte un jeu dans le jeu ! Pour l’exemple, il est assez similaire au mode story de Mortal Kombat X.

Nous avions en effet regretté, lors de la sortie du jeu, la pauvreté du story-mode de chaque personnage, soit trois combats en mode « super-mega-easy », expédiés pour la plupart en deux minutes chrono.

Nous avons désormais un mode scénarisé qui va vous occuper pendant quelques heures, et qui réunit tous les personnages du jeu autour d’une seule et même histoire, découpée en cinq chapitres (chacun étant composé de dix à plus d’une vingtaine d’épisodes, c’est selon… OK, il faut relativiser, un épisode n’est parfois qu’une longue séquence cinématique).

Ce mode pose une véritable intrigue, certes classique pour ne pas dire « déjà vue » (Bison et Shadaloo veulent dominer le monde), mais en proposant un scénario qui n’est pas vraiment original, Capcom aurait pu se planter ; mais allez savoir pourquoi, la recette prend quand même, et en tant que fan, on s’accroche, et l’on veut connaître le dénouement ! Le scénario est réchauffé, mais ça marche !

D’autant que ce mode ne vous proposera pas de jouer votre héros fétiche, mais vous obligera à contrôler des personnages imposés par le scénario. En vous proposant même parfois d’incarner des persos qui ne sont pas encore disponibles (Juri et Urien), voire qui ne le seront peut-être jamais (toutes les copines de Cammy, par exemple).

Bon point pour ce mode : la difficulté y est progressive ! Tant de jeu dosent mal leur difficulté, qu’il est appréciable d’avoir ici un challenge qui monte au fur et à mesure que le joueur progresse.

Au final, ce mode scénarisé apporte un gros plus au jeu, en vous obligeant à « apprendre » tous les personnages du jeu, et en apportant un solide mode solo qui va vous tenir pendant deux ou trois bonnes heures (ou plus) selon votre niveau. Et comme dans les films Marvel, on vous invite à regarder le générique de fin, pour profiter de quelques cut-scènes qui pourraient bien teaser un nouveau personnage 😉

On regrettera juste le rôle de Necalli, que l’on voyait déjà comme un boss de fin bien badass, mais qui se limite à quelques apparitions, dès lors que ce puissant guerrier a une petite fringale (je parle des âmes qu’il dévore, bien évidemment). Au final, Necalli est très mal exploité et tombe comme une dreadlock sur la soupe, et n’apporte pas grand chose à l’histoire. Dommage !

Un jeu qui coûte !

story-05_1465463556

Voilà sans doute l’un des plus gros reproches que l’on peut faire à ce Street Fighter V : s’il est une promesse qui n’est pas à l’ordre du jour, c’est bien celle sur le « coût » abordable des débloquables ! On nous avait promis de pouvoir acquérir tout le contenu du jeu sans dépenser un centime : c’est en effet possible, mais pour cela, vous allez devoir cracher votre sang !

Capcom avait en effet promis que le jeu serait plus généreux sur la distribution des FP (fight points). Pourtant, on constate que tout ce que vous devrez échanger va vous coûter un bras ! 100.000FP pour un perso, 70.000FP pour une arène, entre 70.000 et 40.000FP pour un costume alternatif… Si vous souhaitez tout débloquer, vous allez passer des années entières à jouer en ligne ou à relever les nombreux défis du jeu…

Bien entendu, il vous reste la solution, beaucoup plus rapide, de souscrire au season-pass (29,99€) pour débloquer les persos bonus et leurs costumes premium. Il vous restera alors plein de crédits à dépenser dans les arènes ou dans les costumes alternatifs !

Notez également que personnages et arènes peuvent être achetés séparément contre des euros : un personnage coûte 5,99€ et un stage 3,99€. Dans le menu boutique est justement apparu un raccourci « PlayStation Store » ou « Steam », qui vous permettra de faire votre marché sans ressortir du jeu.

Du coté du mode online, l’éditeur a revu son match-ranking qui ressemble maintenant vraiment à quelque chose. Il reste perfectible, mais n’est plus aussi incohérent que dans la « version day-one » du jeu…

Au final

story-02_1465463553

Cette mise à jour 1.04 (puis la 1.05 depuis) de Street Fighter V est celle que l’on attendait depuis longtemps ! Si le jeu s’était quelque peu loupé à sa sortie, à cause d’un contenu trop maigre (seulement seize personnages, pas de vrai mode story, peu d’arènes…), l’éditeur rectifie le tir et propose un jeu désormais beaucoup plus complet !

Quelques petits défauts demeurent néanmoins, comme l’absence (encore) d’un mode J1 vs IA en versus, des « unlockables » qui coûtent cher en points (ou en Euros), ou Necalli qui, dans le mode cinématique, ne sert strictement à rien (malgré des entrées soignées, si on enlevait les scènes avec Necalli du scénar’, ça ne changerait strictement rien…)

On avait aimé Street Fighter II, véritable jeu cultissime faisant, encore aujourd’hui, figure de référence du genre. Son successeur est enfin là ! Après une entrée bien frileuse en février, Street Fighter V s’impose enfin comme le digne successeur de son aîné en libérant (presque) tout son potentiel… Je dis bien « presque », car on souhaite très vivement qu’il nous surprenne encore dans les mois qui vont suivre, et l’on a envie de faire confiance à Capcom pour cela !

Pour la partie plus technique : LIRE AUSSI NOTRE TEST DE STREET FIGHTER V

Toujours est-il qu’après quelques mises à jour, dont la dernière plutôt maousse, on a enfin le Street Fighter V que l’on attendait. On a presque tout et le jeu touche la perfection du bout des doigts… Il ne lui reste plus qu’à poser franchement la main dessus 😉 En février, nous étions réservés, vous pouvez maintenant foncer les yeux fermés !


2e avis

sf5_artworks_0003

Au repêchage, SFV décroche la mention « très bien » haut la main ! Voilà enfin LE Street Fighter V que l’on attendait !

18/20

Les + :

  • Un vrai mode story
  • Bons choix pour les nouveaux persos
  • De nouvelles arènes
  • De nouveaux costumes alternatifs
  • Online, le matchmacking est plus cohérent
  • Le jeu reste le même techniquement : très beau, excellente jouabilité, musiques réussies…

Les – :

  • Les « unlockables » coûtent très cher en points (ou en euros)
  • Toujours pas de versus « J1 contre IA »
  • Dans le mode cinématique, Necalli totalement sous-exploité, il n’apporte pas grand chose

 Street Fighter V, par Capcom, sur PS4 et PC. Pegi : 12.

Test réalisé à partir d’une version fournie par l’éditeur.

Site officiel

vous pourriez aussi aimer More from author

% s Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.